Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

24 articles avec musees ici et ailleurs

Rebecq : le musée du porphyre fait peau neuve

Publié le par Phil Fossil


Les pavés de Quenast sont partout, des Champs-Elysées à New York


Savez-vous qui sont les rompeurs ? Pourquoi ils passaient le relais aux refendeurs, avant de laisser la place aux épinceurs ? 
Une petite visite au musée du porphyre, installé à l’étage du grand moulin de Rebecq, devrait suffire à combler vos lacunes. 
Il s’agit en effet des divers métiers qui étaient exercés au fond de la carrière qui a fait les beaux jours de Quenast. 
Les rompeurs maniaient la masse – lourde de 22 kilos ! – pour briser les blocs après les tirs de mines. 
Les refendeurs formaient ensuite les tranches, avant que les épinceurs ne tirent de ces tranches un maximum de pavés. 
Et les pavés de porphyre façonnés à Quenast étaient particulièrement réputés pour leur solidité : déjà exploitée au XVIe siècle, la roche magmatique qui se trouve sous les pieds des habitants de Quenast a servi à paver les chemins des alentours mais aussi la Grand-Place de Bruxelles, les Champs Elysées à Paris, les rues de New York et on en retrouve en Egypte, en Amérique du Sud et même en Australie ! 
« Certains citent aussi la place Rouge, à Moscou », sourit Gilbert Hautenauve, du cercle d’histoire locale.

Quoi qu’il en soit, le porphyre fait partie du patrimoine local. 
À la fin du XIXe siècle, pas moins de 3.200 ouvriers travaillaient dans les carrières, produisant 300.000 tonnes de pavés chaque année. 
Ce glorieux passé était évoqué au travers d’un petit musée qui n’était plus vraiment au goût du jour, et le visiteur s’y sentait assez à l’étroit. 
Quelques milliers d’euros et le savoir-faire des ouvriers communaux ont permis de donner un sérieux coup de jeunes à cet espace : le musée du porphyre version 2017 a été inauguré vendredi soir.


http://www.lesoir.be/1494515/article/actualite/regions/brabant-wallon/2017-05-02/rebecq-musee-du-porphyre-fait-peau-neuve


Pour nous minéralogistes, la  grande carrière de Quenast, exploitée pour les granulats (notamment des lignes TGV) a fourni une incroyable variété de minéraux !

Quartz enfumé, voire morion, épidote, prehnite, calcite, pyrite, sont montrés aux visiteurs dans des vitrines.
Un filon à quartz hyalin et goethite se trouvait sur le haut de la carrière, il n'est de nos jours plus accessible.
Parfois, dans les découvertes yprésiennes du sommet de la carrière, on trouvait des fossiles éocènes : piquants et plaques d'oursins, dents de requins et de chimères, crabe fossile...

 
Phil "Fossil"

 

Partager cet article

Repost 0

Le rêve d'un chasseur de fossiles 

Publié le par Phil Fossil



Un plombier qui a passé 30 années à découvrir 2000 spécimens pour son hobby reçoit un musée de 6 millions d'euros pour héberger le travail de toute une vie.


Steve Etches a passé 30 ans à extraire des fossiles de la Baie de Kimmeridge, dans le Dorset pendant ses temps libres.
Sa collection de fossiles a permis à Mr Etches de recevoir un MBE (décoration en tant que Membre de l'Empire Britannique) ainsi que des prix académiques.
Sa gigantesque collection de fossiles, connue sous le nom de "Collection Etches", sera exposée à partir d'Octobre.
Elle inclut des reptiles volants, coraux, coquilles, insectes, crustacés, ichthyosaures, bélemnites et dinosaures.



Un prolifique chasseur amateur de fossiles qui a passé 30 années à extraire plus de 2000 spécimens est en passe de voir le résultat de son hobby de toute une vie exposé dans un musée de 6 millions d'euros.

Steve Etches, 66 ans, commença à chercher des fossiles dans les années 80, durant ses temps libres, sur le superbe site de la Bay de Kimmeridge, dans le Dorset, et à les ramener dans la maison familiale proche de là.

Il a obtenu une reconnaissance globale dans son domaine après avoir mis au jour de rares exemplaires d'anciennes espèces que les experts pensaient ne pas exister dans cette partie de la côte du Dorset.

Mr etches, qui a vécu avec femme et enfants entouré de ses fossiles, a recu un MBE de même qu'une série de prix académiques pour son travail de recherche en paléontologie.
Le chasseur de fossiles auto-proclamé a réalisé sa première découverte -un moule interne en silex d'un oursin- à l'âge de 5 ans et il a graduellement emmené son hobby à des hauteurs de plus en plus ambitieuses au fur et à mesure que son intérêt s'accroissait.

Maintenant, la Collection Etches sera exposée au Musée de Kimmeridge qui a été construit dans le village côtier et devrait ouvrir au public en octobre.

Le musée présentera au plafond des écrans montrant des images de synthèse, donnant aux visiteurs l'impression d'être sous l'eau il y a 150 millions d'années, et entourés des créatures éteintes de longue date.

Mr Etches a fondé un trust pour sécuriser un don d'environ 3 millions d'euros de la "Heritage Lottery Fund" pour l'aider à payer pour le bâtiment.

Mr etches a déclaré :
'Les chercheurs et les étudiants viennent du monde entier pour visiter Kimmeridge afin d'étudier ce matériel.
Mais ils ne doivent plus aller à Oxford ou Cambridge ou au Musée d'Histoire Naturelle de Londres maintenant que nous avons le repository idéal ici même.
C'est un vrai honneur que ce muséum a été construit et porte mon nom. Personne d'autre n'a accumulé autant de spécimens sur une si courte période de temps.'
C'est de quoi je suis le plus fier. Ceci est mon héritage, et je veux qu'il inspire d'autres personnes.'

Les chasseurs de fossiles disent que l'on n'a pas besoin d'aller à l'université pour suivre ses pas. N'importe qui peut collecter des fossiles de la même manière.

'Vous pouvez le faire comme hobby, et partir de là', a-t-il dit.
Et il y a encore autant de spécimens à découvrir. Vous pourriez passer 1000 ans supplémentaires pour les trouver'

Les 2300 échantillons sont en voie d'être transférés dans le musée et incluent des fossiles d'à peu près tout, notamment des crocodiles, requins, balanes, reptiles volants aussi bien que des coraux, coquilles, insectes, crustacés, ichthyosaures, bélemnites et dinosaures.

Ils seront hébergés et exposés dans des vitrines illuminées sous les projections du plafond, accompagnés de descriptions des animaux.

Une mandibule longue de deux mètres d'un pliosaure, un reptile marin géant pouvant atteindre 18 mètres de longueur, est le plus imposant spécimen seul, tandis que les plus petits sont des oeufs d'ammonites, grands d'un millimètre à peine.

Mr Etches a ajouté :
'Cela va complètement changer ce que pensent les gens d'un muséum. Cela sera une expérience qui vous ramènera dans les profondeurs du temps.
Cela vous montrera que ce matériel était en fait des animaux vivants, vous amènera à pénétrer dans leur milieu de vie, et à voir comment ils pouvaient exister.
Des objets qui ont semblé être statiques seront ramenés à la vie et représentés comme des animaux vivant à l'heure actuelle.'

Mr Etches organisera également des ateliers pour permettre aux visiteurs de voir comment il dégage délicatement les fossiles.

Nerys Watts, chef de la "Heritage Lottery Fund" sud-ouest, a déclaré :
'La collection Etches est l'une des plus importantes collections de fossiles de tout le Royaume-Uni.
C'est également l'histoire incroyablement inspirante de la passion et le travail acharné d'un seul homme qui permettent de grandement accroître notre compréhension de ce à quoi ressemblait cette région il y a 150 millions d'années.
Nous sommes ravis d'apporter notre contribution à ce projet qui exposera la collection là où elle a été découverte, et nous sommes impatient de visiter le nouveau musée dès son ouverture.'

Richard Bond, CEO du Kimmeridge Trust, qui a pu obtenir le reste des fonds chez des donateurs privés et qui fera fonctionner le muséum au jour le jour, a déclaré :

'Steve est un homme extraordinaire. Il a dédié une si grande partie de sa vie à ceci, et c'est une réalisation personnelle immense.
Il a une connaissance sans égal du matériel de cette partie de la côte, et il est juste qu'un musée ait été construit pour exposer ses réalisations.'


http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-3736050/A-fossil-hunter-s-dream-Plumber-spent-30-years-finding-2-000-specimens-hobby-given-5-million-museum-house-life-s-work.html#ixzz4HZzAOceq


Phil "Fossil"


PS. Ce n'est ni en France, ni en Belgique que l'on verrait ça... Et j'en sais quelque chose !!!


 

Partager cet article

Repost 0

Une jolie surprise au Zoo de Doué-la-Fontaine

Publié le par Phil Fossil

Une jolie surprise au Zoo de Doué-la-Fontaine





Cette belle mâchoire reconstituée du requin miocène Megaselachus megalodon a été vue au détour d'une galerie de ces anciennes carrières de faluns.

Le cartilage a été reconstitué en plâtre, mais à priori les dents semblent authentiques.



Merci à Yves Devalckeneer !


Phil "Fossil"

Partager cet article

Repost 0

Ambazac : une exposition à voir, assurément !

Publié le par Phil Fossil

Ambazac : une exposition à voir, assurément !
Ambazac : une exposition à voir, assurément !

Partager cet article

Repost 0

Quelques collections privées aux USA : visites virtuelles !

Publié le par Phil Fossil

En surfant sur la Toile nous sommes tombés sur ces visites virtuelles de collections privées aux USA, cela vaut indubitablement la peine...

Gordon Hubbell est l'un des spécialistes en requins (fossiles et actuels) les plus respectés, la forme dentaire "juvénile" de megalodon appellée "Carcharodon hubbelli" lui a été dédiée.

Gordon Hubbell (Floride)

http://www.tellmewhereonearth.com/Web%20Pages/Sharks/Sharks_Page_15.htm

George Powell (Caroline du Nord)

http://www.tellmewhereonearth.com/Web%20Pages/Sharks/Sharks_Page_16.htm

Excellentes visites...

Phil "Fossil"

Partager cet article

Repost 0

Le Musée du Phosphate de Mulberry, Floride

Publié le par Phil Fossil

Le Musée du phosphate de Mulberry a pour mission de promouvoir et interpréter l'histoire locale de Mulberry, Floride, depuis la préhistoire jusqu'à nos jours et d'examiner l'impact de l'industrie du phosphate sur son histoire.

Grâce à des expositions, programmes et un service personnalisé, le Musée cherche à atteindre des publics de tous âges et horizons.

Il y a même un tas de phosphate, d'accès libre, où le public, même non visiteur du Muséum, peut fouiller et tamiser afin de découvrir des dents de requins. (entre autres...)

Et selon nos informations, il aurait été regarni tout récemment avec du sédiment frais...

http://www.mulberryphosphatemuseum.org/home.html

Phil "Fossil"

Partager cet article

Repost 0

Quatre jours en Allemagne (2)

Publié le par Phil Fossil


Dimanche 22 novembre 2015

Nom de Zeus ! Il a encore neigé cette nuit, pas énormément je le concède, mais assez pour que cela ait tenu et que nos recherches soient compromises !

Et je ne parle même pas de la longue montée d'un sentier de terre et de pierrailles sur des feuilles mortes enneigées, voire verglacées...

Heureusement, Jean-Paul a prévu un plan-C, le plan-B (champs fossilifères) étant tout aussi infaisable que le site principal.

On ne part pas tôt, vu l'heure d'ouverture prévue, ce qui permet de demander le code du wifi au gérant de l'hôtel et de voir ce qui se passe en Belgique, où l'effervescence anti-jihadiste semble être à son comble.

Nous restons donc en habits de ville, tout en ayant chacun une tenue de fouilles complète dans la voiture (on ne sait jamais...) et on prend la route de Dotternhausen, à une cinquantaine de kilomètres de notre "camp de base".

Cette petite cité abrite une immense cimenterie HOLCIM et, surtout, un musée de fossiles locaux réputé, sponsorisé et réalisé par cette même compagnie.

La visite est gratuite, le personnel est sympa, et ce qui ne gâche rien, les spécimens exposés sont DEMENTIELS ! Poissons imposants dans des nodules, ammonites géantes (aplaties ou en 3D), plusieurs ichthyosaures (jusque 3m de long) et crocodiles (plus de 4 m de longueur!), des troncs fossiles sur lesquels se sont fixées des crinoïdes exceptionnelles (des plaques de la taille d'un mur!), enfin un régal pour les yeux et mon appareil photo numérique !

Une petite échoppe me permet, entre les habituels fossiles malgaches et marocains, d'acquérir des ouvrages géologiques locaux et quelques fossiles régionaux qui compenseront un minimum l'inaccessibilité des sites.

(Vous savez, le pêcheur bredouille qui repasse à la poissonnerie avant de rentrer chez lui... C'est un peu ça.)

On regarde en vitesse dans une petite zône où des schistes bitumineux sont étalés pour que les visiteurs puissent fouiller et ramener quelques fossiles, mais ils ont été bien épluchés déjà, et pas renouvelés récemment. Sans compter la neige qui les recouvre presque intégralement...

Il est même possible d'emprunter au Muséum des outils et lunettes de protection pour fragmenter les dalles.

Une ancienne carrière dans les mêmes schistes n'est accessible qu'en bonne saison, nous repartirons à l'hôtel nous reposer un peu en attendant le repas du soir.

Un restaurant asiatique a notre préférence ce soir, vu que le cuisinier de l'hôtel est malade, on y fera très bonne chère pour des prix totalement incroyables en Belgique ! Ce qui était déjà le cas dans la pizzeria de la veille, d'ailleurs...

Un potage thaï aux scampis et au curry rouge, et un boeuf-légumes également au curry rouge suffiront (presque) à mon bonheur, en y ajoutant néanmoins des beignets de banane au miel et accompagnés d'une boule de glace vanille.

On est un peu plus loin de l'hôtel, mais étant moins "chargés" stomacalement parlant que la veille, pas de souci.

Un petit tour sur Internet pour voir les dernières nouvelles belges, et je me couche.


Lundi 23 novembre 2015

Nous pensions fouiller jusque peu avant la nuit et reprendre ensuite la route, mais malheureusement pour nous, la neige a tenu, le gel s'est intensifié, et Jean-Paul semble avoir ramassé une jolie crève.

On repartira donc directement après le petit-déjeûner et avoir payé nos notes, le chargement de la voiture est très rapide.

Sur la route vers Strasbourg, quelques endroits présentent des couches neigeuses de plus de 10 centimètres d'épaisseur (au contraire du gros centimètre à Geisingen) et des températures proches de -4°C.

Mais peu avant la France, dans la vallée du Rhin, plus rien : la neige a disparu et les températures sont redevenues positives.

Le contrôle douanier sur le Rhin est devenu très léger, ils discutent entre eux sans même prêter attention aux voitures.

Par contre, les files à l'entrée du Grand-Duché de Luxembourg sont kilométriques, surtout pour les camions quasiment à l'arrêt, au contraire des voitures qui ne sont que ralenties.

Arrivés à la frontière belge où l'on s'attend au pire, vu le niveau de menace à 4 pour Bruxelles, et bien rien de rien ! Même pas un policier... C'est pas sérieux, tout ça !

Il est quasiment 17h30 quand tout est déchargé, un minimum remis en place, et que Jean-Paul peut repartir chez lui.

Le bilan de la récolte de fossiles est nettement meilleur que lors de notre visite précédente de la fin juin : il faut dire qu'une journée et demie au lieu de 4 heures maximum, et le fait que nous avons épluché des couches plus récemment étalées et mieux nettoyées par les pluies, ne sont pas étrangers à cet état de choses.

De belles ammonites assez grandes, quelques Aptychii, des piquants d'oursins réguliers, plusieurs oursins irréguliers, des éponges de formes et d'espèces variées, de nombreux brachiopodes (sans doute les fossiles les plus fréquents sur place) et de très rares rostres de bélemnites sont l'essentiel de notre moisson.

Nous aurions pu avoir de meilleures conditions, surtout météorologiques, mais enfin...

Vivement la prochaine !

Phil "Fossil"

Partager cet article

Repost 0

Musée de l'Ecole des Mines, Paris

Publié le par Phil Fossil

Musée de l'Ecole des Mines, Paris

L'une des plus belles collections mondiales, présentée dans un superbe écrin architectural, elle vaut véritablement le détour quand vous irez visiter des musées à Paris.

Sur les 100.000 échantillons hébergés, 4.000 sont présentés et illustrent 2.900 espèces minérales.

Leur site, en Français :

http://www.musee.mines-paristech.fr/Accueil/

Et en Anglais :

http://www.musee.mines-paristech.fr/Home/

Phil “Fossil”

Partager cet article

Repost 0

Exposition de fossiles régionaux au Muséum d'Osnabrück, Allemagne

Publié le par Phil Fossil

Une fois n'est pas coutume, nous partons en Allemagne pour une petite visite guidée du Musée paléontologique et minéralogique d'Osnabrück.

Nous allons visiter une exposition temporaire, malheureusement terminée, elle est intitulée “Les collines d'Osnabrück, une chambre au trésor”.

Les photos montrent des vitrines regorgeant de spécimens locaux, les quartz ressemblent à nos pièces brabançonnes, mais question fossiles il y a indubitablement de quoi satisfaire les amateurs les plus exigeants !

Infos pratiques, pour y visiter une future exposition :

Museum am Schölerberg – Natur und Umwelt, Klaus-Strick-Weg 10, Osnabrück



Heures d'ouverture
Mardi de 9 à 20 h, Mercredi au Vendredi 9 à 18 h,
Samedi 14 à 18 h, Dimanche 10 à 18
h

Prix d'entrée

Adultes : 4,50 Euro

Enfants : 2 Euro

http://www.steinkern.de/museen-und-privatsammlungen/museen/976-eine-sehenswerte-sonder-ausstellung-schatzkammer-osnabruecker-bergland.html

Phil “Fossil”

Partager cet article

Repost 0

Le Musée de l'Argile du Rupel

Publié le par Phil Fossil

Le Musée de l'Argile du Rupel

Perdu entre Boom, Rumst et Terhagen, le Musée de l'Argile du Rupel vaut assurément une visite !

Cette région est truffée de carrières, anciennes ou en exploitation, et n'a pas été avare en fossiles.

L'Oligocène (Rupélien), le Miocène et le Quaternaire sont les étages ici représentés, une collection importante de fossiles est visible dans ce Musée qui, vu de l'extérieur, semble sans prétention mais a déjà fêté ses 40 ans.

Leur site (en Néerlandais) :

http://www.museum-rupelklei.be/home.html

Et comment y arriver :

http://www.museum-rupelklei.be/pagina8.html

Phil “Fossil”

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>