Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

31 articles avec le coin des pros

Enfin, ENFIN, la camionnette est arrivée !

Publié le par Phil Fossil

Enfin, ENFIN, la camionnette est arrivée !

 

Cela fait quelques mois maintenant que je suis à la recherche d'un véhicule pratique pour des fouilles, cela a pris un peu plus de temps qu'initialement prévu, mais ça y est !

Ce minivan militaire d'occasion est désormais prêt à servir, enfin presque, il restera à le compléter avec quelques outils et équipement. (brouettes, grands bacs, etc.)

Et, bien entendu, à l'inaugurer sur le terrain.

Ce qui, vu la météo belle (mais froide!) annoncée pour ce week-end, ne saurait désormais plus tarder.

La réalisation d'un tamis ad-hoc (150x100x1cm) est prévue également, tout le matériel est là, un peu d'huile de coude et une demi-journée de temps sec devraient faire l'affaire.

Non seulement je peux emmener 9 personnes au total, mais il est aussi possible d'y stocker une bonne dizaine de seaux de tamisat remplis quand on sera moins nombreux.

A mon avis, mais cela n'engage que moi, le week-end va être plutôt chaud... Malgré le gel prévu !

Phil "Fossil"


 

Partager cet article

Repost 0

Un peu plus calmes sans doute, les prochaines semaines

Publié le par Phil Fossil

 


Après la frénésie de fouilles dont a fait preuve votre serviteur en ce mois de décembre (4 jours dans le Poitou et 2 dans le Cénozoïque belge), la période des fêtes est sans conteste l'occasion d'un peu de repos.

Ce qui ne voudra pas dire une totale inactivité !

En effet, en revenant du bureau j'ai eu tout récemment le plaisir de mettre la main sur deux belles lattes en bois attendant le ramassage des ordures, et reparties aussitôt pour un recyclage assuré !

Elles tomberont, en effet, à pic pour réaliser un tamis de grande taille dont l'idée m'est venue depuis quelques temps déjà.

Les bois mesurant environ 160 et 150 centimètres, cela permettra de réaliser une surface totale de 80x75 centimètres.

Mais cela m'impose d'aller acquérir de la toile blanche plastique solide, car les chutes me restant de la dernière fabrication de tamis sont indubitablement trop réduites pour cela...

J'ai donc fait un saut rapide dans le plus grand magasin Brico de Bruxelles, ce qui m'a permis de revenir avec un rouleau d'un mètre (sur trois) de toile et une griffe de jardin rotative dont j'ai pu éprouver l'utilité lors de la dernière visite dans le Lédien.

Même si j'avais quelques appréhensions quant au trajet de retour avec tout ce matériel (à pied, en métro, en train et en bus) le tout s'est passé sans encombre et je suis même arrivé plus tôt à la maison !

Si à première vue une toile plastique peut sembler très fragile en comparaison avec son équivalent métallique, mon expérience a amplement prouvé qu'elle est plus résistante, surtout que la majorité des toiles métalliques actuelles sont soudées et donc moins aptes à supporter les quantités affolantes de sable dont je charge allègrement mes tamis.
 
Cette toile de maillage 9x11 mms permet en outre une séparation extrêmement rapide du sédiment (ce qui diminue d'autant les contraintes sur la toile), spécialement celui un peu moins riche et donc autorise le tamisage de très grandes quantités de sable dans le même temps.

Bien sûr, un tamis de cet acabit aura du mal à se laisser manipuler par une personne seule, me direz-vous.

Mais les possibilités sont multiples : ou bien on le charge, on se met à deux, chacun à un bout, pour tamiser ensemble et on récupère les trouvailles de manière alternée;

Ou bien, ce qui devrait être la solution la plus souvent utilisée, je le place incliné à l'aide d'une latte en bois supplémentaire, je jette les pelletées de sable au dessus et je laisse travailler la gravité : le résidu de tamisage descendra tout en bas, bien nettoyé !

On peut même le déposer sur deux tamis de maillage plus réduit, histoire de bien récupérer tout ce qui, d'aventure, en tomberait.

Les deux solutions seront praticables, en fonction des envies du moment...

Il me tarde déjà d'arriver au week-end, histoire de le construire... Pour le tester, il faudra encore attendre un peu ! Sans doute le tout début de 2017.

En annexe, quelques photos récupérées d'Internet pour vous donner une petite idée de ce que sera "la bête".

Phil "Fossil"

 

Un peu plus calmes sans doute, les prochaines semaines
Un peu plus calmes sans doute, les prochaines semaines

Partager cet article

Repost 0

Détermination et positionnement des plaques de carapace de tortues

Publié le par Phil Fossil


Occasionnellement, dans notre Néogène (Anvers) ou Quaternaire (environs de Malines ou plages belges et hollandaises) on découvre des éléments de carapace de tortues fossiles.

Si arriver à dire qu'il s'agit d'un reste de tortue n'est pas trop ardu, le positionner sur une carapace complète est quand même un peu plus compliqué.

Grâce aux schémas présentés ci-après (merci à http://www.fossiel.net/) voilà une tâche qui en devient nettement facilitée...

Phil "Fossil"

Détermination et positionnement des plaques de carapace de tortues
Détermination et positionnement des plaques de carapace de tortues

Partager cet article

Repost 0

Quelques nouveautés taxonomiques... On aime ou on n'aime pas !

Publié le par Phil Fossil


La réattribution de Megaselachus (Ex-Carcharocles, Ex-Carcharodon) megalodon au genre Otodus par Cappetta en 2012 est quelque chose pour laquelle je ne suis pas partisan.


http://www.geoforum.fr/topic/27190-otodus-megalodon-par-cappetta/


Même si d'autres critères que les dents peuvent entrer en ligne de compte pour l'attribution générique, il me semble le plus élémentaire bon sens que l'on refuse que les dents larges, serrulées et sans denticules latéraux soient attribuées à un genre dont ces trois caractéristiques sont totalement à l'opposé.

De plus, si dans ce cas on prend comme référence le nom du genre le plus ancestral (bien que l'on puisse encore remonter plus loin, à Cretalamna) pourquoi dans le cas suivant on donne le genre le plus récent comme référence ?

A savoir, le rattachement très logique de l'ancêtre Cosmopolitodus (Ex-Isurus, Ex-Oxyrhina) hastalis à son descendant Carcharodon par D. J. Ehret et al. en 2012.


https://www.flmnh.ufl.edu/florida-vertebrate-fossils/species/carcharodon-hastalis

http://fossilworks.org/bridge.pl?a=taxonInfo&taxon_no=265174


Phil "Fossil"


Partager cet article

Repost 0

Quelques règles sur la collecte de minéraux et fossiles aux USA

Publié le par Phil Fossil

Partager cet article

Repost 0

Comment enlever les traces blanches sur les dents de requins fossiles ?

Publié le par Phil Fossil

Assez régulièrement, les dents découvertes ont été en contact avec des acides circulant dans les sols, voire l'acide oxalique présent dans des végétaux dont les racines s'enfonçant dans le sable laissent des motifs blanchis sur les quenottes.

La pyrite est assez fréquente dans les Sables de Kattendijk, dès qu'elle est sortie de la nappe phréatique et se retrouve au milieu des sables dragués et en plein air, elle commence à se décomposer. Le sulfure de fer devient sulfate.

Libérant par contact avec l'eau percolant dans les sols de l'acide sulfurique, cette dernière cause aussi l'apparition de taches blanches, voire fait blanchir toutes les dents qui sont proches dans le sable.

Il existe néanmoins une méthode pour rendre à la dent, à la condition que sa surface n'ait pas été trop altérée, son aspect d'origine.

Il suffit de laisser tremper toute une nuit les dents affectées dans un bain d'huile de friture chaude.

D'autres types d'huile (de silicone, de paraffine) ou même de la graisse peuvent également convenir.

Comme dans tous les cas de préparation de fossiles, il est extrêmement important de tester le procédé sur des dents incomplètes ou des fragments “blanchis”, avant de s'attaquer aux plus belles pièces...

Merci à CarchaDOrias !

Phil “Fossil”

Partager cet article

Repost 0

Extraction des fossiles de nodules calcareux

Publié le par Phil Fossil

Les amateurs grands extracteurs de fossiles en nodules (flore carbonifère de Mazon Creek, pommes de pin oligocènes de Steinhard en Allemagne, trilobites ordoviciens tchèques de Rokycany, etc.) utilisent en général la technique des chocs thermiques, comme suit :

Un tour d'une heure environ au four à 200-250 degrés

Un plongeon dans un seau d'eau glacée, avec des glaçons dedans c'est encore mieux

ou

Un tour dans le congélateur une journée (après avoir trempé le nodule dans l'eau, laquelle lors de sa prise en glace va se dilater et peut-être déjà agrandir les fissures)

Un plongeon dans de l'eau bouillante

En alternant les deux techniques, si le nodule a des fractures préférentielles autour des fossiles, il finira par se fendre.

Ne traiter néanmoins qu'une seule pièce à la fois, histoire s'il se morcèle trop de ne pas mélanger les morceaux produits...

Phil “Fossil”

Partager cet article

Repost 0

La correspondance stratigraphique du Jurassique allemand

Publié le par Phil Fossil

Outre la langue allemande, le gros problème de tous ceux qui visitent des sites Web allemands traitant des fossiles locaux est constitué par leurs dénominations “exotiques” des étages du Jurassique.

Lias Alpha, Malm Zeta, et autres Dogger Epsilon sont un tantinet perturbants !

Heureusement, ce site (en Allemand) recense les équivalences avec l'Echelle Stratigraphique Internationale, et même les zones d'ammonites pour une datation plus fine.

https://www.mineralienatlas.de/lexikon/index.php/Jura

Il suffit de remplacer les suffixes en “-ium” des étages en Allemand par le “-ien” en Français ou le “-ian” en Anglais.

Bon amusement !

Phil “Fossil”

Partager cet article

Repost 0

Récupérer et réutiliser rendent ce hobby moins coûteux

Publié le par Phil Fossil

La collection de fossiles et de minéraux n'est pas intrinsèquement un hobby très ruineux, à la condition néanmoins que l'on recherche majoritairement ses spécimens sur le terrain au lieu de les acheter en bourses ou sur eBay.

Néanmoins, quels que soient les cas de figure, l'équipement et le matériel sont une part importante du budget alloué pour ce passe-temps.

Il est préférable, autant que faire se peut, de récupérer un maximum de contenants chez les commerçants locaux, quitte à les faire réserver pour vous par les vendeurs avec qui vous aurez de bons contacts.

Pots à médicaments dans votre pharmacie, boites à bonbons sur les marchés (de Noël, principalement), cagettes en plastique non consignées chez votre épicier, seaux à sauce dans une friterie, seaux et pots à compléments protéinés chez les vendeurs de produits pour sportifs, boites plastiques transparentes “crystal” quand vous achetez des produits alimentaires, plateaux plastiques contenant des plats préparés, les possibilités sont nombreuses à condition d'avoir une idée claire de vos besoins et un oeil affûté pour repérer “sur le terrain” les objets les plus utiles.

Afin de vous donner quelques pistes, j'ai ajouté dans mon nouvel album “Outillage et Equipement” quelques-uns de ces contenants qui peuvent être récupérés gratuitement et, après un lavage rapide, être immédiatement utilisables.

https://www.flickr.com/photos/130862079@N06/sets/72157649595337163/

Cet album sera complété au fur et à mesure de mes nouvelles prises de vues.

Phil “Fossil”

Publié dans Le coin des pros

Partager cet article

Repost 0

Ca, c'est du tamis !

Publié le par Phil Fossil


En surfant sur le Web, je suis tombé sur cette vidéo Youtube montrant l'inventivité des paléontologues amateurs hollandais en matière de matériel de fouilles utilisable sur les sites à dents de requins...

http://www.youtube.com/watch?v=E6F8HYmex4c

Quelques améliorations pourraient encore optimiser son fonctionnement, par exemple en ajoutant une "trémie" de chargement, en inclinant un peu plus le "tube", et en réceptionnant le résidu sur un autre tamis ce qui faciliterait son tri.

Je sens que je vais profiter de l'hiver et de sa neige pour me bricoler un engin du style, afin d'être "au top" pour les fouilles printanières...

Phil "Fossil"

Publié dans Le coin des pros

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>