Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mammouth : Un fossile de dent retrouvé dans un filet de pêche

Publié le par Phil Fossil



À la fin du mois, un pêcheur de l'état du New Hampshire (États-Unis) a eu une drôle de surprise en relevant son filet à bord de son bateau; un trésor paléontologique prenant la forme d'une dent fossilisée provenant d'un mammouth laineux !


Le 19 février restera sans doute une date historique pour Mike Anderson, pêcheur du New Hampshire, aux États-Unis. Ce jour là, parmi les crevettes et coquillages tirés à bord du chalutier, le marin et son équipe ont retrouvé un fossile de dent long d’une quinzaine de centimètre. L’ouverture, à l’une extrémité leur a permis d’identifier la nature du vestige. Il raconte au Seacoast Online : "Nous avons tout de suite su qu'il s'agissait d'une dent, car elle présentait un nerf au sommet".

Afin d’identifier le propriétaire de la dent, l’équipe de pêcheurs décide de la photographier et d’envoyer les images à trois experts différents. La réponse est unanime : il s’agit d’un fossile appartenant à un mammouth laineux. Contacté par l’Huffington Post, Daniel Fisher, biologiste évolutionniste à l'Université du Michigan développe : "L’angle sous lequel les photos ont été prises rend l’identification du type de dent difficile, mais cela pourrait être une molaire inférieure".

Les mammouths laineux (Mammuthus primigenius) ont peuplé pendant plus d’un million d'années, un territoire allant de l'Europe à l'Amérique du Nord en passant par l’Asie. Ces animaux énormes, pouvaient peser jusqu’à 8 tonnes ou plus. Il ont disparu il y a environ 10.000 ans. Aujourd’hui, il n’est pas rare de découvrir des fossiles de dents leur ayant appartenu, dans les eaux au large de la Nouvelle-Angleterre.

"Pendant une grande partie de l'ère glaciaire, ces animaux ont été présents modérément dans cette région de l'Amérique du Nord. Les niveaux de mer étaient à cette époque inférieurs à ce qu'ils sont aujourd'hui, et une grande partie de ce qui est maintenant le plateau continental était la terre ferme et le territoire de mammouths" explique Daniel Fisher. Le fossile devrait bientôt être exposé au port de Rye, selon les intentions de Mike Anderson.

http://www.maxisciences.com/mammouth/mammouth-un-fossile-de-dent-retrouve-dans-un-filet-de-peche_art28753.html

Phil "Fossil"

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost 0

Contre l'interdiction de nourrir les chats errants !

Publié le par Phil Fossil

 

Merci de signer cette décision cruelle de la commune d'Evere, de ne plus autoriser le nourrissage des chats errants (alors que l'Association CatRescue, trappe, soigne et stérilise les chats de cette commune).
Comme dit Danièle du Fanal des Animaux "A quoi bon stériliser si c'est pour les faire mourir de faim ! Madame Fatiha Saidi, attaquez vous plutôt aux crétins qui abandonnent leurs chats!".

Signez et partagez cette pétition.

MERCI,

Jeannine

Publié dans Coups de gueule

Partager cet article

Repost 0

Megaselachus megalodon miocène de Caroline du Sud

Publié le par Phil Fossil

 

Megaselachus-megalodon-grise-Miocene-Caroline-du-Sud-1A-9cm

Megaselachus-megalodon-grise-Miocene-Caroline-du-Sud-1B-9cm

 

Megaselachus megalodon, Miocène, Caroline du Sud, USA. Longueur 9 centimètres.
(Cliquez pour agrandir)

 

 

Lors de ma visite à la bourse de Sainte-Marie, j'étais tombé sur cette pièce d'une couleur peu courante.

Elle provient très probablement d'un fond marin, ou de l'une des rivières côtières de la Caroline du Sud : Cooper River, Morgan River ou Wando River.

Etant légèrement brouillé avec la plongée sous-marine (doux euphémisme...) je ne me vois pas personnellement arpenter avec ce genre d'équipement les fonds aquatiques et les alligators qui s'y promènent régulièrement...

L'acquisition en bourse, c'est bien aussi. Et surtout moins risqué !

Phil "Fossil"

Publié dans Classes d'organismes

Partager cet article

Repost 0

Du travail de longue haleine...

Publié le par Phil Fossil


Depuis belle lurette, j'ai installé Open Office sur mes machines.

Depuis quelques semaines, je me suis mis à utiliser la base de données, dans l'optique de créer un fichier au départ de ma collection.

J'ai donc créé 4 tables, les fossiles, les minéraux, les sédiments et les sites.

Après avoir défini la structure, je n'avais introduit au départ qu'un nombre très limité de spécimens et de sites.

Je suis maintenant occupé à l'encodage des sites, au départ d'une liste préliminaire non exhaustive, j'en suis déjà à plus de 800, dont une majorité personnellement visités et donc les fossiles ont été découverts par moi-même.

L'encodage des minéraux ne sera certainement pas triste, vu leur nombre, même s'il y en a beaucoup moins que les fossiles...

En spécimens, je dois bien tourner entre 50.000 et 100.000 ! En espèces, plusieurs milliers.

Eh bien, on n'est pas encore au bout du tunnel...

Phil "Fossil"

Publié dans Générale

Partager cet article

Repost 0

Un diamant blanc vendu plus de 30 millions de dollars à Hong Kong

Publié le par Phil Fossil

 

Diamant-118-cts

AFP Publié le lundi 07 octobre 2013 à 15h54 - Mis à jour le lundi 07 octobre 2013 à 16h38


Un diamant blanc de 118,28 carats, taillé en oeuf, a été vendu lundi aux enchères pour 30,6 millions de dollars, a indiqué la maison Sotheby's, qui présentait cette pierre comme "la plus formidable jamais proposée" parmi les diamants transparents.


Cette pierre d'une eau très pure et de la taille d'un petit oeuf de poule, est partie pour 238,68 millions de dollars de Hong Kong, soit 22,69 millions d'euros ou 30,6 millions de dollars. Elle portait le grade D, soit le plus élevé accordé par l'institut de gemmologie américain.

Le prix se situe dans le bas de la fourchette des attentes de la maison aux enchères, qui tablait début septembre sur un montant compris entre 30 et 35 millions de dollars.

Mais le montant est supérieur aux 26,7 millions de dollars déboursés par un acheteur pour acquérir en 2012 un diamant transparent, qui ne pesait cependant "que" 101,73 carats (le prix au carat est donc supérieur pour la pierre de 2012).

Le diamant vendu lundi soir à Hong Kong a été découvert en 2011 dans une mine d'un pays du sud de l'Afrique, dont le nom n'a pas été dévoilé. Brute, la pierre pesait 299 carats. Elle a été provisoirement baptisée "le diamant ovale magnifique".

Les passionnés de pierres précieuses attendent désormais la vente en novembre d'un diamant rose exceptionnel estimé à plus de 60 millions de dollars, à Genève.

 http://www.dhnet.be/actu/societe/un-diamant-blanc-vendu-plus-de-30-millions-de-dollars-a-hong-kong-5252bb733570479ce10c8b7f

Phil "Fossil"

Publié dans Minéralogie

Partager cet article

Repost 0

Un super week-end, à nouveau !

Publié le par Phil Fossil


A 16h30 ce vendredi, je suis récupéré au Cinquantenaire par Tony, enfin un peu changer d'air.

Arrivé chez lui, je peux contempler à loisir ses dernières découvertes, notamment des barytes de Lompret, et en acquérir quelques-unes pour ma collection.

Une agréable surprise m'y attend, en effet il a fait du tri et m'a préparé quelques caisses de fossiles et de minéraux, notamment de nombreux quartz de Bierghes et d'Auvergne, ces derniers souvent trouvés ensemble sur le site.

Mais je suis complètement épuisé de la semaine, je monte dans la chambre et à 9 heures je suis au lit. Je ne mettrai certes pas très longtemps à m'endormir...

Le samedi matin, je suis debout à 6h30, mieux reposé. Vers 8h on est partis pour les environs de Comblain-au-Pont, et on arrive sans aucun souci à Poulseur, vers 9h20.

On installe les caisses d'échanges de fossiles de Tony sur la table, et on commence à tourner dans la salle. N'ayant pas sû emmener de fossiles, je me contenterai de regarder et, quand c'est possible, de faire quelques achats.

Je me braque surtout sur des pièces que je n'ai pas encore, et c'est dans ce genre de bourses qui n'accueillent que des amateurs de fossiles, que j'ai le plus de chances de trouver mon bonheur.

J'aurai récupéré, entre autres :

Orthoceras sp., Ordovicien, La Meignanne, Anjou, France
Bellerophon sp., Ordovicien, La Meignanne, Anjou, France
Coprolithes de trilobites, Ordovicien, La Meignanne, Anjou, France
Dohmophyllum sp., Eifélien, Niederehe, Eifel, Allemagne
Cyathophyllum quadrigeminum, Eifélien, Niederehe, Eifel, Allemagne
Dent de Nothosaurus sp., Muschelkalk, Alsace, France
Dents d'Hybodus sp., Muschelkalk, Alsace, France
Dent de Polyacrodus sp., Muschelkalk, Alsace, France
Ceratites sp., Muschelkalk, Alsace, France
Myophorella clavellata, Bajocien, Ringsheim, Allemagne
Choffatia waageni, Callovien, Saint-Laon, Poitou, France
Vertèbre cervicale de Mosasaurus hoffmanni, Maastrichtien supérieur, Eben-Emael, Belgique
Otodus auriculatus, Lédien, Balegem, Belgique
Palais de Myliobatis dixoni, Lédien, Balegem, Belgique
Lot de dents, Bruxellien, Zaventem, Belgique
Lot de dents, Néogène, Port d'Anvers, Belgique

Vers 15h30 on replie et on reprend la route. Elle sera plus difficile qu'à l'aller, nous aurons besoin de près de 3/4 d'heure rien que pour passer la ville de Huy... On se demande toujours ce qui pouvait bouchonner à ce point !

Une fois rentrés chez Tony, on rentre les caisses de fossiles et on prépare celles pour la prospection du lendemain.

Un bon souper, et au lit, à peine plus tard que la veille !


Le dimanche, debout à 7h30 (aucun besoin de courir) et nous prenons même le temps de déguster notre petit-déjeuner.

 

On part alors pour Marche-en-Famenne et on arrive après un trajet sans histoire à l'ancienne carrière de Roy, où nous voulions un tantinet prospecter le gros éboulis récent découvert au mois d'août.

Je remue au grattoir un maximum de gros blocs, certains sont fragmentés, mais dans la majorité des cas les pièces intéressantes sont ramassées telles-quelles. Grands spirifers, plaques à petits orthidés, des empreintes d'articles de crinoïdes, mais plus intéressant une Tentaculites sp. et ce qui pourrait être une Goniatites.

Mais la surprise du jour sera la plaque contre-empreinte de la jolie pièce à plusieurs Arduspirifer arduennensis ramassée en surface il y a près de 3 mois... Je la reconnais sur place et j'en aurai la confirmation après nettoyage à la maison.

Nous repartons et faisons un petit arrêt à Marche-en-Famenne, où un talus routier sera exploré en vitesse et livrera quelques spirifers, peu en fait car il semble que des personnes y sont passées il y a peu de temps.

On repart ensuite chez Tony, pour un dîner bien copieux, et on rentre tranquillement à la maison. Il faudra un peu de temps pour rentrer le matériel et les (nombreuses) caisses, j'aurai même la possibilité de nettoyer à l'eau les trouvailles de Roy et de retrouver la pièce mise au jour en août dernier.

Je pourrai regrouper les pièces de cette journée avec les précédentes du même site, le tout peut donc sécher à l'aise.

Se reposer, une bourse et des fouilles le même week-end, que demande le peuple ???

Vivement la prochaine !

Phil "Fossil"

Publié dans Comptes-rendus

Partager cet article

Repost 0

Encore un week-end bien occupé !

Publié le par Phil Fossil


Cette fin de semaine, je serai chez mon pote Tony, pour un petit changement d'air bien nécessaire après une semaine passée dans une cave.

Le samedi, un petit saut à la bourse de Poulseur s'impose naturellement, cela fait 7 à 8 ans que je n'ai plus eu l'occasion d'y aller, étant habituellement en Auvergne à cette période...

Cet an ci, pas de virée dans le Massif Central au programme, je suis donc enfin disponible pour cette manifestation !

Dimanche, en fonction de la météo, peut-être une petite prospection dans les Ardennes...

Il en résulte que je serai sans doute moins présent ce week-end pour lire mes boites eMail, je sollicite donc votre patience.

Merci !

Phil "Fossil"

Publié dans Générale

Partager cet article

Repost 0

Une belle dent de Physeterula dubusi d'Anvers

Publié le par Phil Fossil

 

Jean-Paul-Anvers-Physeterula-dubusi-1B-9cms

Jean-Paul-Anvers-Physeterula-dubusi-1A-9cms

Jean-Paul-Anvers-Physeterula-dubusi-1C-7cms

 

Physeterula dubusi, Néogène, Port d'Anvers, Belgique. Collection et photos Jean-Paul Herremans.
(Cliquez sur les images pour les agrandir)

 

 

Lors de notre dernière sortie portuaire, nous avions ramassé en surface pas mal de pièces en vertébrés, mais malgré avoir profondément épluché le terrain, nous en avions manifestement laissé.

Jean-Paul nous avait rejoint dans la fin de l'après-midi, et était tombé sur cette beauté.

La pointe n'est pas abîmée, elle a subi une usure fonctionnelle du vivant de l'animal. La racine est également complète.

Magnifique pièce... J'en ai loupé des choses, cette fois-là !

Phil "Fossil"

Publié dans Vos découvertes !

Partager cet article

Repost 0

Un ragoût d’animaux écrasés

Publié le par Phil Fossil


AFP Publié le jeudi 03 octobre 2013 à 05h39 - Mis à jour le jeudi 03 octobre 2013 à 15h51

Un Britannique établit son menu à partir d’animaux fauchés sur les routes.

 

 

Prenez un blaireau mort, saupoudrez de farine et d’herbes puis braisez le tout pendant cinq heures : voici la recette pour un ragoût parfait, selon Arthur Boyt, amateur de cuisine à partir d’animaux fauchés sur les routes.

Chiens, chats, furets, souris, rien n’est plus savoureux, selon ce chercheur à la retraite de 74 ans, que de ramasser l’un de ces animaux sur le bord de la chaussée et de le ramener dans sa maison de Cornouailles (sud de l’Angleterre), d’ôter la peau, les viscères et de le cuisiner.

Cet obsédé de la nature dont la maison est truffée de crânes d’animaux et de bébêtes empaillées, se régale de ces mets insolites et peu ragoûtants depuis les années 60. Et encourage tout le monde à s’y mettre.

Devant la moue dubitative des personnes à qui il confie son étrange habitude, il rétorque : "Eh bien, si vous goûtiez, vous apprécieriez probablement !" "Le problème n’est pas le goût de la nourriture, c’est dans la tête", estime-t-il alors qu’un ragoût de blaireau mijote. "Il faut sauter le pas. Il faut se dire O.K., c’est juste de la viande", conseille-t-il. Il confie également que son plat préféré est le chien.

Cependant, gentleman, il précise qu’il tente toujours de retrouver les propriétaires avant de déguster des chiens. Il compare la saveur "ronde, lisse et douce" de la viande de chien à celle d’agneau, et conseille pour l’accompagner "un vin rouge, comme le Chianti, par exemple".

Si les chiens ont ses faveurs, son congélateur regorge également de buses ou d’orvets, signe de l’éclectisme de ses goûts. Il n’a pas davantage de réticences à manger de la viande faisandée, affirmant avoir cuisiné des blaireaux qui étaient morts depuis deux semaines.

Seule contrainte dans ce cas-là : retirer, préalablement à la cuisson, asticots et autres tiques, précise-t-il. "J’ai mangé des choses qui étaient vert foncé et qui puaient. Si vous cuisinez bien, la pourriture ne gâche pas le plaisir de manger l’animal", affirme-t-il. "Je n’ai jamais été malade après avoir mangé des animaux écrasés. Des personnes ont mangé ici et ont été malades en rentrant chez elles, mais je suis sûr que c’était autre chose."

http://www.dhnet.be/actu/societe/un-ragout-d-animaux-ecrases-524ce6d935703eef3a0d3ba7

PS. J'ai connu quelqu'un qui faisait ça également, mais ni avec des chats et des chiens, ni avec de la viande faisandée et en partie décomposée... BON APPETIT !

Phil "Fossil"

Publié dans Pour se détendre

Partager cet article

Repost 0

Osteolepis panderi du Dévonien d'Ecosse

Publié le par Phil Fossil

 

Osteolepis-panderi-Devonien-Caithness-Ecosse-1A-10cms

 

Osteolepis panderi, Old Red Sandstone, Dévonien, Caithness, Ecosse. Longueur 10 centimètres.

(Cliquez pour agrandir)

 

 

Les fossiles dévoniens belges sont majoritairement des invertébrés, au contraire de ceux découverts dans les Iles britanniques.

Les Vieux Grès Rouges (Old Red Sandstone), décrits au Royaume-Uni, sont connus pour leurs nombreux poissons fossiles, l'Ecosse est réputée également pour ces animaux.

Ces spécimens sont bien préservés, leurs écailles sont restées brillantes comme du vivant de l'animal.

Encore un beau fossile acquis à la bourse de Sainte-Marie-aux-Mines, fin juin de cette année.

Phil "Fossil"

Publié dans Classes d'organismes

Partager cet article

Repost 0