Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'UE a pris pour cible votre aspirateur

Publié le par Phil Fossil


La Commission européenne a décidé que la puissance maximale des aspirateurs ne pourra pas dépasser 900 watts à partir de 2017. Cette réglementation sera appliquée en deux phases: à partir du 1er septembre 2014, les aspirateurs ne pourront plus dépasser une puissance de 1600 watts, puis la limitation définitive à 900 watts interviendra le 1er septembre 2017.

Une étiquette d’information énergétique indiquera au consommateur quelle est la classe de puissance de l’aspirateur qu’il souhaite acquérir. Cette puissance sera graduée de A à G, comme pour l'étiquetage des réfrigérateurs et les congélateurs qui est déjà en usage.

Cette nouvelle réglementation, qui a été décidée au début de ce mois d’août, vise à réaliser des économies d’énergie et à réduire les émissions de gaz à effet de serre, et à ce titre, il s’agit de la réglementation la plus importante depuis celle relative aux ampoules électriques. Mais est-elle judicieuse ? En réduisant la puissance des aspirateurs, on réduit aussi leur puissance d’aspiration. Faire le ménage avec un aspirateur de 900 watts prendra 2 fois plus de temps qu’avec un aspirateur de 2000 watts, et au final, la consommation électrique sera la même, prophétise le journal allemand Deutsche Wirtschafts Nachrichten.

James Dyson, le créateur de la marque d'aspirateur sans sacs éponymes, a déjà indiqué qu’il avait déposé un recours devant la cour de l'Union européenne pour faire annuler le nouveau règlement concernant l'étiquetage de la classe énergétique des aspirateurs. Il affirme que les tests menés en laboratoire sont trompeurs, parce que les performances des aspirateurs sont très différentes à la maison, et que l’étiquetage risque de favoriser des technologies anciennes (basées sur l’utilisation d’un sac et d’un filtre) dont les performances baissent en cours d’utilisation, au détriment de l'intérêt du consommateur. Il estime même que les nouveaux appareils seront dangereux pour la santé publique, parce qu'ils seront privés d'une partie de leur puissance d’aspiration, et qu'ils ne pourront pas éliminer efficacement les agents allergènes présents dans les moquettes et les tapis.

Le Docteur Benny Peiser du think tank Global Warming Policy Foundation a estimé que cette mesure était « absurde » : « C’est l’excentricité habituelle des politiques émanant de Bruxelles. Cela ne sauvera pas la planète. Tous les coûts associés à la refonte de la conception et à la construction de nouveaux modèles seront supportés par le consommateur ».

 http://www.express.be/joker/fr/platdujour/lue-a-pris-pour-cible-votre-aspirateur/197583.htm

 

P.S.

 

Il restera quand même un nouveau débouché pour les fabricants d'aspirateurs : l'aspirateur à Eurocrates (aussi appelés "Europarasites").

Avec broyeur intégré et tout-à-l'égoût, s'il vous plaît...

Phil "Fossil"

P.S.2. Plus sérieusement, ils sont vraiment payés des sommes folles pour pondre des législations aussi débiles !!! AU SECOURS !!!

 

Publié dans Coups de gueule

Partager cet article

Repost 0

Si c'était dans le Nord... C'était loin !

Publié le par Phil Fossil

 

Même si je n'ai aucune affinité à-priori pour les régions polaires, il n'en reste pas moins vrai que certaines d'entre elles ont fourni des vestiges paléontologiques majeurs.

 

Je pense notamment au Groenland et à ses vestiges d'Acanthostega et d'Ichthyostega, et à l'Ile Seymour (Antarctique) qui donne des restes de chimères éocènes.

 

Mais un endroit mythique pour moi est le Spitzberg (à présent appelé Svalbard), un archipel au nord du Cercle polaire.

 

Les nombreux poissons fossiles archaïques datés du Trias qui y ont été découverts ont été étudiés par Erik Stensiö entre 1912 et 1916.

 

Récemment, après 2000, de très nombreux squelettes de reptiles marins du Callovien (ichthyosaures, plésiosaures et un pliosaure de 15 mètres de longueur !) ont été mis au jour par une équipe norvégienne.

 

Ils y ont même trouvé sur un site proche des pistes d'empreintes de dinosaures, lesquelles devront être étudiées ultérieurement.

 

Vu la localisation de cet archipel, à 1300 kilomètres du Pôle Nord, seules quelques semaines en plein été sont praticables pour une campagne de fouilles.

 

Mais, même en plein “été”, la météo n'y est pas toujours des plus réjouissantes, au grand dam des chercheurs de fossiles.

 

Températures encore proches de zéro degré, blizzard, brouillard, mais surtout la pluie.

 

Ne dit-on pas qu'il y tombe des Svalbard ???

 

Phil “Fossil”

 

 

 

Publié dans Le coin du Phil'osophe

Partager cet article

Repost 0

Quartz fumé et grenat spessartine de Chine

Publié le par Phil Fossil

 

Chine-Yunxiao-Quartz-fume-Spessartine-1A-7cms 

Chine-Yunxiao-Quartz-morion-Spessartine-1A-7cms

 

Quartz fumé (1er) et morion (2nd) et grenat spessartine, Wushan Spessartine Mine, Tongbei, Yunxiao Co., Zhangzhou Prefecture, Fujian Province, Chine. Dimension maximale des pièces entre 6 et 7 centimètres.
(Cliquez pour agrandir les images)

 

 

Les quartz recouverts de grenat spessartine de couleur orange sont un grand classique chinois. On en découvre pratiquement à aucun autre endroit dans le monde à ma connaissance...

Ces quartz vont des spécimens hyalins aux morions en passant par les plus classiques fumés.

Ces deux pièces ont été acquises à la bourse de Sainte-Marie-aux-Mines, fin juin 2013.

Phil "Fossil"

Publié dans Minéralogie

Partager cet article

Repost 0

Je recherche quelques espèces – I am searching for some species

Publié le par Phil Fossil

 

Depuis 40 années maintenant, je fouille la Belgique et ses environs afin de dénicher des espèces fossiles non encore disponibles en collection.

 

Malgré les moyens importants déployés pour ce faire, en temps, force physique et en argent, il reste naturellement quelques espèces dont je ne dispose pas encore.

 

La liste qui suit contient les pièces qui sont ardemment désirées, si vous en disposez en double de bonne qualité, je suis prêt à les acquérir par échange ou par achat.

 

Merci d'avance !

 

Phil “Fossil”

 

 

 

Since 40 years now, I am prospecting Belgium and around to get my hands on fossil species not yet available in my personal collection.

 

Despite I am using quite big resources to get them, in time, physical strenght and money, some species remain out of my access.

 

Hereafter follows a list of hardly desired pieces; should you have some good quality doubles, I am ready to trade or buy them.

 

Thanks by advance !

 

Phil “Fossil”

 

 

 

Helodus turgidus, Tournaisian, Soignies-Tournai, Belgium

Petalodus sp., Carboniferous, USA

Helicoprion sp., Permian, Russia-USA

Ptychodus sp., Cenomanian-Turonian, Bettrechies-Bellignies, France

Fauna from Upper Cretaceous, Lonzee, Gembloux, Belgium

Ganopristis leptodon, Maastrichtian, Eben-Emael, Belgium

Rhombodus binkhorsti, Maastrichtian, Eben-Emael, Belgium

Thanetian fauna, Dormaal, Belgium

Thanetian fauna, Rollot, Somme, France

Megachasma sp., Neogene, Antwerp Harbour, Belgium

Premontreia distans, Neogene, Antwerp Harbour, Belgium

Phoca vitulinoides vertebra, Neogene, Antwerp

Megaselachus megalodon, Miocene, Hungary-Czech Republic-Cuba

Cosmopolitodus hastalis, Miocene, Cape Town, South Africa

Megaselachus megalodon, Miocene, Cape Town, South Africa

Carcharodon carcharias, Pliocene, Cape Town, South Africa

 

 

Publié dans Listes d'échanges

Partager cet article

Repost 0

44ème Interminéral à Liège les 9 et 10 novembre 2013

Publié le par Phil Fossil

 

Intermineral-2013

 


Les samedi 9 et dimanche 10 novembre 2013 de 10 à 18 heures

 

Exposition - Bourse Internationale
Minéraux, Fossiles, Météorites, Gemmes et Archéologie

 

Liège, Palais des Congrès

 

Entrée 5 euros, étudiants 3 euros, moins de 12 ans gratuit.

 www.agab.be

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Repost 0

Quelques Megaselachus megalodon du Miocène d'Anvers !

Publié le par Phil Fossil

 

Paleoman-Thierry-Yannick-Anvers-Miocene-Megaselachus-Megalo

 

Megaselachus megalodon, Miocène, Port d'Anvers, Belgique. Hauteur maximale 9 centimètres.
De gauche à droite : collection Phil "Fossil", Thierry, Yannick.
(Cliquez pour agrandir l'image)

 

Ce samedi était dédié à une petite prospection anversoise, où Thierry, Yannick et moi étions impatients de découvrir le terrain après les généreuses pluies de cette semaine.

A notre arrivée, pas grand-chose en surface, nous partons déjà un peu défaitistes.

Puis des couches à graviers sont découvertes et tamisées systématiquement, avec un inégal bonheur.

Mon trou, qui atteindra vers la fin de la journée une taille de plusieurs mètres-cubes, donnera tout au long, mais de manière assez irrégulière : 3 dents dans un tamis, rien dans une dizaine...

En fin de prospection nous repartirons chacun avec une megalodon, la plus belle ayant été trouvée par Yannick.

En ce qui me concerne, en plus : une Hexanchus plus une petite symphysaire, une belle bulle tympanique de cachalot, les habituelles dents néogènes, et quelques coquilles dont celle que je cherchais depuis près de 20 ans sous forme complète : Glossus humanus, aussi connu sous le nom d'Isocardia cor. Un beau Galeoda bicatenata est venu couronner ces trouvailles déjà superbes...

Vivement la prochaine !

Phil "Fossil"

Publié dans Vos découvertes !

Partager cet article

Repost 0

Un peu de vacances, il sera temps...

Publié le par Phil Fossil


Les derniers congés datent déjà de la fin juin-début juillet, autant dire une éternité pour votre serviteur.

J'en avais profité pour faire la bourse de Sainte-Marie-aux-Mines, me reposer, et faire quelques petites fouilles.

Ces dernières ne m'ont pas trop manqué dernièrement, vu les sorties quasiment hebdomadaires que je fais depuis quelques mois déjà...

Les prochaines vacances seront relativement courtes mais assurément variées, puisque en une semaine et demie répartie sur presque un mois, il y aura quelques jours en Champagne, une demi-semaine dans l'Eifel, et quelques jours en Normandie.

C'est sûr qu'il faudra prendre du repos, mais vu les sites à visiter, les kilomètres à engranger et surtout les fossiles à ramasser, ce n'est pas gagné d'avance...

Mais depuis le temps que je n'ai plus visité quelques-uns de ces sites, je ne vous dis pas mon impatience !

Phil "Fossil"

Publié dans Générale

Partager cet article

Repost 0

Un quarteron d’eurodéputés va brader nos vies privées

Publié le par Phil Fossil



Un quarteron d'eurodéputés décideront ce lundi 21 octobre 2013 de l'avenir du projet de règlement européen sur la protection des données personnelles, et donc de ce pour quoi, et comment, nous serons fichés, traqués & surveillés sur Internet dans les 5, 10 ou 20 prochaines années (voir Du droit à violer la vie privée des internautes au foyer).


Problème : la Quadrature du Net vient de révéler que "le rapporteur semble vouloir demander un mandat pour négocier le règlement à huis-clos avec les États Membres, coupant court à toute chance de débat public", au profit d'"amendements de compromis".

 

Ce revirement est d'autant plus étonnant, et inquiétant, que la proposition de règlement sur la protection des données personnelles actuellement négociée à Bruxelles fait l'objet de la plus importante opération de lobbying qu’ait jamais vue l’Union Européenne, de la part des entreprises américaines, mais également des représentants officiels des Etats-Unis.

 

L'un d'entre-eux a même déclaré que si l'Europe refusait d'abaisser le niveau de protection de nos données, le projet pourrait déboucher sur une "guerre commerciale" avec les USA... Depuis, les révélations d'Edward Snowden ont révélé l'ampleur de l'espionnage des télécommunications "made in USA". On aurait pu s'attendre à un sursaut de la part de nos institutions européennes. Il semblerait que non.

 

Le site controle-tes-donnees.net, qui vient tout juste d'être lancé, résume très bien ce pour quoi ce futur règlement européen est "menacé par le lobby des géants de l'Internet", qui voudraient pouvoir continuer à collecter, analyser, recouper, vendre et revendre nos données... sans notre consentement.

 

...


Pour l'article complet avec les liens :

http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2013/10/17/un-quarteron-deurodeputes-va-brader-nos-vies-privees/

http://www.controle-tes-donnees.net/


Phil "Fossil"

Publié dans Coups de gueule

Partager cet article

Repost 0

Colymbosaurus du Jurassique de Faringdon, UK

Publié le par Phil Fossil

 

Faringdon-Jurassique-Colymbosaurus-sp-2A-10cms

Faringdon-Jurassique-Colymbosaurus-sp-2B-10cms

 

Vertèbre de Colymbosaurus sp., Jurassique, Faringdon, UK. Plus grande dimension 10 centimètres.
(Cliquez sur les images pour les agrandir)

 

 

Les Graviers à Eponges du Cénomanien de Faringdon fournissent, comme on peut s'y attendre, de nombreux exemplaires des spongiaires Raphidonema faringdonense.

Mais cette formation comporte également des vestiges de vertébrés, remaniés du Jurassique.

Vertèbres de crocodiles, dents de poissons Sphaerodus, cette fois voici une vertèbre du plésiosauridé Colymbosaurus, datée du Jurassique, probablement supérieur.

Un autre exemplaire plus petit, sans doute une vertèbre caudale, a déjà été présenté.

Phil "Fossil"

Publié dans Classes d'organismes

Partager cet article

Repost 0

On a (presque) trouvé le moustique de Jurassic Park

Publié le par Phil Fossil


Des traces de sang ont été découvertes dans un moustique fossilisé, vieux de 46 millions d’années. Pas assez, hélas, pour avoir croisé des dinosaures.

GORGÉ DE SANG. La découverte fait immédiatement penser au film Jurassic Park dans lequel des chercheurs découvrent de l’ADN de dinosaure dans un moustique fossilisé dans de l’ambre. Aujourd’hui, c’est un fossile de moustique « gorgé de sang », ou plus exactement dont l’abdomen est rempli de molécules présentes dans le sang, qui vient d’être exhumé par une équipe américaine du Muséum National d’Histoire Naturelle de Washington.

Cette découverte des plus surprenantes a été publiée dans la dernière livraison des PNAS, les comptes-rendus de l’Académie américaine des sciences. Ce moustique femelle contient dans son abdomen des traces de fer et de porphyrines, des constituants très stables de l’hémoglobine, grosse protéine qui transporte l’oxygène dans le sang. Ces porphyrines étaient quasiment ou totalement absentes de moustiques mâles (qui ne piquent pas), eux aussi fossilisés et retrouvés au même endroit.

Découvert dans des schistes bitumineux

«L’abdomen du moustique gorgé de sang ressemble à un ballon prêt à exploser. Il est très fragile. Les chances qu’il ne se désintègre pas avant la fossilisation étaient extrêmement minces », s’est enthousiasmé Dale Greenwalt, premier auteur de la publication.

PAS DE L'AMBRE. Le moustique en question n’a pas été découvert dans de l’ambre, mais dans des schistes bitumineux du Montana.

« C’est la preuve qu’un moustique suceur de sang peut être préservé dans un milieu autre que l’ambre et que des composés porphyriques présents dans le corps d’un vertébré pourraient survivre dans des conditions adéquates pendant des millions d’années », a déclaré George Poinar, qui étudie les fossiles d’insectes à l’Université de l’Orégon (Corvallis).

Une analyse non destructive

Cette découverte semble donner rétrospectivement un certain crédit à une publication controversée datant de 1997, elle aussi publiée dans les PNAS par une paléontologue de Caroline du Nord, qui faisait état de la présence de traces d’hémoglobine dans des ossements de dinosaure.

"IONS SECONDAIRES". La découverte de porphyrines issues de l’hémoglobine préservées dans la formation géologique Kishenehn dans le nord-ouest de l’Etat du Montana, qui date du milieu de l’Eocène, a été possible grâce à l’utilisation de la spectrométrie de masse à ionisation secondaire temps de vol (TOF-SIMS). Cette technique permet d’analyser les « ions secondaires » issus d’un processus de pulvérisation d’une surface d’un échantillon à analyser sans pour autant le détruire. L’analyse de ces ions donne des informations sur l'espèce moléculaire présente à la surface de l’objet étudié.

Une gangue d'algues protectrices

L’échantillon de schiste provient d’un don au Muséum National d’Histoire Naturelle de Washington. Conservé au département du paléobiologie du musée, il a été bombardé au bismuth, un métal lourd, qui a vaporisé les constituants chimiques présents à l’intérieur du fossile de l’insecte. Reste à expliquer le très bon état de conservation de ce moustique.

CERCUEIL. L’hypothèse la plus probable tient à ce que l’insecte hématophage, qui s’était posé à la surface d’un étang, ait pu être recouvert par des algues en suspension dans l’eau qui auraient fini par former une sorte de gangue épaisse qui aurait entrainé l’insecte vers le fond et ainsi contribué à préserver intact son abdomen distendu par son dernier repas sanguin. Ce processus faisant intervenir des algues a déjà été décrit pour expliquer la fossilisation d’autres insectes.

Une question demeure cependant toujours sans réponse. De quel animal proviennent ces traces moléculaires de sang ingéré par ce moustique vieux de 46 millions d’années ? Pas un dinosaure, ces derniers ayant disparu à la fin du Crétacé il y a 65 millions d'années. En revanche, cet insecte a pu piquer l'un premiers mammifères modernes.

Jurassic Park, on n'y est pas encore. La découverte de ce moustique est évidemment une nouvelle stimulante pour les cinéphiles et autres amateurs de SF. Mais pourtant, même à supposer que l'insecte ait vécu à l'époque des dinosaures (ce n'est pas le cas de celui-ci) et qu'il soit gorgé de leur sang, difficile d'imaginer en extraire de l'ADN pour faire renaitre les terribles lézards. Une étude publiée en 2012 dans Proceeding of the Royal Society B montre en effet que la molécule d'ADN est trop fragile pour survivre plus de quelques millions d'années. Et comme les dinosaures ont disparu voici 65 millions d'années environ... O.L.

http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/archeo-paleo/20131015.OBS1109/on-a-trouve-le-moustique-de-jurassic-park.html

Phil "Fossil"

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost 0