Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Promenade avec les dinosaures dans le "Jurassic Park" turkmène

Publié le par Phil Fossil



Le Point.fr - Publié le 06/05/2014 à 07:48

Près de 2 500 traces de dinosaures ont été découvertes sur le "plateau des Dinosaures", l'un des lieux les plus mythiques de l'ex-URSS.


À quelque huit heures de route de la plus proche ville, perdu dans la poussière à l'extrême est du Turkménistan, se trouve le "plateau des Dinosaures", l'un des lieux les plus mythiques et les moins visités de l'ex-URSS. Cet endroit unique réunit l'une des plus extraordinaires collections d'empreintes de dinosaures fossilisées sur Terre. Il n'a été découvert par les paléontologues soviétiques que dans les années 1950. "Steven Spielberg aurait dû tourner Jurassic Park ici. Les traces de dinosaures sont réelles, elles n'ont pas été faites par ordinateur", raconte Aman, 35 ans, qui habite le village de Khodja Pil, au pied du plateau.

Près de 2 500 traces de dinosaures y ont été découvertes. Certaines font 40 centimètres de long et de 30 centimètres de largeur, d'autres encore plus grandes mesurent 70 de longueur et 60 de largeur. La foulée d'un dinosaure, s'il mesurait de cinq à six mètres de hauteur, pouvait atteindre jusqu'à deux mètres. L'endroit est réputé pour avoir la plus longue suite d'empreintes au monde, laissées par un dinosaure marchant ou courant, parfois jusqu'à 200 mètres. Difficile de croire aujourd'hui que cette zone aride de montagnes pouvait permettre à des dinosaures de survivre. Mais il y a 150 millions d'années, lorsque ces créatures dominaient la Terre, l'écosystème était complètement différent.

"Toucher l'éternité"

"Il y a quelque 145-150 millions d'années, il y avait des lacs, des marécages et des hordes de dinosaures arpentaient leurs rives. Il y en avait des carnivores et des herbivores", explique Anatoli Bouchmakine, un scientifique turkmène qui se dédie au "plateau des Dinosaures". "Ces marais sablonneux se sont rapidement remplis de vase et ainsi ces empreintes préhistoriques ont laissé leur marque pour toujours", explique-t-il. Le Turkménistan, qui reste l'un des pays les plus isolés au monde, vingt ans après la fin de l'URSS, n'accueille chaque année qu'une poignée de touristes. La grande majorité des visiteurs du "plateau des Dinosaures" sont des Turkmènes.

"On a l'impression que les dinosaures étaient là tout récemment. Si vous montez en haut de la montagne, vous pouvez les imaginer en train de marcher, au loin", décrit Goulia, 27 ans, qui habite dans la ville la plus proche, Türkmenabat. "C'est incroyable que chacun d'entre nous puisse en quelque sorte toucher l'éternité", ajoute-t-elle.

"Vous pouvez distinguer les orteils"

Pour visiter le plateau, situé à l'extrême est du Turkménistan, près de la frontière avec l'Afghanistan et l'Ouzbékistan, les touristes doivent obtenir un permis. À partir de la capitale turkmène Achgabat, située à l'autre bout du pays, il leur faudra prendra un avion jusqu'à Türkmenabat, avant de rouler vers le sud pendant 450 kilomètres, un trajet de huit heures sur une route cabossée. C'est seulement dans les années 1950 qu'il a été confirmé que des traces de dinosaures parsemaient le plateau, même si les habitants des environs connaissaient depuis longtemps leur existence. Mais peu se doutaient qu'il s'agissait de véritables dinosaures. D'ailleurs le nom du village situé au pied du plateau, Khodja Pil, signifie en turkmène "le miracle des éléphants".

Les éléphants n'ont jamais existé au Turkménistan, mais une légende locale prétendait que les mystérieuses traces avaient été laissées par des éléphants emmenés par Alexandre le Grand sur la route de ses conquêtes. "Dans ce plateau, ce qui est si unique, c'est qu'ici des traces précises de dinosaures ont été préservées, et vous pouvez même distinguer les orteils et suivre leur trace", s'émerveille M. Bouchmakine. "Un si grand nombre d'empreintes n'a jamais été retrouvé ailleurs dans le monde", assure-t-il. Même si le "plateau des Dinosaures" est excentré, les autorités turkmènes ont l'espoir de faire de la région une destination touristique majeure. Le plateau est situé au coeur du parc national du Koytendag, qui abrite la plus haute montagne du pays (Airybaba, 3 319 mètres) ainsi que des cascades, des lacs et des grottes. Le ministre turkmène du Tourisme prépare un dossier pour proposer que le parc national du Koytendag soit ajouté à la liste du patrimoine mondial de l'Unesco, explique le responsable du parc, Moukhamet Imamov.


http://www.lepoint.fr/science/promenade-avec-les-dinosaures-dans-le-jurassic-park-turkmene-06-05-2014-1819356_25.php


Phil "Fossil"

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost 0

Parotodus benedeni du Néogène anversois

Publié le par Phil Fossil

 

Yannick-Anvers-Neogene-Parotodus-benedeni-1B-3cms

Yannick-Anvers-Neogene-Parotodus-benedeni-1A-3cms

 

Parotodus benedeni, Néogène (Pliocène probable), Port d'Anvers, Belgique. Hauteur de la dent 3 centimètres.
(Cliquez sur les photos pour un agrandissement)

 

 

Notre visite anversoise de ce premier mai, à Yannick et à moi, ne m'avait pas personnellement donné des masses de dents convenables.

Yannick par contre avait bien tiré son épingle du jeu, surtout avec ce spécimen de Parotodus benedeni de grande fraîcheur, ce qui indique à mon avis une dent pliocène.

C'est à mon avis le seul exemplaire pliocène que j'ai personnellement vu découvert dans le port anversois.

Phil "Fossil"


Publié dans Vos découvertes !

Partager cet article

Repost 0

Exposition sur les trésors minéralogiques du Namurois

Publié le par Phil Fossil




Trésors minéralogiques du Namurois

Mineralogische schatten van de provincie Namen

 

 

expo mine 2014 Affiche A3mjx

 

(cliquez pour agrandir)

 

 

 

 http://www.tresorsdunamurois.be

 

 

Phil "Fossil"


Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Repost 0

Quelques belles trouvailles dans mon tamisat !

Publié le par Phil Fossil



Ce week-end, pas de sortie prévue, après notre visite anversoise du jeudi 1er mai.

Il faut dire que passer la Fête du Travail à tamiser comme un malade, cela me semblait déjà plus que suffisant...

Ce samedi, debout avant 9h et je commence à trier une grosse caisse de tamisat anversois, bien sec depuis quelques mois maintenant.

Vers 13h, la faim commence à me tarauder : il faut dire que j'ai bien avancé, les 4/5èmes de la caisse sont faits avec de belles trouvailles à la clé.

Je reprends le tri après le dîner, et vers 15h30 la caisse est terminée.

Bilan très correct : de grandes dents broyeuses de sparidés, quelques canines, des Hypoprion acanthodon, une jolie Galeocerdo aduncus, un triturateur de chimère Edaphodon antwerpiensis, quelques belles dents de delphinidés, des Squatina angeloides, et, cerise sur le gâteau, une assez jolie symphysaire d'hexanchidé.

Comme il fait encore clair, je peux commencer une autre caisse plus récente et enfin sèche jusque peu avant 20h.

Je la continue ce dimanche, mais vu que la granulométrie des gravillons est plus petite cela prend plus de temps.

Le tri se fait en épisodes, vu que du rangement de caisses et autres est fait dans l'intervalle. Egalement le tri d'un peu de tamisat du Lédien, mais celui-là étant plus laborieux il est fait par petites quantités.

Je me remets au gravier de Kattendijk dans l'après-midi, vers 19h30 je déclare la fin des hostilités.

Là aussi les trouvailles sont notables : belles Hypoprion acanthodon, dent de dauphin, de grosses canines et dents broyeuses de Sparus, un triturateur de chimère, et une symphysaire (probable) malheureusement fragmentaire.
 
Plus d'une caisse et demie faite sur un week-end, pas mal...

Phil "Fossil"

Publié dans Billets d'humeur

Partager cet article

Repost 0

Astropecten lorioli du Tithonien inférieur de Boulogne-sur-Mer

Publié le par Phil Fossil

 

Boulogne-Tithonien-inferieur-Astropecten-lorioli-1A-12cms

Boulogne-Tithonien-inferieur-Astropecten-lorioli-1B-12cms

 

Astropecten lorioli Wright, Tithonien inférieur, Boulogne-sur-Mer. Diamètre 12 centimètres.
(Cliquez sur les images pour les agrandir)

 

 

Ces dernières années, une trouvaille fantastique a été réalisée à Boulogne-sur-Mer : des dalles d'argile tithonienne, constellées de grandes étoiles de mer Astropecten martis et Astropecten lorioli.

L'extraction de ces pièces, le transport, leur préparation et le traitement appliqué à l'argile pour éviter la désintégration des fossiles fragiles n'est pas une sinécure, loin de là.

Il en résulte que ces pièces sont à la fois presque impossibles à trouver de nos jours pour des amateurs qui ne sont pas "du coin", et atteignent des prix non négligeables en bourse ou sur Internet.

C'est à la bourse d'Hardinghen, en ce beau week-end de Pâques, que j'ai pu enfin m'offrir un spécimen.

Phil "Fossil"

Publié dans Classes d'organismes

Partager cet article

Repost 0

Une petite sortie aux fossiles ce week-end ?

Publié le par Phil Fossil

 

 

Si d'aventure le tamis, la pelle, le marteau ou le burin vous démangent, je peux vous proposer une petite sortie ce samedi 3 ou ce dimanche 4 mai 2014.

 

Un de ces deux jours doit être réservé pour continuer le rangement et le nettoyage des pièces ramenées ce jeudi 1er mai, mais le deuxième peut être consacré à une sortie.

 

Le thème de la sortie dépendra naturellement de vos préférences. (minéraux, fossiles paléozoïques, mésozoïques ou cénozoïques)

 

Nos sorties sont gratuites, ouvertes à tous, et je dispose de pas mal d'équipement en double afin de vous éviter de vous charger d'un tas de matériel pas forcément utile sur les sites prospectés.

 

Avis aux amateurs, merci de vous signaler très vite, vu que le week-end approche à grands pas !

 

Phil “Fossil”

 

 

 

Publié dans Générale

Partager cet article

Repost 0

Une journée mitigée à Anvers

Publié le par Phil Fossil


Les derniers mois, je n'avais plus eu l'occasion d'aller à Anvers afin de chercher du matériel en vertébrés néogènes.

Il faut bien dire qu'aussi bien les échos négatifs concernant les sites que les dernières visites personnelles n'ayant pas été miraculeuses, avaient entraîné une assiduité plus réduite de ma part.

Yannick arrivant très tôt comme à son habitude, on embarque le matériel et on arrive sur place une petite heure plus tard.

A peine arrivé sur le site, Yannick ramasse quelques pièces en surface, dont une superbe Parotodus benedeni très fraîche.

Les zones tamisées ont fort bougé depuis notre dernière visite il y a près de deux mois déjà : je commence néanmoins à tamiser une couche déjà travaillée.

Pas de grande dent à l'horizon, par contre les petites sont assez fréquentes : quelques Notorhynchus cepedianus, 4 ou 5 Galeocerdo aduncus de petite taille mais fort complètes, des Araloselachus vorax, mais surtout une profusion (une bonne dizaine !) d'Hypoprion acanthodon.

A cela on ajoute d'assez jolies vertèbres de requins, de nombreux rochers tympaniques de dauphins et quelques belles dents des mêmes types d'animaux.

La plus grande Cosmopolitodus mise au jour ne dépasse pas les 25 à 30 millimètres, ne parlons même pas des plus grosses espèces... Totalement absentes !

Yannick trouve quelques jolies pièces (Hexanchus gigas, bulles tympaniques de dauphins) et quelques assez belles Cosmopolitodus hastalis, la plus grande approchant les 5 centimètres.

Le soleil est radieux, il fait néanmoins de plus en plus lourd et nuageux au fur et à mesure que l'heure avance : on quitte peu avant 16h, les premières averses ne tarderont plus.

De retour au bercail, il fait meilleur ce qui me permet de passer les dents à l'eau, et même de finir la caisse de tamisat, entamée ce samedi, sous un ciel de plus en plus rempli de nuages noirs juste avant que les premières gouttes ne tombent !

Une belle journée, les trouvailles auraient pu être meilleures, mais enfin :

Vivement la prochaine !

Phil

  

Publié dans Comptes-rendus

Partager cet article

Repost 0

Une "petite" Perisphinctes sp. du Portlandien Boulonnais

Publié le par Phil Fossil

 

Wimereux-Portlandien-Perisphinctes-sp-1A-40cms

Wimereux-Portlandien-Perisphinctes-sp-1B-40cms

 

Perisphinctes sp., Portlandien-Tithonique, Wimereux, Boulonnais, France. Diamètre 40 centimètres.
(Un petit clic pour agrandir)

 

 

Depuis mes toutes premières visites à la bourse de Hardinghen près de Réty, j'avais flashé sur les superbes ammonites portlandiennes en calcite, admirablement préparées par l'un des plus acharnés parmi les amateurs locaux, Philippe Titren.

Il faut bien dire que la coquille quand on la découvre est totalement recouverte de marne et de calcaire, mais aussi de petites huîtres, de tubes de vers, etc.

C'est donc un travail titanesque que de dégager une de ces pièces, à l'aide de ponçeuses, dremel, et j'en passe. J'ai d'ailleurs découvert au fil des années quelques exemplaires que, faute d'une expérience suffisante dans la préparation de ces "bestioles", j'ai laissées naturelles.

Cela faisait bien 20 ans que je désirais m'en offrir une complètement préparée, malheureusement les rares fois où j'étais dans la région en même temps que cette bourse je n'avais pas prévu un budget suffisant, ou, pire, je ne trouvais pas un exemplaire à "ma taille" : un diamètre maximal d'une quarantaine de centimètres, vu le poids monstrueux de ces pièces en calcaire dur.

Cette édition 2014 a donc vu la réalisation d'un rêve vieux de deux décennies, enfin.

Phil "Fossil"

Publié dans Classes d'organismes

Partager cet article

Repost 0

Une visite portuaire d'Anvers, ça vous tente ???

Publié le par Phil Fossil

 

Ce dimanche 11 mai 2014, se déroule la journée portes-ouvertes “Chantiers Ouverts”.

 

Parmi de nombreux bâtiments en construction ou en rénovation, cette proposition se détache assurément du lot !

 

http://www.journeechantiersouverts.be/waaslandsluis/2014/waaslandhaven-krijgt-grootste-sluis-ter-wereld-deurganckdoksluis/

 

Il s'agit de rien de moins qu'une visite libre et gratuite du chantier de la nouvelle écluse géante près du Deurganckdok, proche de Doel.

 

Si les recherches de fossiles y seront normalement limitées à un ramassage très superficiel, pourquoi ne pas tenter votre chance ?

 

Avis aux amateurs !

 

Phil “Fossil”

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Repost 0

Cinq jours dans le Boulonnais pour Pâques ! (2)

Publié le par Phil Fossil

 

 

Lundi 21 avril 2014

 

Aujourd'hui, nous avons rendez-vous avec Yannick à Wimereux, pour une fois que l'on peut le guider sur “ses terres”, on fait l'impasse sur le petit-dej' pour y être plus tôt.

 

Juste passer à la boulangerie proche chercher de quoi prendre notre petit-déjeûner sur place, nous sommes partis et rejoignons notre ami près de la station de biologie marine.

 

Dûment équipés d'un seau, des outils, bottes et autres vêtements chauds, on descend sur la plage et on avance à “marche forcée” vers la pointe de la Crèche. On s'arrête à l'affleurement argileux et on commence à examiner les coulées, éboulis et galets.

 

A part quelques bivalves, pas grand-chose à signaler. Un pan entier de falaise étant descendu cet hiver, ainsi que le bunker qui le surplombait, j'examine les coulées argileuses qui me donnent des bivalves en moules internes phosphatés noirs.

 

C'est juste à côté du bunker que je déniche un superbe oursin régulier Hypodiadema koenigii dont l'orifice buccal dépassant de l'argile me sourit gentiment.

 

Je continue et c'est un peu plus loin que je tombe sur un gros bloc contenant un exemplaire assez gros (mais est-il complet?) d'Hemicidaris purbeckensis, caillou que je réduis au marteau de géologue.

 

J'extrais également une ammonite (Pavlovia) d'un autre rocher.

 

Yannick n'a également pas chômé, il ramasse une jolie ammonite en phosphate pratiquement complète, des bivalves, mais aussi un oursin régulier.

 

Chris en trouve deux pour sa part, dans des blocs que je réduis au piochon, autant que faire se peut.

 

On remonte doucement vers la voiture, en examinant les zones à galets abandonnées trop précipitamment pour cause de marée montante la veille, et on ramasse encore quelques bivalves.

 

La fatigue commence néanmoins à arriver, il va être temps de rentrer à l'auberge. Après un petit arrêt à une station-service d'Ambleteuse, où on achète de l'eau minérale (que j'ai bien évidemment oublié d'acquérir lors de nos courses de la veille) et des sandwiches garnis que l'on dévore pour le repas de midi... Un tantinet tardif, il est vrai, entre 15 et 16h.

 

Un peu se relaxer, la sieste se fait de plus en plus courte au fil des jours, puis nettoyer quelques pièces (l'oursin, naturellement) et enfin se préparer pour le repas.

 

Il sera gargantuesque, le sandwich n'ayant pas réussi à éliminer ma faim : une cassolette de la mer (un plat !) en entrée, un fish-and-chips en plat, et une mousse au chocolat pour bien faire descendre le tout. Là, ça va mieux, on est calé !

 

 

Mardi 22 avril 2014

 

On décide, après le petit-déjeûner, de jeter un coup d'oeil à la Forêt Fossile d'Ambleteuse, connue pour ses couches de tourbe à bois ligniteux et restes de mammifères flandriens.

 

Les trouvailles seront extrêmement maigres, plus aucune couche de tourbe n'affleurant nulle part, seuls quelques cailloux “douteux” et coquilles actuelles sont ramassés.

 

On remonte au véhicule afin de rejoindre un endroit un minimum plus productif : refaire le talus callovien en plus grand détail que l'avant-veille.

 

Deux sacs de fossiles sont encore personnellement ramassés, rien de bien nouveau par rapport à notre visite précédente mais quand même d'assez jolies pièces.

 

On prend notre pique-nique, puis on refait quelques courses au supermarché proche.

 

Une fois rassasiés, en route pour Boulogne où l'on se gare pas très loin du Nausicaa. On prospecte les enrochements dont certains blocs frasniens provenant de Ferques donnent des coraux rugueux et coloniaux : Hexagonaria hexagona, Thamnopora boloniensis, Alveolites suborbicularis, Acanthophyllum sp., Atrypa sp.

 

En moins d'une heure, le seau est archi-plein, et on rentre à la voiture.

 

Il est 17h déjà, un peu de repos mais pas de sieste ce coup-ci, mon déficit chronique de sommeil semble enfin avoir été comblé !

 

Mon appétit est tout juste inférieur à celui de la veille, je me “contenterai” logiquement d'une soupe de poissons, de moules à la crême et au saumon (quel délice !) et de 3 boules de glace.

 

 

Mercredi 23 avril 2014

 

On est déjà au dernier jour, le retour est proche, il faut “juste” faire les voyages pour libérer la chambre et caser le tout dans le véhicule. Autant dire que l'on sautera le petit-dej', une visite à la boulangerie nous fournit de quoi ne pas mourir de faim.

 

Aujourd'hui un peu de “repos” s'impose. On se contente de faire du tourisme et on prend des photos des maisons “belle-époque” de Wimereux, cela nous occupe toute la matinée, et même plus.

 

Puis un pique-nique improvisé avant de reprendre la route, plutôt courte, jusqu'à Ambleteuse où le Fort Mahon sera photographiquement immortalisé. J'en profiterai même pour “flasher” une grande ammonite passablement érodée dans les plaques calcaires proches du fort.

 

Mais il est déjà temps de reprendre la route, si l'on veut éviter ou plus vraisemblablement minimiser, les visites d'embouteillages.

 

Vivement la prochaine !

 

Phil “Fossil”

 

 

Publié dans Comptes-rendus

Partager cet article

Repost 0