Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le week-end ? On a connu mieux...

Publié le par Phil Fossil

 


Ce vendredi matin, il fait dégueu. Infect, mauvais, crapuleux, les qualificatifs ne manquent pas pour caractériser la météo.

Courageusement, je me lance, sortir et marcher jusqu'à mon arrêt de bus dévié plus près de la maison qu'en temps normal.

La pluie est assez forte, le parapluie n'aide pas tellement, le vent plaque les gouttes contre moi et le froid s'insinue partout.

Deux bus par heure, c'est jouable, mais ils ont sans doute décidé de faire le pont car sur plus d'une heure d'attente sans abribus, rien ne vient. 

Ni dans la direction de la ville, ni dans l'autre sens. Ca sent la grève sauvage, tout ça...

Il n'empêche que je suis complètement frigorifié et passablement détrempé, un coup à attraper la mort et sûrement pas à encore passer une heure trente dans les transports pour arriver au bureau !

Je reviens donc chez moi, histoire de me réchauffer et de couper court au rhume naissant.

Bien au chaud dans un fauteuil, avec une couverture sur moi, il faudra quasiment une petite journée et de bonnes siestes pour que ma température corporelle reprenne son niveau normal.

Moi qui, d'habitude, sors allègrement en t-shirt dès qu'il fait 15 degrés, je ne me reconnais pas, là...

Le samedi, il fait sec et presque beau, à part le froid et le vent ! Avec quelques pulls je fais un saut rapide à la Poste, histoire de récupérer un paquet juste arrivé des Philippines.

Passage obligé à la banque et au supermarché proche, histoire de ne pas devoir ressortir le lendemain et aller jusqu'au marché, fort loin de mon domicile.

Le dimanche, après une grasse matinée bien méritée, il souffle un vent de folie et il ne fait pas chaud, pas question de sortir même si la pluie annoncée n'est pas au rendez-vous.

Le travail d'intérieur est de rigueur, je m'attaque au déballage du paquet reçu la veille.

Il est très bien empaqueté, et de surcroît contient une quantité incroyable de petites dents emballée chacune dans son morceau de journal...

Pas moins de 2 bonnes heures seront nécessaires pour le déballer complètement et stocker les pièces en alvéoles dans une boite à cuberdons.

Aucune casse à signaler, tout est conforme à l'attendu ! OUF...

Je vais enfin pouvoir reprendre toutes les boites "exotiques" de ces derniers mois et trier leur contenu... Ce qui est à garder, et ce qui peut partir à l'échange.

Mais il faudra encore quelques semaines pour terminer ce travail assurément fastidieux...

Phil "Fossil"

Partager cet article

Repost 0

Encore quelques bourses et expos...

Publié le par Phil Fossil

Encore quelques bourses et expos...
Encore quelques bourses et expos...
Encore quelques bourses et expos...
Encore quelques bourses et expos...

 

Bonne visite !

Phil "Fossil"

 

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Repost 0

Fouilles, repos et bourse, tout un programme...

Publié le par Phil Fossil

 

 

Ces derniers week-ends ont été plus ou moins agités.

Samedi précédent, un saut rapide à Anvers m'a permis de continuer à tamiser une couche mal travaillée, avec quelques découvertes sympas en prime.

Malgré un crachin et une pluie intermittentes, on s'acharne. Et on est bien les seuls, au milieu de quelques adeptes du motocross...

Outre les dents plus communes, deux dents de delphinidés, une demi-douzaine de bulles tympaniques des mêmes animaux, et une jolie Somniosus microcephalus, ça ne se refuse pas. Cette dernière n'ayant plus été sortie depuis environ 2 à 3 ans, c'est une découverte plaisante.

Le dimanche, courses et puis repos. Même plus le courage de trier du tamisat dehors, ce qui de toute façon n'aurait pas été possible : il pleut.

Après une semaine fatigante, le vendredi est férié : mon week-end prolongé sera pour une visite à mon pote Tony.

Le vendredi, une bonne soupe de poisson pour se réchauffer Place Sainte-Catherine, un resto chinois typique de la rue Sainte-Catherine, puis on rentre chez lui.

Voir ses dernières acquisitions, et un max de repos sont au programme.

Le samedi, on part vers Namur visiter le salon Antica. De bien belles choses, notamment un crâne de Prognathodon du Maastichtien marocain. Une pièce impressionnante même si il y a pas mal de restauration dessus.

Bon, la "bête" est quand même un peu au dessus de mes moyens, à 60.000 euros...

Quelques courses pour se préparer un souper, et on rentre se reposer.

Une petite sieste, puis on prépare le souper, on mange et on va dormir.

Le dimanche est le grand jour, en effet on visite (pour la première fois) la bourse "fossiles" de Wijgmaal, près de Louvain. (Leuven) 

Avec quelques appréhensions (bien compréhensibles, vu les allers-retours parfois cahotiques à ou de la bourse d'Harelbeke) quant au risque de ne pas y arriver... Mais au final, tout se passe très bien, on arrive à l'heure dite sur place. 

C'est une bourse très sympa, de vente et d'échanges, avec beaucoup de matériel paléontologique notamment des Pays-Bas, et énormément de littérature géologique.

J'y acquiers deux tirés à part historiques : La faune malacologique des Sables de Wemmel, et Note sur la collection des poissons paléocènes et éocènes de l'Enclave de Cabinda, Congo.

Mais aussi une série de dents de requins miocènes de Mill-Langenboom, et quelques dents de chevaux du Miocène de l'Edisto River en Caroline du Sud, USA.

Ceci ajouté à quelques fossiles ramenés par Tony de la bourse de Wasquehal (un sensationnel moulage de crâne de Velociraptor) et quelques fossiles acquis par lui dans une bourse anglaise. (Dent de bébé mammouth du Brown Bank, Dent de pliosaure du Dorset, et grosse dent de mammifère oligocène de l'Ile de Wight)

A refaire, ça c'est certain !

Phil "Fossil"

 

Fouilles, repos et bourse, tout un programme...
Fouilles, repos et bourse, tout un programme...

Partager cet article

Repost 0

Un long week-end à Anvers, ENFIN ! (2)

Publié le par Phil Fossil

 

Lundi 31 octobre 2016

 

Levés tôt, on prend le petit-déjeuner dans un bistrot en face de l’hôtel, on fait quelques courses dans un LIDL tout proche, et on est partis.

 

On commence par une visite de chantier à Berchem, ouvert dans les sables miocènes à Glycymeris lunulata baldii.

Après les nécessaires négociations avec le chef de chantier, on peut examiner les tas sableux et autres zones aplaties récemment par les engins.

Pas de vertébré en vue, on repart pour la zone portuaire d’Anvers où l’on se gare au plus près de la partie de site que je désire travailler cette fois.

 

Dûment équipés, on attaque la butte et je m’installe à un endroit déjà travaillé, mais qui après quelques tamis s’avère peu productif.

Je bouge de quelques mètres, et c’est déjà mieux.

Je travaille donc aux tamis de 6 millimètres, en les triant sur un plus petit maillage pour récupérer un minimum de tamisat.

Au fur et à mesure que je descends, je tombe sur une concentration de galets, vestige d’un chercheur qui a trié en vitesse la couche sur du gros maillage !

Je me vois donc obligé de passer aux mailles de 10mms ce qui trie rapidement le sédiment mais me fait perdre les toutes petites dents.

Quelques belles grandes dents complètes en sortent, mais la majorité des trouvailles sont partielles à quasi complètes.

Il est 17h bien sonnées quand on repart, la nuit ne va pas tarder à tomber et l’on désire encore faire un peu d’exploration, laquelle ne donnera rien, le crépuscule n’aide certes pas à se repérer dans Anvers.

On fait un arrêt rapide à Berchem, le temps de remplir et d’embarquer deux sacs de sable à des fins de vérification à la maison, mais vu mon tamisage forcené toute cette journée, je reste dans l’auto à me reposer.  

Les principales trouvailles du jour : un joli poinçon d’hexanchidé, une superbe grande dent de delphinidé, une vertèbre de requin, plus les habituelles Cosmopolitodus, Araloselachus, Hypoprion et quelques rochers de l’oreille interne de dauphins. Plus, une très grande rareté, un moule interne phosphaté de pince de crabe, sans doute Coeloma rupeliense.

Une fois arrivé au domicile, on décharge tout : mon matériel, les victuailles, le bagage et les trouvailles, et mes amis repartent, ils ont encore une longue route !

Quand tout est rentré et rangé, je m’effondre dans un fauteuil, le nettoyage attendra bien le lendemain, jour férié.

 

Mardi 1er novembre 2016

 

Debout plus ou moins tôt, j’ai quelques courses à faire, vu la longue marche je rentre fatigué et je me repose jusqu’au début de l’après-midi.

Je ressors alors, et je passe les dents des deux sites à l’eau, elles sont mises à sécher dans des boites différentes.

Je me rends compte que le deuxième site a été, en quantité de dents trouvées, pratiquement 10 fois plus productif que celui de la veille…

Je passe également les coquilles, les ossements, les moules internes, au lavage, et je mets tout à sécher dans des caisses ad-hoc que je peux compléter.

Puis je vide précautionneusement le résidu de tamisage sur petites mailles dans une caisse plate, où il sèchera quelques semaines, le temps que j’aie avancé les caisses plus anciennes et bien déshydratées maintenant.

Un week-end loin, très loin d’être reposant, mais malgré tout…

 

Vivement la prochaine !

 

Phil “Fossil”

 

Publié dans Comptes-rendus

Partager cet article

Repost 0

Une vérité...

Publié le par Phil Fossil

 

Partager cet article

Repost 0

Bourse fossiles de Wijgmaal ce dimanche 13 novembre 2016

Publié le par Phil Fossil

 

 

 

 

 

Près de Louvain (Leuven), nouvelle localisation.

Accès gratuit, de 10h à 17h.

Vente non-commerciale et échanges de fossiles et matériel géologique.

Une organisation de HONA et FOSSIEL.NET.

 

A visiter sans modération... Peut-être s'y verra-t-on ?

Phil "Fossil"

 

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Repost 0

Un long week-end à Anvers, ENFIN ! (1)

Publié le par Phil Fossil

 

 

Depuis un bon mois maintenant, je n’avais plus eu l’occasion de prospecter la zone portuaire anversoise.

Chaque week-end, je trie du résidu de tamisage, mais c’est très loin d’être la même chose...

Mes amis français Jean-Marie et Tadeuk venant deux jours en Belgique pour le long week-end de la Toussaint, l’occasion se présente enfin !

 

Samedi 29 octobre 2016

 

Il est fort tard quand j’émerge finalement de mon lit, la météo est bonne et je peux sortir afin de trier du tamisat dans mon entrée.

Je commence une nouvelle caisse de gravier, sa productivité est excellente et en quelques petits tamis j’ai une belle série de petites dents et autres fossiles, vertébrés et invertébrés.

Le soleil se couche quand je rentre, je n’aurai pas travaillé plus de 2 ou 3 heures mais avec un résultat très convenable.

 

Dimanche 30 octobre 2016

 

Je suis debout nettement plus tôt que la veille, en attendant que mes potes français arrivent je ressort une caisse de gravier presque terminée le week-end précédent, et je termine le tri.

Sa productivité est infiniment moins bonne que l’autre entamée la veille, mais je m’acharne jusqu’à la finir.

Je reprend ensuite la caisse débutée la veille et je continue avec grand profit jusqu’à l’arrivée de mes amis. C’est qu’ils en ont de la route, depuis la Normandie et les environs de Paris !

On embarque le matériel, pelles, grattoirs, tamis, pots, sacs, boissons mais pour la nourriture et le café chaud on devra faire une pause sur l’autoroute.

Arrivés au premier site on s’équipe, ayant une idée derrière la tête j’ai emmené des tamis. Une grosse ravine montre en effet une couche coquillière à “galets rouges”, cela fait quelques années que je ne l’ai plus vue exposée donc on va y faire quelques tamis.

 

Pour référence, mon ancien article sur cette couche :

http://www.cmpb.net/fr/galets.php

 

Si les dents n’y sont pas nombreuses, c’est que la couche ne contient pas de gravier de base (ou peu s’en faut) mais proportionnellement de nombreuses dents remaniées du Lédien (raies et requins) plus de jolies boucles de Raja, certaines ayant conservé leur épine émaillée.

Je sors néanmoins une jolie Alopias sp., une Hexanchus gigas pratiquement complète, et des Notorhynchus cepedianus fragmentaires.

 

Quand cela ne donne plus, on continue pour arriver sur des tas d’argile mélangés au Gravier de base du Pliocène. Quelques dents sont ramassées en surface ou dégagées par grattage, mais je n’y tamise pas.

Mes amis français grattent superficiellement, ce qui leur donne des dents, dont une très belle antérieure de Parotodus benedeni pour Tadeuk.

 

Vu le changement d’heure, il fait noir une heure plus tôt, on doit assez vite replier et nous rendre à notre hôtel réservé près de la Gare Centrale d’Anvers.

 

Une bonne douche plus tard, on cherche un restaurant proche, typiquement belge de surcroît. On y fait bonne chère, et bien calés on retourne à l’hôtel pour un repos bien mérité, en vue de la journée du lendemain qui sera plus dure et plus longue.

 

A suivre…

 

Phil “Fossil”

 

Publié dans Comptes-rendus

Partager cet article

Repost 0

C'est une autre culture...

Publié le par Phil Fossil

 

 

LOL

 

Phil "Fossil"

 

 

Partager cet article

Repost 0

Week-end des requins disparus à Maastricht

Publié le par Phil Fossil

 


Les 29 et 30 octobre 2016 entre 11h00 et 16h30 dans le Musée d'Histoire Naturelle de Maastricht se déroulera une bourse de collectionneurs.
Rencontrez ces collectionneurs, admirez leurs collections, et écoutez leurs histoires, de sites de découvertes proches et très lointains.

 

Un hobby étrange

Saviez-vous que de très nombreuses personnes partagent ce hobby ?

Les dents fossiles de requins sont des objets de collection très recherchés, et pourquoi donc ?
Qu'ont-elles de si spécial, et surtout, où les trouve-t-on ?

Par exemple près du village brabançon hollandais de Mill-Langenboom.
Cet endroit possède même un jet de boue !

Les fanas de fossiles y viennent de près ou de loin, pour y prendre de manière totalement voulue la douche la plus sale des Pays-Bas.

Leurs mains sont crispées sur un caddie de supermarché ou une charrette, transformés par les propriétaires en un tamis.
Les plus irréductibles se sont préparés contre l'eau tourbillonnant de la pulvérisation de la boue et rampent aussi près que possible d'elle.
Ils vont à la meilleure place, parce que les fossiles convoités sont amenés avec la boue.
On espère naturellement tous que la découverte de la journée tombe dans son tamis.
De l'eau glacée et du sable piquent dans vos yeux?
Qu'importe si vous découvrez des dents de requins, des vertèbres de baleine et même des crânes entiers, d'un lointain passé.
L'or noir de l'époque où le Brabant du nord était une mer dans laquelle vivaient les animaux surprenants.

Reconstitution d'une mâchoire d'un requin Maquereau.

Le samedi 29 Octobre, il y aura à 11h00 dans le Museum de Maastricht un événement spécial.
Une mâchoire reconstruite à partir de matériaux fossiles datant de 5 à 10 millions d'années, sera amenée à Maastricht et présentée ce jour-là par le propriétaire actuel (Erik Meeuwsen de Nijmegen) au public et à la presse.
Elle sera à contempler durant toute l'exposition sur les requins, dans une vitrine proche de l'expo.

Lisez également: www.nhmmaastricht.nl

 


Op 29 en 30 oktober vindt er tussen11.00 – 16.30 u in het Natuurhistorisch Museum Maastricht een verzamelaarsbeurs plaats.
Ontmoet deze verzamelaars, bewonder hun collecties en hoor hun verhalen, van vindplaatsen dichtbij en (heel) ver weg.

Een bijzonder hobby

Wist u dat heel veel mensen deze hobby delen?

Fossiele haaientanden zijn gewilde verzamelobjecten – waarom is dat eigenlijk?
Wat is daar zo speciaal aan en vooral waar vind je ze?

Bijvoorbeeld in het Brabantse dorpje mill-Langenboom.
Dit plaatsje heeft zelfs een modderspuit!

Fossielfanaten komen er van heinde en verre op af, om geheel vrijwillig de meest vieze douche van Nederland te nemen.
Hun handen omklemmen een winkelwagentje of steekkarretje, door de eigenaar omgebouwd tot zeef.
Echte bikkels zetten zich schrap tegen het kolkende water uit de modderspuit en kruipen er zo dicht mogelijk bij.
Ze gaan voor de beste plek, want met de modder komen felbegeerde fossielen mee.
Je hoopt natuurlijk dat de topvondst van de dag in jouw zeef belandt.
IJskoud water en prikkend zand in je ogen?
Wat kan het schelen als je kans maakt op haaientanden, walviswervels en zelfs complete schedels uit een ver verleden.
Zwart goud uit de tijd dat Noord-Brabant een zee was waarin opzienbarende dieren leefden.

Gereconstrueerde kaak van een Makreelhaai.

Op zaterdag 29 oktober vindt er om 11.00 uur in het Natuurhistorisch Museum Maastricht een bijzondere gebeurtenis plaats.
Een kaak, gereconstrueerd aan de hand van fossiel materiaal van wel 5 tot 10 miljoen jaar oud, zal die dag door de huidige eigenaar (Erik Meeuwsen uit Nijmegen) naar Maastricht worden gebracht en worden voorgesteld aan publiek en pers.
Hij zal gedurende de hele tentoonstelling HAAI te zien zijn in een vitrine bij de expo.
 


Lees ook: www.nhmmaastricht.nl

 

https://www.facebook.com/events/1278794728807970/


Phil "Fossil"

 

Partager cet article

Repost 0

Des mineurs découvrent une pierre de jade de… 174 tonnes

Publié le par Phil Fossil

 


Rédaction en ligne --- Mis en ligne vendredi 21 octobre 2016, 9h05
 
Une incroyable découverte faite en Birmanie !


Voilà une sacrée trouvaille ! Une pierre de jade de 174 tonnes, d’une valeur de plusieurs millions d’euros, a été découverte en Birmanie, mais ses propriétaires ne disposent pas de l’équipement adapté pour l’extraire.

«  Quand le coin de la pierre a été frotté, nous avons pu voir qu’elle était de qualité. Mais la pierre de jade ne peut pas être bougée car il n’y a pas de machine pouvant faire cela ici et pas de route  », a déclaré le député local Tint Soe.

Une pierre imposante

La pierre, de près de six mètres de long, a été découverte en fin de semaine dernière par des mineurs dans l’État Kachin, région du nord de la Birmanie riche en jade.

L’heureuse compagnie minière exploitant le terrain s’appelle Yadanar Taung Tan. Elle travaille en collaboration avec le groupe public Gems entreprises, retiré récemment de la liste noire américaine des groupes proches de l’ancienne junte militaire. Malgré l’autodissolution de la junte en 2011, ces groupes tiennent de nombreux secteurs de l’économie, notamment le jade. « Les bénéfices iront pour 60 % à la compagnie, 40 % pour l’État », a précisé le député.

Un marché important

En 2014, le pays a vendu sur le marché mondial près de 27,5 milliards d’euros de jade, dix fois le chiffre officiel selon un rapport publié en octobre 2015 par l’ONG Global Witness. Cela représente près de la moitié du Produit intérieur brut du pays qui reste l’un des plus pauvres d’Asie du Sud-Est.

Des milliers de travailleurs birmans pauvres affluent dans le nord de la Birmanie pour tenter de trouver des morceaux de jade négligés par les pelleteuses des grandes compagnies, une activité non contrôlée sur laquelle les autorités et compagnies ferment souvent les yeux.

http://www.lesoir.be/1348244/article/soirmag/actu-soirmag/2016-10-21/des-mineurs-decouvrent-une-pierre-jade-de…-174-tonnes
http://www.msn.com/fr-be/actualite/technologie-et-sciences/une-pierre-de-jade-de-174-tonnes-d%c3%a9couverte-en-birmanie/ar-AAjcgBE?li=BBqiQ9T&ocid=mailsignout


Phil "Fossil"

 

 

Publié dans Minéralogie

Partager cet article

Repost 0