Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Faut-il interdire la collecte de fossiles et de minéraux ???

Publié le par Phil Fossil

 
 
Cyrtospirifer grabaui, Frasnien supérieur, Barvaux, Belgique. Plus grande dimension 11 centimètres.
 
Des colloques sur la « Protection du Patrimoine géologique » sont régulièrement organisés par une poignée d’extrémistes protectionnistes, à des fins d’endoctrinement des chercheurs et des professionnels de la géologie.
 
Lors de ces colloques, les organisateurs essayent de faire croire que la collecte de minéraux et de fossiles est à éviter à tout prix, de plus ils jettent l’anathème sur les collectionneurs et les amateurs géologues, les accusant de tous les maux !
 
De plus en plus de professeurs, même en Belgique, semblent influencés par cette idéologie protectionniste et délibérément négative. J'en veux pour preuve ces deux anecdotes très récentes et absolument véridiques mettant en jeu des enseignants :
 
- Lors d'une excursion scolaire le long des falaises de Wimereux, dans le Boulonnais, un élève belge a eu la chance de découvrir au milieu des galets de la plage une ammonite naturellement dégagée par la mer. L'ayant montrée au professeur, celui-ci lui a "passé un savon", en lui disant qu'il n'avait pas le droit de la ramasser et de la prendre. Ce qui est à la fois totalement faux et dénué du moindre bon sens, ce site n'est pas classé, ni le ramassage ni l'extraction n'y sont interdits et le fossile commence déjà à être usé par la mer. Laisser l'ammonite sur place la condamne à une destruction certaine en l'espace de quelques semaines, première étape vers le galet informe et sans plus aucun intérêt...
 
- Ayant reçu d'un chercheur amateur de fossiles un Spirifer ramassé sur un tas d'éboulis déplacé lors des travaux de réalisation du talus du chemin de fer près de Barvaux-sur-Ourthe, un élève (9 ans) a trouvé intéressant de le montrer au reste de sa classe et à son professeur, afin de tenter de les intéresser aux Sciences de la Terre.
 
Ce fossile n'était donc plus en place lors de sa découverte, et est tellement commun que les gens locaux le découvrent même en quantité dans les chemins creux, les chantiers, les tas de cailloux et les champs labourés.
 
Son professeur lui a ici aussi fait part, de manière assez brutale et traumatisante d'ailleurs pour un jeune de son âge, de sa désapprobation, en lui disant de signaler à celui qui le lui avait donné que c'était très mal de chercher et ramasser des fossiles ! Dans ce cas également, le fossile aurait été détruit par le gel, fréquent en Ardenne belge, et serait retourné au néant au lieu d'être préservé, de servir de support de cours et de tenter de faire remonter un peu le niveau (qui devient réellement désastreux et préoccupant) des élèves en région wallonne...
 
Comme quoi il est beaucoup plus facile d'écouter et de répercuter sans réfléchir un avis négatif, même fondé sur AUCUNE base solide, que de réellement entamer par soi-même un semblant de réflexion constructive !
 
Quand on se rend compte que ce sont des professeurs, qui ont quand même la mission de former les adultes de demain en leur donnant des bases de réflexion, et qui se contentent eux-mêmes de diffuser (sans prendre la peine de vérifier) aux générations futures un ramassis d'idées fausses empreintes de stupidité, on peut réellement être attristé en s'imaginant le niveau culturel et intellectuel des moutons abêtis qui risquent prochainement de sortir de nos écoles...
 
Pour la petite histoire, l'élève dont il était question dans notre première anecdote a sagement attendu que son professeur ait "les yeux ailleurs" pour mettre l'ammonite dans son sac et donc la soustraire à son funeste destin qui n’était plus inéluctable... Ceci montre qu'un jeune peut parfois avoir plus de "jugeotte" que l'adulte "responsable" qui est censé lui montrer l'exemple !
 
Pour une étude exhaustive sur cette problématique, prière de consulter mon article en cliquant sur le lien ci-après, et de me laisser vos commentaires… La préservation des fossiles et des minéraux est l’affaire de tous !
 
 
Merci à vous.
 
Phil « Fossil »
 

Partager cet article

Repost 0

Mâchoire de requin fossile

Publié le par Phil Fossil

 
Comme vous l’avez déjà constaté, mon image de titre du blog est une mâchoire de requin fossile.
 
Elle a été assez laborieusement reconstituée à partir de dents fossilisées, lesquelles sont retrouvées isolées dans les sédiments sableux du Pliocène inférieur (5 millions d’années environ) qui recouvrent l’Argile de Boom dans l’Argilière de Sint-Niklaas, près d’Anvers.
 
Les dents ont été trouvées sur une période de 5 années, et appartiennent à des individus différents. La reconstitution est de ce fait dite « composite ».
 
Il faut savoir que les mâchoires de requins fossilisées en connexion anatomique sont une rareté suprême au niveau mondial, alors dans nos sédiments belges, qui ont tous à des degrés divers subi un remaniement plus ou moins poussé, c’est une quasi-impossibilité.
 
Les dents ont été choisies parmi celles disponibles, en fonction de la position (les mâchoires inférieure et supérieure possèdent des dents différentes) et de la taille.
 
Elles ont été fixées sur un rectangle de frigolite emballé (cousu) dans du tissu blanc. Le rectangle mesure 50 centimètres de hauteur sur un mètre de largeur. Les plus grandes dents atteignent 7 centimètres de hauteur.
 
Cela vous donne une idée de la taille de ce requin, ancêtre du grand requin blanc.
 
Certaines autres dents visibles dans mon album photo « requins-fossiles » atteignent 15 centimètres de hauteur… On peut à peine imaginer la bête qui les portait !
 
Cette mâchoire a servi à réaliser deux expositions jusqu’à présent.
 
Voilà, je pense ne rien avoir oublié !
 
Phil « Fossil »
 

Publié dans Classes d'organismes

Partager cet article

Repost 0

Collaboration entre amateurs et Scientifiques : un Must !

Publié le par Phil Fossil

 
Comment cela se passe t'il dans un pays où les scientifiques collaborent en bonne intelligence avec les amateurs ?
 
 
Exemple de Maastricht, Pays-Bas.
 
 
Les visites à but de récolte de fossiles régulièrement organisées dans la carrière ENCI de Maastricht, et ouvertes aux paléontologues amateurs comme professionnels, portent assurément leurs fruits !
 
 
Outre la découverte exceptionnelle de Ber (le célèbre mosasauridé Prognathodon saturator) par Ruud Dortangs en 1998, deux trouvailles retentissantes autant que très récentes sont à mettre au crédit des amateurs !                                                   
 
En 2000, le collecteur amateur Frans Fonken a découvert un fragment de mâchoire inférieure du mosasauridé Carinodens belgicus.
La partie antérieure de la mandibule était mal connue, or c'est justement là où cette découverte comble les lacunes de nos connaissances !                                                        
 
 
En 2002, un autre amateur de paléontologie, Roland Meuris, a ramené des roches crayeuses à la maison afin d'y rechercher des petites dents de requins. Un ami collectionneur, Frans Smet, a reconnu une dent de mammifère dans son échantillonnage.
 
 
Il a été décrit sous le nom "Maastrichtidelphys meurismeti" en l’honneur des deux amateurs à l'origine de la découverte.
Ce spécimen est exposé sous une loupe grossissante au Muséum de Maastricht, à côté d'une reconstitution de cet animal.
 
 
C'est en effet le tout premier mammifère découvert dans les couches maastrichtiennes d'Europe, il prouve que ces animaux originaires d'Amérique du Nord ont emprunté un "pont" terrestre pour arriver chez nous.                                                                  
 
 
Pour plus d'informations (en Anglais ou en Néerlandais) :
 
 
 
 
Et cliquez sur "Start".
 
 
Phil « Fossil »
 

Partager cet article

Repost 0

Les Mammouths de la Mer du Nord

Publié le par Phil Fossil

 

 

Molaire de Mammuthus primigenius, Weichselien, Mer du Nord. Longueur de la dent : 20 centimètres.
 
 
                                                                       
Cette dent de mammouth provient des fonds marins de la mer du Nord, mais comment est-elle donc arrivée dans ma collection ?                             
                                                                       
Les pêcheurs de soles du Doggerbank (entre la Grande-Bretagne et la Hollande) ont de tous temps ramené dans leurs filets des ossements et dents de mammifères terrestres. Au départ ils représentaient des déchets et étaient tout simplement rejetés à la mer.                   
                                                                       
Mammouths, rhinocéros, bisons, chevaux, rennes, cervidés, morses, dauphins, baleines, tout un bestiaire préhistorique jonche depuis des dizaines de millénaires le fond de la mer à cet endroit.               
                                                                       
Ce n'est que depuis l'engouement des paléontologues amateurs pour ces vestiges que, l'appât du gain aidant, les pêcheurs mettent maintenant de côté ces restes qui sont revendus à l'arrivée au port.   
                                                                        
Quelques gros collectionneurs belges et hollandais se partagent ce "marché", grâce à eux, ces fossiles sont préservés de la destruction inévitable dans les fonds marins par les organismes perforants. (Cliona, pholades...)                                                            
                                                                       
Ils subissent un lourd processus de préparation (dessalure pendant des semaines dans de l'eau douce constamment renouvelée, imprégnation en profondeur de colle à bois pour les renforcer...) avant d'être mis en collection ou introduits sur le marché des bourses géologiques.        
                                                                       
Les pièces réellement intéressantes sont soumises aux scientifiques néerlandais pour étude, certaines ont fait et font encore l'objet d'une publication par les scientifiques locaux.                              
                                                                       
Cette méthode de fouilles plutôt originale a d'ailleurs fait l'objet, il y a quelques années déjà, d'un reportage assez exhaustif dans l'émission française "Thalassa", émission consacrée aux Mammouths.                
 
Cette collaboration montre bien l'ouverture d'esprit et l'orientation à la bonne entente entre les amateurs et les scientifiques qui est encore possible dans un pays qui n'est pas gangréné par l'extrémisme protectionniste de quelques chercheurs marginaux...                    
                                                                        
Cela démontre d'ailleurs sans conteste les points positifs du "mercantilisme", sempiternellement décrié, qui est ici le véritable moteur de la sauvegarde de tous ces restes fossiles !                  
                                                                        
Phil "Fossil"                                                          
                                                                       

Publié dans Sites de fouilles

Partager cet article

Repost 0

Le blues des bourses aux Minéraux et Fossiles

Publié le par Phil Fossil

 
Publié dans le bulletin du CMPB "Lithorama"
 
Cela fait quelques dizaines d’années maintenant que j’ai l’occasion de fréquenter les bourses géologiques, et je me sens autorisé ici à être l’écho de l’avis provenant de nombreuses personnes, aussi bien exposants que visiteurs. Bien sûr cet article et les opinions qui y sont incluses n’engagent que leur auteur.
 
Nous avons en effet tous pu constater la dégradation progressive des bourses et surtout de leur contenu, dégradation que nous espérons réversible, et c’est bien le but de ces quelques pages. C’est un « billet d’humeur » mais aussi un appel au secours pour que ces manifestations dont l’utilité est indéniable ne disparaissent pas, victimes de leur propre ambition qui les pousse à accepter de plus en plus d’exposants et de plus en plus de « brol » au détriment de la qualité.
 
Ce qui aura été le « déclencheur » de cette prose est bien notre visite à la désastreuse bourse automnale de Tisnov 2005, en Moravie tchèque. Malgré l’ouverture d’une nouvelle aile et l’augmentation non négligeable du nombre d’exposants, il semble bien que cette manifestation est destinée à être incluse dans la liste des évènements à ne plus visiter, en effet cela n’en vaut vraiment plus la peine !
 
Va suivre une liste assez exhaustive des dégradations constatées dans les bourses, ainsi que des propositions de solutions pour certaines d’entre-elles. En espérant qu’il ne soit pas trop tard pour renverser la vapeur…
 

- Disparition progressive des vrais exposants amateurs : en effet de plus en plus les bourses sont envahies de commerçants patentés qui amènent du matériel « standard » du genre ammonites malgaches, dents de requins et trilobites marocains, améthystes du Brésil dont la majorité des cristaux sont abîmés… Un contrôle rapide des tables avec injonction de retirer du stand tout matériel litigieux ne pourrait que donner un gage de sérieux à la manifestation et ramener dans les bourses des visiteurs qui ne se dérangent même plus ! Les prix des tables en augmentation ne sont plus supportables par les vrais amateurs, seuls les commerçants patentés peuvent se les offrir ! Pourquoi ne pas faire payer comme par exemple dans les journaux « toutes boites », un prix plus élevé aux exposants commerçants patentés et un prix symbolique aux amateurs, voire même la gratuité pour ceux qui refusent de vendre et pratiquent exclusivement des échanges ?

- Arrivée en masse de choses n’ayant plus qu’un très lointain rapport avec la minéralogie et la paléontologie, tout cela à cause d’un manque presque total de contrôle des organisateurs qui transforment le plus souvent une bourse dite géologique en véritable brocante acceptant un « bric-à-brac » dont une partie plus ou moins importante n’a rien à faire dans ce genre de manifestation : statuettes, ivoire végétal, crânes humains, porte-clefs incluant des insectes dans de la résine, boites de décoration en carton ondulé, coraux et coquillages actuels, « schmück » d’un goût douteux genre phallus en pierres fines, j’en passe et des meilleures !
 
- Les pièces intéressantes sont de moins en moins proposées dans nos bourses européennes, en effet elles partent de plus en plus souvent directement à Munich ou à Tucson, où le pouvoir d’achat des visiteurs est très supérieur au nôtre… Il est venu à mes oreilles d’un ami minéralogiste proche que sur deux années de nombreuses bourses assidûment visitées, il n’a pu acheter que quatre pièces sortant véritablement de l’ordinaire…
 
- Le règne du « n’importe quoi » chez les exposants : traficotages de minéraux, bricolages de fossiles genre compositions artistiques, recollages de morceaux de pièces différentes, assemblages, falsifications … (Voir plus bas) Tout cela devrait être clairement vendu comme « artisanat » ou mieux, purement et simplement refusé dans des bourses géologiques dignes de ce nom.
 
- Les prix atteignant des niveaux délirants pour des choses finalement assez communes :
il suffit que des rumeurs de fermeture ou d’interdiction d’un gîte soient propagées, sans doute à dessein, par quelques-uns, et aussitôt les prix grimpent sans aucun contrôle et les amateurs se sentent à juste titre lésés. Depuis quelques années les prix démocratiques rencontrés à la bourse de Tisnov n’existent plus, les pièces un tant soit peu intéressantes portent un prix en euros et se révèlent aussi chères, si pas plus, qu’en Belgique ou en France. A quoi sert donc encore de faire plus de 2000 kilomètres pour avoir les mêmes prix et les mêmes fossiles marocains ou minéraux brésiliens que chez nous ??? Une « bourse » à oublier très vite !
- Standardisation de l’offre et restriction à quelques pièces « standard », les systématiciens se sentent de plus en plus exclus. Pourquoi certains fossiles sont quasiment systématiquement « boudés » par les exposants, par exemple les coraux, éponges, brachiopodes qui font le bonheur de certains collectionneurs. Pourquoi les amateurs locaux vendant des fossiles ou des minéraux de qualité se font de plus en plus rares, et ce même dans de plus petites bourses locales ? L’augmentation de prix des tables, et le désintérêt de la foule pour les pièces vraiment intéressantes au détriment du « tape à l’œil », peuvent expliquer pas mal de choses…
 
- Disparition progressive, sans doute due au vieillissement, parmi le public des bourses des vrais collectionneurs, de plus en plus remplacés par des chalands qui cherchent la petite pièce de mauvaise qualité mais « tape à l’œil » et pas chère pour servir de décoration, de presse-papier, de bibelot en fait, où bien à offrir à des amis qui de toute manière sont généralement ignorants en géologie. Il en résulte que pour tenir le coup un amateur qui au départ ne vendait que des pièces de qualité (que ce soient des minéraux ou des fossiles) se voit pour arriver à payer sa table obligé d’ajouter sur son stand du schmück innommable ! Qui progressivement, année après année, prend de plus en plus d’importance et finit par occuper tout son stand !
 
Ayant visité des bourses « d’échanges », j’ai pu constater qu’elles sont généralement moins touchées par ces phénomènes regrettables, étant plus des rassemblements d’amateurs passionnés ou de minéraux, ou de fossiles. Les bijoux sont généralement proscrits, ainsi que les minéraux artificiels, et les négociants y sont généralement absents. Seuls les vrais passionnés s’y rencontrent, c’est déjà une bonne chose.
 
Néanmoins certaines pratiques pour le moins douteuses des organisateurs sont parfois à déplorer. En effet dans l’une d’entre elles, se déroulant dans l’Est de la France, l’organisateur principal se sent investi du privilège de rafler les bonnes pièces avant tous les autres participants, et en ne proposant pas à l’échange ses meilleures pièces. Si l’on veut participer aux prochaines bourses on est prié d’accepter ce qu’il propose et ne pas faire trop de vagues… Quand on se sent à juste titre « roulé », et que l’on ose le dire, comme par miracle il signale que des pièces plus intéressantes se trouvent dans le coffre de sa voiture…
 
Dans d’autres bourses d’échanges, principalement au Nord de la Belgique, il faut faire très attention, surtout quand on est relativement débutant et que l’on dispose de pièces intéressantes, de ne pas se faire rouler ! En effet certains « échangistes » ne se gênent pas pour essayer d’obtenir des pièces rares ou chères contre une petite pièce sans valeur, qu’ils n’ont même pas pris la peine de nettoyer correctement…
 
En général les petites bourses locales contiennent plus d'exposants amateurs, mais malheureusement elles aussi sont de plus en plus envahies par des négociants pour la majorité desquels seul l'aspect commercial entre en ligne de compte.                                              
                                                                       
Avec comme corollaire de plus en plus de pierres taillées, sculptées, bombardées, colorées, polies, falsifiées et autres "schmück" qui n'ont plus grand chose de naturel !                                    
                                                                       
Quelques exemples de falsifications ou bricolages constatés :           
                                                                       
- Fluorines chinoises passées au pétrole                               
- Calcites belges passées à l'huile de lin pour atténuer les cassures et les griffures.                                                     
- Quartz noirs "bombardés" de l'Arkansas pour transformer un quartz hyalin en morion                              
- Topazes bleues "chauffées" pour amplifier la couleur
- Assemblages de minéraux d’origine différente
- Cristaux artificiels, ce qui n’est pas toujours spécifié (Sulfate de cuivre, Alun, Bismuth…)
- Agates teintées de couleurs "fluo" d'un kitch à s'en rendre malade
- Ammonites « disquées » du Maroc
- Trilobites marocains "moulés" ou réassemblés sur une plaque, quand ce n'est pas sur un "plateau" ou une "assiette" ! (Sont-ils morts en famille dans un accident d'autocar ?)                      
- Dents de requins marocaines reconstituées de morceaux disparates cimentés par une mixture infâme qui n'a ni la couleur, ni la texture de la dent d'origine ! Parfois les denticules latéraux n'ont même plus la même couleur que la cuspide centrale ou ne sont pas de la même espèce... On mélange allègrement des morceaux d'espèces et d'âges différents pour tenter de reconstituer un "machin" qui est tout sauf un fossile !!! Il devient pratiquement impossible d’obtenir une grande dent de requin du Maroc intacte et non trafiquée, il y a souvent plus de « ciment » que de fossile et les morceaux recollés ne proviennent généralement même plus de la même dent, étant de couleurs différentes !
 
Même si la situation est indubitablement grave, et que le ver est profondément introduit dans le fruit, il n'y a pas trop lieu de désespérer.                                                             
                                                                       
En effet, certaines bourses arrivent encore à tirer leur épingle du jeu, mais pour combien de temps ???                                 
                                                                        
On peut citer la bourse de Bruxelles à Autoworld, les exposants présentant du matériel original sont encore assez nombreux, certains offrent même des pièces locales à prix très raisonnable.               
D'autres stands montrent des pièces de prestige en minéraux et en fossiles, pas toujours abordables pour le commun des mortels, mais quel régal pour nos yeux émerveillés ou nos caméras numériques !       
D'autre part il y a peu d'exposants présentant des fossiles trafiqués ou des minéraux falsifiés.                                                
                                                                       
La présence d'un stand d'expertise gratuite des pierres précieuses y est sans doute pour quelque chose... Ainsi que la sévérité légitime des organisateurs. Ceux qui trompent les visiteurs une fois n'auront plus l'occasion d'y reprendre un stand les années suivantes !               
                                                                        
Et la présence d'un stand de distribution gratuite de minéraux et de fossiles permet aux moins nantis de pouvoir néanmoins repartir avec l'un ou l'autre petit trésor tiré de la terre ! Et indirectement de relever le niveau des exposants qui doivent bien logiquement vendre des spécimens de meilleure qualité que ce qui est distribué.                           
                                                                       
Une autre bourse qui est assez originale et devrait faire de nombreux émules pour "assainir" le milieu de la géologie amateur est indubitablement celle de Harelbeke près de Courtrai : c'est à la base une bourse d'échanges mais la vente et l'achat y sont tolérés, l'entrée et les tables sont gratuites, les minéraux artificiels ou travaillés sont interdits, ainsi que la bijouterie à base de minéraux et de fossiles. Les coquillages actuels, coraux, etc. sont acceptés, à la condition de ne représenter qu'une fraction minoritaire du stand.      
Les organisateurs demandent expressément de calculer les prix au minimum pour que les spécimens y restent accessibles au plus grand nombre.                                                               
 
La bourse annuelle à Sainte-Marie-aux-Mines, elle aussi, peut encore tirer son épingle du jeu, c’est dû sans doute au fait de la masse de l’offre ! Mais là aussi, les stands offrant du matériel intéressant sont littéralement « noyés » au milieu de pierreries, coquillages, requins naturalisés, pierres pour lithothérapie, cristal gravé, et autres. Ce n’est que grâce à la taille gigantesque de cette bourse, qu’il est possible néanmoins de dénicher en quatre jours exténuants quelques stands intéressants.
 
Voilà des bourses comme on les aime, avec des exposants amateurs, des visiteurs amateurs, des vrais connaisseurs et pas seulement des négociants vendant n'importe quoi à des prix surfaits à quelques gogos contents de se faire plumer !                                         
                                                                       
Heureusement qu'il nous reste encore ces quelques bourses pour rêver devant les merveilles de la nature ou acquérir l'une ou l'autre pièce pour notre collection, plutôt que d'être attristé par le manque de goût ou l'absence totale de compétences de certains vendeurs de ce qu'ils osent encore appeler eux-mêmes des minéraux ou des fossiles !
          
Phil "Fossil"

Publié dans Comptes-rendus

Partager cet article

Repost 0

Un super site de photos de fossiles !

Publié le par Phil Fossil

 

Bonjour à toutes et tous,

 

Voici un très chouette site espagnol (ce qui n'est pas difficile à comprendre avec un peu d'habitude) qui contient des centaines de photos de fossiles !

 

http://www.educarex.es/bancoimagenes2/buscador/index.php?zona=col&nivel1=134

 

Un grand merci à Geopolis-fr pour son superbe forum, et à son très dynamique membre Gohelliumaster pour ce lien super intéressant !

 

Bonne visite !

 

Phil "Fossil"

 

 

Publié dans Liens WEB

Partager cet article

Repost 0

Requin "griset"

Publié le par Phil Fossil

 

Hexanchus gigas, Pliocène inférieur, Doel, Port d'Anvers, Belgique. Largeur 35 millimètres. 

Hello !                                                 

                                                                       
Certains m'ont demandé si cette pièce présentée sur la page photo de mon blog était une mâchoire de requin...                                   
                                                                       
Il s'agit en fait d'une seule dent, très spéciale et limitée à la famille des Hexanchidés. Ces requins ont des dents plates en forme de lame de scie, qui permettent à la fois d'agripper fermement les poissons glissants dont ils font leur nourriture, et de couper leur chair.                                                                  
                                                                       
Cette dent appartenait à la mâchoire inférieure, celles de la mâchoire supérieure sont plus étroites, plus trapues et possèdent moins de cônes ornant leur couronne émaillée.                                         
                                                                       
Cette famille de requins est d'origine très ancienne, on en connait des représentants depuis le Jurassique inférieur (180 millions d'années) et on en retrouve régulièrement chez nous depuis le Crétacé supérieur. (85 millions d'années)                                                 
                                                                       
Le requin griset actuel (Hexanchus griseus) est plus petit et ses dents n'atteignent pas la taille des dents fossiles d'Hexanchus gigas qui peuvent dépasser six centimètres de largeur chez certains spécimens chiliens.                                                              
                                                                        
Ces dents très esthétiques sont fort appréciées des collectionneurs.   
                                                                       
Elles ne sont pas vraiment rares, mais leur grande fragilité entraîne que des pièces de cette taille et de cette qualité sont difficilement récupérées entières lors des fouilles.                                 
 
Voir mon album photo « requins-fossiles » pour d'autres exemplaires, et des dents de positions différentes dans la mâchoire.
                                                                        
A plus tard.                                                           
                                                                       
Phil "Fossil"                                                          
                                                                        

Publié dans Classes d'organismes

Partager cet article

Repost 0

Petite pensée à quelqu'un qui me manque

Publié le par Phil Fossil

 

Si tomber amoureux

Ne prend parfois que quelques minutes,

Toute une vie ne peut suffire

A oublier !


Dédié à une amie qui se reconnaitra !
En cas de problème, ou si tu as vraiment besoin d'aide, ne pas hésiter à me contacter, je serai toujours là pour toi.


Phil "Fossil"


Publié dans Pour se détendre

Partager cet article

Repost 0

Belgique, paradis des requins fossiles ?

Publié le par Phil Fossil

 

  

Cretolamna appendiculata, Maastrichtien, Eben-Emael, Belgigue. Hauteur 2 centimètres.

 
 
Après quelques années de prospection dans de nombreux sites fossilifères il apparaît que pas mal d'endroits dans notre petit pays fournissent de nombreux restes fossilisés de requins.                                 
                                                                       
Etant des poissons cartilagineux, leur squelette ne se conserve généralement pas, seuls leurs dents et les "centra" de certaines de leurs vertèbres peuvent se fossiliser.                                 
                                                                       
Par contre leurs dents sont indéfiniment renouvelées, ce qui entraine qu'un requin typique peut utiliser et perdre entre 20000 et 25000 dents tout au long de sa vie. Cela explique leur relative abondance, mais n'en n'est pas la seule raison.                                        
                                                                        
Les sites les plus riches sont constitués de ce qu'on appelle les "graviers de base", en effet les sables qui représentent la majorité des couches tertiaires de notre pays ont fréquemment été érodées par les rivières et les fleuves. Les restes plus durs comme des cailloux, ossements et dents de poissons ont été concentrés et redéposés plus loin.                                                                  
                                                                        
Ces graviers indiquent souvent la base d'une formation qui s'est déposée ultérieurement, d'où leur nom.                                         
                                                                       
Leur richesse en fossiles de vertébrés est souvent phénoménale, en effet aussi bien le gravier de base du Tuffeau de Ciply, celui de Lede et celui des sables de Kattendijk fournissent une incroyable quantité de dents de requins !                                                   
                                                                       
Le seul problème est bien souvent de retrouver des affleurements exploitables, en effet les sablières se raréfient ou sont interdites d'accès, et les chantiers de docks deviennent difficiles à visiter ou se terminent.                                                             
                                                                       
Heureusement à Anvers on peut encore trouver dans le port des plaines sableuses, endroits où des boues de dragage de l'Escaut ou d'un dock proche, récupérées à la bonne profondeur, ont été déposées.            
                                                                       
Leur repérage se fait en cherchant des niveaux à galets noirâtres, qui sont d'ailleurs bien souvent le remplissage d'anciens bivalves ou gastéropodes. Si des morceaux d'ossements (poreux et plus légers) les accompagnent, c'est le signe que des dents s'y trouveront avec une quasi-certitude !                                                       
                                                                       
Ce n'est qu'après un gros labeur de pelletage et de tamisage que l'on peut espérer faire une moisson acceptable de dents de requins et d'ossements de cétacés.                                                
                                                                       
Les plus beaux fossiles se trouvent parfois, tout nettoyés, en surface mais c'est plutôt une exception que la règle !                         
                                                                       
C'est indéniablement un des charmes de ce hobby, que la belle trouvaille n'est pas forcément le fruit d'un travail acharné !                     
                                                                       
Bonnes recherches !                                                    
                                                                       
A plus tard.                                                            
                                                                       
Phil "Fossil"                                                          
                                                                        

Publié dans Sites de fouilles

Partager cet article

Repost 0

Bourse des minéraux et fossiles de Bruxelles

Publié le par Phil Fossil

                                                                                                                                         
Je vous le rappellerai sans doute encore, mais le week-end des 2 et 3 septembre aura lieu la Bourse Internationale aux Minéraux, Fossiles et Gemmes de Bruxelles à l'Autoworld, place du Cinquantenaire.                             
                                                                    
Outre y acquérir des spécimens pour votre collection ou pour en faire cadeau, il sera possible de faire expertiser gracieusement vos pierres précieuses, et un stand de distribution gratuite offrira aux débutants, jeunes ou moins jeunes, des spécimens de minéraux et de fossiles.          
                                                                    
Une partie de ces derniers proviendra de ma collection dont le tri est toujours en cours... Une trentaine de tonnes de pièces à trier, ça ne se fait pas en une semaine !!!                                
                                                                    
De la bijouterie et des coquillages se rencontreront également au hasard des stands...                                                
                                                                     
Prière d'en parler un maximum autour de vous !                      
Pour toute information complémentaire, consultez le site du CMPB
ci-après : www.cmpb.net
                                                                    
Je vous remercie d'avance, et espère vous rencontrer nombreux sur place.  
                                                                    
Phil "Fossil"                                                       
                                                                    
 

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Repost 0