Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bourse des minéraux et fossiles de Bruxelles

Publié le par Phil Fossil

                                                                                                                                         
Je vous le rappellerai sans doute encore, mais le week-end des 2 et 3 septembre aura lieu la Bourse Internationale aux Minéraux, Fossiles et Gemmes de Bruxelles à l'Autoworld, place du Cinquantenaire.                             
                                                                    
Outre y acquérir des spécimens pour votre collection ou pour en faire cadeau, il sera possible de faire expertiser gracieusement vos pierres précieuses, et un stand de distribution gratuite offrira aux débutants, jeunes ou moins jeunes, des spécimens de minéraux et de fossiles.          
                                                                    
Une partie de ces derniers proviendra de ma collection dont le tri est toujours en cours... Une trentaine de tonnes de pièces à trier, ça ne se fait pas en une semaine !!!                                
                                                                    
De la bijouterie et des coquillages se rencontreront également au hasard des stands...                                                
                                                                     
Prière d'en parler un maximum autour de vous !                      
Pour toute information complémentaire, consultez le site du CMPB
ci-après : www.cmpb.net
                                                                    
Je vous remercie d'avance, et espère vous rencontrer nombreux sur place.  
                                                                    
Phil "Fossil"                                                       
                                                                    
 

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Repost 0

"Protection" des sites au Boulonnais

Publié le par Phil Fossil

                                                                       
Hello à toutes et tous,                                                
                                                                       
Un petit passage rapide dans le Boulonnais fait il y a quelque temps déjà montre bien l'idiotie de la position "extrémiste" de certains universitaires locaux !           
                                                                       
Ils veulent "protéger" les sites, il faut en fait comprendre "interdire toute fouille et collecte de fossiles locaux", en prétextant que les laisser là signifie les garder intacts pour les générations futures... 
                                                                       
Or, non seulement les fossiles affleurant sur une plage rocheuse ou une falaise sont rapidement détruits par l'érosion, mais de plus en plus, le sable recouvre inexorablement les platiers fossilifères et cache définitivement les trésors du passé !                                  
                                                                        
N'importe quel amateur passant une journée sur le terrain est à même de s'en rendre compte... Mais il semble que le plus élémentaire bon sens manque totalement à ces "protectionnistes" !                            
                                                                       
Le Cap Blanc-Nez en est un excellent exemple, en effet il y a encore 25 ans des milliers d'amateurs ont pu sauvegarder des minéraux et des fossiles, depuis toutes les pannes fossilifères sont recouvertes de plusieurs mètres de sable et actuellement même les cordons de galets et l'avant-falaise disparaissent sous cette couche stérile !              
                                                                        
Encore quelques années et les cônes d'éboulis des falaises ne seront plus qu'un souvenir ! Aucun fossile n'en sortira plus jamais, et la recherche scientifique locale sera arrivée à un immobilisme total !    
                                                                        
On est à juste titre en droit de se demander si cela n'était pas délibérément planifié de longue date par des extrémistes incompétents...
                                                                       
Comme pour d'autres sites soi-disant "protégés" (Vireux, par exemple) les chercheurs désirant étudier la richissime faune boulonnaise devront aller mendier chez les amateurs paléontologues dont la prévoyance aura porté ses fruits, en espérant pouvoir obtenir l'accès à ce qu'ils ont patiemment sauvegardé !                                                
                                                                       
Au contraire de l'obscurantisme et des oeillères de certains universitaires et politiciens "protectionnistes" à outrance qui n'auront en définitive eu que des effets totalement désastreux sur l'intégralité de la Science géologique locale !!!!!                                  
                                                                       
Fossile collecté = Fossile sauvegardé ;                                
Fossile laissé   = Fossile massacré !!!!!                              
                                                                       
A méditer...
                                                                       
Phil "Fossil"                                                          
                                                                       

Publié dans Coups de gueule

Partager cet article

Repost 0

Eifel : stratotype de l'Eifelien

Publié le par Phil Fossil

 

 
Cupressocrinus abbreviatus, calice de crinoïde, Eifelien, Ahütte, Allemagne. Diamètre 4 centimètres.
 
 
L'Eifel, stratotype de l'Eifelien.                                      
                                                                       
Située à un jet de pierre (fossilifère) de la frontière belge, cette région est une destination idéale de vacances.                         
                                                                        
A la fois proche par la distance, et dépaysante, elle se révèle de surcroit être l'une des régions fossilifères les plus riches à ma connaissance !!!                                                       
                                                                        
Réputée pour ses "Maars", qui sont des cratères volcaniques explosifs, elle l'est aussi dans le monde de la Géologie pour être le stratotype de l'Eifelien, c'est-à-dire la région où cet étage du Dévonien moyen a été décrit pour la première fois.                                    
                                                                       
Les sédiments schisteux, calcaires ou dolomiteux peuvent être constellés de milliers de fossiles ! La majorité d'entre eux sont des coraux solitaires ou coloniaux, mais on y trouve aussi des brachiopodes, crinoïdes, et plus rarement des bivalves, gastéropodes et trilobites.  
                                                                       
Des carrières de lave sont également intéressantes, pas pour les fossiles, uniquement pour les minéraux, macroscopiques comme les augites et micas biotite, mais également dans des vacuoles des dizaines d'espèces en micro-cristaux qui nécessitent un microscope binoculaire pour leur observation.                                     
                                                                       
Une partie importante de l'Eifel volcanique est protégée, la récolte et le transport des fossiles y sont interdits mais il reste une profusion de carrières, anciennes ou en exploitation, des talus, chantiers de lotissements, champs labourés, déblais de roches sortis lors de la construction d'usines qui permettent encore la récolte de masses de fossiles.                                                  
                                                                       
On peut citer pour les minéraux, les endroits suivants :               
                                                                        
- la grande carrière d'Ormont, proche de la frontière belge;           
                                                                       
- les anciennes carrières près du Weinfelder Maar, pas loin de Daun.   
                                                                        
                                                                       
Les sites à fossiles sont trop nombreux pour les citer tous, voici un rapide survol des principaux :                                      
                                                                        
- Talus et champs dans le zoning industriel de Weinsheim;              
                                                                       
- champs labourés à l'entrée de Gondelsheim;                           
                                                                       
- Anciennes carrières autour de Baasem;                                
                                                                       
- Talus à l'entrée de la grande carrière de Uxheim/Ahütte;             
                                                                       
- Talus près de la carrière de Pelm;                                   
                                                                        
- Chantiers de lotissement à Berlingen;                                
                                                                       
- Champs labourés près de Gees                                         
                                                                        
                                                                       
Plus généralement, tout affleurement doit être vérifié soigneusement car il peut livrer des trésors paléontologiques ou minéralogiques...   
                                                                       
A visiter absolument si vous êtes en vacances dans la région, le musée de Daun (minéraux volcaniques et belle collection de fossiles) et surtout le Musée d'Histoire Naturelle de Gerolstein. (fabuleuse collection de fossiles !!!).                                           
                                                                       
Une échoppe de minéraux se trouve près de l'entrée de Gerolstein en venant de Prüm, mais je n'ai pas eu l'occasion d'y passer.             
                                                                       
Les hôtels, Pension, Gasthaus, Zimmer frei sont généralement de prix raisonnable, la nourriture allemande est copieuse et assez variée, le petit-déjeuner est un buffet super-complet qui peut arriver à vous "caler" pour la journée, ce qui est un plus quand on fait des fouilles vu la dépense d'énergie nécessaire...                                  
                                                                        
A néanmoins éviter l'hiver, vu les risques importants de neige, sinon l'idéal est le printemps ou l'automne pour retrouver les champs vierges de cultures... Et jonchés de fossiles !                       
                                                                     
Excellentes vacances !                                               
                                                                     
Phil "Fossil"                                                         
                                                         
            
 

Publié dans Sites de fouilles

Partager cet article

Repost 0

Pingouin fossile du Chili

Publié le par Phil Fossil

 


Bonjour à toutes et tous,

Je vous présente dans ce petit article la photo de ma toute dernière acquisition.

Il s'agit d'un squelette quasiment complet de pingouin Spheniscus
urbinai, Stucchi, 2002.

Il était connu déjà de la Formation Pisco, désert de Sacaco, Pérou.


Cet exemplaire-ci est daté du Miocène supérieur-Pliocène inférieur du Chili,
Formation Bahia Inglesa. Il provient du Désert d'Atacama, localité
fameuse parmi les amateurs paléontologues pour les nombreux restes
de poissons, requins et raies qui y sont découverts.

Il a été sauvé in-extrémis des bulldozers d'une carrière de phosphate où
il était destiné à devenir de l'engrais agricole... Au détriment de la
science paléontologique.

Très peu de Musées dans le monde peuvent se vanter de posséder ce
genre de pièce !

Il sera présenté en bonne place dans mon Muséum.

Une preuve supplémentaire, s'il en fallait encore, que les collections
privées font également partie intégrante du Patrimoine Géologique...
Et doivent être encouragées et non mises à l'index comme le voudraient bien
certains intégristes protectionnistes français !

Cette photo (courtesy Wikipedia) vous montre à quoi il ressemblait lorsqu'il était vivant.

A très bientôt !

Phil "Fossil"

Publié dans Classes d'organismes

Partager cet article

Repost 0

Un nouveau livre...

Publié le par Phil Fossil

                                             
                                                                       
Il y a quelques années déjà (mai 1997) j'ai réalisé un livre traitant des fossiles du Cénozoïque de Belgique. (de -65 millions d'années à l'actuel).                                 
                                                                       
Cet ouvrage assez important avait été réalisé à compte d'auteur et en petit tirage, faute de moyens.                                      
                                                                       
Depuis pas mal de temps l'envie d'écrire me taraude, mon nouveau projet littéraire est en cours de réalisation et traitera du "métier" de paléontologue amateur.                                              
                                                                       
Il détaillera les anecdotes, les trucs et astuces, et devrait permettre à un débutant d'aborder son hobby de manière plus enrichissante.       
                                                                       
Il contiendra la quintessence de plus de trente années de recherches et d'expériences plus ou moins heureuses.                              
                                                                       
Tous ceux qui ont un intérêt pour ce genre de livre, ou qui peuvent partager leur expérience avec moi, peuvent me joindre à l'adresse mail ci-après.                                                          
                                                                       
paleomaniac@hotmail.com                                              
                                                                       
Si un éditeur devait se montrer intéressé, merci de me contacter...    
                                                                       
Bonne fin de journée !                                                 
                                                                        
Phil "Fossil"                                                          
                                                                       
 

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Repost 0

Grand Requin Blanc

Publié le par Phil Fossil

 

 

Carcharodon carcharias, Pliocène, Cadzand-Bad, Hollande. Hauteur 56 millimètres.
 
 
 
Grand Requin Blanc fossile                                                         
                                                                       
Contrairement à ce que certains pensent, le Grand requin blanc actuel Carcharodon carcharias n'est pas le descendant du Mégalodon.           
                                                                       
Ce dernier se serait (on en n'est pas encore certain) éteint sans descendance.                                                            
                                                                       
Le Grand blanc est le dernier d'une galerie d'ancêtres assez importante qui perdure depuis l'Eocène. (environ 50 millions d'années)               
                                                                        
Son ancêtre éocène généralement admis est Isurus praecursor, par la suite est apparu Macrorhizodus americanus que l'on retrouve dans l'Eocène supérieur des USA et du Kazachstan.                            
                                                                       
A l'Oligocène (30 millions d'années) on voit la lignée se diviser en deux : d'un côté une forme à dents grêles, mangeuse de poissons, qui s'appelle Isurus desori, et une forme à dents plates et larges, prévues pour découper la chair, dénommée Isurus flandricus.                    
                                                                       
Au Miocène (25 à 5 millions d'années) et au Pliocène inférieur (4 millions d'années) Isurus desori reste quasiment le même, on note juste une augmentation de la taille des dents.                               
Il donne actuellement les requins Mako Isurus oxyrhynchus et Isurus paucus.                                                                 
                                                                       
Isurus flandricus a fait place à Cosmopolitodus hastalis, dont la taille augmente progressivement jusqu'à la fin du Pliocène où il s'éteint. Les dents peuvent dépasser huit centimètres de hauteur dans les sites belges comme Kallo, Doel, Rumst et Sint-Niklaas. Cette espèce a des dents au tranchant totalement lisse.                
                                                                       
Au Miocène supérieur et au Pliocène on rencontre de plus en plus une forme transitoire au tranchant garni de fines dentelures, pas toujours bien visibles à l'oeil nu, mais qui se sentent en promenant un ongle sur le côté coupant. Cette espèce est appelée Carcharodon escheri.         
                                                                       
Le Pliocène voit l'apparition du vrai Requin blanc, Carcharodon carcharias, dont le tranchant des dents montre des crénelures grossières typiques. L'espèce actuelle les possède toujours.                                
On le rencontre rarement dans le Pliocène inférieur, et plus couramment dans notre Pliocène supérieur.                                         
                                                                        
Quelques dents de Cosmopolitodus hastalis et de Carcharodon carcharias trouvées dans le Port d'Anvers sont figurées dans la page photos « requins-fossiles » de mon blog...                       
 
Phil « Fossil »
 

Publié dans Classes d'organismes

Partager cet article

Repost 0

Le port d'Anvers

Publié le par Phil Fossil

 

Scaphella lamberti, Deurganckdok près de Doel. Hauteur 12 centimètres.
                                                                       
Le nouveau dock "Deurganckdok" du Port d'Anvers est une réalisation pharaonique !                                                         
                                                                      
Ce site qui a fourni un nombre incalculable de fossiles de la fin du Tertiaire (Pliocène : 5 à 2 millions d'années) peut être caractérisé par quelques chiffres qui donnent le vertige !            
                                                                      
- Deux murs de 2500 mètres de longueur et 30 mètres de hauteur        
- Une série de pylônes à haute tension herculéens : 194 mètres de hauteur, deux fois celle de l'Atomium !                               
- 20 mètres de mur coulés par semaine                                  
- 1.200.000 mètres-cube de béton (plus que dans toute la ville d'Anvers) !                                                                   
- Un camion de béton toutes les deux minutes en période de pointe !   
- 25.000.000 à 30.000.000 de mètres-cube de sable et de terre déplacés ! De quoi rehausser l'autoroute Anvers-Liège de huit mètres sur toute sa longueur !                                               
- 60.000 tonnes d'acier, de quoi faire huit tour Eiffel !             
- 255 hectares                                                        
- Une route de contournement de 7 kilomètres pour atteindre le village de Doel                                                               
                                                                       
Outre les vestiges archéologiques (barque marchande moyenâgeuse et restes divers comme des poteries), le site est surtout réputé pour ses fossiles.                                                         
                                                                       
Très nombreuses belles coquilles trouvées en place lors des excavations préalables à la construction des murs, mais également des restes de vertébrés (requins, raies, poissons, dauphins, phoques, baleines, cachalots...) dans les sables de dragage amenés à l'extérieur par des tuyaux d'acier.                                                   
                                                                      
Pour les personnes intéressées, surfez sur :                           
                                                                      
http://www.deurganckdok.be/                                           
                                       
Disponible en néerlandais et en anglais.
 
Phil « Fossil »
 

Publié dans Sites de fouilles

Partager cet article

Repost 0

Le Megalodon a-t'il disparu ?

Publié le par Phil Fossil

 

     Carcharocles megalodon, Miocène, Copiapo, Chili. Hauteur 14 centimètres.
                   
Le Megalodon a-t'il vraiment disparu ?                                 
                                                                       
Pour ceux qui l'ignorent encore, le Megalodon est cet énorme requin qui a vécu depuis le Miocène (25 millions d'années) jusqu'au début du Pliocène (5 millions d'années).                                        
On en retrouve régulièrement de grandes dents fossilisées même chez nous dans les environs d'Anvers et de Sint-Niklaas.                         
                                                                        
Avec des dents d'une quinzaine à une vingtaine de centimètres de longueur, et une mâchoire sans doute suffisamment grande pour avaler un homme debout, ce méga-prédateur devait surclasser même les plus imposants dinosaures carnivores ayant existé !!!    
                                                                       
Après une démesure dans les premières estimations faisant état d’un animal de soixante mètres de long, la trouvaille relativement récente d’une partie d’une mâchoire en connexion faite par un chercheur amateur américain dans une carrière de phosphate a permis d’obtenir une base de comparaison avec le grand requin blanc, même si ce dernier ne lui est pas directement apparenté.
 
Les théories actuelles les plus raisonnables font état d'un animal d'une vingtaine de mètres de longueur pour un poids d'une trentaine de tonnes, ce qui reste néanmoins considérable !        
                                                                        
Il devait se nourrir essentiellement de carcasses de baleines ou d'autres gros mammifères marins comme des dauphins, des morses ou des orques. Ce qui explique sa fréquence dans les environs d’Anvers, où les carcasses de cétacés morts étaient nombreuses.     
                                                                       
Ce squale gigantesque semble avoir disparu il y a 4 ou 5 millions d'années, d'après les données paléontologiques généralement admises.                         
                                                                       
Or le vaisseau océanographique Challenger a récupéré par dragage d'un abysse deux dents de megalodon qui ont été datées d'après l’épaisseur des dépôts d'oxydes métalliques d'environ 10.000 à 20.000 ans, cela tendrait à prouver que ce monstre aurait survécu !                                
 
D’après mes trouvailles personnelles, l’écrasante majorité des dents trouvées proviennent du Miocène, néanmoins l’état de « fraicheur » de certains spécimens, beaucoup plus rares, laisse à penser que ces derniers dateraient du Pliocène inférieur.
                                                                       
De temps à autre, des pêcheurs ont observé des requins de taille véritablement gigantesque, c.-à-d. une quinzaine à une vingtaine de mètres de longueur !                                                          
                                                                       
On peut citer au début du XXème siècle des pêcheurs de homard qui ont vu un requin véritablement colossal essayer d'avaler de grandes cages à crustacés, de taille dépassant largement le mètre !                    
                                                                       
Une théorie prétend que ces monstres vivent dans les abysses mais de quoi pourraient-ils bien se nourrir ? Sans doute sont-ils en concurrence avec les cachalots qui plongent de temps à autre jusque 900 mètres de profondeur pour y dénicher les calmars géants Architeuthis...           
 
En tout cas, il est étonnant que jusqu’à présent aucune dépouille n'ait jamais été rejetée sur une plage, et qu'aucun n'ait jamais été pris dans des filets...                                                          
                                                                    
Plusieurs auteurs ont écrit des romans mettant en scène ce prédateur mythique, notamment Steven Alten dans ses deux ouvrages "Meg" et "The Trench".                                             
                                                                    
En attendant, vous pouvez toujours admirer la photo de quelques dents de ce
méga-prédateur dans l’album « requins-fossiles » de mon blog ! Les plus grandes présentées atteignent 14 à 15 centimètres de longueur.                                
                                                                   
Affaire à suivre !                                                    
                                                                   
Phil "Fossil"                                                      
                                                                                          

 

Publié dans Classes d'organismes

Partager cet article

Repost 0

La passion des Fossiles, pourquoi ?

Publié le par Phil Fossil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pourquoi collectionner les fossiles ? Me demandez-vous.

Eh bien, la réponse n'est pas évidente.

Plusieurs critères entrent bien évidemment en ligne de compte.

Tout d'abord l'ancienneté.
Pour des êtres fragiles comme nous, disposant d'une durée de vie strictement limitée, tenir dans le creux de sa main la trace d'une forme de vie âgée de centaines de millions d'années c'est un peu comme côtoyer l'éternité.

Ensuite l'esthétique !
Un simple examen des photos déposées dans mes albums photos devrait suffire à vous convaincre ! La diversité des formes de vie pétrifiées transcende l'imagination et est un régal pour les yeux.

Et puis bien évidemment l'intérêt scientifique.
Ramasser ces objets souvent communs n'exclut pas de trouver un jour, qui sait, une espèce inconnue qui pourrait se retrouver baptisée à son nom. Cela s'est déjà vu et se produit encore assez régulièrement !

La recherche de fossiles s'apparente souvent à la découverte d'un trésor, il faut déchiffrer des cartes, décrypter des indices, mener une enquête digne d'un fin limier (comment retrouver un gîte fossilifère référencé dans une littérature centenaire mais qui actuellement est perdu au milieu d'une végétation envahissante) et suppose une bonne dose d'aventure.

Sans oublier un certain risque (j'ai personnellement perdu un ami il y a quelques années, décédé car il a fait preuve d'imprudences lors de ses fouilles), j'ai moi-même plusieurs fois failli "y passer", sans même parler des salissures, écorchures, morsures et autres piqûres d'insectes qui sont monnaie courante...

Les conditions sont parfois extrêmes !
Casser la glace pour tamiser dans l'eau à mains nues alors qu'il fait -15°C, prospecter une falaise en décembre sous une pluie battante par un vent de face soufflant à 100 km/h, affronter les ronces et les orties pour trouver des fossiles dans d'anciennes carrières, casser des blocs de craie à la masse avec une température de 45°C et la réverbération du soleil qui nous grille la peau, cela n'est pas toujours de tout repos.

Il faut parfois, je l'avoue, avoir le feu sacré mais quand cette passion nous a pris dans ses griffes acérées il est bien difficile de lui échapper... (Tiens... Tiens... Ca me rappelle quelqu'un, mais qui ??? LOL)

J'espère vous avoir un peu mieux fait comprendre à quel point ce hobby est prenant et passionnant !

A plus tard !

Phil "Fossil"

Publié dans Billets d'humeur

Partager cet article

Repost 0

Bourse de Sainte-Marie aux Mines

Publié le par Phil Fossil


Bourse de Sainte-Marie Aux Mines 2006


Située à environ 450 kilomètres de Bruxelles, dans le très joli site du « Val d’Argent », la petite ville de Sainte-Marie habituellement très tranquille fourmille deux fois par an d’une animation démentielle !

Outre le « Carrefour du Patchwork », qui a lieu vers la mi-septembre, la bourse « Euro-Mineral » et « Euro-Gem » se déroulant le dernier week-end de juin, glane sur une surface d’exposition de pratiquement 30.000 mètres carrés environ 950 exposants pour un nombre de visiteurs compris entre 25.000 et 30.000 en quatre jours de manifestation.

A ce moment tous les hôtels, gîtes ruraux, campings et autres logements possibles sont littéralement pris d’assaut sur un rayon de 50 kilomètres. Il est évident que les retombées pour le tourisme et les habitants sont importantes.

Cette année, la principale nouveauté était la mise à disposition d’une ancienne usine de textile qui offrait deux grandes salles d’exposition supplémentaires, plus conformes aux normes de sécurité incendie que les anciennes grandes tentes en toile. L’emplacement de ces dernières a été récupéré par de plus petites tentes. La superficie a donc augmenté de manière importante, rendant la visite d’autant plus longue.

En ce qui concerne les fossiles, on peut signaler quelques pièces de prestige : squelettes d’ichthyosaures chinois, ours des cavernes complet de Russie, Rhinocéros laineux complet également de Russie, grandes ammonites russes et malgaches, belles plaques marocaines à superbes Lys de mer, nids d’œufs de dinosaures chinois, quelques squelettes complets de dinosaures psittacosaures chinois, de grandes plaques polies de bois fossile, et j’en passe.

En ce qui concerne les fossiles plus classiques, on peut en trouver pour toutes les bourses : fossiles à préparer soi-même à partir de 1 ou 2 euros. (Ammonites anglaises et allemandes, brachiopodes espagnols, oursins de Hanovre ou du Maroc, calices de crinoïdes de l’Eifel)

Mon pote Ralf Walter était fidèle au poste avec quelques bancs de micro-sablage qui permettaient la préparation « illico » dès l’achat des pièces ! Cela permettait de faire quelques heureux, à commencer par les gosses qui recevaient un fossile et pouvaient le préparer eux-mêmes sur place…

Malheureusement cette année mes amis suédois qui vendent du matériel paléontologique chilien n’étaient pas au rendez-vous, pour des raisons indépendantes de leur volonté… Bon courage les potes… Et à très bientôt j’espère !

Les nombreux exposants marocains présentent du matériel de plus en plus « standardisé », avec une majorité de matériel remonté, trafiqué, bricolé… A part quelques-uns, très rares, qui offrent du matériel correct, tout le reste est à jeter dans la même corbeille !

A signaler la très belle exposition sur les quartz des Alpes réalisée par mon ami Frédéric Delporte, qui valait vraiment le détour par la qualité des pièces présentées et la réalisation des panneaux didactiques !

En résumé, une bien belle bourse qui permet d’entrer avec plaisir dans la période estivale, dans une contrée agréable à la météo plus clémente que chez nous ! Et les à-côtés gastronomiques et œnologiques de la région ne sont certes pas à négliger !

Phil « Fossil »

Publié dans Comptes-rendus

Partager cet article

Repost 0