Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le pourquoi des fossiles quaternaires de la Mer du Nord

Publié le par Phil Fossil

Fréquemment vus en bourses et dans les collections publiques et privées, les fossiles quaternaires de la Mer du Nord sont récupérés dans les filets des pêcheurs de soles entre les Pays-Bas et le Royaume-Uni.

Mammouths, rhinocéros laineux, bisons, chevaux, et de plus rares prédateurs (ours, lion des cavernes, tigres à dents de sabre, etc.) vivaient là à une époque où les glaces avaient emprisonné une partie de l'eau des océans et libéré des territoires nouvellement émergés.

Un site intéressant (en anglais) pour expliquer tout celà :

http://education.nationalgeographic.com/maps/doggerland/#.VezDAB9s_XE.twitter

Phil “Fossil”

Partager cet article

Repost 0

C'est la dernière ligne droite !

Publié le par Phil Fossil

C'est la dernière ligne droite !

A priori, je devrais être présent ce samedi sur place.

Phil "Fossil"

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Repost 0

Un week-end épuisant à Anvers

Publié le par Phil Fossil

Depuis quelques temps, les sorties s'étaient espacées et celles effectuées avait été peu productives.

Ce week-end annoncé comme pas mal arrosé a vu deux journées de sorties bien fatiguantes comme on les aime...

Samedi 5 septembre 2015

Ce jour on part assez tard, Michaël arrive après avoir réglé un petit problème de batterie. Le choix du site anversois qui sera visité est cornélien : ramassage ou tamisage ?

Mes dernières visites en ramassage seul ont été hautement décevantes mais comme elles remontent déjà à quelques mois, le site peut avoir changé du tout au tout, je suis donc le mouvement.

On arrive sur place, le temps est indécis et la boue omniprésente, les bottes ne sont pas de trop ! On ramasse des coquilles, de plus rares ossements, les dents quant à elles se font désirer.

Une partie non négligeable du terrain anciennement productif a été recouvert de sable stérile mais les pluies récentes ont bien nettoyé les quelques reliquats de niveaux graveleux.

Je sors néanmoins quelques dents communes et de taille moyenne, ainsi que deux vertèbres de dauphins.

Michaël a plus de chance, il sort d'assez grandes Cosmopolitodus hastalis et une fort belle canine de Squalodon antwerpiensis.

Le temps est globalement sec, entrecoupé d'averses trop courtes pour retourner à la voiture. Même sans imperméable pas de problème particulier, dès que la pluie s'arrête le vent nous sèche rapidement...

On quitte le site pour un deuxième, mais la fatigue du cheminement dans la bouillasse a raison de mon énergie, je fais une petite sieste dans la voiture pendant que Michaël explore le chantier. Mon option étant la bonne, vu que la couche limitée vue la fois précédente a été recouverte de stérile et que Michaël ne ramène quasiment rien...

Rentré à la maison, les dents sont nettoyées à l'eau (ça va très vite !) et je m'écroule dans le fauteuil.

Je ne suis pas tard au lit...

Dimanche 6 septembre 2015

Ce jour je guide deux nouveaux amis Kevin et son père Eric, ils sont là peu avant 9h, en attendant Renaud on papote de fouilles et de cailloux.

Assez rapidement on part pour Anvers, après la traditionnelle pause café et achat de victuailles à la station-service de Warloos on arrive au site où on s'équipe.

Notre trou de la fois précédente semble avoir grandi, je commence à tamiser ce qui s'est écroulé au maillage de 13 millimètres pour évacuer les racines et autres crasses de plus grande taille, puis je passe au 8 millimètres pour la couche “en place”.

Même si elles ne sont pas super nombreuses, les petites dents sortent régulièrement, les grandes sont moins complètes mais pas toujours.

Mes 3 amis tamisent, se promènent; re-tamisent, et trouvent pas mal de matériel. Surtout que Kevin et Eric viennent à Anvers pour la première fois... Peu de risque d'être déçus !

A un moment je déménage pour une promenade et je ramasse encore des dents en surface puis je racle des zones caillouteuses pour les tamiser.

Quand des chercheurs hollandais qui ont fait un trou énorme s'en vont, je prends leur place et tamise du déjà fait avec une productivité certaine : la plus belle dent m'attendait dans leurs déchets, juste à côté de l'endroit où j'ai posé mon pot !

Kevin et Eric ont de la route, ils nous quittent donc plus tôt, ravis de leur journée.

La couche en place est moins intéressante que ce qui a déjà été (mal) fait, donc on s'accroche.

Mais le filon s'épuise, tout comme les chercheurs d'ailleurs, et les nuages font que la nuit va tomber plus tôt : il est temps de replier et de ramener le matériel, les découvertes et le seau de tamisat à la voiture.

Les trouvailles sont bien meilleures que la veille : une symphysaire d'Hexanchus, des Cosmopolitodus, Isurus, Galeocerdo, Araloselachus, Lamna, Notorhynchus, plusieurs bulles tympaniques de dauphins et cachalot, un humérus de phoque pour moi et une belle dent de chimère Edaphodon antwerpiensis, une grosse dent de raie Aetobatus arcuatus, quelques assez grandes Cosmopolitodus hastalis plus le “menu fretin” pour Renaud.

Malgré les plus rares et plus courtes averses que la veille, une excellente journée !

Vivement la prochaine... Même si plusieurs jours seront nécessaires pour effacer les courbatures !

Phil “Fossil”

Partager cet article

Repost 0

Bel article sur les bulles tympaniques de baleines fossiles

Publié le par Phil Fossil

Bel article sur les bulles tympaniques de baleines fossiles

Tout récemment, je suis tombé sur cet article sympa. Il est écrit en anglais mais, pour nous, le plus important est constitué par ses illustrations photographiques.

Elles devraient permettre aux amateurs prospectant les sables néogènes du Nord de la Belgique de mettre un nom sur leurs découvertes en bulles tympaniques de cétacés fossiles, mais aussi de “détecter” plus facilement ce genre de fossiles sur le terrain.

Ils ne sont en effet pas évidents à voir, quand on les retrouve dans le tamis, copieusement englués de sable noir et collant...

Il est à noter que les sites où les sables néogènes ont été dragués montrent le plus souvent des exemplaires nettement plus abîmés que les sites où l'on peut échantillonner la couche in-situ, ou même les zones d'épandage de sédiments extraits par pelleteuses et camions.

Il faut également signaler que l'article ne traite que des baleines, et non des dauphins plus fréquemment découverts.

http://www.plosone.org/article/fetchObject.action?uri=info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0021311&representation=PDF

Phil “Fossil”

Partager cet article

Repost 0

Bourse de Saint-Pierre-en-Port les 12 et 13 septembre 2015

Publié le par Phil Fossil

Bourse de Saint-Pierre-en-Port les 12 et 13 septembre 2015

Phil "Fossil"

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Repost 0

Dent sur mâchoire de Rhinoceros du Miocène de Bosnie

Publié le par Phil Fossil

Dent sur mâchoire de Rhinoceros du Miocène de Bosnie

Euceratherium sp. probable, Miocène, Gorji Vakuf, Bosnie-Herzégovine. Taille maximale de la dent 35 millimètres.

Parmi les dents de proboscidiens extraits des sédiments du Miocène bosniaque, des ancêtres de nos éléphants actuels, se trouvent également des variétés de rhinocéros.

Cette pièce et d'autres faisaient partie du même lot acquis en Alsace à la fin de juin, malheureusement le négociant ne semblait pas en connaître la détermination spécifique précise.

Si quelqu'un parmi nos lecteurs a une idée sur la chose, nous sommes bien évidemment preneurs d'un petit commentaire !

D'avance merci.

Phil “Fossil”

Publié dans A déterminer SVP

Partager cet article

Repost 0

Une petite sortie aux fossiles ce week-end ?

Publié le par Phil Fossil

La météo n'est pas annoncée très bonne, mais il en faut plus pour arrêter un chercheur de fossiles acharné comme moi.

Etant disponible ce week-end, en tout cas le dimanche, je peux vous proposer une sortie aux fossiles.

Dents de requins, ossements de baleines, coquilles pliocènes, d'Anvers, tout cela ne vous tente pas ?

D'autres types d'organismes peuvent également être recherchés, ailleurs.

A VOS CLAVIERS !

Phil “Fossil”

Publié dans Générale, Annonces et Pub

Partager cet article

Repost 0

BRESIL. Un fossile de lézard de 80 millions d'années rebat les cartes de l'évolution des sauriens

Publié le par Phil Fossil

Cette espèce identifiée par un fragment de mâchoire découvert là où on ne l'attendait pas donne un nouvel éclairage sur les migrations des sauriens acrodontes.

Un fossile d'une espèce de lézard de 80 millions d'années (du moins un fragment de sa mâchoire) a été découvert au Brésil et pourrait remettre en question l'histoire et l'évolution de ce groupe de sauriens, a annoncé à l'AFP le paléontologue brésilien, Alexander Kellner. "A partir de cette découverte, il va peut-être falloir réécrire l'évolution de ce groupe de lézards encore jamais trouvés en Amérique du Sud", a déclaré M. Kellner du Musée national de Rio. L'étude sur le "Gueragama sulamericana", qui mesurait 20 centimètres, a été publiée mercredi 26 août 2015 dans la revue scientifique britannique Nature communication et résulte d'un partenariat entre le Musée national de Rio, l'Université du Contestato (Parana, sud du Brésil) et l'Université de l'Alberta (Canada).

La découverte est "très importante car les représentants vivants de ce groupe de sauriens acrodontes - caractérisés par une soudure des dents à la mâchoire - n'existent aujourd'hui qu'en Europe, Afrique et Asie", a expliqué M. Kellner. "Elle montre qu'il y a 80 millions d'années, ils étaient déjà venus en Amérique du Sud", a-t-il ajouté. Le fossile - une mâchoire inférieure avec les dents de 18 millimètres - a été trouvé à Cuzeiro do Oeste (Parana, sud). Les fossiles les plus anciens d'acrodontes, de 189 à 160 millions d'années, ont été trouvés en Inde, qui faisait partie de l'ancien supercontinent Gondwana, avant sa fracture avec l'actuel hémisphère sud.


Le groupe de sauriens acrodontes s'est dispersé par l'Asie pendant le Crétacé supérieur (entre 99 et 65 millions d'années) et beaucoup plus tard, lors du Cénozoïque (il y a 65 millions d'années), par l'Asie, l'Afrique et l'Europe, mais on sait maintenant qu'ils sont venus aussi dans le "nouveau monde". L'origine de la faune de lézards et de serpents en Amérique du Sud, nombreux dans la biodiversité actuelle de ce continent, reste un mystère mais cette découverte indique qu'au moins une partie de cette faune primitive était plus proche des groupes qui aujourd'hui vivent sur d'autres continents que des groupes qui habitent aujourd'hui dans le reste de l'Amérique du Sud et ne sont pas acrodontes.

http://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/paleontologie/20150827.OBS4820/bresil-un-fossile-de-lezard-de-80-millions-d-annees-rebat-les-cartes-de-l-evolution-des-sauriens.html

Phil “Fossil”

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost 0

Deinotherium sp. du Miocène de Bosnie

Publié le par Phil Fossil

Deinotherium sp. du Miocène de Bosnie

Deinotherium sp., Miocène, Gornji Vakuf, Bosnie-Herzégovine. Plus grande dimension 8 centimètres.

Les sédiments miocènes de Bosnie sont très riches en proboscidiens de cette période, auxquels peuvent être ajoutés des représentants des rhinocéros.

Cette très belle molaire de Deinotherium sp. a été acquise à la Bourse de Sainte-Marie-aux-Mines, à la fin du mois de juin.

La couleur des pièces bosniaques est particulière et se démarque assez bien avec ce que l'on trouve ailleurs en Europe.

Phil “Fossil”

Deinotherium sp. du Miocène de Bosnie

Partager cet article

Repost 0

L’herbier de pierre, reflets du Carbonifère

Publié le par Phil Fossil

L’herbier de pierre, reflets du Carbonifère

Natecom vous présente sa nouvelle exposition


L’herbier de pierre, reflets du Carbonifère


Une grande variété de plantes fossiles fut extraite des entrailles de la terre en même temps que le charbon.
L’étude de ces fossiles a permis de reconstituer peu à peu l’apparence probable de la luxuriante forêt du Carbonifère qui recouvrait une partie de l’Europe il y a 300 millions d’années.

Du 5 au 13 septembre à la maison des associations, Grand Place, 7130 Binche
Entrée libre, vernissage le 4 septembre à 19 heures (réservation souhai
tée)


Heures d’ouverture :
- en semaine de 14 heures à 17 heures
- le week-end de 10 heures à 18 heures

Sous le haut patronage de la ville de Binche


Renseignements au 064/34.17.65


Phil "Fossil"

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Repost 0