Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Musée Eugène Pesch, Differdange, G-D Luxembourg

Publié le par Phil Fossil

 

Differdange-musee-Eugene-Pesch

 

Le Musée Eugène Pesch a été réouvert en 2005, et l’on peut y admirer une collection fort intéressante de minerais, de fossiles ainsi que des outils de mineurs.
Le Musée Eugène Pesch fonctionne en saison selon les horaires de la Minièresbunn mais peut également être visité sur rendez vous à tout moment de l’année.

 

Eugène Pesch
(9 août 1908 – 4 décembre 1991)
Eugène Pesch est né le 9 août 1908 à Oberkorn en tant que troisième des cinq enfants des époux Michel et Anna Pesch-Assel.

 

Dès l’âge de 13 ans, il entra en service auprès de la Hadir où, en 1968, il termina sa carrière professionnelle à l’usine de Differdange, reprise entre temps par l’Arbed.

 

Au fil des années, le collectionneur passionné élargit sa collection d’outils de mineurs, de fossiles et de minerais ainsi que sa collection philatélique et numismatique dont la renommée ne tarda pas à devenir nationale, voire internationale. En effet, sa passion lui avait rapporté trois médailles d’or lors d’expositions mondiales et quelque 75 autres décorations dans les domaines philatélique et numismatique.

 

http://differdange.espace-net.lu/index.php/sportsubcategories_view/category/musee_eugene_pesch

 

Phil « Fossil »

 

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Repost 0

En triant, on en retrouve des choses !

Publié le par Phil Fossil

 

 

Après une petite virée dans la région de Trèves, à des fins de repos et de tourisme, votre serviteur a pu refaire un arrêt dans le zoning industriel de Bascharage, au Grand-Duché de Luxembourg.

Le terrain déblayé il y a quelques mois continue à tenir ses promesses, quelques sacs de bélemnites ont été engrangés, ainsi que de plus rares ammonites, bivalves et brachiopodes du Domérien.

En clivant des plaques de « Schistes-cartons » du Toarcien, de belles ammonites plates ont également été dénichées.

Une petite journée aura suffi pour le nettoyage d’une quantité malgré tout impressionnante de fossiles, leur petite taille expliquera le temps nécessité pour leur dépoussiérage.

Depuis notre retour, mettant assurément à profit les longues journées estivales, ensoleillées de surcroît, des caisses et des sacs de fossiles et de minéraux sont passés à la brosse et à l’eau.

Retrouvées là où je les avais stockées il y a certainement une décennie, les pièces sont systématiquement nettoyées et rassemblées par provenance.

 

Signalons, entre autres :

Ordovicien de Hallekis et Billingen, Suède

Caradocien de Fauquez à graptolites

Eifélien de Nismes à clyménies

Frasnien de Barvaux

Famennien de Rochefort

Tournaisien de Soignies à coraux

Westphalien de Boussu à fougères et troncs

Sinémurien d’Obernai

Domérien de Bascharage

Toarcien de Bascharage

Bathonien de Luc-sur-Mer à brachiopodes, coraux et calcisponges

Oxfordien de Neuvizy et Faissault

Argovien de Novion-Porcien

Kimméridgien de Boulogne-sur-Mer

Albien du Cap Blanc-Nez

Albien supérieur de Strépy-Bracquegnies

Cénomanien du Cap Blanc-Nez

Turonien du Cap Blanc-Nez

Coniacien de Hesdin

Campanien de Cuesmes

Maastrichtien de Lixhe, Ciply et Eben-Emael

Cuisien de Pourcy

Lutétien de Damery

Miocène de Borgerhout

Pliocène de Steendorp, Doel et Kallo

 

Et pas mal de minéraux également, notamment de Rancennes, Monthermé, Fauquez, Andenne, Mont-sur-Marchienne, Landelies, Chépy, Robertville, Bierghes, …

 

Phil « Fossil »

 

 

Publié dans Billets d'humeur

Partager cet article

Repost 0

Ossements isolés de Melanogrammus, d’où proviennent-ils ?

Publié le par Phil Fossil

 

 

 

Fréquemment, pour ainsi dire à chacune de nos visites dans les plaines de sables d’Oorderen à coquilles du Port anversois, nous avons mis au jour des ossements un peu particuliers.

D’une couleur brune à rouge brique, ces os plutôt biscornus furent au départ pris pour des otolites (ossements d’oreille interne de poissons) mais leur structure et surtout leur taille a rapidement exclus cette possibilité.

Ils peuvent en effet atteindre une longueur comprise entre 7 et 10 centimètres, ce qui exclut de-facto l’hypothèse de l’otolite.


Melanogrammus-conjunctus-Pliocene-Doel-3-6cms

 

On les considère maintenant comme « support de mâchoire » d’un animal proche des aiglefins.

Grâce à notre ami Julien que nous remercions, nous sommes en mesure de vous proposer ce schéma, lequel, même s’il représente le crâne d’une autre espèce de poisson, permet de se représenter la position et la fonction de cet os particulier dans la mâchoire de l’animal.

 

Machoire-Poisson-Hires


L’os considéré se trouve tout en bas à gauche du dessin, et sert de support à un maximum de muscles.

Phil « Fossil »

 

Publié dans Le coin des débutants

Partager cet article

Repost 0

Bourse de Millau, les 24 et 25 juillet 2010

Publié le par Phil Fossil

 

A Millau (Aveyron) aura bientôt lieu la 39ème Bourse internationale aux minéraux et fossiles à la salle des Fêtes du Parc de la Victoire.

 

Echanges dans le Parc, et marchands dans la salle et à proximité de celle-ci.

 

Renseignements :

Alain Marchal, BP104, 12101 Millau.

Tél : (0033)(0)5.65.60.21.71

 

Pour suivre l’évolution du sujet sur Geoforum :

http://www.geoforum.fr/index.php?showtopic=15952&st=0

 

Phil « Fossil »

 

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Repost 0

Oursin Cardiaster granulosus de Ciply, Belgique

Publié le par Phil Fossil

 

Ciply-Maastrichtien-Cardiaster-granulosus-2B-7cms 

Cardiaster granulosus, Maastrichtien inférieur, Ciply, Belgique. Longueur 7 centimètres.

 

 

Cet oursin qui est relativement courant dans le Maastrichtien inférieur du Limbourg, est tout de suite beaucoup moins facile à dénicher dans le bassin de Mons.

 

Les petits Catopygus se rencontrent en relative quantité à Ciply, on y met de temps à autre au jour un Echinocorys, mais le Cardiaster a longtemps résisté à mes tentatives d’en trouver un exemplaire.

 

Ce spécimen, découvert dans les éboulis, aura enfin satisfait toutes mes attentes. D'autant plus que par sa taille il surclasse tous les exemplaires découverts dans le Limbourg...

 

Phil « Fossil »

 

Publié dans Vos découvertes !

Partager cet article

Repost 0

Le léviathan s'offrait des baleines au petit dej'

Publié le par Phil Fossil

 

Actu24 - mercredi 30 juin 2010 20h25

 

C'est sans doute le tyrannosaure des mers: des fossiles d'un cachalot géant ayant vécu il y a 12 millions d'années ont été retrouvés au Pérou. Les chercheurs ont appelé la bête Leviathan melvillei, en l'honneur de l'auteur de Moby Dick.

 

Les dents du léviathan retrouvé au Pérou sont 10 cm plus grandes que celles du cachalot actuel.

 

Les chercheurs ont choisi d'appeler Leviathan melvillei, en l'honneur d'Herman Melville et de son roman "Moby Dick", le cachalot géant ayant vécu voici douze millions d'années, dont les restes ont été découverts au Pérou, selon une étude publiée mercredi.

C'est "le plus gros cachalot fossile connu" et il est doté de "dents colossales", atteignant jusqu'à 36 cm de longueur, c'est-à-dire "10 cm de plus que les plus grandes dents de cachalots actuels", a expliqué Olivier Lambert (Muséum national d'histoire naturelle, Paris), principal auteur de l'étude paraissant dans la revue scientifique Nature.

Grâce à une mâchoire aussi puissante, avec de longues dents ayant jusqu'à 12 cm de diamètre, il aurait pu empêcher les tentatives de fuite des baleines à fanons, ses proies supposées.

"On peut s'imaginer une proie comme une baleine"


"On peut s'imaginer une proie en train de se débattre. Le cachalot mord dans la baleine à fanons, elle se débat". Avec "sa queue très puissante", cela "entraîne des tensions gigantesques", raconte M. Lambert. Avoir de fortes mâchoires aurait permis à Léviathan de "résister à ces tensions", poursuit-il.

Les restes fossiles de Léviathan ont été découverts lors de fouilles organisées, en novembre 2008, dans le désert côtier de la région d'Ica (sud du Pérou) par une équipe de paléontologues des musées d'histoire naturelle de Rotterdam, Paris, Pise, Lima et Bruxelles.

Jusqu'à cette date, pour ce type de cachalot n'avaient été trouvées que "des dents isolées, très grandes", en particulier au Chili, donc "pas très loin des sites où on fouillait" dans l'espoir de trouver un crâne, note Olivier Lambert.

Son équipe a pu découvrir une "mâchoire inférieure, une bonne partie du crâne et des dents", mais, regrette-t-il, rien du squelette au-delà du crâne.

Superprédateur

La taille de Léviathan est donc une estimation: avec un crâne de 3 mètres de long, la longueur totale du corps est de 13,5 à 17,5 m, "à peu près la taille du grand cachalot actuel", selon M. Lambert.

Ses proies potentielles, les baleines à fanons, auraient été "assez petites", soit 7 ou 8 mètres.

Ce superprédateur du milieu marin voici 12 ou 13 millions d'années avait un concurrent: "un requin gigantesque, beaucoup plus grand que le requin blanc actuel, qui devait atteindre des tailles de 12 à 15 mètres", explique encore le chercheur.

 

http://www.lefigaro.fr/sciences-technologies/2010/07/02/01030-20100702ARTFIG00651-un-cachalot-prehistorique-mangeur-de-baleines.php

 
Merci à Yves Devalckeneer et Christiane Faivre !
 
 Phil « Fossil » 
 

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost 0

Caisses de fossiles/minéraux à donner d’urgence !

Publié le par Phil Fossil

 

L’état de saturation de mon habitation atteint un niveau qui devient doucement ingérable, je me vois dans l’obligation de faire un peu de place.

 

Lors des tris de ces dernières semaines, de nombreux fossiles mais également des minéraux ont été transférés dans des caisses spéciales à des fins de distribution.

 

Vu le nombre de ces boites, il n’est pas envisageable de donner tout cela à la pièce.

 

Si une association géologique, une école, une université, un gérant de musée est intéressé, il est possible de venir gratuitement prendre livraison de tout le lot.

 

Il est possible à l’aide de ce matériel de réaliser des animations pour les enfants qui trouveraient et garderaient les pièces trouvées, créer des boites didactiques, organiser une petite tombola de club…

 

La seule et unique condition : venir chercher la totalité sur place ! Les frais postaux risqueraient, en effet, d’être pharaoniques…

 

Le volume concerné est d’environ une quinzaine à une vingtaine de caisses en carton « à melons », c-à-d mesurant chacune environ 40 x 30 x 15 centimètres.

 

Merci aux personnes réellement intéressées de m’envoyer un mail à mon adresse de contact, et d’être un peu patients pour obtenir une réponse, les vacances sont déjà là et je serai par conséquent peu présent avant le début du mois d’août.

 

Phil « Fossil »

 

Publié dans Billets d'humeur

Partager cet article

Repost 0

Le Campanien d’Obourg, Hainaut

Publié le par Phil Fossil

 

 

BE-Campanien-Obourg-01 

Carrière d’Obourg, vue sur le front de taille et l’énorme excavatrice à godets. Photo C. Legeaite.

 

 

Cette carrière est exploitée depuis pas mal d’années, l’exploitation dans la crayère d’Obourg se fait d’une manière assez particulière.

 

En effet, on y utilise une excavatrice à godets, habituellement rencontrée dans des argilières, pour extraire la craie diretement dans la nappe phréatique.

 

Il en résulte que la plus grande part du sédiment est de-facto inaccessible aux collectionneurs, seuls les fronts de taille émergés peuvent être échantillonnés.

 

L’autorisation d’accès est néanmoins relativement difficile à obtenir, hormis pour les clubs d’amateurs.

 

La faune campanienne est surtout constituée de bélemnites (Belemnitella mucronata et Actinocamax quadratus), de bivalves (Pycnodonte vesicularis) et de brachiopodes (Magas pumilus, Cretirhynchia plicatilis) mais un niveau phosphaté contient d’assez fréquentes dents de requins et vertèbres de poissons, en plus des invertébrés.

 

Phil « Fossil »

 

Publié dans Sites de fouilles

Partager cet article

Repost 0

A nouveau quelques vacances !

Publié le par Phil Fossil

 

L’été est à nouveau parmi nous, et avec lui une météo enfin clémente.

 

Votre serviteur compte en profiter amplement pour refaire le plein de soleil et de fossiles, sans oublier les minéraux…

 

Il ne me sera pas possible de me connecter sur Internet afin de répondre aux mails, modérer les commentaires, et gérer le forum.

 

La parution des articles pourrait se voir ralentie, voire mise « au frigo » pour quelques jours.

 

Un peu de patience vous sera instamment demandée, si d’aventure vous ne partez pas en congés !

 

BONNES VACANCES A TOUTES ET TOUS !!!

 

Phil « Fossil »

 

Publié dans Générale

Partager cet article

Repost 0

Types de préservation des ammonites albiennes

Publié le par Phil Fossil

 

 Hamites-sp-Albien-Folkestone-1-5cms

 

Hamites sp., Albien, Folkestone, Grande-Bretagne. Longueur du tronçon 5 centimètres.

 

 

Hamites-sp-Albien-Wissant-1-5cms 

Hamites sp., Albien, Wissant, France. Longueur maximale 5 centimètres.

 


Protanisoceras-Hamites-Macheromenil-Albien-1-4cms 

Hamites sp. et Protanisoceras sp., Albien, Machéroménil, France. Longueur de la plus grande 4 centimètres.

 

 

En fonction des sites de découverte, les ammonites sont préservées de manière parfois semblable, mais souvent assez différente.

 

L’Albien est réputé pour des fossiles phosphatés et pyritisés, sur lesquels la nacre d’origine est régulièrement conservée.

 

Les ammonites découvertes dans les Ardennes sont exclusivement phosphatées, la nacre n’est préservée qu’épisodiquement et exclusivement sur des pièces extraites, les spécimens ayant passé du temps sous les intempéries ont le plus souvent perdu cette matière éminemment sensible aux chocs thermiques pour acquérir une teinte grisâtre à brunâtre.

 

Les ammonites boulonnaises ont également perdu une part importante de leur nacre dès qu’elles sont soumises aux marées et au frottement avec les galets, les exemplaires découverts en place ont quant à eux la plupart du temps gardé leur nacre.

 

Mais cette dernière est beaucoup moins colorée que celle que l’on peut observer sur les spécimens découverts par exemple à Folkestone, de l’autre côté du « Channel » et également sur le matériel qui était anciennement découvert à Bully, en Seine-Maritime.

 

Phil « Fossil »

 

Publié dans Classes d'organismes

Partager cet article

Repost 0