Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Visitez Bruxelles ! LOL

Publié le par Phil Fossil

Visitez Bruxelles ! LOL

Phil "Fossil"

Publié dans Pour se détendre

Partager cet article

Repost 0

Bonne nouvelle: on sait pourquoi les dents des requins repoussent

Publié le par Phil Fossil


Une étude de l'université de Sheffield éclaire les mystères de la repousse régulière des dents chez les requins.

En plus d’être acérées, dentelées et disponibles en plusieurs rangées, les dents de requins se régénèrent rapidement lorsqu’elles tombent. Un squale peut ainsi perdre jusqu’à 30.000 dents dans une vie. Jusqu’à maintenant, ce mécanisme de repousse restait flou. Dans une étude publiée début février, des chercheurs de l’université de Sheffield ont mis en évidence le rôle d’un ensemble de cellules épithéliales, situé dans la gencive, et de gènes responsables de la formation des dents.

Grâce à cet attirail, les requins (comme les raies) ont à disposition tout au long de leur vie d’un ensemble de dents tout neuf, remplacé à la manière d’un convoyeur à courroie, rapporte Science Daily. L’étude a par ailleurs montré que les gènes en question existaient depuis 450 millions d’années.

En étudiant des embryons de roussettes, les chercheurs ont pu étudier comment les cellules provoquent l’émergence initiale de la denture des requins, ainsi que leur redéploiement durant le renouvellement des dents.

Gènes présents chez l’être humain

«La bonne nouvelle pour nous est que les gènes qui font repousser ces dents se retrouvent chez tous les vertébrés, humains compris», relève Gareth Fraser, à la tête de l’étude, pour le Daily Mail. Au contraire des poissons cartilagineux toutefois, cette capacité de régénérescence s’est progressivement affaiblie chez les humains, pour ne permettre qu’une seule repousse de la denture, après la chute des dents de lait.

«A un moment, pendant l’adolescence, nous perdons ces cellules, qui meurent. Il n’est pas impossible que nous puissions les réanimer avec de futures thérapies dentaires», avance Fraser. Mieux comprendre le comportement des cellules épithéliales pourrait d’ici quelques années permettre de faire repousser naturellement des dents humaines.


http://www.slate.fr/story/114143/dents-requins-repoussent


Phil "Fossil"


Partager cet article

Repost 0

Décès de l'initiateur et CEO du projet "Jurassica"

Publié le par Phil Fossil


Nous avons la tristesse de vous faire part de la mort de Michael Hanlon, initiateur et cheville ouvrière du projet "Jurassica", le 9 février 2016, d'une attaque cardiaque.

Ayant passé sa jeunesse le long des falaises du Dorset, région connue comme la "Côte jurassique", il ambitionnait la création d'une structure muséale.

Ce projet fou, à mi-chemin entre un musée et un parc d'attraction, aurait pris place dans une ancienne carrière d'extraction de la Pierre de Portland.

En tant que CEO du projet, il espérait le voir aboutir en 2021.

Espérons que sa disparition ne signifiera pas la fin de cette magnifique entreprise !


http://www.telegraph.co.uk/news/obituaries/12159832/Michael-Hanlon-science-writer-obituary.html


Phil "Fossil"


PS. Il était plus jeune que moi... Cela n'est pas rassurant, tout ça !


Partager cet article

Repost 0

Quelques organismes aquatiques géants dans le passé

Publié le par Phil Fossil

Quelques organismes aquatiques géants dans le passé


Nos baleines, cachalots et éléphants sont certes de taille imposante, mais il faut bien se dire que des animaux encore plus gros ont vécu durant les époques géologiques.

A l'Ordovicien déjà, les nautiloïdes à coquille droite pouvaient dépasser une longueur d'une dizaine de mètres. Ils étaient les prédateurs incontestés de cette époque, ne devant même pas craindre les scorpions aquatiques de plus de 3 mètres de longueur lesquels ont sans doute vécu un peu plus tard, au Dévonien.

Sur le dessin ci-avant, l'on peut constater que le célébrissime megalodon miocène (15 à 16 mètres) fait pâle figure à côté d'un Basilosaurus éocène, lointain ancêtre du cachalot à dents différenciées.

Il est heureux que le colossal Leedsichthys du Jurassique (presque le double de la longueur du megalodon!) n'ait été qu'un placide et relativement inoffensif mangeur de plancton et de petits poissons, selon le même schéma que la baleine bleue et le requin baleine actuels.

Le Dunkleosteus dévonien (9 mètres) et les mosasaures géants de la fin du Crétacé (14 à 15 mètres) semblent atteints de nanisme à côté... Même s'ils étaient, eux, de féroces prédateurs !

Phil "Fossil"

Partager cet article

Repost 0

Blog vs. Facebook, vous en pensez quoi ?

Publié le par Phil Fossil


Si ce site va bientôt fêter son 10ème anniversaire (le 15 mars), cela fait nettement moins longtemps que je suis présent sur Facebook.

Mon activité sur ce dernier site est d'ailleurs loin d'être pléthorique, la plupart du temps je partage des posts que je trouve intéressants, interpellants ou simplement amusants.

Mais le côté "fourre-tout" (pour rester poli) de Facebook est loin d'être à mon goût.

Soyons sincères, si je reste sur Facebook c'est surtout pour les contacts et moins pour les infos paléontologiques, même si cela m'arrive d'y trouver des articles intéressants.

Un bon blog, il n'y a que ça de vrai !

Et vous, vous en pensez quoi ? (Un petit commentaire fera amplement l'affaire)

Merci !

Phil "Fossil"


Partager cet article

Repost 0

Bourse de Gent-Gand-Ghent le dimanche 20 mars 2016

Publié le par Phil Fossil

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Repost 0

De retour à Anvers... Pour y faire un carton !

Publié le par Phil Fossil

Nonobstant une météo annoncée pluvieuse, Renaud arrive peu après 8h et on embarque tout le matériel de fouilles.

Après le traditionnel arrêt ravitaillement-café, on arrive assez tôt sur le site, on s'habille chaudement (le vent est très fort) et on embarque tout le matériel, la nourriture et les boissons.

Après une (courte) prospection à vue, je décide d'attaquer l'autre côté de la butte sableuse entamée la fois précédente.

Les dents sortent assez régulièrement, surtout des petites comme à notre habitude mais de temps en temps de plus conséquentes.

Contrairement à Renaud qui bouge énormément, alternant prospection à vue et séances de tamisage, je m'entête avec opiniâtreté au même endroit, tournant avec 3 tamis de maillage de 8 millimètres.

Quand la couche contient de trop grands éléments, cailloux et ossements, je la travaille au grand tamis de 13 millimètres, plus rapide mais qui laisse passer les plus petites dents.

Je ne ferai qu'une pause "sandwiches" sur ma journée, les tamis se suivent mais ne se ressemblent pas : aucun ne sera totalement vide de dents, mais certains beaucoup plus productifs que d'autres.

Il est 18h30 et le soleil est déjà couché quand on repart, le pot à dents est bien rempli, la moisson sera conséquente !

Le temps de rentrer le matériel et de passer les dents à l'eau, enfin du repos !

Les pièces marquantes de cette super journée : une grande dent de dauphin Eurhinodelphis cocheteuxi, une molaire et une prémolaire (probable) de phoque Paleophoca nysti, plusieurs Notorhynchus cepedianus, une petite Alopias, une très jolie Isurus oxyrhynchus, quelques Cosmopolitodus hastalis assez grandes, un humérus et un demi-bassin de phoque, de belles bulles tympaniques de dauphins...

Et me voici encore plus motivé pour vous annoncer :

Vivement la prochaine !

Phil "Fossil"

Partager cet article

Repost 0

Quelques beaux minéraux pour notre muséum

Publié le par Phil Fossil

Il y a quelques jours, je vous parlais d'une collection de minéraux mise en vente chez des amis.

Je me suis rendu sur place assez rapidement, afin d'acquérir quelques pièces belges et étrangères.

Quartz de Bierghes de différents formats, Barytes XXL de Lompret, quartz internationaux, je me suis régalé.

C'était une opportunité à ne pas rater, cela n'arrive pas souvent, il ne fallait donc pas hésiter mais plonger hardiment.

Mais je vous rassure, il en reste encore, si vous en voulez...

Phil "Fossil"

Publié dans Minéralogie, Générale

Partager cet article

Repost 0

Bourse de Cesson-Sévigné les 5 et 6 mars 2016

Publié le par Phil Fossil

Bourse de Cesson-Sévigné les 5 et 6 mars 2016

Phil "Fossil"

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Repost 0

Un crocodile marin de 10 mètres découvert en Tunisie

Publié le par Phil Fossil

Les sédiments du Crétacé inférieur d'une région inexplorée de Tunisie ont fourni les restes fossilisés d'un crocodile marin long de 10 mètres, le plus grand crocodile vivant dans la mer jamais mis au jour.

Les chercheurs l'ont appelé Machimosaurus rex, il a été décrit dans la revue "Cretaceous Research".

Les restes articulés d'un crocodylomorphe géant ont été déterrés en décembre 2014 durant une campagne de prospection à la localité Touil el Lhahir du Gouvernorat de Tataoine, dans le Sud tunisien. Il se trouvait ventre en bas, la tête inclinée vers le côté droit. Après avoir trié les sédiments argilo-sableux, l'équipe de Federico Fanti de l'Università di Bologna a pu identifier des éléments de crâne, dents, vertèbres, côtes, un humérus partiel et des ostéodermes (les plaques osseuses de la peau) d'une espèce encore jamais vue.

Le crâne seul fait 1,55 mètre ce qui donne une longueur estimée du corps de 9,6 mètres. Comme pour le tyrannosaure, l'équipe a nommé l'espèce "rex" vu sa taille majestueuse.
Machimosaurus rex appartient à la lignée des téléosauridés thalattosuchiens, crocodylomorphes marins qui semblaient s'être éteints à la fin du Jurassique, donc avant le Crétacé. Mais daté de 120 à 130 millions d'années, M. rex est la preuve que les teleosauridés ont passé la limite Jurassique-Crétacé.

Le crocodile géant était sans doute un prédateur chassant à l'aguet dans un environnement de lagunes caractéristiques de cette partie de l'Afrique durant le Crétacé.
Son mode de vie était similaire à celui des crocodiles semi-aquatiques qui chassent des proies terrestres et aquatiques. Ses dents courtes et arrondies indiquent qu'il se nourrissait de vertébrés à carapace dure.

De nombreux restes de tortues, dont certaines longues d'un mètre, ont été également découverts dans cette carrière - ce qui suggère que les tortues étaient une partie substantielle de sa diète. Des traces de morsures de Machimosaurus sur un ossement de sauropode ont également été découvertes, antérieurement.

En comparaison, le plus grand crocodile d'eau douce, "Supercroc", appelé Sarcosuchus imperator, a vécu il y a 110 millions d'années et il atteignait 12 mètres de long.

L'article original (en anglais) :

http://www.iflscience.com/plants-and-animals/meet-m-rex-biggest-marine-crocodile-ever-found

Phil "Fossil"

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost 0