Vacances géologiques et paléontologiques dans le Sud-Est de la France

Publié le par Phil Fossil

 

 

À l’occasion de mon quatrième article publié sur ce blog (une goutte d’eau dans l’océan de productivité philfossilien …), je vous livre une petite bafouille reprenant quelques temps forts géologiques et/ou paléontologiques de mes dernières vacances. Une façon comme une autre de se replonger dans l’ambiance estivale qui commence tout doucement à ne plus être qu’un lointain souvenir ...

 

Ayant la chance de disposer de deux pied-à-terre dans le Sud-Est de la France, le premier dans les Alpes-de-Haute-Provence (merci papa) et le second sur la Côte d’Azur (merci belle-maman et beau-papa), mes vacances du mois d’août dernier se sont tout naturellement déclinées en deux temps : une grosse semaine passée « en haut », suivie de deux petites semaines « en bas ».

 

La première partie de mes vacances fût essentiellement consacrée à randonner en famille, au cœur de paysages montagneux de toute beauté.

Parmi ces randonnées, j’épinglerai l’ascension du Mont Pelat (3050 m) et une randonnée jusqu’au refuge de Boules (1698 m), avec à la clef une nuit passée dans ce même refuge. L’ascension du Mont Pelat, déjà réalisée par votre serviteur il y a près de 20 ans, fût l’occasion de revoir de très beaux affleurements d’un flysch calcaréo-gréseux (Eocène supérieur probable) riche en ichnofossiles (en l’occurrence, pistes et terriers laissés par divers invertébrés, essentiellement des oursins et des vers). La nuit passée au refuge de Boules fût, quant à elle, mémorable, essentiellement de par la nature tout à fait unique de l’endroit (Fig. 1) : un abri sous roche, en grande partie naturel, aménagé au cœur d’un magnifique anticlinal calcaire !

 

 

Figure 1. Le refuge de Boules (hameau de la Valette, Thorame-Basse, Alpes-de-Haute-Provence). Situé à flanc de montagne, à près de 1700 m d’altitude, ce refuge géré par l’O.N.F. est aménagé au cœur d’un anticlinal affectant des calcaires du Crétacé supérieur. Photo prise le 5 août 2008.

 

 

Les activités durant la seconde partie de mon séjour estival furent plus variées et, surtout, plus riches du point de vue paléontologique.

C’est ainsi qu’à l’occasion d’une visite de Monaco et de son célèbre musée océanographique, j’ai eu la chance de rencontrer Anna. Ne cherchez pas, Anna n’est pas une star du grand ou du petit écran, encore moins une « ex » retrouvée par hasard. Anna est le surnom donné à un fossile d’Ophtalmosaurus, issu d’une collection privée et exposé pour une durée d’un an au premier étage du musée. Le squelette, découvert dans des niveaux du Jurassique supérieur du Kansas (U.S.A.), est complet à près de 80%. Il est tout simplement impressionnant (Fig. 2) !

 


 

Figure 2. Anna l’Ophtalmosaurus (Jurassique supérieur, Kansas, U.S.A.), musée océanographique de Monaco. Photo prise le 13 août 2008 (à l’aide d’un GSM, la batterie de mon appareil photo numérique ayant malencontreusement rendu l’âme).

 

Quelques virées paléontologiques en solitaire furent également organisées au départ de mon camp de base azuréen. La première des ces sorties consista en une longue promenade dans les marnes hauteriviennes des environs de Peyroules, promenade au cours de laquelle me fût donnée l’occasion de ramasser quelques fossiles dégagés naturellement par l’érosion (essentiellement des rostres de bélemnites, dont le magnifique exemplaire de Duvalia illustré ci-dessous ; Fig. 3).

 


 

 

Figure 3. Rostre de Duvalia gr. dilatata (Blainville, 1827), ramassé dans les Marnes à Bélemnites (Hauterivien) de Peyroules (Alpes-de-Haute-Provence, France). Photo prise le 14 août 2008.

 

Bravant les températures caniculaires de la seconde moitié de ce mois d’août, j’ai également fouillé à deux reprises les marnes pliocènes exposées dans cette ancienne carrière creusée dans les collines niçoises, dont je vous avais déjà entretenu dans un précédent article (http://www.paleomania.com/article-23929609.html). A l’occasion de ces deux sorties, pas moins de 450 petites coquilles fossiles (essentiellement des gastéropodes et des lamellibranches) furent engrangées (Fig. 4).

 

 

Figure 4. Quelques mollusques du Plaisancien basal, récoltés dans les environs de Nice (Alpes-Maritimes, France), les 11 et 18 août 2009. Les fossiles sont issus de niveaux marneux intercalés dans la formation des Poudingues du delta du Var. (a) Anadara diluvii (Lamarck, 1805) (à noter : les deux valves jointives, soudées par une concrétion de limonite) ; (b) Comitas dimidiata (Brocchi, 1814) ; (c) Mitrella nassoides (Grateloup, 1827) ; (d) Sveltia lyrata (Brocchi, 1814) ; (e) Cancilla planicosta (Bellardi, 1887) ; (f) Nassarius bisotensis (Depontailler, 1879) ; (g) Conus (Conolithes) antidiluvianus (Bruguière, 1872) ; (h) Gemmula (Unedogemmula) contigua (Brocchi, 1814) ; (i) Archimediella spirata (Brocchi, 1814). Les déterminations sont données avec les réserves d’usage pour les coquilles d, e, f et i.

 

 

Sans vouloir plagier qui que ce soit, je terminerai ce compte-rendu en disant simplement « vivement les prochaines (vacances) » !

 

 

Olivier

Publié dans Vos Articles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Olivier 28/11/2009 17:18


Pffff, vivement les vacances au soleil !


Olivier 03/11/2009 08:54


Bien vu, Valentin !


Valentin 02/11/2009 17:07


Superbes photos! Le sud-est de la France est un coin qui l'on peut redécouvrir sans cesse! Cet ichthyosaure est vraiment superbe. Toutefois, les nageoires antérieures sont montées à l'envers: vu
d'ici, la face dorsale est bien orientée vers le haut, mais la palette gauche est à droite et probablement inversément.


ungrandamidequivoussavez 30/10/2009 18:31


psssssst
Olivier ?
chuuuuuuuuuuuuut
je suis ici incognito
c'est moi
carcha
oui !
chuuuuuuuut
je viens en douce sinon l'autre va s'en apercevoir
il doit dormir en ce moment
c'est normal, à son âge
mais super ton article
je n'ai ps le temps
il peut se réveiller à tout moment
je reviendrai
à plus
maus chuuuuuut hein


Stéphane 30/10/2009 16:31


Beau fossile qu'Anna.
Elle est partie à 180.000 euros chez Christie's Paris en Avril 2009.
Son heureux propriétaire est un industriel lyonnais.
Trop gros pour mon petit appartement