Quatre jours en Boulonnais et Picardie (1)

Publié le par Phil Fossil

 

 

En manque depuis presque deux années de la chouette région fossilifère du Nord-Ouest, j'ai décompté les jours, puis les heures, me séparant de ces quatre jours d'évasion.

 

 

Samedi 22 mars 2014

 

Arrivé un peu moins tôt que prévu de par la faute des embouteillages sur la route de Hal, Yves m'aide à embarquer les outils, caisses, seaux, boissons, nourriture et autres sacs de bagage. Nous prenons ensuite la route qui s'avèrera bien dégagée jusqu'à Wimereux, malheureusement la mer est déjà trop haute pour y prospecter dans de bonnes conditions.

 

Il fait gris, pas de pluie, en tout cas c'est mieux que ce que les prévisions météo nous promettaient...

 

Nous nous rabattons alors sur l'intérieur des terres, après avoir fait quelques courses dans un supermarché nous commençons par un talus callovien à Alincthun.

 

Si la faune n'y est pas extrêmement variée, on met la main sur de nombreux exemplaires “frais” de Gryphaea sublobata, des brachiopodes Thurmannella thurmanni et de plus rares térébratules. Seul un fragment d'ammonite sera engrangé.

 

On repart vers Le Wast où un champ non encore cultivé est prospecté, il donne un peu de Callovien à Gryphaea sublobata, mais aussi du Bathonien à brachiopodes et oursins. Ce dernier s'avère vraiment pauvre, et nous abandonnons l'endroit très vite !

 

Un autre talus bathonien pas très loin est très soigneusement examiné et donne des brachiopodes, bivalves dont des trigonies et de belles Limatula sp., et surtout deux oursins réguliers Acrosalenia et irréguliers Nucleolites : un de chaque type pour chacun de nous !

 

Mais la fatigue de la route et l'heure qui avance nous force à rentrer sur l'Auberge, pour un peu de repos, lequel en ce qui me concerne est constitué d'une bonne sieste de deux heures avant le souper.

 

Ce dernier est copieux et succulent, crevettes cocktail sur crudités en entrée, et des moules à la crème en plat. Je n'ai même plus la place pour un dessert...

 

On se regarde un film sur la tablette, puis au dodo ! Le sommeil (re)vient rapidement...

 

 

Dimanche 23 mars 2014

 

Vu l'heure des marées près d'une heure plus tardive que la veille, nous avons nettement le temps de prospecter les plages et falaises du Jurassique supérieur.

 

Le ciel est tout bleu au réveil, un peu plus nuageux quand on part.

 

Juste un arrêt au syndicat d'initiative de Wimereux pour récupérer les horaires des marées, et nous nous parquons près de la station de biologie marine, pour nous équiper et partir vers le sud.

 

Les pannes sont fortement ensablées, mais je ramasse quand même quelques fossiles, bivalves Deltoideum expansa et gastéropodes Pleurotomaria sp. dans leur majorité.

 

Un gros morceau de poterie, médiévale probable d'après Yves, est délicatement extrait d'un amas de graviers et de moules pour être emballé précautionneusement.

 

Je découvre un peu de bois fossile ligniteux, du Jurassique supérieur, et un ossement de bassin de mammifère, sub-récent celui là.

 

Une série d'huitres Deltoideum expansa est mise au jour, la plus belle est double et montre du xénomorphisme : une partie de spire d'ammonite, sur laquelle l'huitre était “collée”, a été répliquée exactement sur l'autre valve ! Une pièce très didactique et intéressante.

 

Mais ce n'est pas vraiment ce que je suis venu chercher ici ! Heureusement, après avoir examiné une zone à graviers, je repart vers mon seau et c'est là que je vois dépasser du sable une petite moitié d'un oursin régulier Hypodiadema koenigii, en bon état et quasiment tout dégagé ! Il reste seul, mais me satisfait amplement.

 

La marée montant assez vite, on regagne le véhicule, assez fatigué par le vent et un début de mal au crâne qui me gagne. Il est encore tôt, mais on se repose à l'hôtel, un petit film d'abord puis je m'offre une sieste phénoménale qui me fera arriver en douceur au souper !

 

Le vent du large m'a ouvert l'appétit, il me faudra deux plats et un dessert pour me rassasier ! Une cassolette de la mer suivie d'une entrecôte sauce au maroilles, et on finit par une mousse au chocolat ! Après cela, c'est sûr, je vais bien dormir !

 

Je me recouche, puis au cours de la nuit je suis réveillé par la douleur à la tête qui s'est amplifiée : malheureusement les médicaments sont restés dans la voiture ! Heureusement qu'il me reste quelques antalgiques dans mon bagage, ils tombent à point.

 

Je les prends, et n'arrivant pas à rester couché je m'assieds sur le lit et regarde un film le temps que les médicaments fassent effet.

 

Il est 6h du matin quand je m'endors, pas pour très longtemps vu que le réveil sonne à 7h30...

 

A suivre...

 

Phil “Fossil”

 

 

Publié dans Comptes-rendus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

GuillaumeM 27/03/2014 21:23


Hi,


Jamais constaté de xénomorphisme sur 'Deltoidea'. J'espère qu'on kla verra un jour