« MY KINGDOM FOR A HORSE » – Richard III a été retrouvé… dans un parking

Publié le par Phil Fossil

 


C'était devenu, ces derniers mois, le résident le plus connu de Leicester. Des os trouvés en septembre sous un parking municipal de cette cité des Midlands, en Angleterre, étaient soupçonnés appartenir à Richard III, le célèbre monarque anglais, mort au combat en 1485 lors de la bataille de Bosworth Field, remportée par son rival Henri Tudor (futur Henri VII). Lundi 4 février, après plusieurs semaines d'insoutenable suspense, l'université de Leicester, qui a mené les travaux d'enquête, a confirmé que le squelette était bien celui du dernier roi des Plantagenêts.

La localisation des restes du sinistre monarque faisait l'objet de nombreuses spéculations. Certains écrits avançaient que le roi reposait dans une chapelle franciscaine de Leicester, rasée au XVIe siècle. D'autres estimaient que son corps avait été jeté dans une rivière. Mais la découverte de "l'homme du parking", lors de fouilles en septembre sur le site présumé où se trouvait la chapelle franciscaine, avait relancé l'intérêt scientifique et médiatique pour la quête du "lost king", le "roi perdu".

Le crâne attribué à Richard III présente plusieurs signes de blessures (Darren Staples/Reuters).

L'équipe scientifique a procédé à une datation par le carbone 14 pour déterminer l'âge du squelette, et a comparé son ADN à des échantillons prélevés sur des restes attribués à un lointain descendant de Richard III. Des experts en armes, en alimentation, en blessures, ont également été convoqués pour analyser le cadavre. Les images fournies par l'université de Leicester montrent un corps mince, "de stature presque féminine, âgé d'une vingtaine ou d'une trentaine d'années", rapporte le Daily Telegraph. De nombreuses blessures osseuses laissent penser que Richard III avait perdu son bouclier dans la bataille.

L'annonce a été suivie en direct par tous les médias britanniques (le Guardian a même ouvert un direct). Peu avant l'annonce, le quotidien s'amusait pourtant de l'emballement médiatique autour de cette découverte, détaillant le dispositif mis en place pour accueillir des équipes de télévision venues de sept pays. L'un des responsables de l'enquête, Richard Taylor, assurait alors que l'exhibition du corps serait faite "avec dignité et respect", poursuivant : "Lorsque les médias seront repartis, nous espérons garantir un accès public : nous sommes conscients que les habitants de Leicester ont aussi le sentiment qu'il s'agit de leur découverte."

Pour les historiens, cette découverte pourrait permettre de porter un nouveau regard sur les deux ans de règne du monarque, de 1483 à 1485, dont la réputation a été ternie par ses successeurs sur le trône, les Tudors. Mais celui qui contribua le plus au mythe du tyran est sans conteste William Shakespeare, qui dépeint Richard III en monarque sanguinaire, n'hésitant pas à assassiner ses deux neveux dans la sinistre tour de Londres. Le dramaturge avait pris un malin plaisir à le mettre en scène comme un homme bossu et désespéré, priant sur le champ de bataille pour retrouver "un cheval, un cheval, mon royaume pour un cheval".

A en croire les experts de Leicester, une idée reçue sur le monarque pourrait tomber très vite : Richard III ne serait pas bossu. Si la colonne vertébrale du "roi du parking" présente des signes de scoliose, elle n'est toutefois pas aussi déformée que le laissait entendre William Shakespeare. Les acteurs de théâtre devront-ils dès lors réviser leur interprétation du tyran ? Il faudrait déjà, comme le rappelle le blog Culture du Guardian, qu'après l'annonce médiatique, cette découverte fasse l'objet d'une publication scientifique dans des revues spécialisées.

 http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2013/02/04/my-kingdom-for-a-horse-richard-iii-a-ete-retrouve-dans-un-parking/

Phil "Fossil"

Publié dans Archéologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Carchadorias 06/02/2013 07:11


SUPER ! J'achète la prochaine Revue Hippique.