Le tueur de dinosaures enfin découvert ?

Publié le par Phil Fossil

 

Alors que de nouvelles études montrent que l’impact de la météorite de Chixhulub s’est produite 300.000 ans avant l’extinction de masse de la limite K/T, de nouvelles découvertes en Inde semblent toucher au but.

 

Un cratère d’impact géant vient d’être étudié par Sankar Chatterjee de l’Université Technique du Texas et une équipe de chercheurs. Ils ont regardé de près le Bassin Shiva, une dépression massive et submergée à l’ouest de l’Inde, zone intensivement exploitée pour ses ressources en pétrole et en gaz. Certains cratères complexes sont en effet parmi les sites les plus productifs en hydrocarbures de la planète.

 

Chatterjee va présenter ses recherches durant la réunion annuelle de la Société Géologique US à Portland, Oregon.

 

« Si nous avons vu juste, il s’agit du plus grand cratère connu sur Terre, » a déclaré Chatterjee. « Un bolide de cette taille, probablement 40 kilomètres de diamètre, crée sa propre tectonique. »

 

Par contraste, l’objet ayant frappé la Péninsule du Yucatan, responsable généralement reconnu de la disparition des dinosaures, était large de 8 à 10 kilomètres.

 

Un tel cataclysme est difficile à imaginer. Mais si l’équipe a raison, l’impact Shiva a vaporisé la croûte terrestre au point de collision, ne laissant plus que du matériel ultra-chaud provenant du Manteau terrestre à sa place. Il est très probable que cet impact ait boosté les éruptions volcaniques causant les Trapps du Deccan qui ont recouvert une bonne partie de l’Inde occidentale. De plus l’impact a scindé les Iles Seychelles de la plaque tectonique indienne et les a envoyées dériver vers l’Afrique.

 

Les preuves géologiques sont impressionnantes. Le talus externe de Shiva forme un anneau brut et faillé de 500 kilomètres de diamètre, encerclant le pic central connu comme « Bombay High » surmontant le fond océanique de près de 4,5 kilomètres. (la hauteur approximative du Mont McKinley)

 

La majorité du cratère est submergé sur le plateau continental indien, mais là où il émerge il est caractérisé par de hautes falaises, des failles actives et des sources chaudes. L’impact semble avoir plié, voire détruit, la plupart des 45 kilomètres d’épaisseur de granite de la côte ouest de l’Inde.

 

L’équipe espère se rendre en Inde plus tard dans l’année pour examiner les carottes de forage provenant du centre du cratère présumé, afin d’acquérir les évidences que cet étrange bassin a bien été produit par un impact colossal.

 

« Les roches extraites du fond du cratère nous montreront les signes distinctifs de l’évènement d’impact par des roches-cibles mélangées et fondues. Nous voulons également voir s’il y a des brèches, des quartz choqués et une anomalie en iridium. » a déclaré Chatterjee. Les astéroïdes sont riches en iridium, et ce genre d’anomalie est considéré comme l’empreinte digitale d’un impact.

 

Pour infos, en anglais :

http://www.sciencedaily.com/releases/2009/10/091015102246.htm

 

Phil « Fossil »

 

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article