Et un lundi en Gaume et au Luxembourg, un !

Publié le par Phil Fossil


Après notre virée merveilleuse de ce dimanche, sous un soleil enfin digne du mois de mai, nous voilà repartis à 7 heures du matin, Ludovic et moi, pour le Luxembourg.

Le temps est nettement moins agréable, la température en degrés Celsius doit difficilement dépasser la moitié de celle de la veille, et les averses se suivent et se ressemblent sur le trajet. Peu importe, nous espérons quand même quelques accalmies et dépassons Arlon.

C'est aux alentours de Messancy que nous tombons sur un chantier jouxtant de grands tas de pierres, pas question de passer à côté sans y jeter un coup d'oeil.

Au premier abord, pas grand-chose, cela ressemble à un mélange entre des pierres locales et des bricaillons, néanmoins nous sortons quelques fossiles du Jurassique inférieur, Pliensbachien probable : gros Pholadomya sp., Gryphaea gigantea, fragments d'ammonites difficilement déterminables. Ludovic aura plus de chance, et sort une ammonite presque complète juste après mon passage... Bien vu !

Le crachin breton mouille quand même un peu, nous avons fait le tour et bien épluché le site; nous repartons donc vers notre but luxembourgeois.

Peu après la frontière nous arrivons à Bascharage où le zoning industriel n'a plus bougé depuis ma dernière visite il y a sans doute près d'un an. La végétation s'est bien installée, mais n'empêchera pas la récolte d'une quantité phénoménale de bélemnites, de nombreux brachiopodes, des Plicatula spinosa, et des ammonites Pleuroceras spinatum plutôt rares, mais présentes.

Ludovic trouve un joli petit gastéropode Pleurotomaria sp., comme il a envie de mettre au jour des ammonites nous arrivons à un endroit où des plaques de schistes-cartons contiennent des ammonites plates du Toarcien. Il en découvrira quelques-unes, puis nous rembarquons pour un autre gisement.

Nous tournons dans le reste du zoning, sans rien voir comme affleurement prometteur, puis nous repartons vers Sprinkange où un lotissement jouxte quelques tas terreux parsemés de pierres rougeâtres. Bien entendu nous y jetons un oeil, et ramassons quelques bélemnites plus grandes mais aussi plus corrodées que celles de Bascharage.

Nous repartons encore, pour la Belgique cette fois, un petit arrêt à la sortie d'Arlon où les déblais de la carrière de Tontelange ont été copieusement lessivés par les récentes intempéries, nous les parcourons en détail.

Une bonne série de Gryphaea arcuata sinémuriennes seront engrangées, mais cela n'est certes pas le plus intéressant. un exemplaire parfait de gastéropode Ptychomphalus expansus hettangien sera ramassé, suivi par une bonne douzaine de tiges de crinoïdes Pentacrinus basaltiformis sinémuriennes, des fragments d'ammonites plus une pièce sub-complète, et un élément de pince de crustacé.

Ludovic n'est pas en reste, il ramasse une jolie petite colonie de corail Isastrea sp. mais aussi une série de tiges de pentacrines.

Quatre sites sont déjà plus que suffisants pour votre serviteur, néanmoins nous continuons sur la nationale 4 jusqu'à la sortie de Marche-en-Famenne où quelques talus frasniens livreront à Ludovic une belle moisson de spirifers et d'autres brachiopodes, ainsi qu'un corail solitaire.

Je reste personnellement dans la voiture, vu les deux journées de fouilles intensives "dans le buffet", histoire de me reposer un peu et de grignoter un petit amuse-gueule.

Il sera un peu passé 20 heures 15 quand je serai à bon port, Ludovic ayant encore une bonne demie-heure de route jusque chez lui.

C'était fatiguant, mais génial !

Vivement la prochaine...

Phil "Fossil"

Publié dans Comptes-rendus

Commenter cet article