Et un 11 novembre à Anvers, un !

Publié le par Phil Fossil


Avant 7h30, mon pote Yannick est piaffant devant chez moi.

On charge le matériel, le pique-nique, les habits de protection, et on est partis.

Juste une petite pause café à l'aire de repos de Waarloos, ce qui me permet de refaire le plein de canettes de ma boisson gazeuse préférée (uniquement consommée lors de séances de tamisage intensif) et de quelques croissants.

Arrivés tôt sur le site, on monte à l'assaut et on commence à tamiser là où je m'étais arrêté le dimanche soir. Ca donne un peu mais rapidement il n'y a plus rien qui sort, même en ayant bougé de quelques mètres.

On rechange d'endroit, et là les dents, petites mais assez nombreuses, commencent à sortir plus régulièrement.

En tournant sur 3 tamis, cela permet de travailler sans exploser mon dos, même si les bras et les épaules encaissent, forcément.

Vers 15h30, on commence à replier, ce qui ne se fait pas en 5 minutes, vu qu'il faut ramener tout le matériel à la voiture très éloignée.

Ce n'est pas une sinécure, en effet les deux seaux légers à l'aller sont plus ou moins remplis de tamisat, comprendre l'un est plein, l'autre à moitié. Et vachement lourds !

Bilan : quelques Notorhynchus cepedianus et Hexanchus gigas partielles, plusieurs Galeocerdo aduncus, de nombreuses Hypoprion acanthodon et Araloselachus vorax, une jolie Sphyrna sp., des dents de dauphins ainsi que 4 bulles tympaniques de delphinidés de 3 espèces différentes pour moi, une superbe Isurus oxyrhynchus, une belle Cosmopolitodus hastalis inférieure, de l'Hexanchus partielle, une vertèbre de dauphin, un ossement bizarre genre métacarpe ou métatarse... Pour Yannick.

J'allais presque oublier sa toute première Hemipristis serra, pas totalement complète mais vu sa rareté, c'est toujours le bienvenu.

Il n'empêche, que le jour de la commémoration de l'armistice de la première guerre mondiale, aller creuser des tranchées, c'est très cohérent...

Phil "Fossil"

Publié dans Comptes-rendus

Commenter cet article