Et ce dimanche ? Encore Anvers !

Publié le par Phil Fossil



Ce week-end, les prévisions donnaient un temps très humide le samedi, et nuageux mais sec le dimanche.

Samedi, donc à part une petite heure à étaler le tamisat de mardi précédent dans des caisses, en sortir les coquilles et ossements et les nettoyer, je suis resté sagement à l'intérieur.

Cela, afin de faire les photos du matériel acquis il y a quelques mois déjà à la bourse de Sainte-Marie, et principalement le matériel marocain pour ma proche conférence.

Le dimanche, au contraire de tous les pronostics, il pleut !

Je vous rassure, ce n'est pas la proverbiale drache nationale, mais un petit crachin breton qui mouille correctement.

Thierry arrive peu avant 8h, on charge le matériel (léger vu le peu d'opportunités de tamisage que nous devrions avoir) et on prend la route d'Anvers.

Arrivés au premier endroit, on est bloqués par un grand lac, pas de quoi nous faire peur équipés de nos bottes, mais ça donne une idée de la bouillasse qui doit régner sur le site.

La mauvaise nouvelle, nos derniers tas de la fois précédente sont entièrement recouverts de sable à coquilles  ! Faisant contre mauvaise fortune bon coeur, je glane là une série de supports de mâchoires Melanogrammus conjunctus et quelques boucles de raies, en plus des coquilles.

En explorant les environs, je ramasse quelques petites dents incomplètes puis, en extrayant ce que je pense être un caillou noir, je déniche ma plus belle vertèbre de dauphin depuis des lustres !

Thierry a peu trouvé, juste un joli crabe Coeloma rupeliense.

Mais vu le peu de productivité en final, on replie et on part pour un autre endroit.

Là, ça a aussi énormément bougé, on part très "light", juste un seau, un pot, un grattoir et de quoi boire et manger.

On arrive à des zones riches en coquilles, parsemées de cailloux noirs, cela semble très prometteur mais on doit assez rapidement déchanter : les dents sont rares et fragmentaires, il y a peu d'ossements au contraire des coquilles nombreuses mais peu variées.

Je ramasse en tout et pour tout 5 dents incomplètes, une jolie pince phosphatée de Coeloma rupeliense, et une assez belle vertèbre de baleine, mais aussi de très nombreuses coquilles actuelles de milieu saumâtre Rangia cuneata en plus de la faune malacologique classique du Pliocène supérieur.

Thierry a quelques dents un peu plus complètes, un deuxième Coeloma rupeliense, et quelques ossements à nettoyer.

Il fait presque noir quand on est de retour à la voiture, fourbus tous les deux mais quand même contents : si les dents ne sont pas au rendez-vous, on a quand même joliment tiré notre épingle du jeu.

Vivement la prochaine !

Phil "Fossil"

Publié dans Comptes-rendus

Commenter cet article