Deux mammouths laineux dévoilent les secrets de leur mort

Publié le par Phil Fossil

 

 

Publié par Baptiste Rouch, le 15 juillet 2014

 

Une analyse établie par un tomodensitomètre a révélé les conditions de décès de deux bébés mammouth laineux. Les animaux préhistoriques seraient morts dans des conditions difficiles en s’étouffant avec de la boue après avoir chuté dans l’eau.


Ils ont beau être morts depuis des milliers d'années, leurs secrets n'ont pas été enterrés pour autant. Une équipe américaine de paléontologues a eu l’autorisation d’effectuer un scanner sur les dépouilles de deux bébés mammouths laineux provenant de différents endroits de la Sibérie. Et les résultats de l’analyse ont permis d'élucider les circonstances de leur mort respective.

 

Apparus il y environ 5,1 millions d’années en Afrique, les mammouths sont les proches cousins des éléphants modernes. À l’heure actuelle, les scientifiques ne savent pas exactement pourquoi l’espèce s’est éteinte il y a environ 10.000 ans. Cependant, le réchauffement du climat et la chasse excessive par les hommes sont les facteurs les plus pertinents sur la question de leur extinction.

 

Lyuba et Khroma

 

Pour cette nouvelle analyse, les scientifiques disposaient de deux corps, celui de Lyuba et celui de Khroma. Le plus jeune mammouth, âgé d’environ un mois, a été découvert dans la glace en 2007 par un éleveur de rennes sur les bords d’un rivière dans la péninsule de Yamal, en Sibérie. Des bactéries présentes dans la vase ont produit des acides lactiques qui ont permis d’améliorer la conservation du corps et de repousser les éventuels charognards. D'après les scientifiques, il s'agit d'un petit mammouth femelle qu'ils ont prénommé Lyuba et qui serait mort il y 42.000 ans.

 

Le deuxième mammouth a lui été exhumé en mai 2009, près de la rive du fleuve Khroma, au nord de la Yakoutie, en Sibérie. Baptisé Khroma en hommage au lieu de sa découverte, le mammouth était âgé d’environ deux mois lors de sa mort. L’animal a été découvert debout, congelé dans le pergélisol, et serait décédé il y a plus de 50.000 ans.

 

Les derniers instants de Lyuba

 

D’après l’autopsie de son corps, Lyuba était grasse et en bonne santé au moment de sa mort. Mais l’analyse au tomodensitomètre a révélé que le mammouth avait inhalé de la boue que l’on trouve généralement au fond des lacs. Les chercheurs pensent que Lyuba a probablement traversé un lac gelé dont la surface aurait cédé sous son poids. Tombée au fond du lac, Lyuba aurait alors inhalé de la boue dans ses voies respiratoires et tenter de la rejeter hors de sa trompe. Ceci aurait eu pour effet de boucher ses voies nasales, obstruant encore davantage sa trompe en contact avec la boue.

 

La boue était comme une "pâte très épaisse qui s’est bouchée dans sa trachée et le mammouth a été incapable de la déloger par la toux", a précisé Daniel Fisher, co-auteur de l’étude et directeur de l’Université du Michigan Musée de Paléontologie. "C'est passé directement dans sa trachée et ses bronches, et à ce moment, elle était trop épuisée et ne pouvait pas dégager ses voies respiratoires", a expliqué Fisher repris par LiveScience. "C’était juste une question de minutes avant qu’elle ne perde connaissance".

 

Rivière à débit rapide

 

En raison de son bassin tordu, les paléontologues n’ont pas réussi à déterminer si Khroma était un mâle ou une femelle. Cependant, son ventre rempli de lait maternel non digéré montre que le bébé mammouth était en bonne santé. De plus, certaines parties de son corps ont été dévorées par des charognards, posant quelques difficultés aux chercheurs pour définir avec exactitude la cause de son décès.

 

Toutefois, Khroma avait une fracture du dos et de la boue provenant d’une rivière à débit rapide dans sa trachée. Il est donc probable que le mammouth ait connu le même sort que la pauvre Lyuba. Il se tenait sans doute debout sur une rive quand celle-ci s’est effondrée. L’animal se serait brisé le dos lors de la chute, pour se retrouver enseveli par de la boue qu’il aurait inhalé en essayant de se dégager, a déclaré Daniel Fisher.

 

De nouveaux éléments

 

Le scanner a ainsi révélé les derniers instants des bébés mammouths, tous deux morts asphyxiés dans des conditions difficiles. Toutefois, la recherche a également fourni de nouveaux éléments sur le développement de ces mammifères préhistoriques. Par exemple, le cerveau de Khroma était plus petit que celui d’un nouveau-né éléphant, ce qui suggère que la période de gestation des mammouths laineux était plus courte que celle des éléphants modernes.

En savoir plus: http://www.maxisciences.com/mammouth/deux-mammouths-laineux-devoilent-les-secrets-de-leur-mort_art33050.html

Phil “Fossil”

 

 

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Carchadorias 19/07/2014 18:54


"TRAGEDIE EN SIBERIE : deux mammouths laineux assassinés à coups d'aiguille à tricoter !"


La police locale se perd en conjectures...