Sortie SAGA, long week-end du 15 août 2008

Publié le par Phil Fossil

 

Ayant goûté avec grand appétit à nos richesses paléontologiques au mois de juin, nos amis de la SAGA étaient fort impatients de revenir chez nous pour un deuxième service.

 

Afin d’introduire un peu de variété au milieu du Cénozoïque belge noir et salissant, nous débutâmes par l’Ardenne française, ses minéraux et ses fossiles.

 

Mercredi 13 août 2008

 

La fluorine de Rancennes, près de Givet, fut tout d’abord l’objet de toutes nos attentions. Après une petite grimpette sous la sylve, nous arrivâmes à des trous laissés par les amateurs précédents. Un bon coup d’œil et un simple grattage des éboulis permettent déjà la découverte de spécimens parfois joliment cristallisés. Prévoir néanmoins une brosse en chiendent qui permet d’enlever la terre et l’argile de chaque caillou de fluorine pour laisser apparaître les éventuelles cristallisations.

 

Déjà chargés de quelques sacs de minéraux, nous pûmes redescendre et rejoindre notre hôtel près de Charleville-Mézières pour y dîner et reprendre des forces pour la très dure journée du lendemain.

 

Pas de chance pour nous, le restaurant de l’hôtel est fermé jusqu’à la fin de notre séjour ! Pas de panique, un nouveau restaurant, la Pataterie, s’est ouvert juste à côté, les plats sont excellents, copieux, relativement bon marché et servis avec rapidité. Que du bonheur !

 

 

Jeudi 14 août 2008

 

Les choses se corsent un petit peu, en effet les quartz de Monthermé sont au programme du jour. Après un trajet dans la pittoresque région très encaissée des boucles de la Meuse, nous arrivons près du gîte. Une montée plus longue que la veille mais pas trop dure nous attend, pour arriver dans le bois abritant les haldes à cristaux de quartz.

 

Là, grattage dans la terre, en évacuant les plaques de phyllades et blocs de quartzite, mais vérification soigneuse de tout bloc de quartz après brossage de rigueur. La majorité sera massive et rejetée, heureusement parmi ces tonnes de cailloux se blottissent de jolies cristallisations de toutes tailles.

 

Notre petit groupe trouvera son bonheur, après avoir laissé chacun une excavation comparable à une petite carrière…

 

Probablement la plus dure journée de tout le séjour, nous serons heureux d’atteindre l’hôtel pour un décrassage bien nécessaire, et un repas qui ne le sera pas moins. Sans même parler d’une nuit de sommeil réparateur très attendue…

 

Trois autres membres de la SAGA nous ont rejoints sur le parking de l’hôtel à notre retour du site, notre groupe commence donc à s’étoffer.

 

Une chance que le désormais rituel copieux souper (dîner pour nos amis parisiens) à la Pataterie s’avère un excellent reconstituant…

 

 

Vendredi 15 août 2008

 

Rendez-vous est fixé assez tôt à Thin-le-Moutier, pour attendre les derniers participants partis tôt de Paris.

 

Nous commençons par la grande carrière abandonnée, où nous montons pour atteindre le banc à Burmirhynchia decorata du Bathonien, situé presque au sommet. Les grosses rhynchonelles s’accumulent rapidement dans les sacs, rejointes par de jolis gastéropodes préservés en calcite.

 

La faune s’avérant somme toute peu variée, nous partons ensuite pour la petite carrière, nettement plus riche en variété d’organismes, sinon en nombre d’exemplaires.

 

Là les oursins sont véritablement de sortie, une trentaine d’entre eux au minimum seront dénichés par le groupe ! Plusieurs réguliers, Acrosalenia, un cidaridé, un joli Stomechinus trouvé par Pia, mais surtout des irréguliers, un mignon Clypeus plotii mis au jour par Nathalie et un plus grand sur bloc sur lequel Marion est tombée, au sens littéral du terme ! Sans oublier les nombreux Nucleolites hugi de toutes tailles… Merci à Dominique pour le superbe cidaridé reçu par votre serviteur !

 

Les gastéropodes, coraux, bivalves, brachiopodes, et même une dent de crocodile trouvée par Dominique compléteront l’échantillonnage de faune bathonienne. Plus de la calcite parfois jolie pour les minéralogistes.

 

Le lunch suit de peu la redescente aux voitures, et le déplacement de ces dernières afin de les protéger des poussières engendrées par la moissonneuse qui va se mettre à l’ouvrage juste à côté. A peine fini de manger, on remonte dans l’exploitation pour un deuxième round.

 

Une petite heure au maximum, et le départ est donné pour la petite carrière argovienne proche de Novion-Porcien.

 

Là, d’emblée, votre serviteur  ramasse un tout bel oursin régulier Pseudodiadema pseudodiadema en montant dans les éboulis, un petit coup de brosse et il sera pratiquement présentable ! Nathalie mettra au jour un oursin Glypticus hieroglyphicus, Jacques et Jean-Claude chacun un gros escargot Ampullina sp. esthétique, les autres participants se rabattront sur de plus petits gastéropodes, des coraux, bivalves et piquants de l’oursin Paracidaris florigemma.

 

Sur le chemin du retour vers l’hôtel, un petit arrêt à La Bascule permet par grattage des éboulis la récolte de fossiles de la Gaize de l’Oxfordien inférieur. Principalement des mollusques bivalves Modiolus bipartitus, Pholadomya exaltata, Isognomon promytiloides, rhynchonelles Thurmannella thurmanni, mais avec de la chance l’une ou l’autre ammonite plus ou moins fragmentaire. La seule raisonnablement complète fut dénichée par Jacques.

 

Le repas du soir, dans notre restaurant désormais attitré, s’avère de plus en plus convivial de par la bonne humeur des participants.

 

A suivre…

 

Phil « Fossil »

 

Publié dans Comptes-rendus

Commenter cet article

werner 29/08/2008 18:41

je suis partis taquiné le miocene Anversois après avoir déplacer une certaine quantité de sable et gravier de base quelques jolies dents sont sorties du tamis avec l'enthousiasme que je me connait ! une jolie cosmopolitodus hastalis de 6cm, deux poinçon d'hexancus, deux otholite de baleine,une petite otholite de dauphin, une galeocerdo aduncus, bref une petite après-midi fort sympatique

Meggie 29/08/2008 12:59

Salut Phil,CarchaDOrias : 2, Olivier : 1, Adrien... Ouhlà j'arrête de compter ça me donne mal à la tête !Gagnant de la langue française la plus écorchée : ADRIEN !@ +Meggie

carchadorias 29/08/2008 10:52

Olivier, je sui désoler mè on n'écrie "d'a cors" et non "dacor" com toit. S'est vréman pa la paine d'en rajouté, hin ! Tu feret bien de retourené un peut a les coles... Sen rang qune.

Olivier 29/08/2008 09:33

sen pour sen dacor avec Karka d'orias !

carchadorias 29/08/2008 07:19

Je ne veut pas Pol et Mickey sur ton bô cite, mè je sui triste de con-staté dens les foroms sur le Net a kel poing la métrize du Phransais se perre. Ratporc a les fôtes d'a cors et aussi suretou l'oretograffe. Je m'escuse de se cou de geulle mè je nen pouvè plu.