Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Un week-end qui s'annonce pourri... DE CHEZ POURRI !

Publié le par Phil Fossil


Si ces dernières semaines la météo a permis quelques sorties paléontologiques relativement payantes, il faut bien dire qu'au mois de janvier cela n'est jamais gagné.

Ce week-end a, par contre, été annoncé pluvieux, et pas les petites averses ou le léger crachin breton...

Il sera donc difficile d'aller taquiner le fossile, et je pense que le nettoyage de spécimens à l'extérieur a également de fortes chances d'être compromis.

Même chose pour le tri de tamisat anversois, lequel aurait pourtant grandement besoin d'avancer.

Je pense donc que je pourrai longuement me reposer ces deux jours; cela ne sera certes pas de refus, vu les activités nombreuses et variées de ces dernières semaines ! (et week-ends)

Mais, au fond, si j'étalais simplement les fossiles à laver dehors, vu les tonnes d'eau qui tombent du ciel belge, cela devrait le faire...

Comment ? Les murets d'entrée en sont déjà pleins ?

Ce n'est pas faux...

Phil "Fossil"

Partager cet article

Repost 0

Ain: un crocodile dormait dans le sous sol du musée de Brou

Publié le par Phil Fossil


C'est l'histoire d'une redécouverte...

Depuis 1875, un fossile de crocodile dormait dans les réserves du Musée de Brou à Bourg-en-Bresse.

Ce n'est pas n'importe quel fossile puisqu'il s'agit du plus vieux spécimen connu au monde.
L'animal fossilisé répond au doux nom de Machimosaurus Buffetauti.

Ce "croco" aurait vécu il y a 145 millions d'années...
C'est le plus vieux spécimen, de cette espèce, connu à ce jour.
Il a été identifié et baptisé par le célèbre paléontologue Eric Buffetaut.
(NDLR : plutôt en l'honneur d'Eric Buffetaut, vu qu'il n'est pas permis de donner son nom à une espèce personnellement décrite...)

Le fossile de son crâne dormait, il a été réveillé et il devrait bientôt se retrouver exposé au musée de Brou avant de rejoindre celui des confluences à Lyon.


http://france3-regions.francetvinfo.fr/rhone-alpes/ain/ain-un-crocodile-dormait-dans-le-sous-sol-du-musee-de-brou-911847.html

https://www.youtube.com/watch?v=68KMHlVL7hI&feature=player_embedded


Phil "Fossil"

Partager cet article

Repost 0

Formation des fossiles de dinosaures

Publié le par Phil Fossil

Partager cet article

Repost 0

Excellent site web sur les fossiles éocènes et oligocènes du Royaume-Uni

Publié le par Phil Fossil


Cette pépite a été découverte tout récemment, elle permet la détermination de nombreux fossiles découverts également en France et en Belgique.

Je pense notamment à l'Yprésien de Quenast, Egem et Marke, au Sparnacien de Pourcy, Cuisien de Monthelon, Lutétien du Bassin Parisien, Bruxellien de Nederokkerzeel, Lédien de Bruxelles, d'Oosterzele, Vlierzele et de Balegem, et bien évidemment le Rupélien des environs de Boom...


http://www.dmap.co.uk/fossils/


Phil "Fossil"

Publié dans Liens WEB, Revue de presse

Partager cet article

Repost 0

40ème bourse minéraux-fossiles de Marchienne au Pont

Publié le par Phil Fossil

40ème bourse minéraux-fossiles de Marchienne au Pont

Phil "Fossil"

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Repost 0

Et vive les Ardennes de France...

Publié le par Phil Fossil


Ce samedi, la météo est annoncée clémente : pas de pluie, des températures positives depuis 2 jours, il ne devrait plus y avoir de neige ni de glace sur les sites.

Renaud arrive vers 8h, on embarque le matériel et on part au supermarché acheter de quoi casser la graine, la journée va être longue et les trajets ne le seront pas moins !

Nous sommes en effet partis pour les campagnes au sud de Charleville-Mézières, plus faites personnellement depuis deux bonnes années, autant vous dire que je suis en manque aggravé d'oursins et d'ammonites !

Peu avant d'arriver, un arrêt s'impose car Renaud doit satisfaire un besoin naturel : chose faite, il découvre parmi les cailloux proches un pectinidé et deux ammonites incomplètes ! Ca commence fort...

Arrivés près de Neuvizy, un brouillard tenace nous empêche de voir l'état des champs à distance, on a quand même la possibilité de chercher en lisière d'un que je sais productif.

Il ne faut pas très longtemps avant qu'une dizaine d'ammonites de l'Oxfordien (Minerai de fer des Ardennes) commencent à sortir, accompagnées de tiges et de racines de crinoïdes, de brachiopodes, de bivalves (dont les grandes Gryphaea dilatata), de gastéropodes Pleurotomaria et Pseudomelania heddingtonensis, de plus rares oursins Nucleolites micraulus, Holectypus corallinus, Hyboclypus giberrulus...

Renaud, qui a l'oeil du débutant, sort en prime un beau corail solitaire.

Le "spot" est néanmoins vite épuisé, un autre champ proche est tellement recouvert de végétation que sa bordure n'est même pas envisageable...

On reprend donc la route jusque Novion-Porcien, autre endroit plus vu depuis 3 bonnes années; la petite carrière de calcaire corallien (Oxfordien faciès récifal) a fort changé, les éboulis sont conséquents et continuent à être entretenus, on entend d'ailleurs régulièrement tomber des morceaux de roche.

On gratte assez loin du front de taille vertical dans les pierres tombées, tout en examinant soigneusement la paroi, malheureusement aucun oursin ne pointant le bout de son test on devra se contenter de coraux, bivalves, gastéropodes et piquants de cidaridés.

On a néanmoins assez rapidement fait le tour, et on repart pour un troisième site.

Un champ mieux visible depuis que le brouillard s'est levé peut être prospecté, la récolte a été faite, les tiges sont restées sur le sol mais il y a moyen de voir la terre et les cailloux.

Trois ammonites seront encore engrangées, avec quelques mollusques, mais la productivité est bien moins bonne que celle du premier champ.

La nuit va bientôt tomber, on repart jusqu'à La Bascule où l'ancienne carrière renferme la Gaize des Ardennes, à nombreux fossiles.

Taper dans le front de taille n'est pas nécessaire, il suffit de gratter dans les éboulis pour découvrir les fossiles plus blancs que la roche grise.

De nombreux bivalves sont ramassés (Modiolus bipartitus, Isognomon mytiloides, Pleuromya sp., Ostrea sp., Radulopecten s., Myophorella clavellata, Pinna sp.) ainsi que quelques gastéropodes (Pleurotomaria) et morceaux d'ammonites dont Quenstedtoceras mariae.

Malheureusement, après avoir gratté les 10 premiers centimètres sans encombre, le sous-sol est encore bien gelé et on doit se contenter de la couche superficielle.

Elle s'épuise rapidement, cela coïncide parfaitement avec la tombée de la nuit. On embarque le matériel et les trouvailles, et on reprend la route.

Une petite pause à Couvin, pour boire un café et manger un petit bout en vitesse dans un snack, et on est repartis.

Il est largement passé 21h quand j'arrive à la maison, et que tout le matériel est déchargé et rangé.

Le dimanche, la grasse matinée est de rigueur : le repos est bien nécessaire après une semaine de boulot et une bonne journée de fouilles bien occupée !!!

Pas de regrets à avoir, il pleut et le nettoyage des trouvailles à l'extérieur est momentanément compromis.

L'après-midi est plus sèche, je sors donc les premiers seaux et je commence à passer les pièces à l'eau dans les bacs encore bien froids.

La boue des champs est particulièrement collante, mais s'enlève bien à la brosse plastique.

Je continue par la gaize moins encrassée, et je termine par les plaques à spirifers du dimanche précédent.

Il commence à faire noir quand j'arrête, après avoir mis une quantité substancielle de pièces décrassées à sécher dans des caisses plates.

Je peux enfin me reposer, naze mais content.

Un bien beau week-end, en tout cas...

Vivement la prochaine !

(Mais pas le prochain week-end : j'en aurai bien besoin pour finir de nettoyer tout ce qui reste à faire des 2 week-ends passés...)

Phil "Fossil"


Publié dans Comptes-rendus

Partager cet article

Repost 0

Un petit coup de main ? Merci beaucoup !

Publié le par Phil Fossil


Comme vous le savez sans doute, je suis à la recherche d'un bâtiment de grande taille pour héberger mon futur muséum et ses annexes.

Une pléthore d'activités tournant autour du Muséum sont envisageables, mais sans un "point de chute" fixe rien n'est encore faisable...

Idéalement, ce local pourrait appartenir à une municipalité qui ne sait pas comment l'affecter et qui désire relancer le tourisme local.

Mes tentatives récentes en Anjou n'ayant rien donné, je me permets de faire appel à vous.

Tous les bâtiments sont les bienvenus, s'ils sont directement utilisables; s'ils sont localisés dans une région très fossilifère c'est bien évidemment un plus non négligeable !

La collection est d'ores et déjà disponible, de même qu'une partie substancielle du matériel de présentation, de prospection, de détermination, de stockage et de préparation.

Vu que je devrais avoir pas mal de disponibilités à partir de la seconde moitié de cette année 2016, j'aimerais vraiment que les choses commencent à bouger.

Les propositions de bâtiments peuvent être envoyées à mon adresse de contact, si vous y ajoutez les coordonnées de la mairie concernée je pourrai débuter les démarches ad-hoc.

Je vous remercie d'avance !

Phil "Fossil"

Pour un lien vers notre mini-dossier :

http://www.paleomania.com/article-2731414.html

Partager cet article

Repost 0

Je les espère un tout petit peu plus calmes, les prochains week-ends...

Publié le par Phil Fossil


Ces derniers temps, entre les fêtes et les fouilles, les week-ends ont été fort occupés et le tri/nettoyage de fossiles en a sévèrement pâti.

Le stock ramené récemment ayant crû de manière non négligeable, il va assurément être nécessaire que les prochaines fins de semaine soient utilisées à celà. (Au minimum une journée sur deux)

D'autre part, le gel actuel fait que les bacs d'eau extérieurs servant au nettoyage des trouvailles sont fortement gelés, et casser la glace pour nettoyer les pièces à mains nues dedans est quelque chose que je préfère éviter.

Il est loin, le temps où je cassais la glace d'une grande flaque d'eau pour y tamiser à mains nues toute une journée...

Que voulez-vous, on vieillit, mesdames, messieurs !

Heureusement, les prévisions météo indiquant un réchauffement significatif à partir de vendredi, les susdites activités pourront sans doute reprendre sous peu.

Il y a également une belle série de caisses et de seaux de tamisat anversois (et autre...) en attente de tri, vu le volume concerné il y en a pour quelques mois full-time.

C'est quand encore, la retraite ???

Phil "Fossil"

Partager cet article

Repost 0

La grotte de Lascaux ressuscitée une seconde fois

Publié le par Phil Fossil


La résine synthétique a remplacé la roche et les projecteurs la lampe à graisse mais, 18.000 ans après, les peintres d'un atelier spécialisé du sud-ouest de la France retrouvent les gestes des artistes de la grotte de Lascaux, dont la première réplique intégrale ouvrira fin 2016.


Surnommée "la Chapelle sixtine de la préhistoire", la grotte de Lascaux, classée au patrimoine mondial de l'humanité, est fermée au public depuis 1963 pour la préserver des dégradations. Une première réplique, ouverte en 1983, ne représente qu'une partie de ses parois ornées datant du paléolithique supérieur.

A Montignac, à 1,5 km de la grotte originelle, c'est l'ensemble des aurochs, chevaux, cerfs et autres fabuleux animaux de la grotte qui reprennent vie sous le pinceau des experts de l'Atelier des fac-similés du Périgord (AFSP).

Un travail de titan, entamé fin 2012 et réalisé en un temps record par les sculpteurs, peintres et métallurgistes venus de tous horizons (restauration, décors de cinéma, etc.). "Environ huit mois de travail cumulé" pour chacun des 46 éléments nécessaires au projet, souligne Francis Ringenbach, directeur artistique de l'Atelier. Tout commence par le "fraisage numérique" d'énormes blocs de polystyrène pour tracer les contours des parois et plafonds à partir de relevés en 3D réalisés dans la grotte historique. Puis des sculpteurs reproduisent "le moindre creux ou bosse, jusqu'au grain de la roche, chaque détail minéral étant sculpté et ciselé à la main, parfois avec des outils de dentiste", explique Francis Ringenbach, lui-même sculpteur. Une minutie cruciale pour recréer à l'identique la grotte car plus rien ne pourra être enlevé ou ajouté à ces tronçons longs de plusieurs mètres une fois le moulage en résine réalisé. "Or nous devons avoir une précision d'assemblage de l'ordre de 10 mm lors de l'installation à Lascaux 4", souligne le responsable de l'Atelier.

Un long travail de peinture peut alors commencer. Des pigments naturels sont d'abord appliqués par couches successives pour reproduire la teinte et le grain de la roche et, enfin, le carnaval des animaux préhistoriques qui ont rendu Lascaux célèbre dans le monde entier.

Point par point

Pour s'approcher au plus près de l'original, chaque peintre s'appuie sur une capture numérique de la grotte diffusée par un vidéo-projecteur, à la façon d'un calque: "Cela nous permet de retrouver la place exacte des animaux sur la paroi", lâche Gilles Lafleur, chef-peintre, concentré sur la reproduction d'une série de cerfs de la "salle des taureaux", longue de 17 mètres.

A l'époque, les peintres de Lascaux "se sont servis de la forme d'une écaille de la paroi pour donner la forme du corps, ils ont juste retracé la ligne du dos de l'animal, rajouté ses pattes, et là ça formait la tête du cerf", détaille-t-il. Ils "allaient certainement plus vite que nous, avec des techniques de soufflé, ou les doigts par exemple". "Nous, nous sommes obligés d'être très méticuleux pour reproduire à l'identique, avec en plus la patine du temps qui s'est rajoutée", souligne Gilles Lafleur. "Il faut parfois passer des heures pour reproduire seulement 10 cm2, point par point", renchérit Francis Ringenbach.

Les peintres de l'Atelier travaillent dans de bonnes conditions, à la verticale et avec des lampes high-tech simulant la lumière du jour. Mais il faut s'imaginer leurs ancêtres de Lascaux juchés sur des échafaudages rudimentaires et peignant, les bras en l'air, sur un plafond à plus de trois mètres de haut "dans la pénombre d'un éclairage vacillant!", insiste-t-il. "C'étaient des techniciens extraordinaires, reproduisant de mémoire des animaux, avec leurs déplacements très vivants, des ports de tête...", s'enthousiasme le sculpteur, l'oeil brillant. Lascaux parle encore aux artistes 18.000 ans plus tard: "On retrouve des gestes, c'est assez magique", dit-il.

Dans quelques semaines, les 900 m2 de parois réalisés par l'AFSP commenceront à être acheminés par convois exceptionnels dans le Centre international d'art pariétal de Montignac, en cours d'achèvement au pied de la colline de Lascaux. A un jet de sagaie de la grotte.


http://www.levif.be/actualite/international/la-grotte-de-lascaux-ressuscitee-une-seconde-fois/article-normal-451663.html


Phil "Fossil"


Partager cet article

Repost 0

Beau blog anglais sur les fossiles

Publié le par Phil Fossil

En cherchant de l'information sur mes trouvailles de ce week-end bien occupé, je suis tombé sur ce site.

Créé visiblement par un amateur anglais, il reprend une bonne partie des fossiles grand-bretons mais aussi du matériel international et des moulages. (notamment de ptérosaures)

Il y a du travail pour examiner tous les posts, mais je pense que cela en vaut la peine !


https://fossiladay.wordpress.com/


Phil "Fossil"

Publié dans Liens WEB

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>