Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Un week-end dantesque à Anvers (2)

Publié le par Phil Fossil

Le dimanche est prévu sec, et c'est apparemment le cas à mon réveil. Par contre, il souffle un vent à décorner les boeufs depuis le début de la nuit, et Renaud m'envoie un sms : "Pas trop problématique pour chercher ?"

On y va quand même, il est nettement plus tôt que la veille et après quelques courses et le traditionnel "arrêt café" on arrive sur place où Kevin et son père nous attendent.

Bien obligés, vu que j'apporte leurs nouveaux tamis...

Je reprend le tamisage de la veille, pendant que Renaud s'attaque au ramassage "à vue" : ce n'est pas une mauvaise idée de par la pluie d'hier ainsi que de la nuit, et le vent présent.

Kevin et son père tamisent ailleurs, leur couche très coquillère contient assez peu de dents mais de belles grandes Cosmopolitodus hastalis et autres sortent avec régularité.

Moi je m'acharne dans ma couche déjà travaillée, et les petites dents continuent à être mises au jour, en quantité.

Rien qui dépasse les 3 centimètres, mais de quoi être amplement satisfait : 3 assez belles Notorhynchus cepedianus, une belle grande Hexanchus gigas presque complète de 25 millimètres avec 5 cuspides, une série de poinçons d'Hexanchidés, une belle Somniosus, deux Eurhinodelphis, une dent de requin pathologique (mais de quelle espèce??? Difficile à dire), les habituels ossements tympaniques de dauphins et quelques vertèbres et côtes sub-complètes.

Là aussi, un seau archi-comble de tamisat qui va être assez pénible à redescendre à la voiture, merci à Renaud pour son aide !

Le vent souffle de temps en temps en rafales plus fortes, ce qui nous expédie du sable partout : cela donne une idée, passablement désagréable au demeurant, de ce que pourrait ressentir un fossile dégagé à la sableuse, s'il n'était pas mort et enterré depuis longtemps !

Il fait presque noir que nous cherchons encore, mais il faut bien, en l'absence de lampes frontales, se décider à arrêter.

Le temps de redescendre le matériel et les trouvailles à la voiture, la ranger correctement, se changer, manger une bricole et boire un coup, il y a presque une heure déjà que le soleil s'est couché quand nous repartons...

Si cela n'est pas être passionné, qu'est-ce que c'est ???

Mais en tout cas...

Vivement la (les?) prochaine(s) !

Phil "Fossil"

Partager cet article

Repost 0

Bourse de Harelbeke le dimanche 6 décembre

Publié le par Phil Fossil

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Repost 0

Un week-end dantesque à Anvers (1)

Publié le par Phil Fossil

Ce samedi, la météo est annoncée maussade, avec des risques d'averses dans l'après-midi.

Il en faut beaucoup plus pour nous décourager, Valéry et votre serviteur, d'aller taquiner les sables néogènes du Port anversois !

Il est environ 11h quand on est à pied d'oeuvre, on commence à tamiser un niveau assez productif en petites espèces, les chercheurs précédents ont fait du boulot plus ou moins bon, selon les emplacements.

Quand c'est moins bon on se déplace un peu et on recommence à trouver.

Valéry qui tamise de son côté fait aussi quelques prospections à vue, durant lesquelles il met au jour une grande dent supérieure (66 millimètres) presque complète de Cosmopolitodus hastalis.

Comment bon sang peut-on louper un monstre pareil ???

Un beau triturateur de chimère Edaphodon antwerpiensis suivra assez peu de temps après, pratiquement au même endroit.

Il faut dire qu'en matière de quelques averses, c'est un beau crachin breton bien continu pour la quasi-totalité de notre journée, le genre qui mouille bien et, heureusement, nettoie le sol également.

Le soleil se couche quand on termine, on replie et on ramène le tout (y compris un seau de tamisat hyper-lourd car humide) au véhicule.

Bilan personnel pas mal du tout : 2 assez belles Galeocerdo aduncus, plusieurs Notorhynchus cepedianus, une assez petite Parotodus benedeni, deux dents de dauphins et une série de leurs bulles tympaniques, deux vertèbres de poisson dont une très allongée, en plus des habituelles Cosmopolitodus, Araloselachus, Hypoprion, Lamna...

Une petite dent est probablement de l'Oxynotus mais elle pourrait être un petit exemplaire de Somniosus, en l'absence de racine identifiable la détermination ne sera pas évidente.

Le tout est passé à l'eau et étalé pour séchage, avant que je puisse enfin m'affaler dans un fauteuil.

A suivre...

Phil "Fossil"

Partager cet article

Repost 0

Bourses de la fin novembre 2015

Publié le par Phil Fossil

Ici ou ailleurs...

Phil "Fossil"

Bourses de la fin novembre 2015
Bourses de la fin novembre 2015
Bourses de la fin novembre 2015

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Repost 0

La coquille des ammonites régie par les lois de la physique

Publié le par Phil Fossil

Un modèle biomécanique développé par des chercheurs français et anglais explique la formation et la diversité des coquilles d’ammonites. Ce groupe de céphalopodes fossiles, proches des actuels nautiles, possédaient des coquilles en forme de spirales ondulées.

Le 14/10/2014 à 09:27 - CNRS

La forme des organismes vivants évolue au cours du temps et les interrogations suscitées par ces transformations ont favorisé l'émergence des théories de l'évolution. Pour comprendre comment les formes biologiques changent à l'échelle des temps géologiques, les chercheurs s'intéressent depuis peu de temps à la façon dont elles sont générées au cours du développement et de la croissance d'un individu : on parle de morphogenèse. Le groupe des ammonites, compte tenu de la diversité exceptionnelle de la forme des coquilles et des motifs (en particulier les côtes) qui les ornent, est très étudié d'un point de vue évolutif mais les mécanismes à l'origine de ces spirales ondulées étaient jusqu'ici inconnus. Les chercheurs tentaient donc de comprendre l'évolution de ces formes sans savoir comment elles avaient été générées.


Dans un article paru sur le site de la revue Journal of Theoretical Biology, Régis Chirat, chercheur au Laboratoire de géologie de Lyon : Terre, planètes et environnement (CNRS/Université Claude Bernard Lyon 1/ENS de Lyon), et deux collaborateurs de l'Institut de mathématiques de l'université d'Oxford présentent un modèle qui explique la morphogénèse de ces coquilles. En décrivant par deséquations mathématiques la façon dont la coquille est sécrétée par l'ammonite et croît, ils ont mis en évidence l'existence de forces mécaniques propres aux mollusques en cours de développement. Ces forces dépendent des propriétés physiques des tissus biologiques et de lagéométrie de la coquille. Elles sont à l'origine d'oscillations mécaniques à l'extrémité de la coquille qui génèrent les côtes, sortes d'ondulations ornant la spirale.

Le modèle biomécanique décrit l’évolution des ammonites et des nautiles


En confrontant différents spécimens fossiles aux simulations produites par le modèle, les chercheurs ont observé que celui-ci peut prédire le nombre et la forme des côtes pour différentes ammonites. Le modèle montre que l'ornementation de la coquille évolue en fonction de variables telles que l'élasticité des tissus et le taux d'expansion de la coquille, taux auquel le diamètre de l'ouverture augmente à chaque tour de spire.


En offrant une explication biophysique à la formation de ces ornementations, cette approche théorique permet d'expliquer la diversité existante au sein des espèces et entre elles. Elle ouvre ainsi des perspectives nouvelles dans l'étude de l'évolution morphologique des ammonites, évolution qui apparaît fortement canalisée par des contraintes mécaniques et géométriques. Ce nouvel outil apporte d'ailleurs un éclairage sur une vieille énigme. Depuis près de 200 millions d'années, lescoquilles des nautiles, cousins éloignés des ammonites qui peuplent encore les eaux des océans Indien et Pacifique, sont demeurées essentiellement lisses et sans ornementation distinctive. Le modèle montre que le maintien de cette forme de coquille ne traduit pas une absence d'évolution comme le suggère le — mauvais — qualificatif de fossiles vivants attribué aux nautiles actuels. Il est dû à un fort taux d'expansion qui conduit à la formation de coquilles lisses difficilement distinguables les unes des autres.


De façon plus générale, ces travaux soulignent l'intérêt de l'étude des bases physiques du développement biologique : en comprenant les règles de construction à l'origine de la diversité morphologique des organismes, l'évolution de leur forme devient en partie prédictible.

http://www.futura-sciences.com/magazines/terre/infos/actu/d/paleontologie-coquille-ammonites-regie-lois-physique-55598/

Phil “Fossil”

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost 0

Morceaux de mandibules de Globidens phosphaticus, Maastrichtien, Maroc

Publié le par Phil Fossil

Morceaux de mandibules de Globidens phosphaticus, Maastrichtien, Maroc

Globidens phosphaticus, Maastrichtien, Kouribgha, Maroc. Plus grande dimension 9 centimètres.

Les mosasauridés présentent différents faciès, les espèces classiques possèdent des dents coniques conçues pour s'attaquer à de grosses proies (poissons, requins, autres reptiles) tandis que Globidens dispose de dents globuleuses (d'où son nom) adaptées à la prédation d'animaux invertébrés à coquille dure : oursins, coquillages, crustacés...

On voit très souvent en bourse des dents isolées, lors de ma dernière visite à Sainte-Marie-aux-Mines j'ai pu acquérir des fragments de mandibules avec les dents en connexion.

La question est toujours : ces dents sont-elles naturellement restées en place, où il s'agit d'un (habile) remontage ?

Vu le prix très démocratique des spécimens vendus par ce négociant, j'en ai néanmoins fait une petite provision, dans l'optique d'une future exposition... Temporaire ou permanente !

Phil “Fossil”

Partager cet article

Repost 0

Un week-end de repos? Ou non ?

Publié le par Phil Fossil

Cette semaine, ayant travaillé tard, la fatigue s'est un peu résorbée du fait que je me lève une heure trente plus tard qu'à l'accoutumée.

Le samedi, en plus de ne pas me lever tôt, quelques siestes seront nécessaires pour reconstituer mon quota de sommeil.

En début d'après-midi je suis quand même assez vaillant pour attaquer le nettoyage du matériel ramené le week-end précédent.

Je commence par quelques morceaux de quartzite multicolore ramassés dans le Bois de Hal, datés du Cambrien, c'étaient les seules découvertes faites sur place.

Je continue avec les brachiopodes frasniens d'Arquennes : Cyrtospirifer verneuilli isolés ou sur plaque principalement, mais parmi ces pièces se cachent quelques raretés : Productella sp. et Camarotoechia sp.

Je peux enfin attaquer le gros de la journée, les cristallisations de quartz ramenées du filon à quartz de Fauquez, daté de l'Ashgillien. (Ordovicien)

Quelques gros blocs sont étalés dehors, afin que la pluie belge s'en occupe, naturellement et délicatement. Ce ne sera pas pour tout de suite, les prévisions indiquant une grosse semaine de temps sec et beau... Cela ne presse pas.

Le reste (cristaux isolés et plus petits groupes) est méticuleusement passé à la brosse et à l'eau.

Quand cela est expédié, je commence à trier un fond de seau de tamisat du Port anversois, lequel ne tenait plus dans une caisse. A la tombée de la nuit, laquelle arrive de plus en plus tôt, le peu qui reste est stocké dans un sachet, histoire de libérer le seau pour une prochaine fouille, programmée le lendemain.

Malheureusement le dimanche matin je coupe accidentellement mon réveil, et j'émerge (presque) aussi tard que la veille... Les fouilles devront attendre !

Pour me consoler, j'attaque une caisse de tamisat anversois bien sec, il n'est pas très riche en graviers et dents mais contient majoritairement des coquilles usuellement brisées, du moins les grands exemplaires.

Par contre les dents y sont plus fraîches et complètes, c'est déjà ça. Tous les petits fossiles (coquilles, moules internes, dents) sont scientifiquement prélevés.

Après une pause-midi bien méritée, je me remets au boulot. Peu avant la tombée de la nuit la caisse est terminée, je peux enfin la réutiliser pour stocker une partie du tamisat ramené le week-end précédent et qui semble nettement plus riche.

En effet, rien qu'en étalant les graviers humides et sableux je découvre plus de dents que lors du tri exhaustif de la caisse précédente !

J'en profite pour en extraire les plus grosses coquilles et les ossements qui sont mélangés au tamisat sur le site pour faciliter le retour du matériel, et les laver à l'eau.

Malheureusement, le seau bien rempli et accompagné d'un sac de tamisat ne tient pas dans la caisse, et ce qui reste sera placé dans un seau plus petit, afin de libérer les grands seaux de fouilles pour une prochaine virée...

Laquelle, j'espère, ne se fera plus trop attendre !

Phil “Fossil”

Publié dans Générale, Comptes-rendus

Partager cet article

Repost 0

Une incroyable découverte qui ravit le Musée du Cinquantenaire

Publié le par Phil Fossil


BELGA Publié le vendredi 06 novembre 2015 à 16h20 - Mis à jour le vendredi 06 novembre 2015 à 16h20


Une des deux momies de la collection des Musées Royaux d'art et d'histoire qui avait disparu depuis le début des années 70 après avoir été prêtée à deux médecins pour leurs recherches, a récemment été retrouvée chez le fils de l'un d'entre eux. L'homme âgé de 66 ans sera entendu, a indiqué vendredi le parquet de Bruxelles.

Les deux momies de la collection des Musées Royaux d'art et d'histoire, situé dans le parc du Cinquantenaire, avaient été prêtées en 1970 à deux médecins, les docteurs Janssens et Duquenne. Les deux praticiens avaient disséqué l'une des momies et soumis la deuxième à une radiographie. Le résultat de leurs recherches avait été publié en 1973 dans le Bulletin radiographique notamment. Les momies n'ont par la suite jamais été restituées au musée.


L'enquête a été confiée à la recherche locale de la police de Bruxelles Capitale-Ixelles, qui a eu vent de la mise en vente d'une momie dans un établissement de vente aux enchères de Mons. L'enquête a permis de déterminer que la personne qui proposait la momie à la vente était le fils d'un des médecins qui avait examiné les momies des Musées Royaux d'art et d'histoire dans les années 70.


Contacté par la police, l'homme a refusé toute collaboration et la restitution de la momie. Le parquet a ensuite été avisé des faits et la police locale a pu saisir la momie au domicile du suspect. Compte tenu du fait que l'objet dérobé se trouve toujours en sa possession, la prescription ne peut être appliquée à ce cas, qui relève de l'infraction continue.

http://www.lalibre.be/regions/bruxelles/une-incroyable-decouverte-qui-ravit-le-musee-du-cinquantenaire-563cc4f33570ca6ff8b202fb

Phil “Fossil”

Publié dans Archéologie

Partager cet article

Repost 0

Autres espèces de requins du Miocène-Pliocène de Caroline du Sud

Publié le par Phil Fossil

Les dents de Megaselachus megalodon sont les plus recherchées sur les sites régionaux (rivières et haut-fonds marins), mais elles ne doivent pas faire oublier les autres espèces qui sont proportionnellement plus difficiles à trouver, vu leur taille nettement moins imposante.

Il est de notoriété de plongeur que la couleur de l'eau au fond de la mer ou des rivières s'apparente à celle du thé glacé, il ne doit déjà pas être évident de repérer une grosse pièce, alors les plus petites ça demande encore nettement plus de concentration.

Toutes ces pièces ont été obtenues à la bourse de Sainte-Marie aux Mines, à la fin du mois de juin.

Les photos suivent, présentées dans cet ordre :

Isurus oxyrhynchus, Miocène, Caroline su Sud. Longueur maximale 4 centimètres.

Cosmopolitodus hastalis, Miocène, Caroline du Sud. Hauteur maximale 45 millimètres.

Carcharodon carcharias, Pliocène, Caroline du Sud. Hauteur 4 centimètres.

Phil “Fossil”

Autres espèces de requins du Miocène-Pliocène de Caroline du Sud
Autres espèces de requins du Miocène-Pliocène de Caroline du Sud
Autres espèces de requins du Miocène-Pliocène de Caroline du Sud

Partager cet article

Repost 0

Les prochaines bourses

Publié le par Phil Fossil

Voici quelques-unes des manifestations de ce début novembre 2015.

Phil "Fossil"

Les prochaines bourses
Les prochaines bourses
Les prochaines bourses
Les prochaines bourses

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>