Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Encore quelques pièces récupérées pour le Musée !

Publié le par Phil Fossil

 

 

Hier soir, j'étais pris par une activité fort intéressante.

 

Aider un pote à vider sa remise, et se débarrasser de minéraux en doubles qui l'encombrent un tantinet.

 

Equipé de papier journal, sacs plastiques, et de deux grands cabas, car je dois rentrer en bus et à pieds, je répartis méticuleusement la charge dans les deux sacs.

 

Quand je juge les deux cabas suffisamment lourds mais pas trop, on arrête pour cette fois.

 

Ensuite je démarre un petit cours privé d'informatique, orienté Internet mais aussi sur l'utilisation des outils bureautiques de base.

 

Il est peu avant 22h quand je repars, aidé par le copain qui a placé les deux grands sacs dans un caddie pour m'amener à l'arrêt de bus pas tellement proche de chez lui.

 

Heureusement, mon véhicule d'un soir arrive presque instantanément, on a juste eu le temps de sortir les sacs du caddie qu'il est là !

 

Le plus dur est maintenant d'entamer la longue marche jusqu'à mon domicile. Quelques petites pauses sont de rigueur avant mon arrivée.

 

Je trouve encore le courage de vider les cabas et répartir le contenu dans deux grandes cagettes en plastique.

 

Bilan de la soirée :

 

Un gros bloc de rudistes à déterminer, Crétacé supérieur, Espagne

Calcites, Beez, Belgique

Calcites, Mont-sur-Marchienne, Belgique

Calcites, Landelies, Belgique

Calcite, Leffe, Belgique

Gypse en lamelles et en fer de lance, Cénozoïque, Espagne

 

Phil "Fossil"

 

Publié dans Générale

Partager cet article

Repost 0

Un peu d'actualité...

Publié le par Phil Fossil

 

Furie

 

Merci à CarchaDOrias !!!

 

Phil "Fossil"

 

Publié dans Pour se détendre

Partager cet article

Repost 0

Les cristaux, beaux compagnons de l’humanité

Publié le par Phil Fossil

 

Une nouvelle exposition

 

Depuis un mois, les promeneurs qui longent, dans le 5e arrondissement de Paris, l'Ecole supérieure de physique et de chimie industrielles (ESPCI, rue Pierre-Brossolette) peuvent contempler la vingtaine de panneaux de l'exposition Cristaux accrochés aux grilles de l'établissement. Tirés de la collection du musée de minéralogie de l'école des Mines ParisTech, ces cristaux, magnifiquement photographiés par Cyrille Benhamou, racontent plusieurs histoires : celle, bien sûr, d'une géochimie mais aussi celle d'un compagnonnage de longue date avec l'humanité. Comme le rappelle avec justesse Didier Nectoux, le conservateur de ce musée dans sa préface du livre Curiosités minérales (éd. Omniscience-Mines ParisTech, 240 p., 29,90 €), "notre quotidien est minéralogique. Les minéraux trouvent leurs emplois dans tous les secteurs d'activité : aéronautique, agroalimentaire, automobile, bâtiment, chimie, cosmétique, électronique, énergies, mécanique, santé, etc."

 

Une fois n'est pas coutume, j'ai donc choisi de laisser la parole à l'image et ce pour plusieurs raisons : d'une part parce que tout le monde n'aura pas l'occasion de voir cette exposition remarquable, ensuite parce que ces panneaux sont à la fois beaux et instructifs, et enfin parce que 2014 est l'année internationale de la cristallographie. Je remercie chaleureusement l'école des Mines ParisTech de m'avoir autorisé à reproduire ici une sélection de ces panneaux. 

 

...

 

 

Pour l'article complet et les photos :

 

http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2014/10/26/les-cristaux-beaux-compagnons-de-lhumanite/

 

 

Phil "Fossil"

Publié dans Minéralogie

Partager cet article

Repost 0

Un petit week-end calme...

Publié le par Phil Fossil

 

 

Après une semaine pas trop agitée, mais où les nuits ont été assurément courtes, un peu de repos s'impose.

 

Le samedi voit quelques courtes siestes, entrecoupées de rangement de pièces à l'intérieur : en effet il pleut le matin, et toute tentative de travailler dehors est vouée à l'échec !

 

Citons des calcites de Landelies et de Leffe, Quartz de Bierghes, Marcasite du Cap Blanc-Nez, etc.

 

L'après-midi est moins humide, il est donc possible de sortir un peu afin de trier du tamisat. Le vent frais ne permet pas de travailler longtemps.

 

Le soir, invités par le CMPB à un dîner dans un super restaurant marocain de Uccle, nous faisons bonne chère avec un assortiment de salade marocaine et un succulent couscous tangerois.

 

 

La Baie de Tanger

Chaussée d'Alsemberg 705

1180 Uccle

 

 

Il ne sera pas trop tard quand on rejoindra le lit, et pas très tôt quand on en émergera le dimanche matin !

 

Là, il fait sec et le courage nous est revenu. On s'attaque à des caisses de spécimens en attente de nettoyage et/ou de tri :

 

Fluorine et calcédoine du Puy-de-Dôme;

Fougères du Stéphanien de Messeix;

Une grosse caisse d'Albien de Machéroménil, laissée par Yves;

Une fin de caisse de tamisat du Port anversois, qui livre encore pas mal de petites dents.

 

L'Albien doit être examiné avec soin, afin d'y récupérer les relatives raretés : tronçons d'ammonites déroulées, gastéropodes, beaux bivalves, coraux, pièces nacrées...

 

Au total une petite moitié sera conservée, le reste sera pour donner.

 

Même si on a déjà mieux avancé que ce week-end, il ne faut pas trop se plaindre !

 

Sans oublier le changement d'heure qui rendra tout travail en extérieur après le bureau absolument impossible, de par la tombée de la nuit aux alentours de 17h30.

 

Phil "Fossil"

Partager cet article

Repost 0

L’extension du port d’Anvers peut reprendre

Publié le par Phil Fossil



Rédaction en ligne


Mis en ligne il y a 48 minutes

Le gouvernement flamand a approuvé vendredi le nouveau Plan régional d’aménagement du territoire (GRUP, en néerlandais) qui doit permettre la poursuite de l’extension du port d’Anvers. Le Conseil d’Etat avait suspendu partiellement le GRUP précédent en décembre 2013.

Le Conseil d’Etat reprochait à l’ancienne mouture de ne pas prévoir des garanties environnementales suffisantes. Le gouvernement Bourgeois a répondu aux différentes objections. Le GRUP nouveau doit être publié au Moniteur belge sous peu et sera d’application dans les 15 jours qui suivent.

http://www.lesoir.be/689845/article/actualite/fil-info/fil-info-belgique/2014-10-24/l-extension-du-port-d-anvers-peut-reprendre

Aah, ca sent les nouveaux sites de fouilles, ça...

Phil "Fossil"

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost 0

Fossiles oxfordiens de Neuvizy, Ardennes

Publié le par Phil Fossil


Notre ami Olivier nous envoie le petit article ci-après, traitant de ses trouvailles récentes.

 

 

Olivier-Neuvizy-Champ-1-20141019

Olivier-Neuvizy-Champ-2-20141019

 

(Cliquez pour agrandir les photos)

 

 

J'ai profité de la météo sympathique de dimanche dernier pour faire, avec ta bénédiction, un saut dans les champs du côté de Neuvizy.

Les deux champs étaient par chance accessibles (terrains hersés après la récolte et pas encore ensemencés). J'ai commencé par le champ le plus éloigné, car je savais où chercher.

Après avoir ratissé la zone, je me suis tourné vers le champ le plus proche.

Etant donné que je ne connaissais pas la zone intéressante dans ce champ (nous n'y avons jamais prospecté ensemble), je me suis dit qu'il fallait sans doute chercher à une altitude semblable à celle de la zone de fouilles de l'autre champ et j'ai donc grenouillé dans la partie haute du champ.

Je t'envoie des photos avec un florilège de mes découvertes dans les deux champs.

A la prochaine.

Olivier

Publié dans Vos Articles

Partager cet article

Repost 0

Une nouvelle tombe de ''vampire'' découverte en Bulgarie

Publié le par Phil Fossil



Publié par Maxime Lambert, le 17 octobre 2014

En Bulgarie, un archéologie a sorti de terre un squelette très spécial avec un pieu planté dans le buste, un vampire ?
Une sinistre tombe renfermant un squelette avec un pieu planté dans la poitrine a été récemment mis au jour en Bulgarie.


Alors qu’il effectuait des fouilles dans les ruines du site de Perperikon, au sud de la Bulgarie, Nikolai Ovtcharov a mis au jour la tombe d’un défunt vraisemblablement accusé de vampirisme. En témoigne le squelette de celui-ci. Excavé par l’archéologue, l’ossature de l’individu en question présente en effet un pieu de métal planté dans la poitrine.

Le sinistre tombeau a été retrouvé au sein de ce qui était autrefois la cité de Thrace. Pour Nikolai Ovtcharov, le défunt a certainement été soumis à un rite destiné à lutter contre les vampires. Il indique au Telegraph: "Sans aucun doute, nous avons une nouvelle fois affaire à un rituel anti-vampire".


Un rituel pour les défunts morts dans d'inhabituelles circonstances

Selon l’auteur de la découverte surnommé "l’Indiana Jones bulgare", l’objet en métal aurait été planté dans son corps après sa mort afin de l’empêcher de ressusciter d’entre les morts et de hanter les vivants. "Le rituel concernait souvent des personnes mortes dans des circonstances inhabituelles, comme le suicide par exemple", explique l’archéologue.

Autre détail intriguant : l'os figurant sous le genou de la jambe gauche a été enlevé et placé à côté du squelette du défunt. Les études menées sur les ossements indiquent que la tombe remonte à la première moitié du 13e siècle. Au moment de sa mort l’individu était âgé d'entre 40 et 50 ans. Le pieu planté dans son cœur est en fait une partie du soc d’un charrue pesant près d’un kilogramme.

"Il est enfoncé dans le corps à travers l'os de l'épaule cassé. Vous pouvez clairement voir comment la clavicule est littéralement sortie", a décrit le spécialiste repris par le Telegraph.


D'autres squelettes de vampire

Ce n’est pas la première fois qu’une sépulture de ce genre est découverte en Bulgarie. En 2012, les archéologues ont découvert deux squelettes présentant également des pieux dans le buste, à quelque 3.000 kilomètres de là où a été réalisée la nouvelle découverte. Les défunts seraient morts il y a environ 700 ans.

Selon la BBC, au moins 100 tombes présentant des caractéristiques similaires ont été retrouvées depuis 2012 au sein du pays où les légendes autour des vampires représentent une part importante du folklore de la région.

http://www.maxisciences.com/vampire/une-nouvelle-tombe-de-039-039-vampire-039-039-decouverte-en-bulgarie_art33674.html


Copyright © Gentside Découverte

Phil "Fossil"


Publié dans Archéologie

Partager cet article

Repost 0

"Place aux Enfants", Braine-l'Alleud, samedi 18 octobre 2014

Publié le par Phil Fossil

 

2014-10-Braine-01

2014-10-Braine-02

2014-10-Braine-06

2014-10-Braine-09

 

Après quelques semaines de préparation, consistant en la sélection de fossiles, la composition d'un document de détermination, et la création d'une conférence, nous voilà prêts à partir pour le centre de Braine.

Debouts une demie-heure plus tôt que pour partir travailler en semaine, on charge la voiture avec les seaux de sable bien sec, la caisse de fossiles et le matériel annexe. Notamment les sacs et un tamis de cuisine pour le recyclage du sable.

Grâce à un plan tiré sur Internet, on arrive sur place sans encombre à 8 heures, soit une bonne heure avant le début des festivités !

Ce qui n'est pas de trop : il faut mettre le sable dans les bacs, y ajouter la moitié des fossiles (vu qu'il y aura deux groupes), bien les recouvrir de sable, et vérifier que la conférence, opportunément emmenée sur clé USB, fonctionne bien sur le PC mis à disposition.

On est fin prêts quand le premier groupe d'une petite quinzaine d'enfants se présente à l'entrée de la salle.

Après une rapide présentation, la conférence commence. Elle s'avère un peu trop longue pour la durée prévue, je devrai donc simplifier les explications et avancer au pas de charge la présentation des photographies.

Ensuite, expliquer aux enfants comment récolter les fossiles dans le sable, les plus malins s'aident naturellement du tamis de cuisine.

Il faut même freiner leurs ardeurs, en effet le nombre de fossiles fournis est juste suffisant pour les groupes prévus : ils doivent donc en laisser pour les autres !

Le document de détermination, imprimé en couleurs par la Commune organisatrice de l'évènement, permet aux enfants de mettre un nom sur leurs fossiles, le tout est donc stocké dans un sachet plastique pour faciliter le retour chez eux.

Après une bonne heure, le premier groupe nous ayant quitté, et avoir regarni les boites de nouveaux fossiles, un café est le bienvenu en attendant le deuxième "round".

Le groupe ne sera pas moins motivé que le premier, les leçons apprises de la première présentation de la conférence permettront d'optimiser sa durée.

Après le départ des derniers enfants, on commence à replier : comprendre tamiser le sable de chaque bac pour récupérer le peu de fossiles restants, remettre le sable dans ses seaux de transport, et in fine recharger la voiture.

En bref, une très belle journée (ne fusse qu'au point de vue de la météo), des enfants ravis, et des organisateurs fatigués mais heureux.

A refaire, sans nul doute !

Phil "Fossil" pour le CMPB.

Partager cet article

Repost 0

Une histoire de sexe vieille de 385 millions d'années

Publié le par Phil Fossil


Le sexe, une histoire vieille comme le monde !

Une histoire de sexe qui ne date pas d'hier... Bras dessus, bras dessous, des poissons cuirassés, considérés par certains scientifiques comme de lointains ancêtres de l'homme, copulaient déjà il y a 385 millions d'années.

Au lieu de disperser leur sperme dans l'eau, les mâles de l'espèce "Microbrachius dicki", dotée de petits bras et désormais éteinte, s'accouplaient solidement avec les femelles, selon une étude publiée dimanche dans la revue britannique Nature.

A ce jour, cela en fait l'espèce la plus ancienne à avoir utilisé la fertilisation interne - plus efficace - pour se reproduire, selon les chercheurs.

Les fossiles étudiés appartiennent à l'ordre des Antiarchi, soit les plus anciens de la classe des placodermes, poissons au corps recouvert de plaques. Ces drôles de créatures dotées d'une mâchoire sont considérées par ces chercheurs comme les premiers vertébrés ancêtres des humains.

Les placodermes ont peuplé les mers, les rivières et les lacs pendant quelque 70 millions d'années avant de disparaître il y a environ 360 millions d'années de façon mystérieuse.

Dans l'espèce "Microbrachius dicki", qui mesure 8 centimètres de long, le mâle était doté d'un appendice osseux (ptérygopode) en forme de L qui lui permettait de transférer son sperme à l'intérieur de la femelle. Celle-ci était pourvue d'une paire de petites plaques permettant de maintenir l'organe mâle en place pendant l'accouplement.

En outre, le couple de Microbrachius se tenait par les "bras" pendant la copulation, selon les chercheurs.

"Microbrachius signifie 'petits bras' mais pendant des siècles, les scientifiques se sont demandés à quoi pouvait bien leur servir cette paire de bras osseux", déclare John Long, professeur de paléontologie à l'université australienne Flinders.

"Nous avons résolu ce mystère: ils servent à l'accouplement et permettent au mâle de positionner son appendice dans la région génitale de la femelle", assure-t-il.

"Le couple de poissons s'accouplait probablement de côté. Avec leurs bras joints, ils avaient plutôt l'air d'esquisser un pas de 'Square danse' plutôt que de copuler", ajoute-t-il.

Fossile connu depuis longtemps, le Microbrachius vivait notamment dans des lacs en Ecosse mais aussi en Estonie et en Chine.

Cette étude permet de placer l'origine de la fertilisation interne au début de l'évolution des vertébrés. Jusqu'à présent, on pensait qu'elle était arrivée plus tard.

Si les conclusions des chercheurs sont exactes, l'appendice sexuel du Microbrachius serait d'une certaine façon l'ancêtre du pénis.

http://www.dhnet.be/actu/sexualite/une-histoire-de-sexe-vieille-de-385-millions-d-annees-5443fdbc3570102e50908986

Phil "Fossil"

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost 0

Smilodon fatalis du Pléistocène de La Bréa

Publié le par Phil Fossil

Smilodon-fatalis-moulage-Pleistocene-La-Brea-1A-28cms
Smilodon-fatalis-moulage-Pleistocene-La-Brea-1B-28cms
Smilodon fatalis, Pléistocène, La Bréa, Los Angeles, Californie, USA. Longueur 27 centimètres.
(Un petit clic pour agrandir)

Ces derniers mois, avec le Musée en ligne de mire, j'ai fait l'acquisition de quelques pièces peu communes.

Elles se présentent en majorité sous la forme de moulages, les pièces authentiques sont à la fois rarissimes et totalement inabordables !

Après le crâne de dinosaure Rajasaurus narmadensis indien, un squelette complet de ptérosaure brésilien Tupuxuara leonardi, voici le tigre à dents de sabre américain Smilodon fatalis.

Ce que nos amis d'outre-atlantique appellent un "saber-tooth cat", chat à dents de sabre.

Cet animal est généralement retrouvé dans les fosses à bitume pléistocènes de La Bréa, bourgade située dans la banlieue de Los Angeles.

Il a été ramené pour moi par mon pote Tony de la bourse d'Oxford, au Royaume-Uni.

Je tiens à m'excuser pour la qualité des photos, il s'agissait de photographier "la bête" en tenant la pièce d'une main, l'appareil numérique de l'autre, et sans rien laisser tomber sur le sol !

C'est, sans nul doute, la toute première occurrence d'un nouveau type de selfie...

Le Chat-l-fie !

Phil "Fossil"

Publié dans Classes d'organismes

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>