Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Patrimoine, vieilles monnaies et passions gauloises au tribunal

Publié le par Phil Fossil

 

30 juillet 2014, par Pascale Robert-Diard

 

En rejoignant sans entrain démesuré le tribunal correctionnel de Meaux (Seine-et-Marne) qui jugeait mardi 29 juillet l’affaire d’un viticulteur poursuivi pour s'être approprié le fruit de fouilles archéologiques menées hors de toute autorisation, on n'imaginait pas que l'on allait se retrouver plongé au coeur d'une puissante querelle gauloise. En bref, la terre contre l'Etat, l'amateur contre la loi, la propriété privée contre le patrimoine de l'humanité.

 

Au commencement est donc un viticulteur de la Marne - « mon grand-père produisait du champagne, mon père produisait du champagne, je produis du champagne, mes enfants produisent du champagne » - qui nourrit une passion démesurée pour ses ancêtres les Gaulois. D'aussi loin qu'il se souvient, il a toujours marché les yeux rivés à la terre, en quête des trésors qu'elle pouvait receler. De son grand-père, il a hérité, outre l'art de produire du raisin, une collection de pièces de monnaie et de petits objets, pour la plupart d'origine gallo-romaine. Modernité aidant, il s'est doté d'un détecteur de métaux qui lui a permis, au fil  des ans, d'enrichir considérablement son petit patrimoine archéologique et d'un brevet de pilote grâce auquel il repérait les plus beaux sites historiques de la région. "J'aurais aimé être archéologue, j'ai pas pu, j'ai que le certificat d'études", dit-il.  Pour preuve de sa bonne foi patriotique, il ajoute: "Les pièces romaines que j'ai trouvées, je les ai abandonnées. Je me disais: "t'es pas Romain, toi, t'es Gaulois!"  

 

Mais c'était compter sans la vigilance de l'Etat et de ses austères serviteurs les douaniers qui, un beau jour de février 2012, ont encerclé le viticulteur, girophares et sirènes en bataille, alors qu'il s'apprêtait à rejoindre une bourse aux monnaies à Argenteuil pour troquer sesterces contre deniers ou l'inverse. A bord de son véhicule, ils trouvaient outre des bouteilles de champagne acquises en parfaite légalité, 112 pièces anciennes rangées dans de petits sacs en plastique. Halte là! "biens culturels", ont-ils proclamé, en emmenant derechef le viticulteur et son trésor en rétention (la garde à vue douanière). L'interpellation fut suivie d'une perquisition à son domicile, dans lequel les douaniers découvraient, alignés derrière une vitrine, près de 2300 objets - monnaies, bijoux, poteries, silex, bagues et colliers, rouelles - provenant des sols et sous-sols des environs. Un expert, requis pour l'occasion, évaluait ce petit musée à plus de 150.000 euros, tout en indiquant que quelques rares pièces présentaient une valeur archéologique "inestimable."  

 

« Je ne suis pas un bandit de grand chemin, Monsieur le président, tous ces objets, je les ai réparés avec amour, je leur ai donné une deuxième vie. Sans moi, ils auraient été détruits! » s'exclame le prévenu.

 

Le président, justement, a l'air d'en connaître un rayon sur la Gaule. « Vous avez lu La Guerre des Gaules? - Non. - Ah! C'est dommage, c'est passionnant. Et êtes-vous allé au musée national de Saint-Germain-en-Laye?  - Oui.  - Vous avez raison, il vaut vraiment le détour. Et qu'est-ce qui vous a le plus touché? - La Gaule. Moi, c'est vraiment la Gaule.»

 

Du dossier, le président extrait les photos couleur des pièces retrouvées chez le viticulteur. Il ne se lasse pas de les regarder. « Mais c'est magnifique, tout ça! ça vaudrait vraiment d'être exposé à Saint-Germain en Laye. Quel gâchis! Et ces pointes de lance gauloises de 20 cm, Monsieur, quand vous les trouvez, vous les mettez dans votre sac sans prévenir personne? Vous savez qu'un site archéologique, c'est pire qu'une scène de crime ? Il faut prendre d'énormes précautions! »

 

Le collectionneur amoureux se défend. « Je vais vous expliquer. Moi,  tout le monde me connaît dans le coin. Les viticulteurs que j'allais voir me disaient: ‘Si tu trouves quelque chose, tu prends et tu te tais parce que je veux pas voir les archéologues dans mes champs!’ »

 

Les archéologues, voilà l'ennemi! Et l'ennemi est là, entendu comme témoin, en la personne du sous-directeur de l'archéologie au ministère de la culture. Il est énarque, il parle droit et loi, rappelle que le patrimoine est un bien commun de l'humanité, l'archéologie une science et que les fouilles « sauvages » causent des « désastres irrémédiables »«Quand on va visiter Versailles, on ne repart pas avec une pierre du château», assène-t-il. Le viticulteur et son épouse l'écoutent en secouant la tête. Il y a entre eux, à cet instant, plus de distance qu'entre un statère des Parisii et une pièce d'un euro.

 

« J'avais fait un testament, dit encore le viticulteur. Je donnais une grande partie de ma collection d'objets au musée d'Epernay - il gardait quand même les pièces - pour que les gens d'ici voient ce que nos ancêtres ont laissé dans les champs. » Sa voix s'étrangle: « Parce que chez mes mes enfants, personne n'en veut. » 

 

Contre le viticulteur, la procureure a requis quatre mois de prison avec sursis et 5.000 euros d'amende avec sursis contre son épouse, poursuivie pour « recel », auxquels s'ajoutent 200.000 euros demandés par les douanes. Jugement le 8 août.

 

 

http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2014/07/30/patrimoine-vieilles-monnaies-et-passions-gauloises-au-tribunal/

 

 

Que penser de tout celà ?

 

Ce brave collectionneur a ramassé toute sa vie dans des champs et des vignes, autrement dit des sites non en place car perturbés par les engins agricoles, des restes archéologiques. Ils ont été patiemment récupérés, préservés et sauvegardés au lieu de rester à se détruire dans la boue où les archéologues officiels (comprendre copains avec les politiques) les y ont laissés.

 

Et maintenant, ce brave homme devrait être puni parce que lui, au moins, s'est bougé afin de protéger ce “patrimoine inestimable” que les officiels ne prennent pas la peine de collecter ?

 

Si l'on résume bien, les archéologues officiels n'ont rien fait, ce brave homme a ramassé dans des labours des pièces donc sans valeur pour eux, et il devrait se voir confisquer sa collection et en plus payer 200.000 euros à titre de dédommagement ? C'est bien la stratégie de vol légalisé instaurée de longue date par nos états mafieux !!!

 

De qui se fiche-t-on dans ce pays ? J'espère sincèrement que les juges seront dotés d'un bon sens minimal, dans la négative il y a grandement à craindre pour la santé mentale de nos décideurs dans ce pays !

 

Le plus grand problème pour nous, est que, si on laisse faire les incompétents qui nous dirigent, ils arriveront bien à nous concocter les mêmes lois pour la recherche de fossiles et de minéraux...

 

A bon entendeur !

 

Phil “Fossil”

 

PS. A méditer :

 

“Tu ne voleras point. L'Etat a une sainte horreur de la concurrence !!!”

 

 

 

Publié dans Coups de gueule

Partager cet article

Repost 0

Fossile problématique du Miocène anversois

Publié le par Phil Fossil

 

160-Problematicum-1-Miocene-Doel-85mms

 

161-Problematicum-2-Miocene-Doel-85mms

 

162-Problematicum-3-Miocene-Doel-85mms

 

 

Fossile à déterminer, Miocène probable, Port d'Anvers, Belgique. Longueur totale 85 millimètres.

(Un petit clic pour agrandir)

 

 

Notre toute dernière sortie de ce dimanche, si elle n'avait pas été hautement productive en dents de squales, a malgré tout eu l'avantage de nous fournir cette pièce assez particulière, ramassée en surface du sable.

 

Elle est constituée d'un galet gréseux noir, ces cailloux typiques du Gravier de Base des Sables de Kattendijk sont généralement connus pour leurs moules internes et externes de mollusques.

 

Néanmoins, plus rarement, des restes de vertébrés y sont inclus, notamment des dents de requins ou vertèbres de poissons et de requins.

 

Ceci est à mon avis indubitablement un reste de vertébré, les “épines” sont osseuses mais j'hésite entre des arêtes de poissons ou des dents d'un mammifère marin.

 

Si quelqu'un parmi vous a une meilleure idée que la mienne, merci de laisser un petit commentaire sur cet article...

 

Phil “Fossil”

 

 

 

 

Publié dans A déterminer SVP

Partager cet article

Repost 0

Les tyrannosaures avaient-ils l'instinct grégaire ?

Publié le par Phil Fossil

Le Monde.fr avec AFP | 24.07.2014 à 23h04 • Mis à jour le 25.07.2014 à 07h51

 

Trois tyrannosaures marchaient en bande. Des empreintes de pas fossilisées de tyrannosaures découvertes dans l'Ouest canadien, les premières rassemblant plusieurs individus marchant dans la même direction à être mises au jour, tendent à prouver que cette espèce carnivore de dinosaures avait l'instinct grégaire, selon une étude scientifique publiée dans la revue Plos One.



Les empreintes de pas parallèles à trois doigts, se déplaçant vers le sud-est dans une bande de 8,50 mètres de large, ont été découvertes aux abords d'une falaise près de Tumbler Ridge, en Colombie-Britannique. « Elles montrent que ces trois animaux se déplaçaient ensemble en allant dans la même direction », a expliqué jeudi 24 juillet Richard McCrea du Centre de recherche paléontologique de Tumbler Ridge, qui a mené les fouilles.



Jusqu'à présent, seules des traces isolées de tyrannosaures avaient été découvertes au Canada, aux Etats-Unis ou encore en Mongolie. Les scientifiques estiment que « les similitudes dans la profondeur et la préservation » de ces traces de pas sont la preuve qu'elles ont été laissées par des animaux « marchant en même temps dans la même direction ».



« UNE FAIBLE ROTATION DU PIED »



Les empreintes ont été découvertes par un guide local en 2011 dans un terrain boueux. Elles ont été inscrites il y a environ 70 millions d'années. Les fouilles toujours en cours ont permis de mettre au jour sept empreintes au total, qui auraient été préservées après avoir été recouvertes de cendres issues d'une éruption volcanique, pour réapparaître avec l'érosion de la falaise.



Selon les scientifiques, les empreintes de pas, d'environ 50 centimètres chacune, sont celles d'animaux d'âge adulte et de tailles différentes. Dans leur déplacement, avec les membres très rapprochés, « une faible rotation du pied », et avec « une amplitude de leur foulée de l'ordre de quatre mètres », a estimé Richard McCrea en estimant que cette découverte allait permettre de consolider des hypothèsescrédibles sur le mode de déplacement de cette espèce.



Ces tyrannosaures seraient antérieurs à la famille des tyrannosaures Rex, sachant que des animaux de cette espèce comme le dasplétosaure (lézard effrayant) vivaient en Amérique du Nord.

 

 

http://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/07/24/les-tyrannosaures-avaient-ils-l-instinct-gregaire_4462538_1650684.html

 

 

Phil “Fossil”

 

 

 

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost 0

Superbe Anotodus retroflexus du Néogène anversois

Publié le par Phil Fossil

 

Yannick-Anvers-Miocene-Anotodus-retroflexus-1A-4cms

 

Anotodus retroflexus, Néogène, Miocène probable, Port d'Anvers, Belgique. Largeur 4 centimètres.

(Un petit clic sur la photo pour zoomer)

 

Notre trip de ce samedi, s'il nous aura presque apporté une insolation et très certainement un petit coup de soleil, aura quand même permis de récupérer quelques dents et autres fossiles sympas.

 

Parmi ces restes dentaires de squales, la palme de la journée revient sans discussion possible à cette dent latérale d'Anotodus retroflexus, mise au jour et immortalisée par l'ami Yannick.

 

Ce n'est pas la plus commune des dents découvertes sur place, et la trouver aussi entière relève de la chance la plus caractérisée.

 

Vu les autres pièces intéressantes qu'il a trouvées ce jour là, il devrait alimenter cette rubrique pour les prochaines semaines...

 

Phil “Fossil”

 

 

 

Publié dans Vos découvertes !

Partager cet article

Repost 0

Et un dimanche brûlant... A Anvers !

Publié le par Phil Fossil



Thierry, presque autant en manque de dents de squales que votre serviteur avant le week-end, me contacte samedi soir pour confirmer une sortie.

Malgré la météo annoncée pluvieuse, je n'ai pas le coeur de refuser son offre...

Après un rapide inventaire des sites possibles, on se décide pour celui déjà fait la veille. Vu la surface à prospecter, un petit grattage au râteau (pour moi) ou un tamisage intensif (Pour Thierry) devrait quand même être productif.

Si la quantité de dents est néanmoins plus faible que la veille, je me rattrape avec les coquilles, quelques bulles tympaniques de dauphins et de baleines, des supports de mâchoire de Melanogrammus conjunctus.

C'est lors de mes dernières minutes de fouilles que je ramasse une pièce particulièrement étrange : un galet gréseux noir contenant une série de ce qui semble être des ossements linéaires, ou des racines de dents de mammifères marins.

Quand j'aurai quelques minutes et un peu plus de courage, je tenterai de vous en poster quelques photos !

La journée a été au moins aussi chaude que la veille, et mes trois bouteilles d'eau totalisant quatre litres sont asséchées peu avant mon retour à la maison.

Ce n'est que lorsque l'orage menace et que les gouttes commencent à tomber, que l'on repart.

Mais en tout cas...

Vivement la prochaine !

Phil "Fossil"


Publié dans Comptes-rendus

Partager cet article

Repost 0

Un samedi étouffant à Anvers

Publié le par Phil Fossil



Notre dernière visite à Anvers datant de plus d'un mois déjà, Yannick et moi sommes piaffants à 7h30, il suffit juste d'embarquer les outils et le reste du matériel, en n'oubliant pas quelques bouteilles d'eau.

Une petite heure plus tard, on prend le strict minimum et on parcourt les plaines sableuses à la recherche de nos petites quenottes préférées.

Il semble que les pluies conséquentes des dernières semaines ont laissé des flaques, mais ont également bien nettoyé les tas et autres zones à graviers.

Quand la prospection "à vue" se termine, je râtisse complètement un gros tas d'argile mélangée à du sable à gravier, lequel semble prometteur.

Quelques chouettes dents sont engrangées, par chacun de nous, mais aussi des ossements et des invertébrés pas mal du tout.

Yannick découvre ainsi, entre autres : un énorme et très bel os de support de mâchoire de Melanogrammus conjunctus, un bassin de phoque Paleophoca nysti, une superbe canine de Squalodon, sa plus grande dent d'Anotodus retroflexus, et une pince de crabe phosphatée ! Une super journée pour lui...

Je découvre personnellement quelques Cosmopolitodus hastalis, une jolie branche fossilisée, deux crabes Coeloma rupeliensis, un humérus de phoque Paleophoca nysti, une belle bulle tympanique de Balaenula sp. et une moins belle de Balaena primigenia. Une journée pas mal non plus !

La chaleur étouffante a assez vite raison de notre ardeur, je dois dire que malgré avoir éclusé pratiquement 4 litres et demi de boissons je ne suis pas encore rassasié.

Le temps de rentrer, de ranger les affaires et de passer les meilleurs fossiles à l'eau, et je suis affalé dans un fauteuil.

Mais, malgré tout :

Vivement la prochaine !

Phil "Fossil"

Publié dans Comptes-rendus

Partager cet article

Repost 0

Espérons un peu plus d'action paléontologique ce week-end...

Publié le par Phil Fossil

 

 

Depuis quelques semaines, les sorties se sont espacées. Cela est dû notamment à la période estivale, de nombreux potes sont en vacances ce qui raréfie d'autant les prospections.

 

Depuis la petite journée à Geisingen fin juin, ayant permis le glanage d'une caissette d'ammonites et autres fossiles (brachiopodes, éponges, oursins, bélemnites, aptychii...), seule une petite visite de deux heures à la carrière d'Attert a été faite, au retour de Trèves.

 

Là, outre une pléthore de gryphées, quelques jolies tiges de pentacrines, des bélemnites, une petite térébratule et de jolis exemplaires de Spiriferina walcotti ont été mis au jour.

 

Le soir même, une bonne partie était passée à l'eau et séchait dans une caisse plate, le reste a été nettoyé et mis à sécher le lendemain matin.

 

Il n'empêche que deux heures de fouilles en un peu moins d'un mois, je suis très loin de mon quota minimal de fouilles, bien nécessaire pour me changer les idées et me déstresser des semaines de boulot...

 

Même si la météo annoncée ce week-end ne sera sans doute pas totalement sèche, n'hésitez-pas à vous faire connaître si une petite sortie vous intéresse !

 

Comme à notre habitude, les sorties sont gratuites et l'équipement nécessaire est disponible en suffisance pour plusieurs fanatiques des fouilles...

 

Phil “Fossil”

 

 

 

Publié dans Billets d'humeur

Partager cet article

Repost 0

Une crotte fossilisée d'un mètre aux enchères

Publié le par Phil Fossil

 

 

Une pièce étonnante est vendue samedi à Beverly Hills: un excrément datant de plusieurs millions d'années. Mise à prix plus de 5000 euros.



Parfois, les objets mis aux enchères sont des plus surprenants. Parmi ceux-ci, nul doute que celui mis en vente, par la galerie Chait's à Beverly Hills en Californie ce week-end, obtient la palme. En effet, selon le site Motherboard.com, au milieu de trésors préhistoriques, il sera possible d'acquérir un excrément fossilisé de plus d'un mètre de long.



Cet «énorme et rare coprolithe» (terme savant désignant les excréments des êtres vivants préhistoriques) est estimé entre 8000 et 10.000 dollars (entre 6000 et 7400 euros). Retrouvé dans l'État de Washington, il date de la période du miocène ou de l'oligocène, donc entre 5 millions et 33 millions d'années. Reste à savoir qui voudra se l'offrir?



Mais attention, ce n'est pas l'œuvre d'un dinosaure. Bien que l'animal en question ait été gigantesque, ils avaient déjà disparu lorsque le coprolithe a été façonné. «Ce spécimen tout bonnement spectaculaire est vraisemblablement le plus long coprolithe jamais mis en vente aux enchères», explique la galerie sur son site internet. Même si l'animal à l'origine de cette crotte n'est pas identifié, il s'agit tout de même d'une bête d'une taille exceptionnelle.

 

http://www.lefigaro.fr/culture/encheres/2014/07/22/03016-20140722ARTFIG00103-une-crotte-fossilisee-d-un-metre-aux-encheres.php

 

Merci à Christiane Faivre !

 

Phil “Fossil”

 

 

 

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost 0

Spiriferina walcotti du Sinémurien d'Attert

Publié le par Phil Fossil

 

Attert-Sinemurien-Spiriferina-walcotti-1A-25mms

 

 

Spiriferina walcotti, Sinémurien, Attert, Arlon, Belgique. Plus grande dimension 25 millimètres.
(Cliquez pour agrandir)

 

 

La carrière près d'Attert est un endroit que j'apprécie beaucoup, ne fusse que parce on y trouve le Jurassique le plus inférieur de notre petit pays.

L'Hettangien et le Sinémurien y affleurent, néanmoins les fossiles les plus fréquents proviennent de ce dernier étage.

Outre les omniprésentes Gryphaea arcuata, on y ramasse après de bonnes pluies les jolies tiges de pentacrines Pentacrinus basaltiformis mais plus rarement des brachiopodes Spiriferina walcotti.

Ces deux exemplaires ont été récupérés hier, lors d'une petite pause routière en revenant d'Allemagne.

Phil "Fossil"

Publié dans Vos découvertes !

Partager cet article

Repost 0

Paleoman se repose... Merci pour lui !

Publié le par Phil Fossil

 

 

 

Nos dernières vacances n'en sont jamais vraiment, en effet elles sont toujours l'occasion de sorties débridées à la recherche de fossiles sur des sites étrangers, où de visites intensives de bourses un peu plus lointaines. Et parfois même les deux simultanément !

 

Il en résulte que le repos, pourtant bien nécessaire, reste au second plan la plupart du temps.

 

Ce coup-ci, pas de bourse, pas de fouille prévue, à l'heure où vous lirez ces lignes je serai en Allemagne près de Trèves pour quelques jours totalement déconnectés d'Internet, de l'Informatique et même des fossiles !

 

Je ne dis pas qu'un petit site fossilifère sur le trajet en guise de pause routière est totalement exclus, de même que la visite rapide d'un magasin proposant des minéraux dans le hameau qui nous héberge, mais tout cela restera assurément très marginal...

 

Je sollicite donc votre patience pour vos mails, commentaires à modérer, posts Facebook et tutti quanti. Ils devront patienter jusqu'à notre retour...

 

Phil “Fossil”

 

 

 

Publié dans Générale

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>