Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Congrès US veut censurer l'Internet !

Publié le par Phil Fossil

 

Dès à présent, le Congrès US entend mettre aux voix une loi qui donnerait la possibilité de censurer l'Internet mondial en créant une liste noire de sites qui pourrait cibler Youtube, WikiLeaks, ou même des groupes comme Avaaz !

 

Sous la nouvelle loi, les USA pourraient forcer les fournisseurs d'accès à Internet à bloquer n'importe quel site sur simple suspicion de violation des copyrights ou des lois sur les trademarks, ou même "coupables" de ne pas suffisamment faire la "police" sur les activités de leurs utilisateurs.

 

Et vu que la majorité des serveurs qui hébergent l'Internet sont situés aux USA, leur liste noire pourrait fermer ces sites pour nous tous, au niveau mondial.

 

Le vote est désormais imminent, mais nous pouvons arrêter cela : nos champions au Congrès veulent préserver la liberté d'expression et un coup de gueule international pourrait renforcer leur action. Il suffit de faire entendre notre voix et signer une pétition d'ampleur inédite afin d'encourager ceux qui décident aux USA à rejeter cette loi et stopper la censure d'Internet.

 

N'hésitez pas à cliquer sur le lien ci-après, signer et faire suivre aussi largement que possible --- notre message sera délivré directement aux membres clés du Congrès US avant le vote crucial.

 

http://www.avaaz.org/en/save_the_internet/?tta

 

Pour le site de Avaaz sur cette problématique :

 

 

http://www.avaaz.org/fr/save_the_internet_fr/?fp

 

Phil "Fossil"

 

Publié dans Coups de gueule

Partager cet article

Repost 0

Goethite de Beez près de Namur, Belgique

Publié le par Phil Fossil

 

Beez-Goethite-mamelonnee-1A-5cms

 

Goethite mamelonnée, Beez, Belgique. Longueur 5 centimètres.

 

 

Beez-Goethite-stalactites-1A-8cms

 

Beez-Goethite-stalactites-1B-8cms

 

Goethite "en stalactites", Beez, Belgique. Longueur du groupe 8 centimètres.

 

 

Découvertes il y a quelques temps déjà dans des poches argileuses malheureusement disparues à cause de l'avancée de l'exploitation, et nettoyées dans la foulée, ces petites pièces sympathiques ont rejoint ma collection de minéralogie systématique de cette carrière fort intéressante.

Bien que les minéraux ne soient pas en règle générale ma tasse de thé (sauf les quartz), mon souci d'exhaustivité me fait garder un échantillonnage de pièces minéralogiques récoltées par mes soins.

Surtout que cela ne sera pas une caisse de minéraux qui va changer grand-chose à mon incommensurable amoncellement de caisses de fossiles et de minéraux...

Ces pièces étaient recouvertes d'argile, mais aussi d'une pellicule de limonite, que le sablage à la limaille de fer a permis de nettoyer de manière superbe.

Phil "Fossil"

Publié dans Minéralogie

Partager cet article

Repost 0

Rappel : Bourse de Harelbeke ce dimanche 4 décembre 2011!

Publié le par Phil Fossil


Dimanche prochain aura lieu, de 10 à 17 heures, la 24 ème bourse de Harelbeke, près de Courtrai. 

L'entrée et les mètres de table sont gratuits, les échanges sont encouragés mais l'achat et la vente sont autorisés.

Le local est le Centre culturel "Het Spoor", pas très loin de la gare.

En espérant vous y rencontrer nombreux...

Phil "Fossil"

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Repost 0

Un fossile exceptionnel de mosasaure, reptile disparu

Publié le par Phil Fossil


Info rédaction Maxisciences, publiée le 20 novembre 2011

Publiée le 16 novembre par une équipe suédoise dans la revue PLoS ONE, l’étude du fossile d’un mosasaure, présentant encore des restes d’écailles et de tissus mous, jette une nouvelle lumière sur l’adaptation au milieu aquatique de ces reptiles marins, aujourd’hui disparus.
 
Une équipe dirigée par Johan Lindgren, de l’Université de Lund, en Suède, a étudié le fossile d’un reptile marin du groupe des mosasaures (qui vivaient entre -65 et -98 millions d'années), découvert dans l'ouest du Kansas, couvert, à l’époque, par une mer peu profonde.
 
Les écailles et les traces de peau qui – fait rarissime –  ornent encore ce fossile en excellent état, permettent de mieux percevoir le degré d'adaptation au monde aquatique que l’animal avait atteint. Celui-ci était en mesure de minimiser les frottements de son corps dans l'eau. Son avant-train, plutôt rigide, le rendait dépendant de l'arrière du corps et de la queue pour la propulsion.
 
Selon le Dr Lindgren, cette étude fournit des aperçus uniques sur la biologie d'un groupe éteint de lézards marins qui se sont adaptés aux milieux aquatiques de façon similaire à celle qui caractérise leurs prédécesseurs les ichtyosaures ("poissons-lézards") et leurs successeurs les cétacés. (Lesquels ne sont pas des reptiles, NDLR)

Ces résultats peuvent aider à la compréhension de la façon dont ces animaux, à l’origine terrestres, se sont finalement transformés en créatures pélagiques dans un laps de temps relativement court, à l’échelle géologique.
 
Merci à Stéphanie Bousselaire !

Phil "Fossil"

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost 0

Et un spam d'arnaque, un !

Publié le par Phil Fossil


Les arnaqueurs ne manquent décidément pas d'imagination, témoin ce mail reçu hier en soirée.

Il a été envoyé apparemment par une de mes connaissances, organisateur de bourse belge de son état.

La première chose qui me met la puce à l'oreille, sont les fautes d'orthographe. C'est peu crédible étant donné la personnalité de la personne qui est censée avoir expédié ce mail. Le fait que seul un contact par mail soit possible est un autre indice de tentative d'arnaque, il est impossible de vérifier si nous sommes bien en rapport avec la bonne personne...

La seule chose à faire est de contacter le soi-disant expéditeur : une simple recherche sur Google permet de découvrir une adresse e-mail, un compte Facebook, un numéro de téléphone...  Si l'adresse eMail ne correspond pas c'est un nouvel indice de spam, même si ce n'est pas à 100% garanti.

Un petit appel au numéro de cette personne, en entendant une voix connue, permet de confirmer l'arnaque : il n'est pas à l'étranger ni injoignable.

La seule possibilité : quelqu'un n'a pas hésité à se faire passer pour lui pour tenter d'arnaquer plusieurs personnes, je n'étais pas le premier à le contacter pour lui signaler le fait...

Une seule chose à faire dans ce cas, pour la personne victime de cette tentative d'usurpation de son identité, tout comme celui qui est victime de la tentative d'escroquerie : contacter ECOPS.BE, afin de déposer une plainte en bonne et due forme.

Phil "Fossil"


PS. Voici le mail reçu :

Bonsoir,

J'espère que tu vas bien. J'ai besoin de ton aide sérieusement, car je voudrais t'exposer une situation particulière me concernant sur laquelle j'exige beaucoup de discrétion, s'il te plait c'est vraiment capital et je compte énormément sur ta disponibilité. J'ai dû effectuer un voyage de toute urgence à l'extérieur pour des raisons un peu personnelles et je suis tombé dans une situation indicible, c'est vraiment délicat.
J'ai besoin de ton assistance financière, en tout cas vue ma situation en ce moment un prêt que je te rembourserais dès mon retour de voyage. Je n'ai pas d'autre "issue" pour communiquer à part l'internet, raison pour laquelle je te contacte de cette manière. Je reste dans l'attente urgente de te lire, car je suis injoignable téléphoniquement.

Donne-moi des nouvelles au plus vite.

XXXXX.

Publié dans Le coin des arnaqueurs

Partager cet article

Repost 0

Quelques fossiles crétacés du Cap Blanc-Nez

Publié le par Phil Fossil

 

Matt-Strouanne-Cretace-fossiles-divers-1A-35cms

 

Fossiles divers, Albien et Cénomanien, Cap Blanc-Nez, Boulonnais, France. Largeur du tiroir entre 30 et 40 centimètres.

 

 

Si notre dernière visite boulonnaise a laissé un indubitable "goût de trop peu" au niveau des fossiles crétacés, nous avions pu nous rattraper sur le Jurassique moyen et supérieur.

Matt et Nath qui nous ont suivi de quelques semaines sur place, ont pu réaliser cette jolie moisson, sans commune mesure avec les quelques pièces fort usées que nous avions ramenées.

Nous pouvons y reconnaître facilement des gastéropodes Nummocalcar fittoni, Naticopsina gaultina et Anchura carinata, des scaphopodes Dentalium decussatum, une huitre Plicatula gurgitis, du bois fossile, deux nautiles Nautilus bouchardianus, des éléments de tiges de crinoïdes Pentacrinus, un corail Trochocyathus conulus, un fragment d'éponge cénomanienne, une dent de requin Paraisurus, des inocérames Birostrina concentrica, des bélemnites Neohibolites minimus.

Tout ceci au milieu d'une série d'ammonites albiennes (dont certaines encore nacrées) et cénomaniennes.

Cela fait plaisir de voir que l'on y trouve encore quelque chose !

Phil "Fossil"

Publié dans Vos découvertes !

Partager cet article

Repost 0

C'est calme, ou pas ???

Publié le par Phil Fossil


Si au point de vue professionnel je ne suis pas fâché de voir la pression se réduire un petit peu, il était écrit que je ne pourrai pas encore me reposer de sitôt.

En effet, des soucis familiaux font que je dispose de nettement moins de temps en soirée, ce qui risque d'entraîner un (petit) ralentissement de l'activité sur ce site, au maximum un léger espacement des publications d'articles.

La tombée de la nuit de plus en plus tôt n'arrange pas non plus mes affaires, que ce soit au niveau du tri et du nettoyage (en extérieur) ou de la prise de vues. (en intérieur mais aidé d'une lumière naturelle désormais absente en semaine)

Heureusement, grâce à l'une ou l'autre collaboratrice, je peux disposer d'articles sur une base régulière ce qui me soulage d'autant.

Que cela ne vous empêche pas de visiter ce site, ni surtout d'y poster l'un ou l'autre commentaire !

Merci à toutes et tous pour votre fidélité.

Phil "Fossil"

Publié dans Billets d'humeur

Partager cet article

Repost 0

Ampullina depressa du Bartonien de Mont-Saint-Martin

Publié le par Phil Fossil

 

Mont-Saint-Martin-Bartonien-Ampullina-depressa-1A-3cms

 

Ampullina depressa, Bartonien, Mont-Saint-Martin, Marne, France. Hauteur maximale 3 centimètres.

 

 

Une autre coquille bartonienne assez typique, même si on la trouve également dans le Lutétien, Ampullina depressa ressemble superficiellement à Amaurellina.

Elle est néanmoins plus haute que large, au contraire d'Amaurellina willemeti qui est grossièrement sphérique.

Elle semble néanmoins nettement plus fréquente dans le Bartonien que dans le Lutétien.

Le spécimen du milieu illustré ici pourrait d'ailleurs bien être un exemplaire d'Amaurellina...

Phil "Fossil"

Publié dans Classes d'organismes

Partager cet article

Repost 0

Que faire si votre mailbox est hackée ?

Publié le par Phil Fossil

 

 

 

Récemment, plusieurs de mes contacts m’envoient des spams, mails de publicités non désirées et des hoaxes proposant notamment de vérifier quels sont les contacts m’ayant bloqué sur MSN Messenger.

 

Ce qui entre parenthèses est à éviter absolument, ce mail en particulier demande l’introduction de l’adresse de messagerie et du mot de passe, autrement dit la porte grande ouverte aux spammeurs de tous poils…

 

Comment cela peut-il se produire ?

 

Cela m’est arrivé il y a quelques années déjà, des petits malins étaient parvenus à deviner mon mot de passe, pourtant peu courant et certainement pas en relation avec mes données personnelles !

 

Cela leur permet alors d’envoyer de ma part des mails non sollicités, profitant sans doute du fait qu’ils résident sur un autre fuseau horaire et qu’ils utilisent ma mailbox à une heure où je ne l’emploie pas.

 

Je m’en suis finalement rendu compte en recevant des retours de mails non distribués, suite à un envoi de messages que je n’avais pas effectué !

 

En vérifiant ma boite « OUT », j’ai ainsi découvert de nombreux messages expédiés sous mon compte par un tiers.

 

Il m’a suffi de modifier mon mot de passe, en le changeant totalement, en l’allongeant et en le complexifiant encore, pour arrêter l’hémorragie.

 

Une vérification régulière de ma boite d’envoi permet ensuite de se rassurer quant à l’absence actuelle de « hacking » de ma mailbox…

 

A faire passer sans modération !

 

Phil « Fossil »

 

Publié dans Le coin des arnaqueurs

Partager cet article

Repost 0

Découverte d’un fossile d’acarien fixé sur la tête d’une araignée

Publié le par Phil Fossil

 
Info rédaction Maxisciences, publiée le 10 novembre 2011
 
Grâce à de nouvelles techniques d’imagerie en trois dimensions, une équipe de chercheurs allemands est parvenue à mettre en évidence l'un des plus petits fossiles au monde. Il s’agit d’un acarien retrouvé sur la tête d’une araignée piégée dans l’ambre il y a près de 49 millions d’années.
 
En étudiant un morceau d’ambre vieux de 49 millions d’années, des scientifiques de l'Université Humboldt de Berlin ont fait une découverte pour le moins surprenante. En effet, le fragment de résine contenait non seulement une inclusion d’araignée mais également d’un acarien fixé sur sa tête. Le minuscule organisme, de moins de 0,2 millimètre de long peut être considéré comme l'un des plus petit fossiles décrits jusqu’à présent.
 
Si les acariens manquent généralement à l’appel dans les registres répertoriant les espèces du passé, c’est principalement en raison de leur petite taille qui les rend extrêmement difficiles à étudier. Pour remédier à ce problème, les chercheurs ont utilisé une nouvelle méthode d’imagerie en trois dimensions. La technique baptisée tomodensitométrie consiste à mesurer l’absorption des rayons X par les tissus de l’organisme. Les informations, transmises à un système informatique, permettent ainsi de reconstruire l’anatomie de l’animal dans tous ses détails.
 
A l’aide de ce modèle, les chercheurs ont pu fournir une description précise de l’acarien, publiée dans la dernière version des Royal Society Biology Letters. Les observations menées sur l’organisme affilient l’espèce à la famille des Astigmata, auparavant presque inconnue sous forme de fossile. Selon Jason Dunlop, directeur des travaux, ce groupe avait la particularité de se reproduire très rapidement dans des conditions idéales. Il explique à Discovery News : "Afin de faciliter la dispersion de leur lignée, ces organismes non parasitaires optaient pour la phorésie, une technique qui consiste à se fixer sur de grands transporteurs tels que les arthropodes".
 
Voyage en araignée : un moyen de transport efficace !
 
Les descriptions menées par les chercheurs montrent un organe spécifique sur la partie inférieure du corps de l’animal. Celui-ci composé de ventouses et différents mécanorécepteurs lui permettait de se fixer au corps de l’araignée pour rejoindre un environnement aux meilleures conditions. Malheureusement pour cette paire, la destination n’aura jamais été atteinte, leurs projets ayant été interrompus par une coulée de résine.
 
Selon les chercheurs, la relation phorétique entre les acariens et les araignées peut être considérée comme l'une des plus longues de l’histoire géologique. Pendant cette période les acariens ont évolué vers des adaptations spécialisées, tant en termes de leur anatomie que de leur cycle de vie, afin de profiter pleinement de ce type de transport.

 

Merci à Stéphanie Bousselaire !

 

Phil « Fossil »

 

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>