Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Encore une Parotodus benedeni anversoise

Publié le par Phil Fossil


Anvers-Miocene-Parotodus-benedeni-2A-27mms
Parotodus benedeni, Miocène, Port d'Anvers, Belgique. Hauteur de la dent 27 millimètres.

 

 

Une autre espèce de requin peu fréquente dans nos sédiments néogènes, Parotodus benedeni est reconnaissable à sa très grande épaisseur, sa couronne tordue sur le côté, et sa racine extraordinairement massive.

Son nom d'espèce est dédié à Van Beneden, un professeur anversois qui a étudié les sédiments de sa région et plus particulièrement  les cétacés fossiles qui y étaient contenus.

La monographie du Muséum d'Histoire Naturelle qui en parle est particulièrement célèbre, et est devenue virtuellement introuvable.

Pour en revenir à cette dent, on est assez loin d'en découvrir une par journée de fouilles...

Phil "Fossil"

Publié dans Vos découvertes !

Partager cet article

Repost 0

Une nouvelle méthodologie affine la chronologie du Néolithique

Publié le par Phil Fossil


Info rédaction, publiée le 13 juin 2011

Combinant radiodatation et méthodes traditionnelles, des archéologues britanniques ont pu préciser le rythme et les phases de l’apparition de la civilisation agricole dans leur pays, à la fin de la préhistoire. 
 
La radiodatation au carbone est fiable, mais imprécise. En croisant les résultats qu’elle donne avec d’autres ‘marqueurs’ chronologiques - des faits documentés autrement – et en ‘moulinant’ le tout via de puissants calculs statistiques, on obtient des chronologies bien plus précises.  C’est en utilisant cette technique, élaborée par le Dr Alex Bayliss, experte anglaise en datation du patrimoine, que les archéologues ont pu retracer le  déploiement, dans les îles britanniques, de la vie agricole et des changements sociaux qui en découlent, durant le Néolithique (4.000 à  2.000 av J.-C.).
 
Les pratiques agraires néolithiques ont commencé dans le sud-est de l'Angleterre vers 4.000 avant notre ère, se propageant d’abord très lentement : 200 ans environ pour parvenir à l'ouest. Puis, on observe une intense accélération : 50 ans pour s’étendre à presque tout le pays. Vers 3.800 av. J.-C., apparaît un style de poterie caractéristique, ainsi qu’un réseau d’échanges sur de longues distances. La généralisation des premières enceintes circulaires ne s’est pas faite en cinq siècles, comme le pensaient jusqu’à présent les archéologues, mais en 75 ans environ !
 
"Avec cette datation plus précise, l’époque néolithique n'est plus cette période somnolente (…). Cette recherche remet fondamentalement en cause l'idée que peu de choses se sont passées chez nos agriculteurs de l’âge de pierre. Nous pouvons maintenant penser à la période néolithique en termes de changements plus rapides, de mouvement constant de personnes et de diffusion rapide des idées", conclut le Pr Alistair Whittle, de l'Université de Cardiff.
 
http://www.maxisciences.com/n%e9olithique/une-nouvelle-methodologie-affine-la-chronologie-du-neolithique_art15044.html
 

Merci à Stéphanie Bousselaire !

Phil "Fossil"

 

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost 0

Améthyste très claire de La Barre, Puy de Dôme

Publié le par Phil Fossil


France-La-Barre-Amethyste-claire-1A-10cms

 

France-La-Barre-Amethyste-claire-1B-7cms

 

Améthyste légèrement colorée, La Barre, Saint-Jacques d'Ambur, Puy de Dôme, France. Taille du bloc 10 centimètres.

 

 

Notre site boisé de La Barre est constitué d'une colline de grands blocs silicifiés massifs, essentiellement formés de jaspe rubané.

Néanmoins, de nombreuses druses et géodes s'y rencontrent, certains blocs sont très caverneux et riches en vacuoles diverses qui montrent des cristaux bien formés.

Parmi eux, l'améthyste est plus ou moins foncée, mais généralement claire.

Lors de leur découverte, les blocs sont remplis de terre végétale, de racines et autres saletés qu'il est assez aisé de faire disparaître par trempage une ou deux nuits dans de l'eau de Javel diluée.

Le quartz redevient bien blanc, et l'améthyste retrouve ainsi ses couleurs originales.

Phil "Fossil"

Publié dans Minéralogie

Partager cet article

Repost 0

Le réexamen d’un fossile vieillit la divergence évolutive entre crocodiles et oiseaux

Publié le par Phil Fossil

 
Info rédaction, publiée le 22 mai 2011

Publié sur le site Earth and Environmental Science Transactions, le réexamen par une équipe sino-américaine d’un fossile trouvé en Chine dans les années 1970 place finalement celui-ci dans la 'famille' des archosauriens, ancêtres des crocodiles et des oiseaux, vieillissant du même coup la séparation de ces deux groupes.
 
Découvert il y a plusieurs décennies à Heshanggou, en Chine du nord, le seul fossile connu de Xilousuchus sapingensis avait au départ été classé, au sein du groupe des archosauriformes, comme un cousin des archosauriens véritables, ancêtres des dinosaures, des crocodiles et des oiseaux. Une étude plus approfondie de ce crâne et des ces 10 vertèbres, à la lumière des récentes découvertes de fossiles apparentés, a permis à Sterling Nesbitt, biologiste à l’Université du Washington, avec la collaboration de ses collègues chinois et américains, de replacer cet animal dans le groupe des archosauriens, et de le dater du début du Trias, entre 247 et 252 millions d'années.
 
Soit peu après la grande extinction du Permien, durant laquelle 95% des espèces marines et 70% des espèces terrestres avaient disparu. Et bien avant, d’autre part, la période où les archosauriens étaient supposés vivre, avant leur séparation en plusieurs lignées, dont celle des crocodiles et celle des oiseaux. Ce qui implique que ces deux derniers groupes se sont séparés plus tôt qu’on ne le pensait jusqu’à présent.
 
"Les archosauriens pourraient avoir survécu à l'extinction de masse, ou bien pourraient avoir été un 'produit' de la reprise [de la vie] après cette extinction. (…) Cet animal est plus proche d'un crocodile, mais ce n'est pas un crocodile. Si vous le voyiez aujourd'hui, vous ne penseriez pas que est un crocodile, surtout avec cette 'voile' [ou crête] sur son dos", dit Nesbitt.
 
http://www.maxisciences.com/crocodile/le-reexamen-d-un-fossile-vieillit-la-divergence-evolutive-entre-crocodiles-et-oiseaux_art14719.html

Merci à Stéphanie Bousselaire !

Phil "Fossil"

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost 0

Hexanchus supérieure pliocène du Port d'Anvers

Publié le par Phil Fossil


Anvers-Pliocene-Hexanchus-gigas-superieure-1A-18mms
Hexanchus gigas dent supérieure, Pliocène, Port d'Anvers, Belgique. Longueur maximale 18 millimètres.

 

Les grandes dents en forme de peigne d'Hexanchus gigas ne sont pas les plus fréquentes dans les Sables de Kattendijk de la rive droite du port anversois, elles se rencontraient plus souvent du côté de Doel il y a quelques années.

Serait-ce dû à leur grande fragilité qui les laisse quasiment toujours fragmentées, où alors à un autre facteur, la présence de ce niveau dans les couches draguées d'un côté et son absence sur ce nouveau site ? La question reste en suspens.

Toujours est-il que ce genre de découverte est le signe d'une excellente journée de fouilles, même si la quantité n'est pas au rendez-vous.

Les dents de Notorhynchus cepedianus (ex-primigenius) sont à mon sens nettement plus communes. Mais quand même moins recherchées...

Phil "Fossil"

Publié dans Classes d'organismes

Partager cet article

Repost 0

Des air bag pour restaurer une pyramide égyptienne

Publié le par Phil Fossil


Info rédaction, publiée le 13 juin 2011

Une entreprise d’ingénierie britannique vient de terminer la première phase de la mission qui lui a été confiée : assurer la pérennité d’une pyramide égyptienne vieille de 4.700 ans, menacée d’effondrement.      
 
Cintec, une société d'ingénierie de Newport (Pays de Galles), forte des solutions qu’elle a déjà apportées à des problèmes structurels sur des monuments tels que la Maison Blanche ou le château de Windsor, utilise résolument les technologies du XIXe (NDLR : ce ne serait pas plutôt du XXIe?) siècle. Sa mission actuelle : préserver l'un des plus imposants monuments de l'Égypte antique, la pyramide de Djoser, sur le site de Saqqara, datant de 2.700 av J.-C., qui risque l'effondrement après un tremblement de terre survenu en 1992.
 
La première phase des travaux a consisté à utiliser des sacs remplis d'air sous pression pour soutenir le toit de la pyramide de 60 mètres de haut, préalablement aux réparations plus durables qui devront être effectuées. La technologie mise en œuvre est pour le moins originale : il s’agit d'entourer un explosif avec un sac suffisamment solide pour résister à l’explosion, laquelle fait gonfler cette enveloppe avec un contrôle si précis de la pression que le sac ne fait ‘qu’effleurer’ la surface du bâtiment, sans ajouter de forces encore plus grandes sur les matériaux déjà instables et fragilisés.
 
http://www.maxisciences.com/pyramide/des-air-bag-pour-restaurer-une-pyramide-egyptienne_art15150.html

Merci à Stéphanie Bousselaire !

Phil "Fossil"

Publié dans Archéologie

Partager cet article

Repost 0

Enfin en vacances !

Publié le par Phil Fossil


Depuis que j'ai repris le chemin du travail le 1er octobre 2010, j'ai été soumis à un grand manque de congés !

En effet, n'ayant droit en tout et pour tout à 5 (oui, vous lisez bien, CINQ) jours de congés en 2011, il m'a fallu avoir accumulé quelques jours de récupération pour pouvoir prendre une quinzaine de jours de repos !

Ce qui me fait 9 mois de boulot non-stop, mis à part les week-ends et de temps à autre un pont ou jour férié, notamment au mois de juin.

Je mettrai à profit ces quelques jours pour repartir en Auvergne, pour me ressourcer un tantinet, mais aussi pour faire quelques petites sorties aux minéraux et effectuer les indispensables formalités et petits travaux dans ma maison là-bas...

Etant relativement "isolé" au point de vue des communications, les articles paraîtront sur ce site de manière plus espacée, et je ne saurai pas répondre à vos mails ni m'occuper du forum. (ce qui ne changera pas beaucoup)

Merci pour votre patience et à bientôt !

Phil "Fossil"

Publié dans Générale

Partager cet article

Repost 0

Fusulines ou Nummulites ?

Publié le par Phil Fossil


108-Foraminiferes-Eocene-Alpes-France-1A-13cms

 

109-Foraminiferes-Eocene-Alpes-France-1B-8cms

 

Foraminifères à déterminer, Eocène probable, Alpes, France. Longueur du bloc 13 centimètres.

 

 

Il y  quelques années j'ai pu récupérer quelques pièces (fossiles et minéraux) de mon ami Roland, qui devait déménager.

Parmi celles-ci se trouvait ce bloc, montrant en coupe des foraminifères, probablement alpines et datées de l'Eocène.

Je pense à des Nummulites ou des Fusulines, mais sans aucune certitude à ce stade.

Si l'une ou l'un d'entre-vous avait quelques informations possédant un peu plus de précision, merci de me laisser un petit commentaire !

Phil "Fossil"

Publié dans A déterminer SVP

Partager cet article

Repost 0

Le régime alimentaire des petits tarbosaures différent de celui de leurs aînés

Publié le par Phil Fossil


Info rédaction, publiée le 05 juin 2011

Une équipe de chercheurs vient de découvrir que les petits tarbosaures, des dinosaures présents il y a 70 millions d’années, ne se nourrissaient pas comme leurs aînés.
 
Le Tarbosaurus bataar est un dinosaure de la famille des tyrannosauridés. Vivant il y a 70 millions d’années, ces dinosaures pouvaient, à l’âge adulte, atteindre la taille d’un bâtiment de quatre étages nous apprend Sciences Actualités, le site de la Cité des Sciences. Suite à la découverte d’un fossile de squelette en Mongolie, les scientifiques ont pu réaliser une analyse anatomique d’un tarbosaurus âgé de deux à trois ans. Grâce à la tomodensitométrie employée, ils ont pu reconstituer le crâne du dinosaure en trois dimensions, indique l’étude publiée le 21 mai dans The Journal of Vertebrate Paleontology.
 
C’est à partir de cette étude que les chercheurs ont découvert  que le tarbosaurus, petit, quand il ne dépassait pas encore les deux mètres, n’était pas encore en mesure d’utiliser sa formidable mâchoire pour manger de gros animaux. Il était obligé de se contenter de petits reptiles. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, il s’agit-là d’un cas relativement rare dans le monde animal, la plupart des animaux conservant le même régime alimentaire tout au long de leur vie. Chez les dinosaures il s’agirait même d’un cas encore inédit à ce jour.
 
http://www.maxisciences.com/dinosaure/le-regime-alimentaire-des-petits-tarbosaures-different-de-celui-de-leurs-a-nes_art14918.html
 
Merci à Stéphanie Bousselaire !

Phil "Fossil"

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost 0

Et le Saint Physaire, alors ???

Publié le par Phil Fossil


Au  Père Spicace,

Un  grand malheur est arrivé à l'abbaye et j'ai la  pénible mission de vous en faire  part.

Mardi  soir, pendant que l'abbé Nédictine donnait les  dernières grâces, l'abbé  Quille perdit  l'équilibre dans l'escalier et tomba inanimé  dans les bras du Père Iscope. 

Les  révérends pères, en perdant l'abbé Quille,  perdaient leur seul soutien.   

Un  seul restait joyeux : le père Fide. 

Quant  à l'abbé Tise, il n'y comprenait rien. Il aurait  bien voulu que le saint Plet l'aide à comprendre  ce qui s'était passé mais rien n'y fit.  

Après  l'accident de l'abbé Quille, on alla chercher le  Père Manganate et le Père Itoine, les deux  médecins de l'abbaye.

Ils  pensaient ranimer le malheureux mais leurs  efforts furent vains et celui-ci décéda peu après.  

Le  lendemain fut donc célébré son enterrement.  Chacun fut appelé à  l'abbaye par les  célèbres cloches du Père Sonnage. 

La  messe fût dite sur une musique de l'abbé Thoven. 

Le  père Ocquet fut chargé du sermon et comme il n'y  avait pas de chaire, il monta sur les épaules du  Père Choir.

A  la fin de l'homélie, le Père Cepteur fit la  quête et remit les dons ainsi recueillis à notre  frère africain, l'abbé  N'Pé.

Après  la messe, une grande discussion s'engagea pour  le transport de la bière : l'abbé Canne et  l'abbé Trave voulaient passer par les  champs.

Le  Père Clus s'y opposa.

L'abbé  Casse en fut enchanté.

Le Père San avec sa tête de turc ne voulait rien  entendre.

Le  Père Vers et le Père Nicieux semaient le doute  dans les esprits.

Finalement  on décida que, comme à l'accoutumée, l'abbé  Taillière serait chargé du transport du corps du  défunt.

Devant  la tombe creusée par le Père Forateur et en  l'absence du Père Missionnaire, l'abbé Nédiction  donna l'absolution.

Le  Père Venche et l'abbé Gonia avaient joliment  fleuri la tombe.

Celle-ci  fût recouverte d'une belle pierre tombale  préparée par l'abbé Tonneuse. 

Sur  le chemin du retour, le spectacle fut  déchirant.

Le  Père Pendiculaire était plié en deux de douleur  et de chagrin.

L'abbé  Vitré était lui aussi plein de larmes. 

La  Mère Cédés , invitée pour l'occasion, fermait la  marche en compagnie du frère du Père  Igor.

A  l'arrivée, le Père Sil et l'abbé Chamelle  préparèrent le repas tout en consultant les  livres culinaires du saint Doux. 

Le Père Nod et le Père Collateur servirent à  boire et chacun pût se remettre de ses émotions.    

Signé  : L'abbé BICI
 

Merci à Michel Adam !

Phil "Fossil"

Publié dans Pour se détendre

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>