Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Dent de Mosasaure du Maastrichtien d'Orp-le-Grand

Publié le par Phil Fossil


Orp-le-Grand-Maastrichtien-Mosasaurus-sp-1B-3cms
Mosasaurus sp., Maastrichtien, Orp-le-Grand, Belgique. Longueur de la couronne dentaire 3 centimètres.

 

La Belgique comporte quatre zones principales montrant la fin du Crétacé : le Limbourg (région de Visé-Maastricht), Mons (Ciply, Cuesmes, Saint-Symphorien...), les Hautes Fagnes (Hockay) et également le Brabant wallon, notamment à Folx-les-Caves et Orp-le-Grand.

Il y a déjà plusieurs décennies, mon pote Tony prospectait assez assidûment l'ancienne carrière de craie proche du village d'Orp-le-Grand.

Elle se situe dans le Maastrichtien, et la faune est totalement similaire à celle de la Craie phosphatée de Ciply, les grains de phosphate de chaux en moins.

On y découvrait très souvent des restes d'invertébrés : bélemnites, brachiopodes,  bivalves, oursins, parfois des fragments de nautiles.

Malheureusement la plus grande concentration de fossiles se rencontrait dans le banc durci, et le fragmenter à la massette résultait le plus souvent en la destruction des fossiles qui y étaient contenus.

Lors de sorties communes, j'ai pu y récupérer de l'ossement de mosasaure, malheureusement brisé en cassant la roche.

Tony a eu plus de chance, en découvrant cette dent. Elle a naturellement sauté hors de la roche en quelques morceaux, mais suite à un travail de patience il a pu la reconstituer sans que l'on puisse y voir la moindre trace de brisure.

Cette pièce fait désormais partie de ma collection privée.

Phil "Fossil"

Publié dans Sites de fouilles

Partager cet article

Repost 0

Découverte d'un squelette de lapin géant aux Baléares

Publié le par Phil Fossil


Info rédaction, publiée le 23 mars 2011

Des paléontologues ont mis au jour les ossements d'un lapin géant sur l'île de Minorque à proximité des côtes espagnoles. L'animal était six fois plus gros que les lapins actuels.
 
La découverte a de quoi impressionner. Sur la plus grande île de l'archipel des Baléares, Minorque, des paléontologues espagnols ont découvert le squelette d'un antique lapin vivant il y a plus de 3 millions d'années. Si la trouvaille est inédite, c'est surtout la taille de l'animal qui est extraordinaire. Selon les ossements, le lapin baptisé Nuralagus rex mesurait au moins six fois la taille des lapins européens actuels pour un poids d'environ 12 kilos.
 
Pour déterrer le "roi minorquin des lapins", il a ainsi fallu plusieurs années. "Quatre ans ont été nécessaires pour retrouver un bon échantillon d'ossements de N.rex, particulièrement à cause de la dureté de la roche rouge. Pour extraire les os de la matrice, il a fallu utiliser des centaines de litres d'acide acétique, du vinaigre très concentré. Un travail long et fastidieux, mais ça en valait la peine" a indiqué à LiveScience, le paléontologue Josep Quintana de l'Institut catalan de Paléontologie de Barcelone en Espagne.
 
Selon leurs hypothèses, la taille impressionnante du lapin obéirait à la "règle de l'île". C'est à dire, les gros animaux deviennent souvent plus petits faute au manque de nourriture, et les petits animaux deviennent souvent plus gros en raison du manque de prédateurs. Une hypothèse que semble confirmer l'apparence de l'animal. En effet, celui-ci présente plusieurs caractéristiques très différentes des lapins actuels, faisant de lui une proie plus facile.
 
Nuralagus rex, un lapin bien étrange
 
"Je pense que N. rex était une sorte de lapin maladroit et marchant, imaginez un castor hors de l'eau" a expliqué J. Quintana. D'après son anatomie, il semblerait que ce lapin géant avait perdu toute capacité de sauter mais aussi qu'il avait une audition et une vision très faible. Dépourvu de grandes oreilles, l'animal avait l'habitude de creuser pour se nourrir de racines et de tubercules. Toute nouvelle espèce parmi la grande famille de lapins, Nuralagus rex pourrait devenir la mascotte de l'ile de Minorque. C'est du moins ce qu'a proposé Josep Quintana qui espère ainsi attirer les étudiants et les visiteurs.
 
Pour l'article original :
http://www.maxisciences.com/lapin/decouvert-d-039-un-squelette-de-lapin-geant-aux-baleares_art13365.html

Merci à Stéphanie Bousselaire !

Phil "Fossil"
 

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost 0

Ptychodus decurrens du Turonien du Cap Blanc-Nez

Publié le par Phil Fossil


Escalles-Turonien-Ptychodus-decurrens-2B-2cmsJPG
Ptychodus decurrens, Turonien, Cap Blanc-Nez, Boulonnais, France. Largeur de la dent 2 centimètres.

 

Si la majorité des gens se représentent une dent de sélacien comme un objet plat, tranchant et le plus souvent pointu, force est de constater que tous les spécimens retrouvés ne rentrent pas dans ce canevas.

Certains de ces animaux étaient des mangeurs de coquillages et de crustacés, dans ce cas de figure il leur faut une dentition de type "broyeur" afin de briser la carapace ou la coquille de leurs proies.

Le genre Ptychodus n'a pas une grande longévité dans le Crétacé supérieur, en effet on le rencontre, assez occasionnellement en prime, du Cénomanien au Santonien.

De nombreux chercheurs ont classé cet animal, plutôt mal connu vu le manque de parties molles préservées, parmi les raies.

Néanmoins, le cas des Asteracanthus ou des Heterodontus, requins véritables pourvus de dents broyeuses, nous démontrent que la vérité en ce domaine n'est pas toujours la plus simple.

Ce spécimen provient de la collection de Tony, en effet malgré de très nombreuses fouilles dans le Crétacé supérieur boulonnais il ne m'a jamais été donné d'en découvrir un spécimen.

Phil "Fossil"

 

Publié dans Le coin des débutants

Partager cet article

Repost 0

Un peu de Frasnien, ça faisait longtemps...

Publié le par Phil Fossil


Ce week-end de passage à l'heure d'été, nous avions anticipé celui-ci, réglant les montres le vendredi soir afin de s'habituer "en douceur" à un changement d'horaire qui a la détestable habitude de fatiguer encore un peu plus votre serviteur.

Il en résulte ce coup-ci un réveil aux aurores, lequel nous fait partir aux petites heures pour notre premier site.

Un petit passage rapide à Beez, afin de vérifier la présence (ou non) de tas de roches fraîchement abattues.

Malgré l'absence d'éboulement frais, quelques calcites pas trop mal ont pu être engrangées et ramenées à la voiture. Des pièces de taille relativement petites, voilà l'idéal pour remonter sans trop de peine la côte plutôt raide menant à la sortie de l'exploitation.

Ensuite départ pour Couvin, le premier arrêt à l'ancienne carrière du Lion sera très court, la végétation envahissante, l'absence d'éboulement frais après l'hiver et le peu de pièces visibles en surface auront eu raison de notre ténacité.

Un deuxième "saut de puce" à l'ancienne carrière de l'Arche ne permettra le ramassage que de quelques blocs de calcaire à brachiopodes Atrypa et Gypidula. Les schistes de bordure de récifs habituellement riches en coraux ne délivreront strictement rien d'intéressant.

Repartis vers le troisième site, l'ancienne carrière de Boussu-en-Fagnes, nous y serons nettement plus heureux ! Des terrassements d'amateurs, faits avant l'hiver et bien nettoyés depuis, permettront le ramassage de nombreuses pièces, plaques à coraux et à Atrypa, tiges de crinoïdes, et même un joli calice de crinoïde Melocrinus pour Tony ! Déçu par les deux premiers sites, il ne l'aura pas volée, sa pièce de la journée...

Personnellement, je me satisferai amplement de quelques colonies d'Hexagonaria majoritairement juvéniles, et d'autres petites pièces fort sympatiques.

En guise de dernier arrêt, la carrière Beauchateau à Senzeille délivrera un corail solitaire et quelques coloniaux, dans les zones schisteuses de bordure de récif ainsi que les crassiers de stériles abandonnés par les anciens exploitants. Mais là, de gros travaux seront certainement nécessaires pour une moisson un peu plus consistante...

C'était malgré tout une journée plus qu'agréable, à refaire dès que possible ! Comme on dit dans ces cas-là :

Vivement la prochaine !

Phil "Fossil"

Publié dans Comptes-rendus

Partager cet article

Repost 0

Ammonite Prodactylioceras davoei du Carixien de Nancy

Publié le par Phil Fossil

 

Prodactylioceras-davoei-Carixien-Nancy-2A-7cms  

  Prodactylioceras davoei, Carixien, environs de Nancy, France. Diamètre 7 centimètres.

 

 

Ayant déjà eu l'occasion de tâter du Carixien, dans les environs de Nolay (Bourgogne) mais aussi en Lorraine Belge près de Messancy, nous n'avions pu mettre au jour cette espèce emblématique.

 

A notre décharge, elle se découvre plutôt dans l'Est de la France que dans nos environs immédiats, même si elle est répertoriée au Grand-Duché de Luxembourg.

 

Ce chouette exemplaire provient de la collection récupérée de Tony.

 

Ce qui ne veut pas dire que je serais mécontent de m'en trouver une, à l'occasion...

 

Phil "Fossil"

Publié dans Classes d'organismes

Partager cet article

Repost 0

Encore un week-end au soleil...

Publié le par Phil Fossil

 

 

Ce mois de mars aura décidément été particulièrement clément au point de vue météorologique.

 

Ce qui fait bien notre affaire, en effet aussi bien nos déplacements professionnels que nos sorties en deviennent beaucoup plus agréables.

 

Ce week-end, j'ai bien l'intention d'encore en profiter un maximum, en effet de concert avec mon pote Tony nous effectuerons un peu de prospection dans la Calestienne, près de Couvin et de Philippeville.

 

Nous devrions engranger des coraux et brachiopodes fossiles, en espérant, qui sait, mettre la main sur un trilobite ou un calice de crinoïde...

 

Si vous nous avez envoyé un mail, merci pour votre patience...

 

Phil "Fossil"

 

Publié dans Générale

Partager cet article

Repost 0

Quartz laiteux de Fianarantosa, Madagascar

Publié le par Phil Fossil

  Madagascar-Fianarantosa-Quartz-laiteux-1A-10cms

 

Quartz laiteux, Fianarantosa, Madagascar. Longueur de la pièce 10 centimètres.

 

 

S'il est un paradis sur terre pour la minéralogie, et encore plus particulièrement pour mes chouchous les quartz, il s'agit sans conteste de l'île de Madagascar.

 

Ce type de cristallisation et de coloration se rencontre fréquemment dans les exploitations de kaolin, ce dernier pourrait provenir sans doute d'une altération d'un sol ayant également donné de la latérite, fréquente dans ces régions africaines.

 

Cela pourrait également provenir de pegmatites, les malgaches étant plutôt réputées.

 

Cette pièce a été acquise à la bourse de Namur, en octobre 2010.

 

Phil "Fossil"

 

 

 

Publié dans Minéralogie

Partager cet article

Repost 0

Un peu de culture (pour une fois)...

Publié le par Phil Fossil


Quelques plaisants exemples de l’emploi du passé simple.
 
 
1. Non ! Ce n’était pas chose évidente que cette conversation toute en langue morte.
Et pourtant je la tins.
 
2. Hier, nous achetâmes le DVD d’un spectacle de Félicien Marceau et, tout de suite, nous le mîmes.
 
3. Comment ? Vous avez mis à la casse votre vieille voiture ?
C’est bien dommage ! Tiens ! Vous souvient-il qu’un jour vous me la passâtes.
 
4. Bien que vous ayez laissé passer votre chance de cesser d’être une prostituée, un jour, vous le pûtes.
 
5. Merlin n’était qu’un simple mortel jusqu’à ce qu’enchanteur il devint.
 
6. Deux vieux acteurs hollywoodiens discutent :
- Te rappelles-tu notre premier film ...ce western dans lequel nous jouions les indiens !
- Oh oui ! Et je sais que nous nous y plûmes.
 
7. Vous saviez que ce manteau était tout pelé ... alors pourquoi le mîtes-vous pour la réception d’hier soir ?
 
8. C’est dans ce tonneau que notre vin vieux fût.
 
9. On nous offrit une augmentation et, bien-sûr, nous la prîmes.
 
10. Les moines brassèrent la bière et la burent.
 
11. Comme tout bon musulman qui se respecte doit s’y rendre au moins une fois, c’est cet été, qu’au pèlerinage de la Mecque, il alla.
 
12. C’est bien parce que vous m’avez invité à goûter votre Beaujolais que je vins.
 
13. Charlotte Corday cacha le poignard en son sein, sortit de chez sa logeuse et, soudain, à l’idée du crime qu’elle allait perpétrer, elle se marra.
 
14. Que la crevette était un insecte, vous le crûtes assez.
 
15. A l’idée qu’ils auraient pu y laisser leur vie, à grosses gouttes,ils suèrent.
 
16. Pour les prochaines vacances, l’idée d’aller en Arabie Saoudite,ils émirent.
 
17. C’est à cause du trou que cet enfant fit en bas de leur porte,que ses parents le châtièrent.
 
18. Elle était encore en train de lui bénir la poitrine à coup de surin lorsque les flics la serrèrent.
 
19. Heureusement que vous avez retrouvé des capitaux ! car mettre la clé sous la porte  et déposer le bilan, vous faillites !
 
20. Comment ? D’enfiler correctement ce pantalon, incapable vous fûtes ?

Merci à Dominique Van Espen !

Phil "Fossil"

Publié dans Pour se détendre

Partager cet article

Repost 0

Une nouvelle espèce de dinosaure découverte au Chili

Publié le par Phil Fossil


L'"Atacamatitan" a été présenté jeudi par des paléontologues chiliens. Il s'agit d'une espèce de dinosaure jusqu'ici inconnue, un gigantesque herbivore qui était présent dans la région du Chili il y a environ 100 millions d'années.  
 
David Rubilar est un des paléontologue auteur de la découverte du nouveau dinosaure qu'est l'Atacamatitan chilensis. Il a déclaré à l'AFP que ce dinosaure était le premier "à être baptisé au Chili". La zone dans laquelle il a été trouvée est aujourd'hui le désert le plus aride du monde, mais il y a 100 millions d'années, dans cette même région, poussaient de nombreuses espèces végétales dont se nourrissait cet herbivore. 
 
Ce gigantesque dinosaure devait mesurer huit mètres de long et peser environ cinq tonnes. L'équipe de paléontologues indique que la spécificité de ce dinosaure réside dans la finesse de ses membres. David Rubilar explique "sa particularité a été repérée à partir des vertèbres dorsales, de sa queue et de la forme de son fémur, plus svelte que celui de tous les autres dinosaures géants déjà découverts". 
 
Découvert en 2000, il a fallu étudier une dizaine d'années les fragments de ce dinosaure de façon à écarter avec certitude la présence d'un autre dinosaure identique sur le reste de la planète. La découverte a été attestée par la revue Anais de l'Académie des sciences brésilienne.
 
Pour l'article original :
http://www.maxisciences.com/dinosaure/une-nouvelle-espece-de-dinosaure-decouverte-au-chili_art13338.html
 
Merci à Stéphanie Bousselaire !

Phil "Fossil"

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost 0

Phragmocone de bélemnite du Toarcien de Belmont

Publié le par Phil Fossil


Phragmocone-indet-Toarcien-Belmont-1A-9cms
Phragmocône de bélemnite, Toarcien, Belmont, Rhône, France. Longueur de la pièce 9 centimètres.

 

Ce vestige est tout ce qui reste des logettes internes à l'animal, lesquelles par un savant mélange d'eau et de gaz lui permettaient de descendre ou de remonter dans la masse d'eau, tout comme nos actuels sous-marins.

Si les rostres de bélemnites, très résistants, se découvrent assez communément dans  le Jurassique inférieur, les phragmocônes ne sont malheureusement pas aussi fréquents.

Leur relative fragilité, ainsi que les plus que probables remaniements post-mortem, sont sans nul doute la cause de leur disparition.

Phil "Fossil"

Publié dans Classes d'organismes

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>