Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Merci pour vos commentaires constructifs

Publié le par Phil Fossil

 

 

Nous nous sommes vus obligés tout récemment d’ouvrir l’option « modération des commentaires », ce qui entraîne que vos réactions ne seront visibles sur le site qu’après un petit délai.

 

Nous n’avons en effet plus accès à notre mode administrateur en journée, le nécessaire sera fait en début de soirée.

 

Veuillez accepter nos excuses pour ce désagrément, léger au demeurant…

Que cela ne vous empêche pas d’en poster !

 

Merci à toutes et tous !

 

Phil « Fossil »

 

Publié dans Générale

Partager cet article

Repost 0

Auriez-vous du travail pour moi ?

Publié le par Phil Fossil

 

Comme vous le savez sans doute déjà, mon contrat d’emploi actuel se termine le 31 décembre 2009.

 

Même si j’aurai assurément de quoi occuper les prochains mois, je suis toujours à la recherche d’un emploi correctement rémunéré dans les (nombreux) domaines suivants :

 

développeur COBOL/SAS/IMS/CICS/DB2 sur mainframe

web designer, graphisme

photographie, numérisation et mise en ligne de collections

gestion et conservation de collections en Sciences de la Terre

muséographie, organisation d’expositions, guidage de stages

fouilles paléontologiques, minéralogiques et archéologiques

assistance technique en paléontologie, géologie ou minéralogie

publication de documents, CD-ROMs, …

traductions de (et vers) néerlandais, anglais, allemand

 

Je ne rechigne pas à « mettre les mains dans le cambouis » et à m’impliquer activement, même de manière bénévole, dans de nombreux projets.

 

Si vous désirez plus d’infos, voici mon CV « informatique » en français :

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/28/02/25/Documents/Principales-realisations-informatiques-2009.doc

 

Le même en anglais :

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/28/02/25/Documents/Principales-realisations-informatiques-ENGL-2009.doc

 

Et mon CV « géologique » :

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/28/02/25/Documents/Principales-realisations-geologiques-2009.doc

 

D’avance, merci.

 

Phil « Fossil »

 

Publié dans Billets d'humeur

Partager cet article

Repost 0

Gros effort ! Les wallons s'intègrent !!! LOL

Publié le par Phil Fossil




Les flamands viendront encore dire que les wallons ne font aucun effort...

Merci à Michel Hemeryck !

Phil "Fossil"

Publié dans Pour se détendre

Partager cet article

Repost 0

Découverte en Chine d'un fossile de mammifère vieux de 123 millions d'années

Publié le par Phil Fossil


 

Des paléontologues américains et chinois ont découvert en Chine le fossile remarquablement préservé d'une espèce de mammifère jusqu'ici inconnue qui vivait à l'époque des dinosaures il y a 123 millions d'années, selon une communication parue aux Etats-Unis.

 

Le mammifère, dont le fossile a été découvert dans le nord-est de la Chine, devait mesurer environ 15 cms.

 

Ce fossile en trois dimensions a notamment donné un nouvel éclairage important sur une étape de l'évolution de l'oreille moyenne interne des mammifères, expliquent des chercheurs dont l'étude est publiée dans la revue américaine Science datée du 9 octobre.

"Le plus surprenant, et de ce fait scientifiquement intéressant, est l'oreille de cet animal", observe Zhe-Xi Luo, conservateur du département de paléontologie des vertébrés et directeur de recherche au Musée d'Histoire naturelle Carnegie à Pittsburgh (Pennsylvanie, est), l'un des co-auteurs de cette découverte. "Les mammifères ont une ouïe très sensible, nettement plus sensible que celle de tous les autres vertébrés, ce qui a été fondamental dans leur façon de vivre" et pour survivre, explique-t-il. "Et l'évolution de l'oreille des mammifères est de ce fait importante pour comprendre les origines de leurs principales adaptations", poursuit le chercheur.

Grâce à la structure particulière de l'oreille dite moyenne, les mammifères, y compris les humains, peuvent discerner une gamme de sons plus étendue que les autres vertébrés. Cette sensibilité de l'ouïe a été une adaptation cruciale, permettant aux mammifères d'être actifs dans l'obscurité et de survivre à l'ère des dinosaures, selon les auteurs de l'étude. Cette adaptation auditive a été permise par les trois petits osselets à l'intérieur de l'oreille moyenne, le marteau (malleus), l'enclume (incus), et l'étrier (stapes) ainsi qu'à l'anneau osseux sur lequel est attaché le tympan.

 

Pour l’article et les photos :

http://www.aujourdhuilachine.com/actualites-chine-decouverte-en-chine-d-un-fossile-de-mammifere-vieux-de--millions-d-annees-12381.asp?1=1

 

Phil “Fossil”

 

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost 0

Hemipneustes striatoradiatus du Maastrichien d’Eben-Emael

Publié le par Phil Fossil


 

Hemipneustes striatoradiatus, Maastrichtien, Eben-Emael, Belgique. Longueur environ 11 centimètres.

 

 

Il y a déjà quelques années de cela, nous visitions la grande crayère d’Eben-Emael à la recherche d’oursins et de restes de vertébrés fossiles.

 

Fidèle à notre précepte, « les pièces de fainéant sont les plus belles », nous regardions à notre aise les blocs de craie tuffacée jaune et grise, riches en oursins de belle taille.

 

En passant à quelques mètres d’un petit groupe de chercheurs néerlandophones, qui tapaient à la masse sur l’un ou l’autre bloc rocheux, un petit morceau d’oursin de la taille d’un ongle du pouce, un peu plus clair que la roche, attira le regard.

 

Les questions fusant immédiatement étaient : « complet ou pas complet ? » « On prend ou on laisse ? » Nous décidâmes de tenter notre chance.

 

Pour éviter les chocs, une scie de jardin fut employée pour séparer proprement la partie prometteuse du reste du rocher, lequel pesait à l’estime plusieurs tonnes. Bien emballé dans du papier journal, le bloc encore lourd fut ramené au véhicule dans un seau.

 

En érodant précautionneusement la gangue à la maison, un morceau du test sembla manquer ! Heureusement, l’avancement de la préparation permit de le retrouver un peu plus bas que prévu, l’oursin étant juste un petit peu déformé par la fossilisation.

 

Après nettoyage du bloc grâce à un couteau, un morceau de bois, et une brosse, en sortit ce spécimen magnifique, l’un des plus gros personnellement découverts.

 

Trois autres oursins de la même espèce furent mis au jour lors de cette sortie… Toujours en se promenant.

 

Moralité : mieux vaut de bons yeux, qu’un gros marteau !

 

Phil « Fossil »

 

Publié dans Vos découvertes !

Partager cet article

Repost 0

Conserver les ossements fossiles d’Iguanodons de Bernissart

Publié le par Phil Fossil

 

Les précieux ossements remontés de la mine de Bernissart à la fin du 19ème siècle ne sont parvenus jusqu’à nous que grâce à une surveillance et des interventions continuelles.

 

En effet la pyrite (sulfure de fer) présente dans les os se décompose en sulfate de fer, augmente de volume et fait exploser les ossements.

 

La seule méthode praticable pour éviter un désastre est d’éliminer le capricieux sulfure au maximum, et d’imprégner ensuite les ossements à l’aide de produits protecteurs du genre résines.

 

Cette démarche laborieuse est amplement détaillée dans l’article ci-joint.

http://ceroart.revues.org/index464.html

 

Merci à Chris !

 

Phil “Fossil”

 

Partager cet article

Repost 0

Communiqué du Muséum de Nierstein, Mayence, Allemagne

Publié le par Phil Fossil

  


 

 

 

A la demande du Muséum de Nierstein, Allemagne, nous avons publié l’avis suivant. Toute information et tuyau seront les bienvenus. Nous espérons ainsi obtenir le retour des spécimens dans la collection du Musée.

 


Avis du Muséum :

 

Comme cela a déjà été sans doute porté à votre connaissance, mi-2008 (le dimanche 29 juin ou le dimanche 26 juillet) des dents de requins de la collection du Musée Paléontologique de Nierstein (Allemagne) ont été volées. Pour cela, des vitrines du muséum ont été dévissées et ouvertes.

 

Nous avons encore bon espoir d’obtenir des informations sur la localisation actuelle des dents. A part les cinq dents locales d’un intérêt scientifique (un exemplaire d’Alopias, deux exemplaires d’Isurolamna et deux spécimens de Woellsteinia), une autre dent a été prélevée de la vitrine.

 

Cette dent marquante ne passera pas autant inaperçue dans une collection que les cinq autres dents relativement plus petites. Il s’agit d’une dent inférieure antérieure de Megaselachus (Carcharocles) megalodon, haute de 10 centimètres, large de 8 centimètres, et présentant une couleur typique car provenant d’une ancienne argilière à Rumst. (Belgique)

 

Incluses dans ce message vous verrez deux photographies de la dent en question. On peut également les voir sur le site du Muséum de Nierstein. LINK

Malheureusement, jusqu’à présent nous n’avons pu avoir aucune piste concrète quant à l’endroit où les dents volées pourraient se trouver. Nous espérons que la publication des photos de la dent de Megaselachus (Carcharocles) megalodon nous permettra d’obtenir plus d’information. Celui qui possède une telle dent dans sa collection voudra très vraisemblablement la montrer à d’autres collectionneurs. Le nouveau site récemment accessible donnant des dents de Megalodon près d’Anvers pourrait conduire à faire passer cette dent pour une nouvelle découverte. Suite à cet avis la dent en question ne pourra plus être montrée. Nous espérons que celui qui entretemps a rentré cette dent en collection y réfléchira. Nous demandons urgemment que les dents volées reviennent au musée de Nierstein où elles pourront à nouveau être exposées et être disponibles pour la Science.

 

Nous demandons à tous ceux qui ont pu voir cette dent dans une collection de nous en faire part. Tous vos tuyaux seront traités dans la confiance et la discrétion. Si vous devriez être entré en possession de certaines de ces dents, sans en connaître l’origine, nous vous enjoignons à nous contacter pour trouver une solution ad-hoc.

 

A nouveau nous sollicitons votre aide. Prière de communiquer cette information au plus grand nombre de collectionneurs de dents de requins.

Merci pour votre collaboration !
Harald Stapf

Paleontological Museum Nierstein

 

 

Cet avis sera inséré dans nos Pages, à des fins d’accès permanent.

 

Texte original en néerlandais, d’après http://www.fossiel.net

 

 

Van het Museum in Nierstein, Duitsland kreeg ik het verzoek om het volgende bericht te plaatsen. Alle info en tips zijn welkom. Het zou fijn zijn als we op deze manier kunnen zorgen dat het museum de vondsten terug krijgt.

Bericht van het museum :

Zoals eerder bekend gemaakt, zijn medio 2008 (op zondag 29 juni of zondag 26 juli 2008 ) haaientanden uit de collectie van het Paleontologisch Museum in Nierstein (Duitsland) gestolen. Er werden daarvoor destijds vitrines in het museum opengeschroefd.

Er bestaat nu alsnog hoop dat de huidige verblijfplaats van de tanden bekend zal worden. Behalve de al eerder bekend gemaakte 5 tanden die van van wetenschappelijk belang zijn(een exemplaar van Alopias, twee exemplaren van Isurolamna en twee exemplaren van Woellsteinia), is er namelijk nog een tand uit de vitrine ontvreemd.

Deze tand zal niet zo makkelijk in een verzameling over het hoofd worden gezien als de andere relatief kleine tanden. Het gaat namelijk om een 10 centimeter grote en markante voortand van Carcharocles megalodon met een opvallende kleur uit een voormalige kleigroeve te Rumst (België).

Bij dit bericht zijn twee foto’s opgenomen van de betreffende tand. Deze foto’s zijn ook op de website van het museum in Nierstein te vinden
LINK).

Helaas zijn er tot nu toe geen concrete aanwijzingen over de verblijfplaats van de gestolen tanden. Hopelijk dat de bekendmaking van de markante Carcharocles megalodon tand wel aanwijzingen zal opleveren. Wie een dergelijke tand in zijn verzameling heeft zal die waarschijnlijk graag aan andere verzamelaars willen laten zien. De sinds kort ontsloten vindplaats voor Megalodon tanden bij Antwerpen zal misschien aanleiding kunnen zijn om deze tand voor een nieuwe vondst door te laten gaan. Met trots kan deze tand na deze bekendmaking in ieder geval niet meer worden getoond. Wij hopen daarom dat degene die de tanden inmiddels in zijn collectie heeft tot inkeer zal komen. Wij doen een dringend verzoek om de tanden weer te laten terugkeren naar het museum in Nierstein, waar ze weer kunnen worden tentoongesteld en voor de wetenschap beschikbaar zullen zijn.

Wie de tand(en) in een verzameling heeft gezien, verzoeken wij dit aan ons mee te delen. Wij zullen uw tips vertrouwelijk behandelen. Mocht u, zonder van de herkomst te weten, via aankoop of ruiling in het bezit te zijn gekomen van de tand(en), dan treden wij graag met u in overleg over een geschikte oplossing.

Nogmaals vragen wij om uw hulp. Zou u deze mail willen doorsturen naar andere verzamelaars van haaientanden?

Dank voor uw medewerking,
Harald Stapf

Paleontological Museum Nierstein

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Quelques dents d’Anvers à déterminer

Publié le par Phil Fossil

 

 

Une fois n’est pas coutume, nous postons dans cette rubrique des dents qui n’ont pas été découvertes personnellement.

 

Notre ami Nathan « sèche » sur ces pièces découvertes lors de notre sortie conjointe, nous les avons déterminées, mais comme plusieurs avis valent mieux qu’un, nous sommes ouverts à toute correction.

 

Merci d’avance à toutes et tous pour vos commentaires !

 

Phil « Fossil »

 

 

 

1. Striatolamia macrota de l’Eocène

2. Striatolamia macrota

3. Alopias ? sp.

4. Cosmopolitodus hastalis

5. Carcharias vorax ?

6. Isurus desori/oxyrhynchus de l’Oligocène

7. Isurus desori/oxyrynchus

8. Isurus desori/oxyrhynchus

9. Cosmopolitodus hastalis

 



 10. Carcharias vorax?

11. Cosmopolitodus hastalis

12. Carcharias vorax

13. Isurus desori/oxyrhynchus ?

14. Striatolamia macrota

15. Lamna nasus ?

16. Carcharoides catticus

17. Carcharias vorax

18. Cosmopolitodus hastalis

19. Cosmopolitodus hastalis

20. Isurus desori/oxyrhynchus de l'Oligocène

 

Publié dans A déterminer SVP

Partager cet article

Repost 0

Album photo de la faune d’Angleterre

Publié le par Phil Fossil

 

 Dactylioceras athleticum, Toarcien, Whitby, Yorkshire. Diamètre 7 centimètres.

 


Depuis quelques temps déjà, nous n’avions plus ajouté de nouvel album à notre site déjà bien fourni en ce domaine.

 

Un rapide glanage parmi une centaine de répertoires contenant au total un nombre imposant de milliers de prises de vues nous aura permis la création et la mise en ligne de ce nouvel album qui présente l’essentiel de la flore et de la faune fossile du Royaume-Uni.

 

Il pourra vous servir aussi bien à préparer votre voyage de prospection, qu’à déterminer vos découvertes ou vos achats faits en bourses.

 

Comme à l’accoutumée, les pièces qui y sont visibles proviennent de notre collection privée.

 

La structure des noms de photos est toujours le même :

 

Site-Etage-Genre-espèce-Numéro-Taille.

 

Le lien direct vers l’album est le suivant :

http://www.paleomania.com/album-1511519.html

 

Bonnes déterminations !

 

Phil « Fossil »

 

Publié dans Générale

Partager cet article

Repost 0

Les excréments révèlent pourquoi les mammouths ont péri

Publié le par Phil Fossil

 

 

Les crottes de mammouths se sont révélées être une source d’information sur les temps préhistoriques, aidant les scientifiques à découvrir la solution du mystère de l’extinction des grands mammifères.

 

L’examen d’un champignon retrouvé dans d’anciennes déjections, préservées dans des sédiments lacustres, a aidé à construire l’image de ce qui est arrivé aux animaux.

 

L’étude a apporté une lumière sur les conséquences écologiques de l’extinction et le rôle que les humains ont pu y jouer.

 

Elle est parue dans le journal « Science » et a été dirigée par le Docteur Jacquelyn Gill de l’Université du Wisconsin, Madison, aux USA.

 

Ses collègues et elle ont étudié les spores de champignons Sporormiella, sédimentées profondément au fond du lac Appleman, en Indiana.

 

De nombreux mammifères de grande taille incluant des mammouths, mastodons, gigantesques paresseux terrestres et kangourous géants habitaient les forêts locales il y a environ 20.000 ans d’ici.

 

Sporormiella produit des spores dans les excréments de grands herbivores. Ces dernières sont donc préservées dans des couches de boue et fournissent un indice sur le nombre de grands animaux, ou mégafaune, qui peuplaient l’environnement à une époque donnée.

 

« Les carottes de sédiments ressemblent aux carottes glaciaires, à l’exception de la boue lacustre », explique le Docteur Gill. « Les spores et le reste du matériel se sont accumulées dans la boue et y ont été préservées. »

 

Avec son équipe, elle a simplement effectué des comptages du pollen, du charbon de bois et des Sporormiella dans ces couches de boue, pour pister l’échelle du temps des changements environnementaux.

 

Les résultats ont montré un lent déclin de la mégafaune, commençant il y a environ 15.000 ans et durant approximativement 1.000 ans.

 

La découverte démentirait une idée que l’extinction pourrait avoir été causée par l’impact d’un objet extraterrestre il y a quasiment 13.000 ans.

 

Des signes de changements environnementaux majeurs ont été repérés aux alentours de l’extinction.

 

« Cette étude est intéressante car nous obtenons de solides résultats au sujet des conséquences écologiques de la disparition de ces animaux » a déclaré le Docteur Gill.

 

« Après leur déclin nous constatons une prolifération des arbres mieux adaptés à la chaleur, et une augmentation du charbon de bois ; ceci implique une croissance du nombre de feux de forêts. Nous voyons une reconstitution de la forêt en conséquence de l’extinction. »

 

Humain ou environnement ?

 

L’étude montre également que le déclin commence environ 1.000 ans avant l’époque Clovis – quand l’enregistrement archéologique démontre que les humains fabriquaient des outils de pierre spécifiquement conçus pour la chasse de grands animaux.

 

Préalablement à cette découverte, quelques chercheurs pensaient que les Hommes de Clovis ont chassé les animaux jusqu’à leur extinction.

 

Mais le Professeur Christopher Johnson de l’Université James Cook du Queensland, Australie, prétend que l’étude renforce l’hypothèse que les humains étaient les principaux responsables du déclin des mammifères.

 

Il n’a pas été impliqué dans l’étude, mais a écrit un article annexe dans le même numéro de « Science », soulignant sa signification.

 

Il a écrit : « Si les hommes en étaient responsables, il devait s’agir de pionniers pré-Clovis ».

 

« L’existence de ces peuples est controversée, mais les évidences archéologiques commencent doucement à voir la lumière du jour. »

 

Le Docteur Gill a commenté : « Nous ne pouvons résoudre le débat climat – humains mais nous avons éliminé l’une des principales hypothèses pour chaque camp. »

 

Elle a ajouté que l’étude a des « implications modernes quant à la conservation ».

 

« Nous savons que les grands herbivores actuels sont parmi ceux qui sont les plus menacés », dit-elle.

 

« Et nous commençons à apprendre qu’ils sont les clés de voûte écologiques. Ils ne sont pas juste charismatiques, ils ont fort probablement une importance écologique non négligeable. »

 

Le Professeur Johnson a déclaré à BBC News : « Si nous voulons comprendre l’histoire des écosystèmes sur notre planète, nous avons vraiment besoin de connaitre les effets de l’extinction de la mégafaune. »

 

Pour l’article original (en anglais) et les photos :

http://news.bbc.co.uk/2/hi/science/nature/8368485.stm

 

Un article du Monde :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/11/20/l-agonie-du-mammouth-americain-revelee-par-ses-excrements_1269878_3244.html#ens_id=1269590

 

Merci à Eric Cordemans !

 

Phil « Fossil »

 

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>