Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bonne Année 2009 !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Publié le par Phil Fossil

 

 

Nous profitons de ces quelques jours de congé assurément bien mérités pour vous souhaiter, à vous tout comme à votre famille, une excellente année 2009 !

 

Qu’elle soit richissime en fossiles, en minéraux, en nouveaux sites à fouiller, en belles pièces découvertes, échangées ou achetées !

 

Happy New Year ! Gelukkig Nieuwjaar ! Eine gutes neues Jahr ! Feliz año nuevo ! Buon Anno !

 

 

Phil “Fossil”

 

Publié dans Générale

Partager cet article

Repost 0

Récupération d’une collection de fossiles

Publié le par Phil Fossil

 

 

 

J’en aurai déjà parlé succinctement ces dernières semaines, suite au décès d’un géologue amateur de l’Oise ses héritiers m’ont contacté via ce site pour pérenniser une collection autrement promise dans sa quasi-totalité à la déchetterie.

 

Entre 10 et 20 mètres-cubes de caisses disparates remplies de fossiles attendaient depuis quelques années que l’on les trie et les classe. Majoritairement du matériel de l’Oise, mais également de Touraine, Normandie, Bretagne et du Nord de la France. Des silex taillés, restes romains et quelques minéraux s’y trouvaient également.

 

Plusieurs journées, ainsi que de multiples voyages de 600 kilomètres aller-retour auront été en final nécessaires pour effectuer sur place un tri sommaire et ramener plusieurs chargements à bon port.

 

Il restera plusieurs semaines, mais plus vraisemblablement quelques mois, à trier méticuleusement chaque caisse et tout transférer, site par site, dans des caisses standardisées. Une partie restera en collection, une autre servira à des échanges, une certaine quantité sera sans doute distribuée aux débutants.

 

Je remercie ici publiquement Frédéric et sa maman pour avoir pensé à notre organisation qui mettra tout en œuvre pour conserver la collection, en tout cas les pièces les plus intéressantes, en un tout cohérent. Et bien évidemment mon pote Tony, sans qui cette opération de longue haleine n’aurait pas pu se faire.

 

Respectons notre crédo :

 

« Fossile ramassé, fossile sauvegardé. »

 

Phil « Fossil »

 

Partager cet article

Repost 0

Mollusques de l’Yprésien d’Egem, Belgique

Publié le par Phil Fossil

 

 

Voluta sp., Yprésien, Egem-Pittem, Belgique. Longueur du fossile 4 centimètres.

 

 

Plutôt réputée pour ses dents de requins en bon état de préservation, la carrière d’Egem offre néanmoins un riche éventail de mollusques du début de l’Eocène.

 

Certains bancs sableux sont littéralement composés de valves dissociées de Venericardia sp., lesquelles dépassent rarement 4 centimètres de longueur.

 

Les bancs de grès glauconieux verdâtres renferment une variété surprenante de gastéropodes, en moules internes ceux-là.

 

Megalocypraea sp., Charonia sp., Conus sp., Voluta sp. sont les principales espèces rencontrées.

 

D’autres niveaux sableux sont littéralement pétris de gros foraminifères Nummulites elegans.

 

Phil « Fossil »

 

Publié dans Sites de fouilles

Partager cet article

Repost 0

Le nettoyage des scutelles miocènes de Touraine, France

Publié le par Phil Fossil

 

Nombreuses dans certains sites des faluns tourangeaux, les scutelles (Parascutella faujasi et Amphiope bioculata) sont fragiles mais de surcroît fréquemment encroûtées de sable et de fragments de coquilles brisées.

 

Leur nettoyage est loin d’être une partie de plaisir, à moins que vous ne disposiez d’un compresseur, d’un percuteur pneumatique et d’une sableuse.

 

Personnellement l’élimination de la majorité de la gangue se fait à l’aide du percuteur pneumatique et la finition de détail par le sablage, en utilisant une pression faible pour les aires inter-ambulacraires et une pression très faible pour les aires ambulacraires. (Zones où se trouvent les pores de la surface supérieure)

 

Un brossage à la brosse en chiendent où à l’aide d’une brosse à dent assez dure suffit pour parachever la préparation.

 

Pour ceux qui ne disposent pas d’un équipement de ce genre, la méthode de dégagement la plus appropriée est détaillée dans les articles, toujours très intéressants, du site WEB www.echinologia.com, le lien direct se situe ici :

http://www.echinologia.com/articles/netscutella/netscutella.htm

 

Bon dégagement !

 

Phil « Fossil »

 

Publié dans Le coin des débutants

Partager cet article

Repost 0

Les Inocérames, qu’est-ce que c’est ?

Publié le par Phil Fossil

 

Inoceramus sp. cf. crippsi, Vraconien (Albien terminal), Strépy-Thieu, Belgique. Longueur 6 centimètres.

 

 

Illustrées dans pratiquement chaque ouvrage de vulgarisation traitant des fossiles, les inocérames sont les représentants d’un groupe de bivalves exclusivement mésozoïque.

 

Plus précisément crétacés, ces lamellibranches sont abondants depuis l’Albien jusqu’au Turonien où ils commencent à se raréfier, ils deviennent anecdotiques (en tout cas en Europe) au Campanien et au Maastrichtien.

 

Certains exemplaires découverts dans la craie du Crétacé supérieur tchèque peuvent atteindre un mètre de longueur, ce qui en fait les bivalves fossiles les plus gigantesques connus ! Certains étaient il y a quelques années visibles dans les jardins de l’université de Brno. (Moravie tchèque)

 

On en découvre notamment sur les sites et les étages stratigraphiques détaillés ci-après, la liste est loin d’être exhaustive :

 

Albien moyen de Machéroménil, Ardennes (Inoceramus salomoni)

Albien moyen de l’Aube et de Wissant, Boulonnais (Birostrina concentrica)

Albien supérieur de Wissant, Boulonnais (Birostrina subsulcata et Birostrina sulcata)

Vraconien de Strépy-Thieu, Belgique (Inoceramus sp. cf. crippsi)

Cénomanien d’Escalles et de Dannes, Boulonnais (Inoceramus crippsi)

Turonien du Grand-Blanc-Nez et de Dannes, Boulonnais (Mytiloides labiatus)

Coniacien de Maisières, Hainaut (Inoceramus involutus)

Maastrichtien inférieur de Ciply, Hainaut (Inoceramus sp.)

Maastrichtien supérieur d’Eben-Emael, Limbourg belge (Inoceramus sp.)

Crétacé supérieur morave, République tchèque (Inoceramus sp.)

Crétacé du Dakota du Nord, Pierre Shale, USA (Inoceramus sp.)

 

Comme de nombreux autres organismes, ils ont disparu sans descendance à la limite Crétacé-Tertiaire il y a approximativement 65 millions d’années d’ici…

 

Phil « Fossil »

 

Publié dans Classes d'organismes

Partager cet article

Repost 0

L’améthyste de Saint-Pardoux, Puy-de-Dôme, France

Publié le par Phil Fossil


 

Améthyste recouverte de quartz hyalin, Saint-Pardoux, France. Longueur du groupe 11 centimètres.

 

 

L’Auvergne est de longue date réputée pour ses améthystes, le département du Puy-de-Dôme est le plus connu pour ses trouvailles, notamment près de Saint-Jacques-d’Ambur et d’Issoire.

 

Néanmoins, les environs de Saint-Pardoux ne sont certes pas en reste.

 

Cette pièce montre une première génération de quartz améthyste, qui a été secondairement recouvert de quartz hyalin.

 

Elle a été obtenue à la bourse de Harelbeke début décembre.

 

Phil « Fossil »

 

Publié dans Minéralogie

Partager cet article

Repost 0

Athleta spéciale du Lutétien de Damery

Publié le par Phil Fossil

 

Athleta spinosa (gauche) et Athleta sp. (droite), Lutétien, Damery. Plus grande dimension 3 centimètres.

 

 

Lors de notre sortie hautement productive en mollusques lutétiens de la fin octobre-début novembre, nous avions ramené non moins de 3 seaux de 10 litres copieusement remplis de coquilles fossilisées.

 

Le nettoyage des trouvailles de 4 demi-journées de fouilles n’avait pas nécessité moins d’un mois, quasiment toutes les soirées et les week-ends avaient été occupés à cela, au point de ne plus pouvoir voir une coquille lutétienne « en peinture » à la fin de ce travail de bénédictin.

 

Lors du nettoyage, les pièces moins belles, à donner aux débutants, ont été stockées pour séchage dans une caisse séparée, laquelle a finalement été triée ce week-end pour séparer les différentes espèces.

 

Quelle ne fut pas ma surprise de tomber sur une espèce distincte d’Athleta, incomplète mais pas trop. Elle est caractérisée par une subdivision des épines coronales en trois nodules de taille plus ou moins similaire.

 

Nous ne pensons pas qu’il s’agisse d’un exemplaire pathologique d’Athleta spinosa, et nous l’avons figurée à côté d’une Athleta spinosa classique, afin de bien montrer la différence entre les deux espèces.

 

Si quelqu’un parmi vous dispose de son identification au niveau spécifique, nous sommes bien évidemment preneurs !

 

Quelques autres prises de vues sont disponibles dans notre album "Fossiles-a-determiner".

Merci beaucoup.

 

Phil « Fossil »

 

Publié dans A déterminer SVP

Partager cet article

Repost 0

Joyeux Noël à toutes et tous !!!

Publié le par Phil Fossil

 


(Passer Noël sur une plage à fossiles, quel rêve !)


Nous vous souhaitons, ainsi qu’à votre famille, d’excellentes fêtes de fin d’année.

 

Qu’elles soient riches en fossiles, en minéraux, en fouilles et en voyages !

 

Amitiés.

 

Phil « Fossil »

 

Publié dans Pour se détendre

Partager cet article

Repost 0

Quelques ouvrages sur la géologie et la Paléontologie

Publié le par Phil Fossil

 

Grâce à notre correspondante Maïlys Guillard et son père Roger, que nous remercions ici, nous avons pu obtenir quelques livres et revues fort intéressantes.

 

 

T-Rex and the Crater of Doom

Editions “Vintage books”, New York, 1998

ISBN 0-375-70210-5

 

Cet ouvrage en Anglais écrit par Walter Alvarez, décrit de manière relativement romancée les investigations scientifiques qui ont permis, depuis la découverte des sédiments de la limite Crétacé-Tertiaire à Gubbio (Italie), la confirmation de la théorie de l’extinction des dinosaures par un impact d’objet extraterrestre. (Astéroïde ou comète)

 

Cela se lit comme un bon roman policier, les indices sont détaillés au fur et à mesure et les preuves de plus en plus accablantes au fil des pages et des découvertes qui y sont relatées.

 

 

Géologie générale

Editions Mir, Moscou, 1967

 

Cet ouvrage soviétique (G. Gorchkov et A. Yakouchova) traduit du russe vers le français a un délicieux parfum un tantinet vieillot, il est principalement axé sur la géologie générale de la plateforme russe mais n’en est que plus intéressant.

 

Un pur bonheur pour un amateur de vieux bouquins, tel par exemple votre serviteur !

 

 

National Geographics NL, décembre 2007

« Extreme monsters »

 

Une très bonne revue scientifique traduite en néerlandais ! Un article conséquent sur les dernières découvertes en dinosaures, y montre par des photos de fossiles et des reconstitutions récentes en image de synthèse les dinosaures les plus « extrêmes » qui ont été mis au jour ces dernières décennies.

 

Mononykus de Mongolie, Amargasaurus et Carnotaurus d’Argentine, Parasaurolophus, Dracorex et Styracosaurus d’Amérique du Nord, Masiakasaurus de Madagascar, Spinosaurus et Nigersaurus d’Afrique du Nord, Tuojiangosaurus et Epidendrosaurus de Chine, Deinocheirus de Mongolie, sont assurément parmi les formes les plus bizarres du bestiaire dinosaurien !

 

 

Pour la Science, Décembre 2008, n° 374

Des géants agiles : pourquoi certains dinosaures étaient si grands ?

 

Cet article traite des plus imposants dinosaures, les sauropodes, et s’axe sur les empreintes de ces animaux découvertes à Courtedoux, dans le Jura suisse. Il explique comment ces animaux malgré leur masse considérable (plusieurs dizaines de tonnes pour certains) disposaient néanmoins d’une grande agilité.

 

 

Phil « Fossil »

 

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Repost 0

Le Volgien (Tithonique) de l’Oural polaire, ex-URSS

Publié le par Phil Fossil

 

Pavlovia iatriensis, Volgien = Tithonique, Rivière Iatria, Ex-URSS. Diamètre 5 à 6 centimètres.

 

 

De temps à autre vues en bourses, les ammonites de l’Oural polaire sont d’une grande beauté.

 

Elles sont mises au jour dans une région reculée, difficile d’accès, ce qui peut expliquer leur relative rareté chez les collectionneurs occidentaux.

 

La gangue est un grès verdâtre relativement tendre et riche en glauconie, la loge d’habitation des ammonites est souvent plus indurée et contraste fortement avec les autres loges généralement remplies de calcite jaunâtre.

 

La coquille aragonitique a disparu, reste le moule interne parfois recouvert partiellement d’huitres dont la coquille calcitique est, elle, préservée.

 

Il semble que ce niveau condensé contienne une accumulation importante d’ammonites, leur taille habituellement observée s’échelonne entre 2 et 20 centimètres.

 

Phil « Fossil »

 

Publié dans Sites de fouilles

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>