Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Quelques nouveaux fossiles à géodes de quartz de Neuvizy, France

Publié le par Phil Fossil

 
France-Neuvizy-quartz-hyalin-2-4cms.JPG 
 
Fragment de loge d’Aspidoceras sp. à quartz hyalin, Oxfordien, Neuvizy, France. Longueur du morceau visible 4 centimètres.
 
France-Neuvizy-quartz-hyalin-3-6cms.JPG
 
Loge d’Aspidoceras sp. à quartz hyalin, Oxfordien, Neuvizy, France. Section 6 centimètres.
 
 
Les fossiles silicifiés trouvés sur les champs des environs de Neuvizy (Ardennes françaises) sont réputés pour les géodes de quartz et de calcite qui sont de temps à autre découvertes dans les loges des ammonites et à l’intérieur de certains brachiopodes, bivalves ou autres gastéropodes.
 
Ces quelques pièces ont été découvertes tout récemment, et sont d’une taille jusqu’à présent très rarement rencontrée sur place !
 
Il est intéressant sur ces sites de garder les fossiles fragmentaires mis au jour, leur nettoyage peut en effet révéler des trésors en micro-minéralogie, même si certains cristaux atteignent une taille centimétrique et sont d’une brillance exceptionnelle.
 
Comme à l’accoutumée, une météo ensoleillée permet plus facilement de dénicher ces fossiles minéralisés…
 
Bonnes recherches !
 
Phil « Fossil »
 

Publié dans Minéralogie

Partager cet article

Repost 0

Gastéropode du Portlandien de Boulogne-sur-Mer, France

Publié le par Phil Fossil

 
pleurotomaria-rozeti-2.jpg 
 
Pleurotomaria rozeti, Portlandien, Boulogne-sur-Mer, France. Diamètre 11 centimètres.
 
 
Il y a presque une décennie de cela, nous étions partis en prospection sur les plages boulonnaises, nous étant braqués sur le Jurassique supérieur nous arpentions la plage entre Boulogne-sur-Mer et Wimereux.
 
Recherchant principalement les jolis oursins réguliers qui se rencontrent régulièrement parmi les galets, nous avions à peine contourné un bunker qui était tombé du sommet de la falaise, que votre serviteur est tombé sur ce joli moule interne de gastéropode tout dégagé !
 
Les ardeurs de la mer l’avaient tout juste nettoyé, sans l’user, ce qui fait que ce spécimen entre sans aucun doute dans la catégorie des « pièces du fainéant » qui sont tellement agréables à mettre au jour… Sans se fatiguer !
 
Phil « Fossil »
 

Publié dans Vos découvertes !

Partager cet article

Repost 0

Extrait de la législation danoise sur les objets culturels

Publié le par Phil Fossil

 
« Conformément à la section 31 de la loi sur les musées, un objet géologique, botanique ou zoologique de nature fossile ou subfossile ou une météorite trouvée au Danemark est un trésor fossile de propriété inconnue (danekroe) lorsqu’il est d’une valeur scientifique exceptionnelle ou justifiant son exposition au public.
 
Les trésors fossiles de propriété inconnue appartiennent à l’Etat.
 
Toute personne trouvant un tel objet ou entrant en possession d’un tel objet est tenue de le remettre immédiatement au musée danois d’histoire naturelle, qui lui versera une prime. »
 
 
Consulter également le site de la Commission danoise sur l’exportation des objets culturels, en anglais :
 
Il en résulte que les objets d’une valeur de plus de 100.000 Couronnes danoises (Environ 13.400 euros) sont protégés, les fossiles courants, objets archéologiques communs et autres minéraux ne semblent « à priori » pas concernés par cette législation.
 
Phil « Fossil »
 

Publié dans Législation

Partager cet article

Repost 0

Bourse « Fossilium » de Villeneuve d’Ascq

Publié le par Phil Fossil

La traditionnelle bourse Fossilium aura lieu du vendredi 9 novembre après-midi au dimanche 11 novembre 2007.
 
Elle se déroulera à l’Espace Concorde, rue Carpeaux, Villeneuve d’Ascq, près de Lille, Roubaix, Tourcoing, Nord.
 
Vous pourrez y découvrir aussi bien des minéraux et fossiles internationaux que du matériel du Nord de la France.
 
Des associations d’amateurs seront disponibles pour que vous puissiez poser vos questions et plus prosaïquement vivre votre passion.
 
D’après un « topic » sur http://www.Geoforum.fr
 
Phil « Fossil »
 

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Repost 0

Visite de la nouvelle « Galerie des dinosaures » de l’IRScNB

Publié le par Phil Fossil

 
 
N’ayant pu attendre plus longtemps que ce samedi, votre serviteur s’est rendu bien avant l’heure d’ouverture au Muséum afin d’éviter la cohue prévisible qui allait résulter de la gratuité du Muséum pour ces deux journées de week-end !
 
Première bonne surprise, une organisation sans faille, la visite de la nouvelle aile pour ces journées inaugurales est limitée à une heure afin de permettre à un maximum de visiteurs de s’émerveiller à la vue de la nouvelle infrastructure de l’aile Janlet ! Bien évidemment les autres salles peuvent être vues ou revues à loisir.
 
Deuxième surprise, à couper le souffle, en arrivant par le haut de la salle ! On a une vue plongeante sur tout, y compris sur la verrière aux Iguanodons, considérablement agrandie et possédant désormais deux étages : le « rez-de-chaussée » abritant les squelettes en position de vie, et partiellement visible par transparence en dessous, les squelettes en position de gisement ! Idée tout bonnement géniale…
 
On peut sur la gauche apercevoir en dessous de nous un chantier de fouilles reconstitué, incluant les outils et ossements déjà emballés dans de la toile de jute plâtrée.
 
Un peu plus loin, une partie explicite les modes de fossilisation.
 
Sur l’extrême gauche, on peut constater que l’escalier tournant en hélice d’ADN a disparu, remplacé par un escalier monumental qui n’est qu’un retour aux sources par rapport à la situation de 1905.
 
A peine arrivés dans la salle, nous sommes pris en charge par les guides, personnel du Muséum réquisitionné pour l’occasion, qui nous expliquent les différentes parties de l’exposition. Ils n’avaient pas menti, c’est bel et bien la plus grande salle aux dinosaures d’Europe ! 85 mètres de longueur, 3200 mètres carrés de fossiles et de moulages.
 
En ce qui concerne les dinosaures, plus de 30 espèces sont présentées. Les pièces trouvées lors des fouilles de l’IRScNB à Kundur (Russie) et à Bayan Mandahu (Mongolie chinoise) sont exposées, sous forme de moulages de très bonne qualité.
 
Citons encore, outre les Iguanodons, un Stegosaurus, Diplodocus, Tyrannosaurus exceptionnel, Vélociraptor, Cryolophosaurus, Struthiomimus, Ankylosaurus, Olorotitan, Psittacosaurus, Lesothosaurus, Amurosaurus, Chasmosaurus, Maiasaura (et son nid), Oviraptor, et quelques « dinosaures à plumes » chinois.
 
Loin de se cantonner aux seuls squelettes, ou même aux reconstitutions animatroniques (qui ont purement et simplement disparu car elles ne collaient plus aux dernières découvertes) on peut y admirer l’environnement dans lequel évoluaient les dinosauriens, plaques à empreintes de pas, fossiles annexes des mêmes périodes, aussi bien terrestres que marins.
 
Nouveauté pour la Belgique, le PaleoLab. Ce laboratoire de paléontologie permet aux enfants de chercher de vrais fossiles, de monter des squelettes de dinosaures, de réaliser des moulages, de créer une mini-tempête de sable pour dégager un squelette, de s’habiller comme les néanderthaliens…
 
Même la cafétéria du Muséum a subi un lifting complet, et nous est revenue sous le nom de « Dino-Café » et, ce qui ne gâche rien, nettement mieux achalandée et plus rapide qu’auparavant.
 
Pour en revenir à l’exposition, un seul petit bémol en apparence, la présence de superbes fossiles tertiaires de Messel (Allemagne) qui explicitent la survie des dinosaures devenus des oiseaux.
 
L’on peut néanmoins regretter l’absence de la majorité des fossiles dont notre pays n’est pas avare, nous voulons parler des invertébrés et autres requins, mais patience, de nouveaux grands travaux et ouvertures de salles sont prévus, par exemple en juin 2008, la salle surplombant le nouvel escalier monumental présentera une expo historique sur le Muséum et ses collections.
 
Ensuite une Galerie de l’Evolution (Il faut bien faire la nique aux créationnistes…) le 12 février 2009 afin de fêter comme il se doit le bicentenaire de la naissance de Darwin, cette exposition sera logée à l’étage de l’Aile Janlet. En 2010, l’ancien couvent mettra à l’honneur la biodiversité.
 
En tout cas, un grand coup de chapeau au Muséum et à ses sponsors, le pari est indubitablement réussi !
 
  
Quelques photos glanées sur internet : http://portfolio.lesoir.be/main.php?g2_itemId=125999

Phil « Fossil »
 

Publié dans Billets d'humeur

Partager cet article

Repost 0

Un duo d’Hexanchus gigas du Pliocène anversois

Publié le par Phil Fossil

hexanchus-gigas-1.jpg

 
Hexanchus gigas, Pliocène inférieur, Port d’Anvers, Belgique. Largeur 35 millimètres.
 
hexanchus-gigas-2.jpg 
 
Hexanchus gigas, Pliocène supérieur, Port d’Anvers, Belgique. Largeur 43 millimètres.
 
 
 
Il y a une paire d’années de cela, nous avions repéré à la surface d’une plaine de sable une couche graveleuse ne ressemblant pas au gravier de base classique des « Sables de Kattendijk ».
 
Ce niveau de sable verdâtre à brunâtre, surnommé « Galets rouges », appartient visiblement aux « Sables de Kattendijk » et présente de nombreux galets gréseux aplatis de couleur rougeâtre, ainsi qu’un petit peu de gravier noir qui y est mélangé. On y trouve de nombreuses coquilles et de rares dents à couronne bleutée et racine rougeâtre en très bon état de conservation !
 
Cerise sur le gâteau, une rigole emplie d’eau située à proximité permettait le tamisage à l’eau et le nettoyage impeccable de tout le sédiment.
 
L’une des journées de fouilles a vu en tout et pour tout la découverte de quatre dents de requins !
 
Cela peut sembler très peu, voire ridicule, mais parmi ces quatre pièces se trouvaient ces deux Hexanchus, découvertes à une heure d’intervalle… La première et la plus petite des deux, fut dénichée à mon emplacement initial, ce dernier ne donnant plus rien je me déplaçai pour tamiser une autre couche très fine que je voyais affleurer plus loin. Le premier tamis délivra le deuxième spécimen, fièrement posé au dessus des cailloux et coquilles…
 
L’une est la plus grande pièce de cette espèce personnellement mise au jour, l’autre est sans doute l’une des plus complètes !
 
Si d’aventure vous avez découvert une jolie pièce, vous pouvez nous en envoyer à notre adresse de contact une ou plusieurs photos et un texte décrivant les circonstances de sa découverte, nous nous ferons une joie de publier le tout dans cette rubrique. Merci d’avance !
 
Phil « Fossil »
 

Publié dans Vos découvertes !

Partager cet article

Repost 0

Nouvelle galerie des dinosaures à l’IRScNB

Publié le par Phil Fossil

 
Pour les fans inconditionnels de dinosaures, nous ne pouvons passer sous silence la réouverture ce week-end des 27 et 28 octobre de la grande salle du Muséum des Sciences Naturelles de Belgique qui était en travaux depuis trois longues années déjà.
 
Les Iguanodons de Bernissart seront à nouveau visibles, et ils seront accompagnés de nombreux autres squelettes, nids de ponte et traces de déplacement de dinosaures, sans oublier les tortues, mosasaures, ammonites, etc.
 
Pour fêter cet évènement comme il se doit, l’accès au Muséum sera gratuit tout le week-end !
 
Pour plus d’information :
 
Pour ceux qui ont accès aux chaînes TV belges, signalons que l’émission animalière « Le Jardin extraordinaire » sera largement consacrée à la réouverture de cette aile du Muséum. A voir sur "La Une" le dimanche 28 octobre à 20h10.
 
Bonne visite, et sans doute nous rencontrerons-nous sur place ?
 
Phil « Fossil »
 

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Repost 0

City-Trip à Dublin, Irlande

Publié le par Phil Fossil

 
 
Prévu de longue date, ce long week-end touristique a néanmoins dû être remanié un tantinet, notamment de par ma relative incapacité à utiliser correctement le genou gauche toujours amoché par la chute auvergnate.
 
Les visites ont été réduites, histoire de se ménager des demi-journées de repos entre les promenades. La seule concession « paléontologique » à ce voyage totalement touristique était, après presque une heure de marche laborieuse à souhait vu l’état de votre serviteur, une visite très attendue au Musée Irlandais d’Histoire Naturelle… Qui s’est avéré être fermé pour quelques mois !
 
Nous remercions d’ailleurs chaleureusement le « Tourist Office » de Dublin pour nous avoir conseillé d’y aller et renseigné la veille les coordonnées de ce Muséum… Tout en « oubliant » de nous signaler sa fermeture de longue durée !
 
Nous avons néanmoins pu admirer de nombreux bâtiments et surtout l’exceptionnel Musée d’Archéologie présentant de fabuleux bijoux et autres objets remontant pour certains à 7000 ans avant JC. Epinglons notamment quelques « momies » humaines de l’Age du Bronze, découvertes dans des tourbières.
 
Dans quelques vieux murs dublinois, il est également possible d’observer un échantillonnage réduit de fossiles carbonifères marins, très proches de ce que l’on trouve dans notre Tournaisien : Euomphalus, Bellerophon, Crinoïde, Orthoceras sp., Caninia cornucopiae, Gastéropodes et brachiopodes « en coupes ».
 
Les photos constitueront dans un futur proche la matière à un nouvel album photo de voyage…
 
Pour préparer votre trip, voici quelques liens incontournables :
 
Fossiles du Nord de l’Irlande (Ulster Museum) :
  
Thrinacodus découvert en Irlande
 
Geological Survey of Ireland (super site, et ils ont une collection de fossiles visitable)
 
National Museum of Ireland (Natural History : closed !)
 
 
Phil « Fossil »
 

Publié dans Générale

Partager cet article

Repost 0

Bourse Interminéral 2007 à Liège, Belgique

Publié le par Phil Fossil

 
Pour la 38ème édition, la Bourse Internationale aux Minéraux, Fossiles et Gemmes aura lieu les 10 et 11 novembre au Palais des Congrès, Esplanade de l’Europe 1, à 4020 Liège.
 
De 10 à 18h, PAF entrée adultes 4 euros, étudiants 2 euros, moins de 12 ans, gratuit.
 
L’exposition, de très bonne facture, intéressera tout particulièrement les minéralogistes cette année, son thème est : « SITES ET MINERAUX MYTHIQUES BELGES ».
 
Quartz de Nil-Saint-Vincent et de Quenast, Calcite de Beez, Mont-sur-Marchienne, Calamine de Moresnet, Fluorine de Seilles et autres merveilles ont été sauvées de sites pour la plupart inaccessibles de nos jours.
 
Phil « Fossil »
 
 
Pour info :
Association des Géologues Amateurs de Belgique (AGAB)
Rue de Spa, 23
B-4020 Liège
 

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Repost 0

Le processus de désagrégation des roches, destructeur de fossiles

Publié le par Phil Fossil

 
 
L’argument « massue » des protectionnistes, laisser les fossiles et les minéraux en place pour les générations futures, n’a pas de sens, et ce même sur un site soi-disant protégé.
 
En effet, la nature, par le biais de l’érosion et de l’altération, est le plus grand vandale !
 
Les principales causes de la désagrégation des roches sont les suivantes :
 
Chocs thermiques : la différence de température constatée entre le jour et la nuit cause à moyen ou à long terme la fragmentation de la plupart des roches et de leur contenu.
 
Gel-dégel : En faisant gonfler l’eau contenue dans la roche, le gel a un effet de « coin » sur cette dernière. Le dégel est le moment où se produisent les plus grands éboulements de falaises crayeuses.
 
Minéraux inclus : Certains minéraux, comme le gypse, la pyrite et le sel ont au contact de l’eau un effet de gonflement qui fait éclater les roches et peut provoquer une solifluxion. (glissement)
 
Vagues, rivières : L’érosion très agressive, par la projection et le frottement des galets sur les couches en place entraîne le rabotage des objets contenus ce qui aboutit à leur destruction rapide.
 
L’eau de mer : par le sel qui y est contenu, attaque sans rémission les fossiles pyriteux et les pyrites ou marcasites affleurant sur les platiers. Le sel peut également, en cristallisant, désagréger les roches et les fossiles provenant de platiers ou de fonds marins lors de leur séchage si les pièces n’ont pas été correctement dessalées !
 
Pluies : Généralement riche en acides dus à la pollution atmosphérique, elle dissout les carbonates et d’autres minéraux constitutifs des fossiles, elle oxyde la pyrite en limonite.
 
Racines de végétaux, Lichens, Algues : ils altèrent et dissolvent les roches en contact, ainsi que les fossiles et les minéraux affleurants.
 
Acide humique : Incluse dans l’eau percolant dans la terre végétale, dissout de nombreuses roches sous-jacentes et altère leur contenu.
 
Activités des animaux : Par chocs, bioturbation et frottement répété. Les sangliers et cervidés dans les bois ont un effet non négligeable. Les pholades et éponges Cliona creusent des galeries dans les roches et coquilles qui détruisent également les fossiles des platiers et fonds marins.
 
 
Examinons maintenant comment les roches se désagrègent, et dans la foulée ce qu’il advient des fossiles qui y sont contenus.
 
Sables
 
Déjà dissociés au départ, ils peuvent néanmoins perdre par dissolution leur contenu en calcaire ainsi que les fossiles calcareux qui y sont contenus par percolation d’eau riche en acides. Les restes de vertébrés éclatent en esquilles ou se dissolvent, ils sont également sensibles au contact des racines de végétaux qui les décolorent et les fragilisent.
 
Argiles, Marnes
 
Les chocs thermiques et les eaux courantes délitent les argiles, générant des « bad-lands ». Les fossiles sont naturellement dégagés, étant essentiellement pyriteux ils s’altèrent très vite par la faute des pluies acides.
 
Craies
 
Très sensibles à la dissolution comme aux chocs thermiques et au gel, les craies voient très souvent les fossiles calciteux qui y sont contenus, par exemple les oursins, littéralement « exploser » s’ils ne sont pas intérieurement renforcés par du silex. 
 
Schistes
 
Sensibles aux chocs thermiques et au gel, ils se délitent facilement en petites esquilles, les fossiles (brachiopodes essentiellement) quant à eux peuvent rapidement perdre leur fragile coquille calcitique, à la longue le moule interne restant devient terreux et se dissout assez vite.
 
Calcaires
 
Ces roches sont plus résistantes aux chocs thermiques, mais les acides les dissolvent à plus ou moins longue échéance, laissant des argiles et une concentration de fossiles en calcite moins solubles. Voir « Argiles »
 
Grès
 
Le grès à ciment calcitique est sensible aux acides, qui l’altèrent en sable. Les fossiles des grès ayant généralement perdu leur coquille, ils disparaissent bien évidemment dans le courant de ce processus. Voir « Sables ».
 
 
Donc, n’oubliez jamais :
 
Fossile ramassé, fossile sauvegardé !
 
Phil « Fossil »
 

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>