Deux week-ends complets à Anvers !

Publié le par Phil Fossil

 

Ces dernières semaines, mon horizon s'est dégagé au niveau professionnel, mais j'aurai également bien profité de mes week-ends.

Deux week-ends entiers consacrés à la prospection dans le Néogène d'Anvers, excusez du peu...

Le premier nous a même vus, Renaud et moi, passer la nuit sur place dans la camionnette.

Et on peut dire sans l'ombre d'un doute que dormir là-dedans n'a aucune similitude avec la nuitée dans un 5 étoiles...

Si l'on a gagné du temps en évitant deux trajets, je l'ai très vraisemblablement reperdu en ne passant qu'une nuit très courte et agitée !

M'obligeant à faire une sieste assez longue sur un tas sableux, pendant que Renaud tamisait de plus belle !

Ayant fait deux endroits très distincts, nous avons pu travailler au tamis, mais également à la vue, le vent assez fort effectuant un bon travail de dégagement.
 
Les trouvailles ont certes été au rendez-vous, surtout pour Renaud, mais je ne me suis pas trop mal débrouillé non plus.


Le deuxième week-end, la météo annoncée étant idyllique, quoique un peu chaude pour les travaux de tamisage intensif, il n'y avait aucune hésitation à avoir !

Plusieurs amis français venant goûter à nos richesses anversoises, c'était l'occasion de profiter du beau temps, en prime.


Le samedi, Frédéric arrive avant l'heure prévue, on embarque dans la camionnette et après quelques courses et une pause café on arrive sur le site.

Déjà plusieurs voitures sur place, nous devons nous parquer plus loin.

Le trou que j'ai commencé la fois précédente ne semble pas avoir bougé, j'y replonge mais les trouvailles moyennes m'obligent rapidement à changer d'endroit.

Là, c'est beaucoup mieux, il y a même d'assez grandes pièces qui sortent, en plus des jolies petites espèces.

Ce qui m'épate est le nombre incroyable de bulles tympaniques de dauphins : une bonne vingtaine sur la journée !

Sinon, de jolies Notorhynchus cepedianus (dont une supérieure collée à un galet noir) et Galeocerdo aduncus en plus des dents "communes".

La nuit commence à tomber quand on replie, il est quasiment 22h quand je peux enfin m'affaler dans le fauteuil, épuisé.

J'ai dû tamiser 2m3 comme rien, les courbatures aux genoux, bras et épaules sont là pour en témoigner. Heureusement la nuit est longue et réparatrice !


Le dimanche, Aline, Bruno et leur fils Valentin arrivent après des visites touristiques du samedi, et, comme la veille, on change de véhicule avant de démarrer pour le Port anversois.

J'ai décidé de la faire plus cool, mais je continue ma couche et les trouvailles persistent à sortir.

C'est peu après la discussion avec un hollandais de passage, qui me dit que cette couche déjà travaillée ne donnera rien, que je sors une assez jolie Hemipristis serra !

Outre celle-là, une fort belle grande Cosmopolitodus hastalis, à nouveau une bonne dizaine de bulles tympaniques de delphinidés, plusieurs dents de dauphins, une canine de Squalodon, et certainement 5 Galeocerdo aduncus en plus de petites dents d'espèces plus fréquentes constituent l'essentiel de ma récolte.

Aline met au jour un morceau de mandibule montrant 3 alvéoles dentaires, il n'est pas clair à ce stade s'il s'agit de dauphin ou de phoque. En tout cas, très intéressant !

Valentin, indubitablement motivé, trouve des dents dans chaque tamis, ou peu s'en faut.

L'après-midi est déjà bien entamé quand on décide de faire un peu de "tourisme" de l'autre côté de l'Escaut, et de trouver une taverne accueillante pour les prospecteurs assoiffés que nous sommes.

Arrivés à Doel, où le village en grande partie exproprié montre ses maisons décrépies et copieusement taguées, la brasserie du Moulin est fermée, et le bac traversant l'Escaut pour rejoindre Lillo et ses restaurants n'opère qu'en saison.

A un week-end près, c'était bon... Pas de chance !

Après une petite promenade pédestre sur la digue de l'Escaut, on repart pour le Fort Liefkenshoek, où je sais qu'une taverne nous acceptera certainement... Même en habits de fouilles !

Quelques boissons et snacks plus tard, on repart pour Bruxelles, mes nouveaux amis reprennent leur véhicule et vont loger en ville, en prévision de visites touristiques du lendemain.

Outre les courbatures qui seront vite oubliées, il me reste deux petits seaux de fossiles, et certainement 2 grands seaux de tamisat... Du travail en perspective !

En tout cas...

Vivement la prochaine !

Phil "Fossil"

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article