Prospecter sur les plages, une bonne idée ?

Publié le par Phil Fossil

 


Les sites côtiers sont très intéressants pour nous, la mer (surtout en période de tempêtes et/ou de grandes marées) nettoie bien les affleurements côtiers ce qui permet de meilleures découvertes sans grande fatigue.

Sur les côtes européennes, une grande variété de sites à fossiles sont connus, que cela soit en Belgique (dents de requins), en France (oursins, ammonites, empreintes de pas de dinosaures, trilobites...), aux Pays-Bas (dents de requins, dents et ossements de mammifères quaternaires...), et j'en passe.

Qui n'a jamais entendu parler des sites côtiers du Royaume-Uni (être une île présente en ce domaine d'incontestables avantages!), citons en vrac : Lyme Regis, Charmouth, l'Ile de Wight, le Devon, le Yorkshire (Whitby), Folkestone, Barton-on-Sea, L'Ile de Sheppey, l'Ile de Skye en Ecosse...

L'Espagne et le Portugal sont également bien dotés en sites paléontologiques côtiers.

Les côtes maltaises sont un atout paléontologique certain, certaines plages rocheuses sont en effet constellées d'oursins miocènes et d'autres fossiles.

Ailleurs dans le Monde, de belles découvertes sont également faites sur le littoral :

Les îles fossilifères aux Philippines, où les restes de requins, raies et poissons sont monnaie courante.

L'île de Java, où les rivières et embouchures fournissent un riche éventail de vertébrés fossilisés.

Les Etats-Unis, et en particulier la Floride, les deux Caroline, la Géorgie et le Maryland, sont réputés pour les fossiles tertiaires et quaternaires.

Néanmoins, certains endroits doivent être visités avec précaution, vu que les chercheurs partagent l'environnement avec d'autres espèces, pas forcément sympathiques, amicales, ni bien intentionnées à leur égard...

(Photo de plage de Louisiane, reprise de Facebook)

Et nous nous plaignons de nos conditions de fouilles pas toujours optimales...

Phil "Fossil"


 

Prospecter sur les plages, une bonne idée ?

Commenter cet article