Un super week-end à Anvers !

Publié le par Phil Fossil

Un super week-end à Anvers !




Ce vendredi, mon ami didier arrive vers 18h de son Lyonnais, on embarque tout le matériel, le bagage (car je suis parti deux jours et deux nuits), et on se met en route pour Anvers.

Non sans un arrêt au supermarché proche, histoire d'avoir de quoi boire et manger pendant les deux journées.

Notre hôtel est dans le quartier juif, tout près du zoo et de la splendide gare centrale d'Anvers.

Le temps d'arriver (vu les travaux et les feux interminables dans le centre anversois) on s'installe puis on part chercher un resto.

Ceux à proximité sont déjà tous fermés, on se rabat sur un kebab : il s'avère très correct et je suis bien calé pour la nuit.

Le sommeil arrive très vite, il nous faut reprendre des forces pour le lendemain.


Le samedi, on est debout à 7h30, une heure après on est prêts, on a acheté les viennoiseries et un café à la boulangerie toute proche, et on se met en route.

Arrivés sur les tas sableux peu après 9h, on emmène le matériel des tamiseurs-fous et on choisit un emplacement où il reste de la couche exploitable.

Je tourne sur 3 tamis, Didier sur 2, ce qui permet de trouver des dents plutôt petites mais sympas.

De temps à autre je change d'emplacement, et je fais quelques tamis; quand cela donne plus je m'acharne, sinon je me déplace à nouveau.

Pour liquider la couche, on travaille en symbiose : Didier gratte et charge les tamis, moi je tamise, j'élimine les gros cailloux et coquilles fragmentaires les plus imposantes et je verse le résidu dans des seaux.

Quand les 3 seaux emmenés sont bien remplis, on commence à replier.

Il est largement passé 19h quand on redescend à la voiture, ce qui prend un peu de temps vu la pléthore de matériel à ramener, sans même parler des 3 seaux de gravier... Au moins 50 à 60 kilos au total !

Le bilan (provisoire) de la journée : une belle Squatina angeloides, 3 Notorhynchus valables (une inférieure, une supérieure et un beau poinçon parasymphysaire), une demi-douzaine de Galeocerdo aduncus, une dent de dauphin, deux dents de cachalots plus ou moins partielles, plus les habituelles Cosmopolitodus hastalis, Isurus oxyrhynchus, Anotodus retroflexus, Lamna nasus, Hypoprion acanthodon, Araloselachus vorax...

Retour à l'hôtel, une douche et on part manger de l'autre côté de la gare.

Un excellent grill, où des fruits de mer "à la belge" nous régalent ! Un petit dessert là-dessus, et on est comblés.

On décide de se lever une heure plus tard le lendemain, les réveils sont réglés et on plonge dans les bras de morphée.


Le dimanche, on est debout à 8h30, partis vers 9h45 après les ablutions, vider la chambre de nos affaires, l'achat des couques et d'un grand café fort.

On va prospecter à la vue des parties argileuses et graveleuses, tout en étant bien conscients qu'il n'y a pas eu de grosses pluies depuis ma dernière visite si productive !

Les dents sont nettement plus rares cette fois, mais je déniche assez vite une belle Parotodus benedeni. Suivront de l'Anotodus retroflexus, Cosmopolitodus hastalis, une Galeocerdo aduncus, une Rhizoquadrangulus (Ex-Lamna) rupeliensis très peu courante, et une deuxième Parotodus benedeni moins jolie et un tantinet moins complète, mais correcte.

Un autre chantier est vu en 4ème vitesse, les travaux y sont terminés et la couche recouverte de gravats, à mon plus grand déplaisir.

Pour terminer la journée, retour au site à tamisage : Didier bien que fatigué monte à l'assaut mais se contente de prospecter à la vue. Quelques dents dégagées par la pluie et le vent seront engrangées sur la bonne heure où il examine les zones sableuses et graveleuses, travaillées ou non.

Moi j'ai ma dose, ayant déjà dû lutter contre le sommeil pendant le trajet : je reste donc sagement me reposer dans la voiture.

Quand il revient, on repart pour la maison.

Une fois arrivés, on trie le matériel, chacun récupère ses objets et il repart pour loger près de Bruxelles, afin d'être en forme pour rentrer à Lyon le lendemain.

Moi je trouve encore le courage de ranger le matériel et de nettoyer les meilleures pièces du week-end, avant de m'affaler pour le compte dans un fauteuil...

Les courbatures sont encore bien présentes le lundi, mais malgré tout :



Vivement la prochaine !


Phil "Fossil"
 

Publié dans Comptes-rendus, Générale

Commenter cet article