Un samedi tranquille à Anvers, ça change un peu…

Publié le par Phil Fossil

Habituellement, un week-end sur deux, je me dois de me reposer de la fatigue des journées de travail (et des nécessaires autant que longs trajets) ainsi que des nuits normalement devenues trop courtes pour mon âge « avancé ».

Cette fois, pas de tergiversation possible, nous sommes attendus entre 10h et 10h30 à Anvers par un groupe d’amis français du club de Bougival.

La météo est annoncée cataclysmique le samedi, un peu moins infâme le dimanche, mais bon, quand il faut y aller, il faut y aller !

J’ai néanmoins pris le temps de consulter le radar précipitations, lequel me permet de prévoir que nous ne devrions pas essuyer de pluie conséquente, ça rassure quand même un petit peu…

On arrive à l’heure du rendez-vous, certains sont déjà là, d’autres sont encore attendus, car étant perdus dans le Port ou venant de nettement plus loin.

Après avoir attendu le quart d’heure académique, et avoir donné les directions par téléphone au retardataire, on s’équipe et on monte à l’assaut du site.

Les premières dents sont découvertes en surface, les précipitations exceptionnelles du lundi précédent ayant bien fait leur œuvre.

Je me mets assez vite au tamisage, les trouvailles sont de petite taille mais sympas quand même.

N’ayant même pas oublié d’emporter un tamis de petit maillage, je réceptionne les graviers qui tombent du tamis lors du tri, ce qui me permettra in-fine de ramener un seau de résidu à trier… Bien lourd, comme il se doit !

Les retardataires sont finalement arrivés, ils commencent à chercher également.

Mais assez vite, ils se déplacent dans leur majorité tandis que l’un de mes amis français s’entête à tamiser pas loin de moi…

Et il a raison, ça commence à payer.

La chaleur est de plus en plus présente, le soleil aussi, on est très loin des prévisions… Tant mieux !

Il est 16h30 quand la fatigue et les courbatures commencent à se faire sentir, je fais le tour des participants pour papoter un peu et m’enquérir de leurs trouvailles somme toute fort convenables : de belles dents de Cosmopolitodus hastalis dont une assez grande inférieure, un triturateur de chimère Edaphodon antwerpiensis et des bulles tympaniques/rochers de dauphins pour Jean-Marie, plus des espèces plus petites mais tout aussi intéressantes.

Le retour à la voiture sera pénible, nous sommes garés plus loin qu’à notre habitude et le seau de graviers est diablement lourd !

Mais, non sans quelques pauses et des jurons bien sentis, on arrive enfin au véhicule.

Après un trajet sans histoire, je peux décharger l’auto et nettoyer les trouvailles dentaires.

Le bilan est très honorable : petites dents de Cosmopolitodus hastalis (notamment une incluse dans un galet gréseux miocène), de belles Notorhynchus cepedianus, Galeocerdo aduncus, Araloselachus vorax, Hypoprion acanthodon, un beau triturateur de chimère Edaphodon antwerpiensis, deux dents de raie Aetobatus arcuatus, deux dents de dauphins et une demi-douzaine d’os tympaniques…

Après avoir tout rangé, direction le fauteuil, et se relaxer s’impose.

Le dimanche, repos.

Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’ouvrage !

Etaler le contenu du seau de tamisat dans une cagette plate en carton, tout en récupérant les coquilles, moules internes et ossements qui s’y trouvent encore mélangés, nettoyer ces derniers, les étaler dans une autre caisse pour leur séchage, ça nous occupe déjà une petite heure.

De belles petites dents sont récupérées dans la foulée.

Vu que contrairement aux prévisions il fait très beau, on se remet au tri du tamisat des mois précédents : il a largement eu le temps de sécher et se trie donc très facilement.

Pas mal de petites espèces sont encore engrangées, notamment de belles dents de poissons sparidés et des dents de squales : poinçons de Notorhynchus cepedianus dont un visiblement malformé, des quenottes de Squatina angeloides, Hypoprion acanthodon, Sphyrna sp…

Au total, un bien beau week-end… A tous les points de vue !

Vivement la prochaine !

Phil « Fossil »

Publié dans Comptes-rendus, Générale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article