Un long week-end de repos ? VRAIMENT ???

Publié le par Phil Fossil

Ce long week-end de la Pentecôte était assurément le bienvenu, trois jours de repos ne se refusant pas, surtout vu le fait que votre serviteur n’a plus pu prendre de vraies vacances depuis presque 11 mois…

Le samedi est dédié à la récupération, totale et intégrale, à la fois de la semaine de travail et de ses inévitables trajets, mais surtout en prévision du lendemain où une sortie définitivement non-relaxante est prévue.

Le dimanche, Renaud est là à 9h tapantes, on embarque un matériel minimal pour traiter tous les cas de figure en matière de sites. Nous avons prévu une prospection afin d’avoir de nouveaux endroits à fouiller, mais espérons aussi passer quelques heures sur des sites que nous savons être un minimum productifs, afin de rentabiliser un tant soit peu la journée.

La ville ainsi que le port d’Anvers seront l’objet de toutes nos attentions.

Nous commençons par un ancien chantier ouvert dans le Miocène et découvert sur les images satellites près de l’aéroport d’Anvers, malheureusement vu le temps considérable passé depuis la date de prise de vue, les nombreux tas visibles ont quasi tous disparu. Tout au plus nous ramassons quelques moules internes de bivalves et aussi des dents fort petites et abîmées. Nous n’y restons donc que très peu de temps.

Repartis pour le port, on continue l’endroit vu en fin de journée il y a 15 jours, le chantier a avancé, la partie où nous avions un peu tamisé à la nuit tombante a été recouverte de granulats mais il reste de l’ouvrage pas loin de là. On examine soigneusement toute la surface encore accessible, bien nettoyée par les pluies de la semaine, ce qui rapporte pas mal de dents. Les tamis entrent assez vite en action, ce qui complète encore notre moisson. Renaud y déniche à la vue sa plus grande Cosmopolitodus hastalis jamais trouvée (au minimum 6,7 centimètres) tandis que je mets au jour une assez belle Sphyrna zygaena (requin-marteau commun), dent très rare sur notre territoire. Le reste des espèces est constitué par plusieurs Cosmopolitodus hastalis, Araloselachus vorax, Isurus oxyrhynchus, une vertèbre de requin et 3 morceaux de Megaselachus megalodon.

On repart pour un peu de prospection, quelques affleurements de « Sables d’Oorderen » nous permettent le ramassage de jolies coquilles pliocènes et actuelles, et une très belle vertèbre de dauphin pour Renaud.

Nous repartons en direction de Berchem, où un grand chantier repéré au bord du ring a attiré notre attention de par les nombreuses coquilles visibles parmi les sables noirs. Un arrêt rapide nous permet de récupérer quelques grands Glycymeris lunulata baldii mais aucune dent ni ossement de cétacé. Un combi de police s’approche de nous, je leur montre le sachet de trouvailles en expliquant ce que l’on cherche, ils sourient et ils nous laissent largement tranquilles.

Nous repartons à nouveau pour l’autre rive de l’Escaut, où j’espère (vu l’état déjà assez abîmé des genoux et du talon) terminer la journée en tamisant tranquillement. Renaud très fatigué reste dans le véhicule pour une bonne sieste, pendant que j’arrive à un emplacement me semblant prometteur.

J’y travaille exclusivement au 10 millimètres de mailles, en vérifiant après avoir trié chaque tamis ce qui en est tombé. Cela me permet de récupérer des petites pièces autrement perdues… J’ai déjà travaillé de la couche plus riche, mais, malgré tout, des chouettes petites espèces sont engrangées. Cosmopolitodus hastalis, Isurus oxyxhynchus, Notorhynchus primigenius dont plusieurs poinçons, une vertèbre de requin assez allongée, (Squatina sp ?) une très jolie Galeorhinus contortus de grande taille pour l’espèce et très rare chez nous, une dent de dauphin Eurhinodelphis cocheteuxi et deux dents de cachalot Physeterula dubusi partielles, dont une très belle couronne.

Il est largement passé 20h quand la fatigue commence à être la plus forte, je mets un terme à ma prospection en jetant un coup d’œil incrédule au tas énorme de sable que j’ai tamisé : plus d’un mètre cube, à ajouter à la quantité non négligeable déjà faite le matin sur l’autre site. Et les kilomètres de marche, aussi…

Je me promène et je discute avec un allemand de Hambourg qui travaille de manière intensive la totalité du long week-end, ses trouvailles sont assez remarquables : deux Parotodus benedeni, une énorme Cosmopolitodus hastalis (entre 8 et 8,5 centimètres de hauteur !) presque complète et d’autres pièces plus petites. Un peu de prospection à vue ne donne rien, je retourne à mon emplacement m’asseoir et me reposer, vu que Renaud a commencé à prospecter à la vue.

Ayant presque épuisé mes dernières forces, je redescend à l’auto, je remets le matériel en place et je mange le reste de mon pique-nique. Renaud me rejoint avec l’allemand, on discute un peu jusqu’à la tombée de la nuit et on reprend la route.

Comme il fait encore très faim, on décide de s’arrêter sur la route pour manger mais l’heure tardive ne nous facilite pas la tâche : tout est fermé !

Ce n’est que près de mon domicile qu’un Quick encore ouvert (et plus pour très longtemps !) pourra enfin nous permettre de nous sustenter.

Il est 23h bien sonné quand je serai finalement rentré, une chose est certaine, le nettoyage des trouvailles attendra le lendemain…

Du dimanche au lundi la nuit aura été très longue, il est pratiquement 14h quand j’émerge, courbaturé de partout. Ce jour n’aurait pas été férié, il m’aurait été totalement impossible de partir bosser…

Quand la chaleur est un peu passée je peux sortir : je commence par les dents des deux sites qui sont passées à l’eau et gardées séparées, puis le reste des fossiles mio-pliocènes du Port (coquilles et ossements) et je nettoie dans la foulée un seau d’ossements restant d’une précédente fouille.

Il me faudra bien le reste de la semaine pour récupérer les muscles et les articulations endoloris, mais en tout cas :

Vivement la prochaine !

Dans l’ordre des étages stratigraphiques, quelques photos faites par Renaud de cette sortie :

Bancs jumeaux à Glycymeris lunulata baldii du Miocène (Hemmoorien) de Berchem, ville d’Anvers

Deux dents de Cosmopolitodus hastalis du Néogène portuaire d’Anvers (Celle de Renaud à gauche)

Vertèbre de dauphin du Pliocène portuaire d’Anvers (De Renaud)

Phil « Fossil »

Un long week-end de repos ? VRAIMENT ???
Un long week-end de repos ? VRAIMENT ???
Un long week-end de repos ? VRAIMENT ???

Publié dans Comptes-rendus, Générale

Commenter cet article