Découverte de deux nouvelles espèces de dinosaures aux États-Unis

Publié le par Phil Fossil

AFP Mis en ligne jeudi 19 mai 2016, 17h56

Les deux découvertes font l’objet d’une publication mercredi dans la revue américaine PLOS One.

Deux nouvelles espèces de dinosaure à cornes ont été découvertes aux États-Unis. L’un d’eux a été trouvé par hasard par un amateur. Ce dernier dinosaure a été surnommé Judith, du nom de la formation géologique « Judith River » dans le Montana ou il a été trouvé. Bill Shipp, physicien nucléaire, chasseur amateur de fossile l’a découvert en explorant la propriété qu’il venait d’acheter. « J’étais loin d’imaginer que la première fois que j’irais à la chasse aux fossiles je tomberais sur une nouvelle espèce », a expliqué le physicien.

Proche du tricératops

En 2015, Judith a été achetée par le Musée national canadien de la Nature. Datant de 76 millions d’années, ce dinosaure herbivore mesurait cinq mètres de long et pesait jusqu’à quatre tonnes. Son nom scientifique est Spiclypeus shipporum et il appartient à la famille des Chasmosaurine qui compte le célèbre Tricératops. Tout comme ce dernier, le Spiclypeus shipporum avait des cornes et une collerette osseuse protégeant son cou. Mais ce qui le distingue ce sont ses deux cornes juste au-dessus des yeux qui étaient orientées vers les côtés ainsi que la disposition particulière des pointes de sa collerette.

Certains de ces os montraient des signes d’arthrite avancée et d’infection laissant penser que l’animal devait souffrir. Les scientifiques ont également estimé qu’il devait avoir au moins dix ans au moment de sa mort.

Une découverte rare

Le deuxième nouveau dinosaure a été découvert en Utah. Il était doté de quatre cornes et vivait il y a 77 millions d’années. Il a été mis au jour dans le parc national du Grand Staircase-Escalante National Monument. Ce dinosaure herbivore qui devait mesurer de six à huit mètres de long et peser entre une et deux tonnes, a été baptisé « Machairoceratops cronusi ». Ces chercheurs soulignent qu’il est rare de trouver des fossiles de cette famille de dinosaures dans cette région des États-Unis. Ils sont le plus souvent découverts en Alaska, dans le Montana, ou dans les provinces canadiennes de l’Alberta ou de la Saskatchewan.

Les recherches continuent « Même dans des endroits comme le nord-ouest américain, où un travail important de fouilles a été effectué ces 150 dernières années, on trouve encore de nouvelles espèces inconnues de la science », relève Patrick O’Connor, professeur à l’Université d’Ohio, coauteur de cette découverte. Ce dinosaure évoluait dans une partie de l’Amérique du Nord appelée Laramidie, qui se situait à l’ouest d’une mer qui divisait en deux le continent nord-américain.

Le crâne fossilisé de ce dinosaure trouvé dans le sud de ce qui était alors la Laramidie, est différent de ceux des autres dinosaures de la même famille trouvés dans le nord. Cela suggère qu’ils vivaient dans deux régions séparées et formaient deux sous-groupes qui ont connu des évolutions différentes, expliquent ces paléontologues. Les dinosaures de ce groupe, appelés Centrosaurine ceratopsids, avaient des cornes, des becs et des carapaces pour protéger leur cou.

« Le Machairoceratops est unique parmi les Centrosaurines car il possédait également deux grandes cornes recourbées vers le bas situées derrière la tête et qui faisaient partie de la carapace osseuse protectrice de son cou », précise Erik Lund, un scientifique de l’Université d’Ohio, le principal auteur de cette découverte.

Pour l’article original et les photos :

http://www.lesoir.be/1215358/article/demain-terre/biodiversite/2016-05-19/decouverte-deux-nouvelles-especes-dinosaures-aux-etats-unis

Phil « Fossil »

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article