Un week-end sans sortie, ça fait un bail...

Publié le par Phil Fossil


Cette fin de semaine, ma fatigue, conséquence des semaines de travail et surtout des déplacements devenus de plus en plus dantesques, a atteint des sommets !

Il en résulte que me reposer à la maison n'est plus une option.

Le samedi sera dans son immense majorité consacré à celà, je ne mettrai quasiment pas le nez dehors.

Dimanche, je resterai à l'intérieur pour les heures les plus "chaudes" de la journée. Bon, on atteint avec grande difficulté les 20 degrés, ce n'est certes pas la canicule...

Sur le coup de 17h, j'ai une envie soudaine de tri de tamisat. La grosse caisse juste débutée à la fin du dimanche précédent m'attend avec impatience...

Déverser deux poignées dans un chinois de cuisine, bien agiter pour enlever un maximum de sable, déverser le contenu sur un tamis de très fin maillage retourné (creux en bas), et trier les graviers pour en extraire les restes fossiles.

Quand ça a été vérifié deux fois, déverser le résidu dans un seau, dont le contenu terminera sa vie sur un sentier dans mon jardin.

Le soleil s'est juste couché, il est environ 20h15 quand, dans une semi-pénombre, je termine les derniers tamis.

Le bilan est très raisonnable : une demi-douzaine de dents de poissons sparidés, une dent de chimère, quelques dents de raies (éocènes et néogènes), et surtout des dents de requins parmi lesquelles une jolie Alopias (requin renard) d'assez belle taille.

Sans oublier les plus classiques Hypoprion, Galeocerdo, Lamna, Araloselachus, Notorhynchus...

Le travail a été court, mais suffisamment intense : je n'espérais pas faire plus de la moitié de cette caisse...

Mais, enfin, ça ne remplacera jamais une bonne journée de fouilles !

Phil "Fossil"

Publié dans Comptes-rendus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article