C'est juste moi, ou c'est de plus en plus difficile de sortir bosser ?

Publié le par Phil Fossil


Depuis le funeste mardi 22 mars et les attentats bruxellois, la capitale de l'Europe vit dans un semblant d'état d'urgence qui ne dit pas son nom.

Amplement justifié par la barbarie des actes perpétrés, et l'envie de tous de ne plus revivre cela, il y a quand même comme un grand air d'amateurisme.

Normalement, dans des conditions optimales, il me faut entre 2h30 et 3h de trajet (aller-retour) pour parcourir les 14 kilomètres séparant mon domicile de mon bureau.

Avec un métro quasiment à l'arrêt, des trams et bus qui ne désservent pas certaines stations, une seule sortie par station (démerdez-vous pour savoir laquelle, ça n'est jamais indiqué!) et bien sûr une multiplication des trajets à pieds et des escaliers, cela augmente encore la durée totale passée dans les transports publics.

Le 22 mars au soir, l'impossibilité totale d'avoir accès à un moyen de transport public quel qu'il soit m'a forcé à rentrer en taxi.

Les jours suivants, la fermeture un tantinet erratique (pour rester poli) des stations et des gares a fait que j'ai connu une galère sans nom pour me déplacer.

Le fond du fond a quand même été atteint jeudi 24 : 3h pour arriver, 4 heures (!) pour rentrer. Cumuler 7h de trajet (juste pour traverser une ville d'un million d'habitants !) avec une journée de travail de 8h, cela n'est assurément pas humain...

Ajoutez à cela le fait que j'évite autant que faire se peut le métro, pour privilégier les bus en surface et le train, moins fréquentés et plus rapides.

Même maintenant, en pleine semaine de congés de Pâques, il me faut encore entre 3 et 4 heures de transports par jour. (Au lieu de 2h dans une période de vacances "normale".

Il faut dire aussi que la situation des gares et stations de métro change de jour en jour : on peut très bien sortir par un chemin un jour donné, et se trouver face à des volets métalliques fermés le lendemain...

Ce qui me donne la situation kafkaïenne suivante : ma partie de trajet effectuée en train dure 25 minutes, mais pour arriver à sortir de la gare, il en faut plus de 20...

En 2016, avec toutes les facilités qu'offrent Internet et l'ordinateur pour effectuer du télétravail de chez soi, cela me semble de plus en plus une aberration... De la part des employeurs de ne pas l'autoriser ni l'encourager !

Et cela devrait, sans nul doute, accélérer encore ma décision de ne plus rester sur le marché du travail après la fin du mois de juin.

PLACE AUX JEUNES !!!

Phil "Fossil"

Commenter cet article