Un peu de nostalgie paléonto-professionnelle

Publié le par Phil Fossil


Mon intérêt pour la Paléontologie et les fossiles ne date pas d'hier, je devais avoir entre 8 et 9 ans quand j'ai commencé à m'y intéresser.

Mes emplois ont assez régulièrement permis le développement de ma collection, notamment par des contacts intéressants avec d'autres personnes partageant ce même hobby.


Cela a commencé il y a trente ans dans une compagnie fabriquant des outils diamantés, poste de rêve pour quelqu'un comme moi qui désirait ajouter des diamants à sa collection de minéraux !

Le ballet incessant des diamantaires dans le service où j'officiais m'a permis d'acquérir des pierres brutes cristallisées de belle taille, de qualité industrielle mais tout-à-fait convenables pour un collectionneur. Et surtout abordables !

L'un de mes collègues directs pratiquait régulièrement la paléontologie d'amateur, quelques-uns de ses doubles se sont donc retrouvés dans ma collection.

La société disposait d'une station de test des scies diamantées, laquelle les essayait sur un large éventail de roches afin de vérifier leur résistance et leur longévité.

Un de leur contacts leur ayant demandé de scier des bois fossiles de provenance argentine, il leur restait un spécimen qu'ils m'ont très gentîment offert.


Par la suite, mon service militaire a été l'occasion d'autres rencontres, dont celle d'un amateur néerlandophone spécialiste du Cénozoïque belge, cela m'a permis d'effectuer des sorties supplémentaires.


De retour chez mon premier employeur, cela n'a plus duré très longtemps, j'ai rapidement changé d'entreprise pour une compagnie d'Assurances du centre de Bruxelles.

Là également, les contacts ont été fructueux, c'est grâce à l'un de mes collègues (et néanmoins ami) que j'ai pu apprendre la construction en cours de l'Ascenseur à bateaux de Strépy-Thieu.

Ce site merveilleux dans le Crétacé inférieur a été mon terrain de jeu assidû pendant plusieurs années, pas loin d'une décennie en réalité !

Mais le contact le plus chouette (et le plus long à ce jour) a été avec mon ami CarchaDOrias, également paléontologue amateur et cheville ouvrière, à l'époque, du GEST.

Nos sorties communes ont été de plus en plus nombreuses, et je ne parle pas de nos pauses-café où l'on partageait des anecdotes professionnelles et extra-professionnelles, mais surtout relatives aux fossiles.

Nous allions à Strépy bien évidemment, mais notre exploration du Port d'Anvers a commencé à cette période et elle a tout-de-suite été fort productive.

Je m'étais également lié d'amitié avec l'employée de la cafétéria, dont le mari grutier avait récupéré (et m'avait offert) deux ossements de mammouth découverts lors du creusement des fondations d'un important immeuble bruxellois. (Une omoplate et un humérus)

Par la suite, en rendant visite à un collègue et ami, j'ai pu découvrir en regardant par la fenêtre les fouilles archéologiques en cours sur un terrain en face de notre bâtiment.

J'aurai pu y fouiller quelques jours, soit en semaine, soit en week-end, sous la supervision du service public des Monuments et Sites de Bruxelles.

Notre départ conjoint (même si pas simultané) de la compagnie a bien évidemment restreint mes contacts avec les collègues restés sur place...


Par la suite, ayant retrouvé un emploi dans le secteur bancaire, les contacts "fossiles" se sont raréfiés, au contraire des sorties qui ont toujours lieu à un rythme mensuel, bi-hebdomadaire voire hebdomadaire... En fonction de mes disponibilités !

Il faut dire qu'il y a relativement peu d'opportunités de fouilles dans le centre de Bruxelles...

Mais, en guise de conclusion, je dirais qu'être sympa avec les gens ça aide toujours.

Phil "Fossil"

Commenter cet article