Test des nouveaux tamis à Anvers

Publié le par Phil Fossil

Ce samedi, est enfin arrivé le grand jour !

On va finalement savoir si le travail du week-end précédent et de la semaine a porté ses fruits...

Renaud arrive, on embarque tout l'équipement et on part faire nos courses routinières afin d'avoir tout ce qu'il nous faut sur le site : nourriture et boissons.

Grâce aux nouveaux sacs de transport, et à un choix judicieux des tamis emmenés, la montée sur le site est moins pénible. Je m'installe à un endroit et je commence à tester le nouveau matériel, d'abord les grands tamis 60x60 centimètres, pendant que Renaud prospecte à vue, une méthode qui lui a toujours rapporté des pièces sympas.

Grâce au maillage plus grand (9x11mms) et à la taille des tamis, le sable disparaît bien plus vite, et vu que je trie les tamis sur un autre de plus petites mailles, de nombreuses petites dents sont malgré tout récupérées dans ce dernier.

Je passe ensuite aux deux tamis plus petits, moins ardus à manipuler et qui recouvrent mieux le tamis rond qui réceptionne ce qui tombe lors du tri.

Renaud commence à tamiser en utilisant les nouveaux tamis 60x60 centimètres, vu la vitesse à laquelle le sable s'évacue il a vite fait un trou imposant et trouvé pas mal de jolies choses.

Lui n'utilise pas la technique du deuxième tamis, car il désire surtout de plus grandes pièces, mais je ne vais pas tarder à lui démontrer qu'il a tort : en triant le tamis de plus petit maillage (tous les 5 à 10 tamis, grosso-modo) je tombe sur une dent d'Hemipristis serra !

Une des plus grandes raretés belges, cela est quand même la deuxième pour ce début d'année...

Quand je vois la taille du trou et du tas de sable que j'ai tamisé, je me rends compte que j'ai traité quasiment le double d'une journée habituelle et que la fatigue commence à se faire sentir.

Renaud me remplit un des deux grands tamis, alors que la nuit commence à tomber, cela me donne quelques petites pièces.

On redescend à la voiture et après avoir mangé un petit morceau, on repart : il fait nuit noire.

Bilan de la journée : une Hemipristis, une très belle Anotodus retroflexus très fraîche, quelques Cosmopolitodus hastalis de taille moyenne, une Isurus oxyrhynchus antérieure, quelques Notorhynchus cepedianus.

Mais surtout de bien belles courbatures et une grosse fatigue, vu le volume travaillé... Ce qui ne m'empêche pas de proclamer haut et fort :

Vivement la prochaine !

Phil "Fossil"

Publié dans Comptes-rendus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article