LES OBLIGATIONS MUTUELLES ENTRE AMATEURS DE FOSSILES ET PALEONTOLOGUES ACADEMIQUES

Publié le par Phil Fossil

DATTILO, Benjamin, Department of Geosciences, Indiana University Purdue University Fort Wayne, 2101 E. Coliseum Blvd, Fort Wayne, IN 46805-1499 and FREEMAN, Rebecca L., Department of Earth & Environmental Sciences, University of Kentucky, Lexington, KY 40506, dattilob@ipfw.edu

Les paléontologues non-académiques, incluant les collectionneurs occasionnels, les hobbyistes dédiés, et les négociants-collectionneurs de fossiles ont toujours apporté des contributions importantes à l'éducation et à la recherche sur le terrain.

Cependant l'importance de cette relation a été, récemment, de plus en plus éclipsée par des préoccupations comme quoi tous les fossiles sont si rares qu'ils nécessitent une protection spéciale, ce qui résulte en des restrictions sur la collecte des fossiles avec des limitations supplémentaires sur le commerce des fossiles.

Dans les environs de Cincinnati on peut noter qu'après 150 ans de collecte intensive, les fossiles sont toujours communs à très communs. L'idée que les fossiles ont universellement besoin de protection est exagérée. Vu que, de loin, la vaste majorité des fossiles sont vendus, non-reconnaissables et à la tonne, comme composants majeurs des pierres taillées, roches de remblai, granulats, ciment, argile de remplissement, calcaire pour l'agriculture, etc., nous pensons que les gens qui extraient, dégagent et vendent des fossiles en tant que fossiles—et qui vont amener des spécimens uniques à notre attention—sont un indubitable atout pour cette discipline.

En tant que paléontologues académiques qui travaillons avec des enthousiastes non-académiques dans la région de Cincinnati et ailleurs, nous voulons mettre en lumière les manières démontrées selon lesquelles les hobbyistes contribuent, et comment les académiques peuvent aider les hobbyistes. Nous utilisons les exemples des clubs de roches et fossiles, spécialement les Dry Dredgers, autour de Cincinnati, ainsi que l'exemple de la famille Gunther dans l'Utah.

Une des principales contributions des amateurs paléontologues est qu'ils passent au crible tellement de roches et de fossiles. Par la force du nombre, les heures de recherche dédiée, et les liens communautaires, ils réalisent, et de loin, beaucoup plus de travail de terrain que les académiques. Ils conduisent des opérations de sauvegarde sur des affleurements temporaires, et identifient les fossiles qui mériteraient une étude. Durant ce processus ils acquièrent une connaissance pratique des unités fossilifères, et peuvent aider les chercheurs en découvrant des fossiles d'intérêt particulier et en signalant des localités qui sont les plus à même de mériter une visite.

Dans l'environnement d'un club de fossiles ou d'une association, les amateurs avancés peuvent partager leurs connaissances avec un groupe de personnes, depuis les enfants jusqu'aux adultes. Ces organisations sont les plus efficaces quand des paléontologues académiques leur dédient le temps nécessaire pour héberger les réunions du club, parler aux membres, et travailler avec les collectionneurs les plus avancés comme avec des collègues. Décourager cette fructueuse collaboration signifie accélérer la disparition de la paléontologie, aussi bien en tant que science, que comme un hobby.

THE MUTUAL OBLIGATIONS BETWEEN FOSSIL ENTHUSIASTS AND ACADEMIC PALEONTOLOGISTS

DATTILO, Benjamin, Department of Geosciences, Indiana University Purdue University Fort Wayne, 2101 E. Coliseum Blvd, Fort Wayne, IN 46805-1499 and FREEMAN, Rebecca L., Department of Earth & Environmental Sciences, University of Kentucky, Lexington, KY 40506, dattilob@ipfw.edu

Non-academic paleontologists, including casual collectors, dedicated hobbyists, and commercial fossil collectors have consistently made important contributions to education and research in the field. However the importance of this relationship recently has been increasingly overshadowed by concerns that all fossils are so rare as to need special protection, resulting in restrictions on fossil collecting with particular restrictions on trade in fossils.

In the Cincinnati area we note that after 150 years of intensive collecting, fossils are still plentiful—very plentiful. The idea that fossils are universally in need of protection is overblown. Given that by far the vast majority of fossils are sold, unrecognized and by the ton, as major components of facing stone, landscaping stone, crushed rock, cement, landfill clay, agricultural lime, etc., we believe people who quarry, extract and sell fossils as fossils—and who will bring unique specimens to our attention—are an asset to the discipline.

As academic paleontologists who work with non-academic enthusiasts in the Cincinnati region and elsewhere, we highlight the demonstrated ways that hobbyists contribute, and how academics can support hobbyists. We use examples from rock and fossil clubs, especially the Dry Dredgers, in the Cincinnati region, as well as the example of the Gunther family in Utah.

One of the principle contributions of amateur paleontologists is that they sift through so much rock and so many fossils. By force of numbers, hours of dedicated search, and community connections, they do far more field work than academics. They conduct salvage operations at temporary exposures, and identify fossils worthy of study. In the process they acquire a working knowledge of fossil bearing units, and may help researchers by retrieving fossils of particular interest and by pointing out localities most worth visiting.

In the environment of a fossil club or association advanced amateurs can pass on their knowledge to a range of people from children through adults. These organizations work best when academic paleontologists dedicate the time to host club meetings, speak to members, and work with more advanced collectors as colleagues. To discourage this fruitful collaboration is to hasten the demise of paleontology as both a science and a hobby.

https://gsa.confex.com/gsa/2016SE/webprogram/Paper273761.html

Phil "Fossil"

Commenter cet article