En Belgique, le plus grand site voué à la préhistoire

Publié le par Phil Fossil


P.V. Publié le vendredi 05 février 2016 à 14h40 - Mis à jour le vendredi 05 février 2016 à 14h42

Il est loin, le temps où la grotte de Ramioul et ses vestiges préhistoriques n’étaient valorisés que par un petit musée tenu par quelques bénévoles. Le Préhistosite, ouvert il y a une vingtaine d’années, avait déjà marqué le passage à une autre dimension. Mais même celle-ci avait fini par ne plus suffire pour l’accueil de quelque 40 000 visiteurs par an. Exit, donc, le Préhistosite, fermé en 2013 pour des travaux de rénovation complète, à présent terminés. Et place au Préhistomuseum qui ouvrira ses portes ce dimanche.

Pas besoin d’aimer les musées
L’investissement (9,6 millions) provient de l’association locale ainsi que des différents niveaux de pouvoir, de la commune de Flémalle à la Wallonie. En résulte, un complexe qui se dit le plus grand d’Europe voué aux premiers âges de l’humanité : deux bâtiments dont le principal, emballant la construction antérieure dans son enveloppe en acier corten - évocation du passé industriel de la région -, dépasse les 3000 m², deux expositions permanentes et deux espaces pour les temporaires, neuf lieux d’expériences (parmi lesquels une ferme néolithique reconstituée et un labyrinthe végétal retraçant le parcours du singe à l’homme), douze ateliers pratiques (qui initient au silex, au feu, à l’artisanat de l’argile…), mais encore une plaine de jeux, huit kilomètres de promenade dans un site classé de 30 hectares de forêt, sans oublier la grotte elle-même (replongée désormais dans son obscurité naturelle), et on en passe… Pour une visite en famille, prévoir une journée, sans espérer avoir pu faire tout le tour.
"On peut dire que le Préhistomuseum s’adresse à ceux qui n’aiment pas les musées, et à ceux qui les aiment", explique la présidente de l’ASBL éponyme Sophie Thémont. Par moments, on pourrait, de fait, se croire dans un parc d’attraction. Le musée des collections permanentes a, par contre, été scénographié de la manière la plus classique qui soit. Une tablette interactive en plusieurs langues instruit sur les pièces, en provenance de toute la région. Pas moins de quatre centres de recherche archéologique ou patrimoniale sont en outre sis ici.

Manger comme jadis
Même l’archéorestaurant, où des mets de toutes les époques anciennes sont proposés avec des textes explicatifs, c’est du sérieux. Installé dans le foyer construit en mélèze wallon, il a pour responsable Pierre Leclercq, historien de l’alimentation, qui est collaborateur scientifique à l’Université de Liège.
Encore une originalité : on ne paye pas à l’entrée mais en sortant, en fonction du temps passé. Objectif (ambitieux) : qu’ils soient 100 000 à franchir le portillon chaque année. Cerise sur le gâteau, ce dimanche 7 février, l’entrée sera gratuite.

--> Préhistomuseum, rue de la Grotte 128, 4400 Flémalle, tél. 04.275.49.75, www.prehisto.museum. Ouverture de 10 à 17 h. (18 h. au printemps et en été).

Phil "Fossil"

Commenter cet article