Vous ne fouillez pas en hiver, vous? Ah bon ???

Publié le par Phil Fossil

Cette fin de semaine, la première offensive hivernale de l'année couvre de blanc de grandes parties de mon petit pays.
Ayant quelques semaines durant fait l'impasse sur les fouilles, pas question néanmoins de rester à la maison tout ce week-end
!

Ce samedi, Renaud arrive vers 8h. Il est affreusement tôt, mais nous avons une bonne raison : il veut chercher des ammonites, et c'est le genre de trouvailles qui nécessite au minimum 2 à 3 heures de route...
Ce projet nécessite quand même réflexion : la neige tenant dans les hauteurs, il nous faut éviter les Ardennes françaises et le Grand-Duché de Luxembourg, seul le Boulonnais offre quelques chances de découvrir des fossiles non cachés par une couche de neige envahissante !
On achète de quoi boire et manger, et on se met en route.
Arrivés à Wimereux, on s'équipe et on est partis sur la plage, la marée étant basse vers 11h30 elle devrait nous laisser pas mal de temps pour chercher.
Le ciel est tout bleu, pas un nuage, un vent très doux et une température plus élevée que ce que l'on pouvait espérer, que demande le peuple...
Je commence par l'exploration de pannes riches en galets, sachant d'expérience que des fossiles y sont souvent piégés. Je ramasse un oursin d'entrée de jeu, puis un deuxième de grande taille mais fort usé et coupé en deux. Allez, ça commence bien !
Cela ne donne plus rien, je pars à marche forcée vers le Cap de la Crêche, j'arrive et j'examine les zones à galets et rochers où je ramasse rapidement un gastéropode Harpagodes oceani et quelques autres pièces en bivalves.
Les oursins sont aux abonnés absents, et les ammonites c'est à peine mieux...
Renaud m'a rejoint et commence aussi à trouver, néanmoins la mer monte assez vite et nous oblige à revenir en passant par la partie rocheuse de la plage. Nettement plus pénible quand comme moi on souffre des genoux et chevilles, beaucoup plus lent que sur le sable, mais plus intéressant : plusieurs ammonites et des gros gastéropodes Pleurotomaria sp. et Pleurotomaria rozeti sont engrangés !
C'est à ce moment que Renaud découvre dans une couche de marne en place ce qu'il pense être une vertèbre de reptile marin : je le récupère avec une partie de sa gangue et cela s'avère être un os de palette natatoire d'ichthyosaure ou de plésiosaure... Joli !
Plus très loin de la ville on passe néanmoins de justesse entre la falaise et la mer montante, puis on rejoint la voiture.
Nous prenons la route vers Boulogne et Saint-Omer, et sortons à Le Wast afin de visiter quelques affleurements proches.
Le premier est un talus à Alincthun, qui donne des amas de bivalves Gryphaea sublobata du Callovien, ainsi que de plus rares brachiopodes terebratules et rhynchonelles (dont Thurmannella thurmanni) et très peu fréquemment des rostres de bélemnites Hibolites sp.
La plupart des champs proches sont reconvertis en prairies, le seul à peu près prospectable donne d'autres exemplaires de Gryphaea sublobata et quelques térébratules.
Nous finissons par un talus récemment rectifié dans le Bathonien, lequel fournit des brachiopodes, coraux plats Chomatoseris orbulites, bivalves Pleuromya sp. et Trigonia pullus, et un oursin Holectypus depressus probable. A confirmer quand il sera nettoyé...
A ce moment il fait de plus en plus sombre, on reprend donc la route du retour.
Il sera 20 heures bien passées quand on arrive, que je décharge la voiture et que je peux enfin, qua
nd tout est rentré, me reposer !

Dimanche, Edwige, une amie de longue date qui apprécie les fossiles et ressent le besoin de prendre l'air, arrive avant 9h. là aussi, les sites possibles sont à sélectionner soigneusement, la neige interdisant la plupart des endroits initialement prévus, et la pollution ou les industries empêchant de visiter d'autres gîtes pourtant plus praticables en hiver.
Je me décide alors pour l'ancienne carrière près de Feluy : c'est suffisamment rapproché d'autres endroits si la neige la rend impraticable et très proche de Bruxelles.
Arrivés sur place, pas trace de neige alors que sur la route des talus sont bien blancs là où le soleil n'est pas arrivé à faire fondre la poudreuse.
Je m'installe au pied d'un talus et commence à gratter pour enlever les feuilles mortes et creuser dans la terre meuble pour trier les cailloux : certains sont azoïques, d'autres présentent des amas de brachiopodes frasniens, principalement des Cyrtospirifer verneuilli et de plus rares Caramotoechia sp. et Productella sp. De jolis exemplaires tout dégagés s'y ramassent aussi.
Les cailloux deviennent plus nombreux, plus gros et riches en fossiles, le seau et le pot se remplissent; il faudra en répartir dans plusieurs sachets pour que le seau redevienne transportable, puis deux voyages jusqu'à l'auto pour tout descendre !
Après un copieux pique-nique, et une pause dans une guinguette le long du canal où nous reprenons des forces (cafés et crêpes s'imposent!) on est repartis pour Fauquez.
On se parque, on s'équipe, un seau, des outils, une brosse et on marche jusqu'au filon à quartz.
Vu les deux journées bien remplies, je suis en mode "économie" et je gratte tout à mon aise dans du matériel déjà "trié" par d'autres : de jolis groupes et cristaux isolés sortent assez régulièrement.
Dans ce genre de site, la vitesse ne paie pas, être méticuleux et attentif s'impose.
Le seau est bientôt plein, un sachet renferme les pièces les plus jolies et fragiles.
La fatigue commence à se faire sentir, de plus être assis sur des cailloux de quartz n'est pas idéal pour les fesses, on décide donc de quitter les lieux.
Copieusement chargés (un sac et un grand cabas) on remonte à la voiture puis on repart.
Arrivés tôt chez moi, quand tout est déchargé il fait encore clair ce qui me permet d'étaler des plaques à Spirifers dans une caisse, de passer les meilleures pièces à la brosse et à l'eau (les mains nues dans un bac d'eau à quasi zéro degré, c'est le pied! Vivement l'hiver...) de ranger et enfin de pouvoir m'étaler dans un fauteuil...
Même s'il va me falloir une
semaine pour récupérer...
Vivement la prochaine !
Phil "Fossil"

Publié dans Comptes-rendus

Commenter cet article