Un week-end de repos? Ou non ?

Publié le par Phil Fossil

Cette semaine, ayant travaillé tard, la fatigue s'est un peu résorbée du fait que je me lève une heure trente plus tard qu'à l'accoutumée.

Le samedi, en plus de ne pas me lever tôt, quelques siestes seront nécessaires pour reconstituer mon quota de sommeil.

En début d'après-midi je suis quand même assez vaillant pour attaquer le nettoyage du matériel ramené le week-end précédent.

Je commence par quelques morceaux de quartzite multicolore ramassés dans le Bois de Hal, datés du Cambrien, c'étaient les seules découvertes faites sur place.

Je continue avec les brachiopodes frasniens d'Arquennes : Cyrtospirifer verneuilli isolés ou sur plaque principalement, mais parmi ces pièces se cachent quelques raretés : Productella sp. et Camarotoechia sp.

Je peux enfin attaquer le gros de la journée, les cristallisations de quartz ramenées du filon à quartz de Fauquez, daté de l'Ashgillien. (Ordovicien)

Quelques gros blocs sont étalés dehors, afin que la pluie belge s'en occupe, naturellement et délicatement. Ce ne sera pas pour tout de suite, les prévisions indiquant une grosse semaine de temps sec et beau... Cela ne presse pas.

Le reste (cristaux isolés et plus petits groupes) est méticuleusement passé à la brosse et à l'eau.

Quand cela est expédié, je commence à trier un fond de seau de tamisat du Port anversois, lequel ne tenait plus dans une caisse. A la tombée de la nuit, laquelle arrive de plus en plus tôt, le peu qui reste est stocké dans un sachet, histoire de libérer le seau pour une prochaine fouille, programmée le lendemain.

Malheureusement le dimanche matin je coupe accidentellement mon réveil, et j'émerge (presque) aussi tard que la veille... Les fouilles devront attendre !

Pour me consoler, j'attaque une caisse de tamisat anversois bien sec, il n'est pas très riche en graviers et dents mais contient majoritairement des coquilles usuellement brisées, du moins les grands exemplaires.

Par contre les dents y sont plus fraîches et complètes, c'est déjà ça. Tous les petits fossiles (coquilles, moules internes, dents) sont scientifiquement prélevés.

Après une pause-midi bien méritée, je me remets au boulot. Peu avant la tombée de la nuit la caisse est terminée, je peux enfin la réutiliser pour stocker une partie du tamisat ramené le week-end précédent et qui semble nettement plus riche.

En effet, rien qu'en étalant les graviers humides et sableux je découvre plus de dents que lors du tri exhaustif de la caisse précédente !

J'en profite pour en extraire les plus grosses coquilles et les ossements qui sont mélangés au tamisat sur le site pour faciliter le retour du matériel, et les laver à l'eau.

Malheureusement, le seau bien rempli et accompagné d'un sac de tamisat ne tient pas dans la caisse, et ce qui reste sera placé dans un seau plus petit, afin de libérer les grands seaux de fouilles pour une prochaine virée...

Laquelle, j'espère, ne se fera plus trop attendre !

Phil “Fossil”

Publié dans Générale, Comptes-rendus

Commenter cet article