Ca se passe comme ça avec De Lijn !

Publié le par Phil Fossil

Ce matin, j'ai à nouveau un très bel échantillonnage de ce que ne doit surtout pas être un service public.

Depuis un mois, De Lijn a supprimé la ligne de bus 246 que j'utilise journellement, pour avoir un service équivalent je n'ai pas le choix : je dois me lever une demi-heure plus tôt !

Parti de mon domicile à 7h12, un petit 10 minutes de marche suffisent pour atteindre mon arrêt afin d'attraper, du moins je le crois, mon bus 245 de 7h26.

Je suis encore à 100 mètres quand je le vois passer, avec 5 bonnes minutes d'avance sur l'horaire !

Il est bondé, cela doit être le mien étant donné que la grande “intelligence” chez De Lijn leur dicte de faire rouler des bus courts en heure de pointe et des bus double-longueur en heures creuses...

Le voyant de côté je ne peux distinguer sur le coup si c'est vraiment ma ligne ou non, je me décide à attendre vu qu'il est habituellement en retard.

Après 15 minutes, rien n'arrive, j'ai la confirmation que je l'ai loupé !

Le suivant arrive théoriquement à 8h03, vu l'heure de pointe il est en pratique plutôt là à 8h15. Sans oublier le fait que les routes sont surchargées et qu'il prend un temps fou pour faire son trajet : très utile pour faire une petite sieste, beaucoup moins pour arriver à l'heure au bureau.

J'interpelle le chauffeur du bus 820 qui passe, je lui demande s'il s'arrête au métro Roi Baudouin, il me dit que cet arrêt a été supprimé mais qu'il s'arrête Chaussée Romaine, à 100 m (comprendre plus près de 500 en réalité) de la station de métro.

Je prends mon courage à deux mains et je rajoute 7 à 8 minutes de marche jusque l'arrêt le plus proche de l'autre ligne, près de l'église.

Le bus de 7h43 est censé être passé, mais la foule à l'arrêt me confirme le contraire. Non seulement il est en retard, mais ne passe pas du tout. Je suppose que le chauffeur est parti boire un café...

Le suivant de 7h55 est là, et est rapidement saturé : à chaque arrêt il doit refuser du monde !

J'arrive enfin à Bockstael, vu l'heure je peux prendre le train de 8h17 jusque Schuman puis le métro jusque Mérode et terminer par une petite balade pédestre jusqu'à mon bureau.

Bilan de l'opération : 1h35 pour effectuer un trajet de 14 kilomètres de porte à porte, on est très loin de la moyenne annoncée de 17 km/h en ville : 8,842 kilomètres à l'heure !

Un joggeur sous Redbull fait mieux que ça...

Vous comprenez maintenant le pourquoi de ce détournement de logo :

De Pijn – La Douleur

Parce que les utilisateurs de De Lijn comprennent vite leur douleur !

Phil “Fossil”.

Ca se passe comme ça avec De Lijn !

Commenter cet article

werner 10/10/2015 21:35

slt phil pffffffffffffffff révoltant

jph 03/10/2015 10:13

Mais puisqu'on vous dit que ce que la Flandre fait seule elle le fait mieux ...