10 jours en Anjou et Alsace-Lorraine (2)

Publié le par Phil Fossil

Dimanche 21 juin 2015

Ce matin il fait très beau, après les ablutions, le café et le petit-déjeûner on part pour quelques prospections dans les environs.

Ce village, très sympa et riche en vestiges archéologiques au demeurant avait été mon terrain de chasse il y a plus de trente ans quand quelques visites de champs avaient suffi pour ramener des dizaines de grandes ammonites du Callovien.

Là, malheureusement, tous les champs sont en prairies ou cultivés, seuls quelques tas de cailloux ou zones un tantinet dénudées par les bovins permettent d'avoir un échantillonnage très réduit du sous-sol.

En tournant dans le zoning on finit par repérer un chantier, jalonné de trous et de tas de pierrailles d'une couleur très prometteuse par rapport à mes souvenirs. En grattant un de ces derniers je commence à mettre au jour des bivalves, gastéropodes, ammonites, et plus rares bélemnites.

Un champ parsemé sporadiquement d'engrais vert donne également quelques pièces, mais les tas de cailloux continuent et semblent devenir de plus en plus riches.

A la fin de la journée, nous aurons ramassé quelques dizaines de kilos de fossiles, de qualité variable mais avec du matériel convenable dedans.

Le plus dur sera de ramener tous nos tas de fossiles à la voiture, les deux seaux emmenés y suffiront à grand-peine...

Ensuite un peu de tourisme, direction Turquant, charmant village troglodytique du bord de Loire où les anciennes carrières souterraines ont été reconverties en parcours d'artistes : peintres, sculpteurs, tisserands permettent à de nombreux visiteurs d'y trouver leur bonheur.

Mais nous sommes à une heure de voiture de Montreuil, le temps de rentrer notre traiteur est fermé.

Qu'à cela ne tienne, Yves cuisine et on se régale avant d'aller dormir.

Lundi 22 Juin 2015

C'est le grand jour pour nous, nous avons rendez-vous l'après-midi avec les politiciens locaux pour discuter de notre projet de musée.

Mais le matin est libre, nous partons prospecter à Doué-la-Fontaine les terrains de l'ancienne Ecole de Génie Civil.

En arrivant des couches du Crétacé affleurent, largement fragmentées par les collectionneurs locaux ! On ramasse des sacs de brachiopodes et quelques rares bélemnites et empreintes d'ammonites, le tout bien nettoyé par les pluies des semaines précédentes.

En arrivant sur l'ancien terrain d'exercice, on est dans les faluns et des pièces du Miocène commencent à sortir : bryozoaires surtout, mais aussi quelques coquilles.

En restes de vertébrés, bernique, pas le moindre bout d'os ou de dent pour satisfaire les deux acharnés que nous sommes... Tant pis !

Mais l'heure avance, on rentre à la voiture, non sans passer récupérer un gros bloc couvert de térébratules crétacées que j'avais laissé bien en évidence sur un tas.

Il sera trop tard pour dîner quelque part, quand notre chance se présente à nous : une “baraque à frites” très sympa en bord de route, on s'installe et on passe commande. Nous serons restaurés assez vite et on aura encore le temps de se changer, se rafraîchir en vitesse et repartir pour la Mairie où nous sommes attendus.

L'entrevue avec les édiles se passe bien, mais il n'y a pas grand chose qui en sorte néanmoins : le bâtiment le plus adapté n'est pas une option, d'autres édifices, communaux ou non, sont passés en revue.

Quand on en sort, Yves m'emmène pour une visite guidée des plus emblématiques de ces constructions : certaines sont trop petites, le parking est trop réduit, pas de parc aux alentours... Elles sont éliminées assez vite.

Le seul lieu vraiment idéal est l'ancien prieuré : presque au centre-ville, vaste, de hauts plafonds pour les grandes pièces ou reconstitutions, restauré récemment, jouxtant la rivière, un parc et des parkings, des caves troglodytiques pour le stockage, mêmes d'anciennes ruines romantiques, c'est vraiment parfait mais pour le moment, inaccessible !

Pas grave, pour le moment on a d'autres soucis en tête, la proximité de la Bourse en Alsace et le fait que je n'ai toujours pas trouvé de quoi remplacer mon appareil photo volé à Bruxelles...

On repart donc pour Saumur, où un supermarché local offre en promotion juste ce qu'il me faut : je n'hésiterai pas longtemps et achèterai quasiment le même appareil, avec plus de mémoire et une meilleure définition. La technologie a évolué en 3 ans !

Retour à Montreuil-Bellay, il faut aller dormir tôt demain on aura de la route !

A suivre...

Phil “Fossil”

Commenter cet article

el lobo 14/07/2015 11:27

beaucoup de route mais des bons souvenirs je suppose :)
bonne journée