Un week-end de folie dans le Calvados (2)

Publié le par Phil Fossil





Samedi 21 février 2015




Lever "en fanfare" à 6h, à 7h on écluse en vitesse un café au distributeur de l'hôtel, et nous sommes repartis pour Houlgate.


La marée montante est encore assez basse, on peut donc aller plus loin que la veille !


De jolies pièces sortent, meilleures que le vendredi soir. Je commence avec deux jolies Myophorella clavellata doubles calloviennes, une éponge Romulospongia floriceps de l'Oxfordien, de nombreux beaux bivalves dont quelques Isognomon promytiloides sur gangue, parfois en assemblage de plusieurs individus.


La montée de la mer est surveillée, on repartira quand elle devient trop menaçante mais nous obligera à escalader la digue de gros blocs pour ne pas finir à la nage.


La pluie qui jusque là était assez discrète vire à la grosse douche, moins que la veille mais pas mal non plus !


Avant le prochain site, un saut à l'hôtel pour se changer, une chance que les tenues de fouilles ont été amenées en plusieurs exemplaires. (3 en ce qui me concerne)


Un café de la machine pour la route, et on retourne prospecter d'autres champs bajociens.


Là également, un grand champ est dégagé et les ammonites foisonnent, accompagnées de nautiles, gastéropodes, brachiopodes, bivalves et d'assez nombreuses géodes de quartz.


Les averses s'espacent progressivement, parfois s'intercalent des passages ensoleillés et le grand vent aide à nous sécher.


Je passe sur un autre champ, mais pas grand chose qui en sort, hormis une pièce de 2F Etat Français en aluminium de 1943, posée bien visible à l'horizontale.


Vu la fatigue des deux sites, on décide de commun accord de la "faire plus cool" et de filer à Lion-sur-Mer visiter la Maison du Fossile.


Mauvaise surprise, elle est définitivement fermée, on prend un café au bar-tabac proche histoire de glaner quelques informations.


Puis on part vers Luc-sur-Mer, la marée devrait déjà y être assez basse pour y chercher tranquillement.


On se gare en face d'une brocante, on ne va pas s'abstenir d'y jeter un coup d'oeil ! On découvre une plaque en ciment sur laquelle ont été fixées plusieurs ammonites bajociennes, un peu kitch mais amusant et pas ruineux, je l'embarque.


Une fois équipés, on descend sur la plage où l'on commence à ramasser des éponges calcaires dans les assemblages de graviers et de coquilles, pour les brachiopodes on devrait trouver mieux en place.


On avance, récupérant des brachiopodes dans les marnes grises, puis j'examine les blocs jaunâtres à rosés au pied de la falaise pour les oursins réguliers.


Une bonne dizaine seront récupérés par nos soins, en prenant nos précautions pour extraire un bloc suffisant autour de chaque pièce.


Quand je commence à fatiguer, j'examine les petits graviers sur le platier pour y ramasser d'autres éponges calcaires plus des brachiopodes et coquilles actuelles, elles sont très différentes des espèces ramassées à Houlgate.


Le soleil est revenu, encore un peu indécis mais la journée avançant on reprend le chemin de l'hôtel.


Une bonne douche, se rhabiller pour le soir, et on retourne au chinois de la veille vu l'offre locale un peu limitée...


A nouveau, nous sommes aux lits bien avant 22h et on s'endort comme des souches ! C'est à peine si les voisines des chambres à côté, qui reviennent sans doute du dancing aux petites heures, nous réveillent plus que quelques minutes !


A suivre...


Phil "Fossil"

Publié dans Comptes-rendus

Commenter cet article