Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Un archéorestaurant, une première chez nous

Publié le par Phil Fossil


Aude Quinet Publié le mercredi 03 février 2016 à 08h37 - Mis à jour le mercredi 03 février 2016 à 08h38

Détenteur d’une licence en histoire (ULg), Pierre Leclercq, historien de la gastronomie, est depuis 2014 collaborateur scientifique à l’Université de Liège. Auteur de nombreuses publications (livres et articles), il a notamment écrit sur la gastronomie liégeoise et wallonne. Outre une formation d’historien, Pierre Leclercq sait aussi être derrière les fourneaux puisqu’il a également suivi une formation de cuisinier-traiteur et d’œnologie afin de pouvoir mener à bien l’organisation de reconstitutions de banquets historiques un peu partout en Belgique. Aujourd’hui, cet historien verviétois se lance dans une nouvelle aventure en devenant le chef du nouvel archéorestaurant, installé sur le site du Préhistomuseum. "C’est un chef-cuisinier qui va préparer tous les plats sur base des recherches et des recettes que j’ai élaborées, explique-t-il. Je serai en salle pour présenter et donner des explications sur les plats". Des mets tirés de recueils de recettes anciens inédits pour lesquels il a fallu réaliser un véritable "travail de fouille préalable et d’analyse", précise-t-il. "À la préhistoire, on connaît les ingrédients mais pas les recettes. C’est seulement au IVe siècle que l’on trouve le premier recueil de recettes connu". Autre particularité dans les textes anciens : "Les quantités sont rarement données" , ce qui n’empêche pas Pierre Leclercq de tenter de s’approcher le plus possible des recettes et du goût ancien. "Le but est de surprendre les convives tout en étant savoureux et excellent".

De la préhistoire aux temps modernes

Dès ce dimanche 7 février, dix-sept plats seront à la carte de cet archéorestaurant qui pourra accueillir jusqu’à 120 personnes. Il sera possible de choisir entre des plats de brasserie à 15 euros (le cassoulet néolithique ou le lunch préhistorique par exemple) ou des menus trois services à 30 euros qui feront voyager les convives dans le temps, à travers les siècles et les cultures, de l’Empire romain du IVe siècle au Versailles du XVIIIe siècle. Il sera ainsi possible de goûter les mets typiques de grandes périodes historiques, à savoir l’Antiquité, le Moyen âge, la Renaissance et les temps modernes. Des textes explicatifs accompagneront chaque menu. "On pourra manger comme César à Rome, comme du porc à la sauce au miel accompagné d’abricots séchés, ou Louis XV à Versailles " , détaille l’historien-restaurateur. "C’est fort centré sur l’Europe et pour le Moyen âge, on déborde sur l’Orient et Bagdad". Si l’archéorestaurant a un côté ludique, il a aussi la vocation d’instruire. "L’histoire de l’alimentation a toujours été négligée et est très peu connue, et pourtant elle est fondamentale", souligne-t-il. À noter enfin que les produits utilisés seront des produits du terroir et bio choisis selon les saisons. Les boissons seront elles aussi particulières avec des vins et apéritifs historiques (la sauge, l’hypocras, l’hydromel).

Restaurant ouvert du mer. au dim. (midi), et le ven. et le sam. (soir).

http://www.lalibre.be/regions/liege/un-archeorestaurant-une-premiere-chez-nous-56b0e8d33570b1fc10e17ed5

Phil "Fossil"

Partager cet article

Je me demande si ne ne préférais pas la neige, tout compte fait...

Publié le par Phil Fossil


Ces derniers jours (pour ne pas dire semaines) la météo est absolument infecte, et ça se ressent fortement dans l'entourage de votre serviteur.

Pluie, vent, averses, douceur très anormale pour cette période de l'année, tout est fait pour décourager le bon peuple d'aller travailler, ou même de faire des sorties "fossiles" en week-end.

Sans compter les nombreux absents pour cause de maladie parmi mes collègues ! Outre les omniprésentes crèves, la grippe qui atteint un seuil épidémique ou la dépression hivernale qui elle aussi n'est pas une légende.

Résistant en ce qui me concerne vaillamment aux attaques vicieuses du monde bactérien, ce week-end, la météo ne devrait pas significativement s'améliorer, mais tant pis, une sortie devrait quand même pouvoir être tentée.

Depuis le temps, les dents de squales anversoises titillent mon appétit paléontologique, et quand l'appétit va, tout va...

Il ne restera plus qu'à préciser le jour, dès que les prévisions météorologiques seront devenues suffisamment précises, fiables et stables.

Le décompte est enclenché... Ca ne s'écoule décidément pas vite, une semaine de bureau !

Einstein avait parfaitement raison avec sa théorie de la relativité : une journée de congé passe toujours nettement plus vite qu'un jour de travail !

Phil "Fossil"

Partager cet article

Documentation géologique sur le Dorset

Publié le par Phil Fossil


Cette région anglaise est réputée pour ses très nombreux affleurements côtiers, il est donc intéressant de disposer de documents traitant de la géologie et des règlementations locales.

Ceci peut vous servir à préparer vos voyages à but de collecte.


http://www.devon.gov.uk/geo-axmouth-to-lyme-regis-undercliffs.pdf


Bonne chasse !

Phil "Fossil"

Publié dans Législation, Liens WEB

Partager cet article

Bourses d'Avril 2016

Publié le par Phil Fossil


Ici et plus loin... BEAUCOUP PLUS LOIN !

Phil "Fossil"


Bourses d'Avril 2016
Bourses d'Avril 2016

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Un week-end qui s'annonce pourri... DE CHEZ POURRI !

Publié le par Phil Fossil


Si ces dernières semaines la météo a permis quelques sorties paléontologiques relativement payantes, il faut bien dire qu'au mois de janvier cela n'est jamais gagné.

Ce week-end a, par contre, été annoncé pluvieux, et pas les petites averses ou le léger crachin breton...

Il sera donc difficile d'aller taquiner le fossile, et je pense que le nettoyage de spécimens à l'extérieur a également de fortes chances d'être compromis.

Même chose pour le tri de tamisat anversois, lequel aurait pourtant grandement besoin d'avancer.

Je pense donc que je pourrai longuement me reposer ces deux jours; cela ne sera certes pas de refus, vu les activités nombreuses et variées de ces dernières semaines ! (et week-ends)

Mais, au fond, si j'étalais simplement les fossiles à laver dehors, vu les tonnes d'eau qui tombent du ciel belge, cela devrait le faire...

Comment ? Les murets d'entrée en sont déjà pleins ?

Ce n'est pas faux...

Phil "Fossil"

Partager cet article

Ain: un crocodile dormait dans le sous sol du musée de Brou

Publié le par Phil Fossil


C'est l'histoire d'une redécouverte...

Depuis 1875, un fossile de crocodile dormait dans les réserves du Musée de Brou à Bourg-en-Bresse.

Ce n'est pas n'importe quel fossile puisqu'il s'agit du plus vieux spécimen connu au monde.
L'animal fossilisé répond au doux nom de Machimosaurus Buffetauti.

Ce "croco" aurait vécu il y a 145 millions d'années...
C'est le plus vieux spécimen, de cette espèce, connu à ce jour.
Il a été identifié et baptisé par le célèbre paléontologue Eric Buffetaut.
(NDLR : plutôt en l'honneur d'Eric Buffetaut, vu qu'il n'est pas permis de donner son nom à une espèce personnellement décrite...)

Le fossile de son crâne dormait, il a été réveillé et il devrait bientôt se retrouver exposé au musée de Brou avant de rejoindre celui des confluences à Lyon.


http://france3-regions.francetvinfo.fr/rhone-alpes/ain/ain-un-crocodile-dormait-dans-le-sous-sol-du-musee-de-brou-911847.html

https://www.youtube.com/watch?v=68KMHlVL7hI&feature=player_embedded


Phil "Fossil"

Partager cet article

Formation des fossiles de dinosaures

Publié le par Phil Fossil

Partager cet article

Excellent site web sur les fossiles éocènes et oligocènes du Royaume-Uni

Publié le par Phil Fossil


Cette pépite a été découverte tout récemment, elle permet la détermination de nombreux fossiles découverts également en France et en Belgique.

Je pense notamment à l'Yprésien de Quenast, Egem et Marke, au Sparnacien de Pourcy, Cuisien de Monthelon, Lutétien du Bassin Parisien, Bruxellien de Nederokkerzeel, Lédien de Bruxelles, d'Oosterzele, Vlierzele et de Balegem, et bien évidemment le Rupélien des environs de Boom...


http://www.dmap.co.uk/fossils/


Phil "Fossil"

Publié dans Liens WEB, Revue de presse

Partager cet article

40ème bourse minéraux-fossiles de Marchienne au Pont

Publié le par Phil Fossil

40ème bourse minéraux-fossiles de Marchienne au Pont

Phil "Fossil"

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Et vive les Ardennes de France...

Publié le par Phil Fossil


Ce samedi, la météo est annoncée clémente : pas de pluie, des températures positives depuis 2 jours, il ne devrait plus y avoir de neige ni de glace sur les sites.

Renaud arrive vers 8h, on embarque le matériel et on part au supermarché acheter de quoi casser la graine, la journée va être longue et les trajets ne le seront pas moins !

Nous sommes en effet partis pour les campagnes au sud de Charleville-Mézières, plus faites personnellement depuis deux bonnes années, autant vous dire que je suis en manque aggravé d'oursins et d'ammonites !

Peu avant d'arriver, un arrêt s'impose car Renaud doit satisfaire un besoin naturel : chose faite, il découvre parmi les cailloux proches un pectinidé et deux ammonites incomplètes ! Ca commence fort...

Arrivés près de Neuvizy, un brouillard tenace nous empêche de voir l'état des champs à distance, on a quand même la possibilité de chercher en lisière d'un que je sais productif.

Il ne faut pas très longtemps avant qu'une dizaine d'ammonites de l'Oxfordien (Minerai de fer des Ardennes) commencent à sortir, accompagnées de tiges et de racines de crinoïdes, de brachiopodes, de bivalves (dont les grandes Gryphaea dilatata), de gastéropodes Pleurotomaria et Pseudomelania heddingtonensis, de plus rares oursins Nucleolites micraulus, Holectypus corallinus, Hyboclypus giberrulus...

Renaud, qui a l'oeil du débutant, sort en prime un beau corail solitaire.

Le "spot" est néanmoins vite épuisé, un autre champ proche est tellement recouvert de végétation que sa bordure n'est même pas envisageable...

On reprend donc la route jusque Novion-Porcien, autre endroit plus vu depuis 3 bonnes années; la petite carrière de calcaire corallien (Oxfordien faciès récifal) a fort changé, les éboulis sont conséquents et continuent à être entretenus, on entend d'ailleurs régulièrement tomber des morceaux de roche.

On gratte assez loin du front de taille vertical dans les pierres tombées, tout en examinant soigneusement la paroi, malheureusement aucun oursin ne pointant le bout de son test on devra se contenter de coraux, bivalves, gastéropodes et piquants de cidaridés.

On a néanmoins assez rapidement fait le tour, et on repart pour un troisième site.

Un champ mieux visible depuis que le brouillard s'est levé peut être prospecté, la récolte a été faite, les tiges sont restées sur le sol mais il y a moyen de voir la terre et les cailloux.

Trois ammonites seront encore engrangées, avec quelques mollusques, mais la productivité est bien moins bonne que celle du premier champ.

La nuit va bientôt tomber, on repart jusqu'à La Bascule où l'ancienne carrière renferme la Gaize des Ardennes, à nombreux fossiles.

Taper dans le front de taille n'est pas nécessaire, il suffit de gratter dans les éboulis pour découvrir les fossiles plus blancs que la roche grise.

De nombreux bivalves sont ramassés (Modiolus bipartitus, Isognomon mytiloides, Pleuromya sp., Ostrea sp., Radulopecten s., Myophorella clavellata, Pinna sp.) ainsi que quelques gastéropodes (Pleurotomaria) et morceaux d'ammonites dont Quenstedtoceras mariae.

Malheureusement, après avoir gratté les 10 premiers centimètres sans encombre, le sous-sol est encore bien gelé et on doit se contenter de la couche superficielle.

Elle s'épuise rapidement, cela coïncide parfaitement avec la tombée de la nuit. On embarque le matériel et les trouvailles, et on reprend la route.

Une petite pause à Couvin, pour boire un café et manger un petit bout en vitesse dans un snack, et on est repartis.

Il est largement passé 21h quand j'arrive à la maison, et que tout le matériel est déchargé et rangé.

Le dimanche, la grasse matinée est de rigueur : le repos est bien nécessaire après une semaine de boulot et une bonne journée de fouilles bien occupée !!!

Pas de regrets à avoir, il pleut et le nettoyage des trouvailles à l'extérieur est momentanément compromis.

L'après-midi est plus sèche, je sors donc les premiers seaux et je commence à passer les pièces à l'eau dans les bacs encore bien froids.

La boue des champs est particulièrement collante, mais s'enlève bien à la brosse plastique.

Je continue par la gaize moins encrassée, et je termine par les plaques à spirifers du dimanche précédent.

Il commence à faire noir quand j'arrête, après avoir mis une quantité substancielle de pièces décrassées à sécher dans des caisses plates.

Je peux enfin me reposer, naze mais content.

Un bien beau week-end, en tout cas...

Vivement la prochaine !

(Mais pas le prochain week-end : j'en aurai bien besoin pour finir de nettoyer tout ce qui reste à faire des 2 week-ends passés...)

Phil "Fossil"


Publié dans Comptes-rendus

Partager cet article