Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Vacances en Alsace, Anjou, Poitou et Touraine 2016 (6)

Publié le par Phil Fossil




Samedi 2 juillet 2016


Les sables c'est bien beau, mais les vrais faluns me manquent également.

Un petit arrêt dans un magasin de bricolage, histoire d'acheter des tamis, et à un supermarché local pour les victuailles de la journée, puis on se met en route.

Après cette mise en jambes, on se retrouve à Channay-sur-Lathan, arrivés près de la carrière on y dévisage une belle série de voitures. Bon, il y a du monde, on va chercher ailleurs.

On arrive ainsi à la carrière de Meigné-le-Vicomte où des tas plus ou moins frais semblent intéressants.

Les tas ont été sélectionnés par granulométrie, les tailles moyennes et grandes sont prospectées au grattoir, les plus petites au tamis.

Il me faudra un nombre incroyable de tamis avant de récupérer une ou deux dents de squales, petites et souvent usées de surcroît.

Sur ces entrefaites, le groupe entrevu de loin à Channay est arrivé dans "notre" carrière. On papote avec eux et ils commencent également à fouiller.

Le râtissage de tas à gros blocs donne un peu mieux, mais l'essentiel des restes de vertébrés est ramassé à la vue sur les étendues plates du fond de la falunière, bien nettoyées par les dernières pluies.

C'est bien loin derrière la moins productive de mes prospections anversoises, mais il y a d'autres choses ici, ce qui permet de se faire une raison.

La chaleur est prenante, et le blanc du falun fait que toute la lumière solaire est réfléchie sur nous, pauvres pêcheurs. (de squales fossiles)

Après un trajet de retour pas trop long, une douche pour éliminer la poussière et la sueur, on se change, et c'est reparti pour Saumur.

Au Relais d'Alsace je reprends l'extraordinaire choucroute royale de la mer, pour le dessert j'hésite entre la mousse au chocolat ET un Paris-Brest.

Soyons fous : je prends les deux !


Mais j'ai présumé de mes forces : la pâtisserie est gigantesque, elle doit bien faire ses 400 grammes, ce qui fait que Yves doit m'aider pour la terminer. Ce qui n'est pas le cas de la mousse, chez moi ça descend tout seul...


Dimanche 3 juillet 2016

C'est malheureusement déjà le dernier jour sur place, plus question de fouilles vu les 15 (!) sites visités sur la durée totale de ces vacances !

Par contre une lessive s'impose, je profiterai de cette journée plus calme pour surfer sur les sites Web géologiques afin de glaner un maximum d'informations pour une prochaine visite dans la région.

Il me faut également sélectionner les caisses qui vont rentrer directement en Belgique, en effet seule une infîme portion sera directement transportable : je vais devoir revenir en bus Eurolines, donc les bagages, indubitablement conséquents, doivent être limités au maximum !

Je trie donc à la grosse louche les caisses de fossiles hébergées dans la remise, le plus urgent et pressé à mes yeux est emballé dans les sacs de voyage disponibles, ainsi que l'équipement de fouilles dont j'aurai besoin à mon retour.

Les plus grands outils moins utilisés, et les autres caisses attendront quelques semaines avant de remonter en Belgique...


Lundi 4 juillet 2016

C'est le retour, je passe à Tours au bureau Eurolines m'acheter le ticket (pas prévu au départ...) et j'attends mon bus au parking Eurolines près de la gare.

Une escale à Paris, acheter des victuailles pour la route, et j'embarque mes 4 (!) bagages dont 3 imposants dans la soute du bus en partance vers Bruxelles !

Une fois arrivé, je hèle un taxi, qui me dépose enfin chez moi après plus d'une dizaine d'heures de voyage exténuant... Il fait quasiment nuit noire déjà !!!

Heureusement pas de boulot avant le lendemain, j'ai prévu le coup, la soirée sera du repos quasiment intégral.

Et le lendemain, je la fais très cool, rien de prévu avant le surlendemain.

Mais en tout cas... Epuisé ou non...


Vivement la prochaine !


Phil "Fossil"



Publié dans Comptes-rendus

Partager cet article

Il pêche par hasard la plus grosse perle au monde

Publié le par Phil Fossil



La valeur de cette trouvaille exceptionnelle de 34 kg pourrait atteindre 100 millions de dollars.

La mer nous réserve parfois de belles surprises. Pour preuve, l'histoire de ce pêcheur philippin qui a découvert une perle considérée comme la plus grosse au monde.

Il y a dix ans, lors d'une tempête, l'ancre de sa barque s'est agrippée à un coquillage, racontent les médias philippins. L'homme a plongé pour libérer l'embarcation… C'est alors qu'il a vu une immense perle.

Pendant tout ce temps, le pêcheur a gardé le joyau chez lui comme un porte-bonheur. Mais malheureusement, un incendie a ravagé l'immeuble. La perle a été retrouvée par les ouvriers qui le restauraient.

Selon les estimations des experts, le prix de la perle de 34 kg pourrait aller jusqu'à 100 millions de dollars.



https://fr.sputniknews.com/insolite/201608231027406437-perle-grosse/

http://www.dailymail.co.uk/news/article-3753300/Fisherman-giant-34kg-pearl-worth-100million-kept-bed-TEN-YEARS-good-luck-charm.html


Phil "Fossil"
 

Partager cet article

Une très chouette journée à Anvers

Publié le par Phil Fossil

Ce samedi, j'ai prévu de guider de nouveaux amis français, Laurence, Matthieu et leurs deux enfants sur un site facile du Port anversois.

Pour leur première sortie de fouilles, il faut un site à la fois simple d'accès, non dangereux et suffisamment productif.

Arrivés chez moi à 9h, ainsi que Renaud, on embarque le matériel, on passe au supermarché chercher nourriture et boissons, puis on se met en route.

Arrivés sur place, on s'équipe et on entame une longue marche jusqu'au premier endroit.

Plus visité depuis bien une année, je m'attend à ce que le site ait fort changé et soit particulièrement végétalisé; mais des zones non recouvertes sont vite l'objet de mes attentions.

Au premier tamis, je sors une très belle dent supérieure de Notorhynchus, les dents se suivent mais peu de grandes pièces.

Je monte sur le talus où une zone plus graveleuse est tamisée.

Les dents continuent à sortir, je découvre alors une dent que je cherche depuis près d'une décennie : Megachasma pelagios, le "Requin Grande-Gueule", animal seulement découvert dans les années 1970.

Peu de spécimens sont recensés pour notre petit pays, entre 10 et 15 pièces doivent actuellement être répertoriées.

Nos nouveaux amis ont exploré à la vue une surface conséquente et ont ainsi ramassé une belle série de dents. Malheureusement ils ont une obligation familiale et pas mal de route pour rentrer chez eux, ce qui fait qu'ils nous quittent assez tôt.

Renaud et moi emmenons alors le matériel ailleurs où des endroits avaient été exploités par votre serviteur il y a près d'un an, je me décide à attaquer une butte riche en gravier qui commence à me donner pas mal de petites dents.

Peu de raretés, un peu de Galeocerdo aduncus, Hypoprion acanthodon, Araloselachus vorax, les Cosmopolitodus hastalis et Isurus oxyrhynchus sont rares et de taille réduite.

Mais, vu la découverte du matin, la journée est excellente !

Vivement la prochaine !

Pour plus d'infos sur Megachasma, consulter le lien suivant et éventuellement télécharger le PDF complet.

https://www.researchgate.net/publication/228489478_The_presence_of_Megachasma_Chondrichthyes_Lamniformes_in_the_Neogene_of_Belgium_first_occurrence_in_Europe

Phil "Fossil"

Publié dans Comptes-rendus, Liens WEB

Partager cet article

En voilà du faux, en voilà !

Publié le par Phil Fossil



En surfant sur eBay, je suis tombé sur ces quelques "merveilles" d'artisanat.

Si les chinois ont une réputation millénaire dans la gravure et la sculpture, notamment du jade et de l'ivoire, il faut croire que tous n'ont pas eu un talent égal.

Dire que cela pique férocement aux yeux, n'est certes pas exagéré... Le premier est sans doute le pire !!! Et la liste est certainement très loin d'être exhaustive.

Avis aux amateurs : évitez cela comme la PESTE !



http://www.ebay.com/itm/Pterosaur-Flying-Bird-Dinosaur-Fossil-Jurassic-Cretaceous-160-million-years-Old/122086718268?_trksid=p2047675.c100005.m1851&_trkparms=aid%3D222007%26algo%3DSIC.MBE%26ao%3D1%26asc3D37252%26meid%3D4b20608a748d4f9e8ed36efbeca0df1c%26pid%3D100005%26rk%3D9%26rkt%3D9%26sd%3D232049436660


http://www.ebay.com/itm/Pterosaur-Flying-Bird-Dinosaur-Fossil-Jurassic-Cretaceous-160-million-years-Old/162170932927?_trksid=p2047675.c100005.m1851&_trkparms=aid%3D222007%26algo%3DSIC.MBE%26ao%3D1%26asc%3D37252%26meid%3D7f526ca2b4f44e68a19f39616b68b615%26pid%3D100005%26rk%3D1%26rkt%3D18%26sd%3D122086718268


http://www.ebay.com/itm/Pterosaur-Flying-Bird-Dinosaur-Fossil-Jurassic-Cretaceous-160-million-years-Old/331897451081?_trksid=p2047675.c100005.m1851&_trkparms=aid%3D222007%26algo%3DSIC.MBE%26ao%3D1%26asc%3D37252%26meid%3D0108ccecab904039a80f82335e44f463%26pid%3D100005%26rk%3D2%26rkt%3D18%26sd%3D162170932927


http://www.ebay.com/itm/Choristodera-Monjurosuchus-Skeleton-Fossil-Early-Cretaceous-Period-FREE-SHIPPING/331939206979?_trksid=p2047675.c100005.m1851&_trkparms=aid%3D222007%26algo%3DSIC.MBE%26ao%3D1%26asc%3D37252%26meid%3D7f526ca2b4f44e68a19f39616b68b615%26pid%3D100005%26rk%3D5%26rkt%3D18%26sd%3D122086718268


http://www.ebay.com/itm/Rare-Carnivore-Dinosaur-Sinosauropteryx-Fossil-Cretaceous-140-million-years-Old/191947910219?_trksid=p2047675.c100005.m1851&_trkparms=aid%3D222007%26algo%3DSIC.MBE%26ao%3D1%26asc%3D37252%26meid%3D0108ccecab904039a80f82335e44f463%26pid%3D100005%26rk%3D6%26rkt%3D18%26sd%3D162170932927


http://www.ebay.com/itm/Very-Rare-Best-Triassic-Keichousaurus-Real-Turtle-Skeleton-Fossil-FREE-SHIPPING/152204035065?_trksid=p2047675.c100005.m1851&_trkparms=aid%3D222007%26algo%3DSIC.MBE%26ao%3D1%26asc%3D37252%26meid%3De7373ac38f9a4fa6b6d88a17631f0e92%26pid%3D100005%26rk%3D4%26rkt%3D18%26sd%3D331939206979


http://www.ebay.com/itm/Rare-Valuable-Miocene-Amphibian-Frog-Fossil-With-Whole-Skeleton-Skull-Fossil/331942115819?_trksid=p2047675.c100005.m1851&_trkparms=aid%3D222007%26algo%3DSIC.MBE%26ao%3D1%26asc%3D37252%26meid%3D4231fa01b59245afae3b0775b0be424d%26pid%3D100005%26rk%3D6%26rkt%3D18%26sd%3D182244870923


Phil "Fossil"
 

Publié dans Le coin des arnaqueurs

Partager cet article

Le rêve d'un chasseur de fossiles 

Publié le par Phil Fossil



Un plombier qui a passé 30 années à découvrir 2000 spécimens pour son hobby reçoit un musée de 6 millions d'euros pour héberger le travail de toute une vie.


Steve Etches a passé 30 ans à extraire des fossiles de la Baie de Kimmeridge, dans le Dorset pendant ses temps libres.
Sa collection de fossiles a permis à Mr Etches de recevoir un MBE (décoration en tant que Membre de l'Empire Britannique) ainsi que des prix académiques.
Sa gigantesque collection de fossiles, connue sous le nom de "Collection Etches", sera exposée à partir d'Octobre.
Elle inclut des reptiles volants, coraux, coquilles, insectes, crustacés, ichthyosaures, bélemnites et dinosaures.



Un prolifique chasseur amateur de fossiles qui a passé 30 années à extraire plus de 2000 spécimens est en passe de voir le résultat de son hobby de toute une vie exposé dans un musée de 6 millions d'euros.

Steve Etches, 66 ans, commença à chercher des fossiles dans les années 80, durant ses temps libres, sur le superbe site de la Bay de Kimmeridge, dans le Dorset, et à les ramener dans la maison familiale proche de là.

Il a obtenu une reconnaissance globale dans son domaine après avoir mis au jour de rares exemplaires d'anciennes espèces que les experts pensaient ne pas exister dans cette partie de la côte du Dorset.

Mr etches, qui a vécu avec femme et enfants entouré de ses fossiles, a recu un MBE de même qu'une série de prix académiques pour son travail de recherche en paléontologie.
Le chasseur de fossiles auto-proclamé a réalisé sa première découverte -un moule interne en silex d'un oursin- à l'âge de 5 ans et il a graduellement emmené son hobby à des hauteurs de plus en plus ambitieuses au fur et à mesure que son intérêt s'accroissait.

Maintenant, la Collection Etches sera exposée au Musée de Kimmeridge qui a été construit dans le village côtier et devrait ouvrir au public en octobre.

Le musée présentera au plafond des écrans montrant des images de synthèse, donnant aux visiteurs l'impression d'être sous l'eau il y a 150 millions d'années, et entourés des créatures éteintes de longue date.

Mr Etches a fondé un trust pour sécuriser un don d'environ 3 millions d'euros de la "Heritage Lottery Fund" pour l'aider à payer pour le bâtiment.

Mr etches a déclaré :
'Les chercheurs et les étudiants viennent du monde entier pour visiter Kimmeridge afin d'étudier ce matériel.
Mais ils ne doivent plus aller à Oxford ou Cambridge ou au Musée d'Histoire Naturelle de Londres maintenant que nous avons le repository idéal ici même.
C'est un vrai honneur que ce muséum a été construit et porte mon nom. Personne d'autre n'a accumulé autant de spécimens sur une si courte période de temps.'
C'est de quoi je suis le plus fier. Ceci est mon héritage, et je veux qu'il inspire d'autres personnes.'

Les chasseurs de fossiles disent que l'on n'a pas besoin d'aller à l'université pour suivre ses pas. N'importe qui peut collecter des fossiles de la même manière.

'Vous pouvez le faire comme hobby, et partir de là', a-t-il dit.
Et il y a encore autant de spécimens à découvrir. Vous pourriez passer 1000 ans supplémentaires pour les trouver'

Les 2300 échantillons sont en voie d'être transférés dans le musée et incluent des fossiles d'à peu près tout, notamment des crocodiles, requins, balanes, reptiles volants aussi bien que des coraux, coquilles, insectes, crustacés, ichthyosaures, bélemnites et dinosaures.

Ils seront hébergés et exposés dans des vitrines illuminées sous les projections du plafond, accompagnés de descriptions des animaux.

Une mandibule longue de deux mètres d'un pliosaure, un reptile marin géant pouvant atteindre 18 mètres de longueur, est le plus imposant spécimen seul, tandis que les plus petits sont des oeufs d'ammonites, grands d'un millimètre à peine.

Mr Etches a ajouté :
'Cela va complètement changer ce que pensent les gens d'un muséum. Cela sera une expérience qui vous ramènera dans les profondeurs du temps.
Cela vous montrera que ce matériel était en fait des animaux vivants, vous amènera à pénétrer dans leur milieu de vie, et à voir comment ils pouvaient exister.
Des objets qui ont semblé être statiques seront ramenés à la vie et représentés comme des animaux vivant à l'heure actuelle.'

Mr Etches organisera également des ateliers pour permettre aux visiteurs de voir comment il dégage délicatement les fossiles.

Nerys Watts, chef de la "Heritage Lottery Fund" sud-ouest, a déclaré :
'La collection Etches est l'une des plus importantes collections de fossiles de tout le Royaume-Uni.
C'est également l'histoire incroyablement inspirante de la passion et le travail acharné d'un seul homme qui permettent de grandement accroître notre compréhension de ce à quoi ressemblait cette région il y a 150 millions d'années.
Nous sommes ravis d'apporter notre contribution à ce projet qui exposera la collection là où elle a été découverte, et nous sommes impatient de visiter le nouveau musée dès son ouverture.'

Richard Bond, CEO du Kimmeridge Trust, qui a pu obtenir le reste des fonds chez des donateurs privés et qui fera fonctionner le muséum au jour le jour, a déclaré :

'Steve est un homme extraordinaire. Il a dédié une si grande partie de sa vie à ceci, et c'est une réalisation personnelle immense.
Il a une connaissance sans égal du matériel de cette partie de la côte, et il est juste qu'un musée ait été construit pour exposer ses réalisations.'


http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-3736050/A-fossil-hunter-s-dream-Plumber-spent-30-years-finding-2-000-specimens-hobby-given-5-million-museum-house-life-s-work.html#ixzz4HZzAOceq


Phil "Fossil"


PS. Ce n'est ni en France, ni en Belgique que l'on verrait ça... Et j'en sais quelque chose !!!


 

Partager cet article

Une "terrible bête" découverte en Roumanie

Publié le par Phil Fossil




Des paléontologues ont retrouvé dans un village de l'est du pays des fossiles d'un Deinotherium giganteum, ancêtre de l'éléphant.


"C'est une découverte exceptionnelle, réalisée après beaucoup d'années de recherches dans cette région", a déclaré à l'AFP Laurentiu Ursachi, du musée Vasile Parvan de Barlad. Une mandibule d'une longueur de 66 cm, neuf dents très bien préservées, dont une prémolaire mesurant 12,1 cm, ainsi que des fragments de défenses, d'une ceinture pelvienne et de membres antérieurs et postérieurs ont été déterrés par l'équipe de spécialistes du musée de Barlad et de la Faculté de géologie de Iasi. "L'âge des fossiles est de 7 millions d'années, il est attesté par la présence de coulées volcaniques pyroclastiques", a indiqué Bogdan Ratoi, assistant universitaire à la faculté d'Iasi.

Selon les chercheurs, ce Deinotherium ("terrible bête" en grec) devait mesurer environ cinq mètres de haut. Il ressemblait beaucoup aux éléphants actuels à la différence toutefois que ses défenses étaient fixées sur la mandibule inférieure et orientées vers le bas.

La découverte dans le village de Gherghesti intervient alors que des fossiles d'ancêtres du rhinocéros et du bison ont été déterrés ces dernières années dans la région. Ces nouvelles fouilles paléontologiques s'étaient accélérées à la mi-juin 2015 après la découverte d'un premier fragment de fossile de Deinotherium à proximité d'une route creusée dans une colline, à Gherghesti. C'est la deuxième découverte de ce type en Roumanie, après celle, remontant à 1891, d'un squelette de Deinotherium, exposé au Musée national d'Histoire naturelle de Bucarest.


http://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/20150630.OBS1760/une-terrible-bete-decouverte-en-roumanie.html


Merci à Eric Cordemans !

Phil "Fossil"

Publié dans Revue de presse

Partager cet article

Un week-end ensoleillé... Mais sans fouille !

Publié le par Phil Fossil




Ce long week-end du 15 août, un peu de repos n'est certes pas de trop après le week-end précédent qui, rappelons-le, a été intégralement passé à Anvers !

Ce qui ne veut pas dire que j'aurai "glandé" pendant 3 journées...


Samedi, debout assez tôt : il faut aller à la Poste chercher mon dernier paquet en date provenant des Philippines.

Puis, un saut au supermarché local pour refaire le plein de victuailles en prévision du long week-end et de ses incontournables fermetures...

De retour au logis, déballer très soigneusement le contenu du paquet et tout placer en alvéoles dans une nouvelle boite à cuberdons.

Dans les acquisitions marquantes, des oursins, un corail, un crabe, quelques Megaselachus megalodon très latérales et d'autres de taille moyenne dont une "Hubbell-tooth" très probable, quelques quenottes sur gangue parmi lesquelles de jolies Hemipristis, et une pièce très bizarre, que je déterminerais comme une symphysaire supérieure d'Hemipristis serra... La toute première que j'ai l'occasion de voir, si mon identification s'avère correcte !

Plus une assez belle Carcharodon carcharias, des "becs" de poisson-perroquet, des palais dentaires de Labrodon, une série de dents probablement mélangées : canines de poissons, dents de crocodiles... Et pour finir un palais de raie Myliobatis sp.


Dimanche, je me lève plus tard. Après des courses indispensables au marché local, et un peu de repos, je me mets au tri et au nettoyage du seau de tamisat ramené le week-end précédent.

Le plus gros est rincé au chinois de cuisine et étalé dans une caisse, le petit (le fond du seau) est simplement étalé sans rinçage dans une autre boite. Les ossements et coquilles sont prélevées et nettoyées à l'eau.

Ces deux opérations me rapportent déjà quelques belles dents, notamment 2 Notorhynchus. Un beau poinçon et une inférieure de grande taille, bien qu'incomplète.

Quand cela est fait et mis à sécher, je continue la caisse de tamisat commencée précédemment. Si la productivité n'est pas terrible, je sors quand même pas mal de dents de poissons et quelques pièces intéressantes en requins.


Lundi, je me lève assez tard, pas trop d'entrain mais il me reste un sachet d'Anvers avec des coquilles et ossements. Je passe le tout à la brosse et à l'eau, puis quand c'est mis à sécher je sors la caisse de tamisat "rincé" de la veille afin que son contenu sèche plus vite sous les rayons du généreux soleil.

Puis continuer la caisse de tamisat largement entamée, jusqu'à sa fin.

Une deuxième caisse, lourde, est alors débutée, le premier chinois donne un paquet de dents, mais après quelques "tamis" de cuisine la productivité a baissé et la fatigue s'installe : il est presque 20h et je n'aurai pas démérité.

La satisfaction d'avoir bien avancé est réelle, même si cela ne vaut pas une petite fouille...



Vivement le prochain... WEEK-END !


Phil "Fossil"


 

Publié dans Générale, Comptes-rendus

Partager cet article

Reportage TV sur la Cave aux Coquillages, Fleury-la-Rivière

Publié le par Phil Fossil



Nos amis Patrice, Anne et Thibault ont depuis quelques années maintenant ouvert leur Musée de paléontologie dans leurs caves à Fleury-la-Rivière.

La mise en valeur de leur collection est vraiment exceptionnelle !

Elle méritait décidément un reportage dédié au cours de l'un ou l'autre journal télévisé.

Cela fait décidément beaucoup trop longtemps que je n'ai plus eu l'occasion d'y passer quelques jours, ma (sur)charge professionnelle oblige, j'espère néanmoins pouvoir y faire un long saut cette année...


http://lci.tf1.fr/jt-13h/videos/2016/il-a-cree-un-musee-de-coquillages-fossilises-cache-au-coeur-des-8772494.html


Et voici leur nouveau site Web :


http://www.geologie-oenologie.fr/


Phil "Fossil"


 

Publié dans Annonces et Pub

Partager cet article

Vacances en Alsace, Anjou, Poitou et Touraine 2016 (5)

Publié le par Phil Fossil



Mercredi 29 juin 2016


La journée étant fort occupée, je reste à la maison pendant que Yves doit faire d'inévitables déplacements pour des courses et autres achats indispensables.

Je ne reste pas inactif, je prospecte sur Internet (Google Maps et Geoportail) afin de repérer des sites candidats pour nos fouilles des prochains jours.

Quand il revient, l'après-midi est déjà fort avancée et on ne peut se permettre qu'une prospection rapide, et surtout, proche.

La carrière de Champigny, vue avant notre trip alsacien, est choisie. Malgré les précipitations de plus d'une semaine, pas grand-chose n'aura bougé.

Ce n'est que aidés des grattoirs et des brosses que l'on peut y récupérer quelques ammonites calloviennes raisonnablement complètes.

On revient, un peu de repos, et on va chercher le souper sur la placette proche de la maison.

Les pizzas du food-truck sont excellentes, et nous caleront bien jusqu'au lendemain !


Jeudi 30 juin 2016

Aujourd'hui, on a nettement plus de temps libre, ce qui nous donne la possibilité de pousser une pointe jusque dans les Deux-Sèvres.

Là, les champs dans l'Oxfordien nous ont déjà fourni des moissons d'anthologie d'ammonites (surtout) et de leur faune accompagnante : éponges, gastéropodes, nautiles, bélemnites...)

On n'a pas facile, l'immense majorité des labours est en culture, du blé et du colza essentiellement : rien n'est prospectable, pas même la lisière des champs...

On s'entête malgré tout, et on tourne dans la zone que je sais productive, ce qui finit par être payant : un champ planté récemment de tournesols, encore fort petits, va nous permettre de prospecter sans aucun risque pour les végétaux !

On y passe quelques heures, à ramasser des ammonites de taille moyenne (1 à 7 centimètres) par dizaines, sinon centaines ! C'est dans un champ très proche de là que Yves avait ramassé avec moi il y a une paire d'années, pas moins de 1400 ammonites en une petite après-midi...

On rentre, se rafraîchir un minimum, un peu de repos et on part souper à Saumur.

Un excellent resto chinois et thaï nous régalera, sans conteste.


Vendredi 1 juillet 2016

Aujourd'hui nous avons envie de faire un peu plus de kilomètres, histoire de voir certains sites emblématiques qui ne m'ont plus accueilli depuis une bonne dizaine d'années.

Je veux parler des faluns sableux des environs de Paulmy et de Pauvrelay.

Une mauvaise expérience la fois précédente nous encourage à nous garer assez loin, je trouve des zones sableuses proches où un simple grattage et ramassage me donnent des coquilles fossiles miocènes en relative quantité.

Dûment équipés, on se rend jusqu'aux anciennes carrières : elles sont toutes clôturées, munies de panneaux d'interdiction et nous narguent copieusement !

A part deux-trois coquilles ramassées sur le terre-plain ou un talus, pas grand-chose à y glaner ! On avance jusqu'à un champ où les tournesols (tiens tiens...) sont petits et très clairsemés : va-t-on enfin y trouver de quoi satisfaire notre appétit ?

Quelques coquilles encore, mais très peu, sont récupérées, par contre on commence à y débusquer des éponges siliceuses santoniennes : Jerea, Siphonia, Chenendopora, et autres.

C'est en revenant vers la route que Yves me montre quelques jolis bois fossiles miocènes, ce qui me met indubitablement en appétit !

Je repars en chasse vu que je les ai ratés, il me suit de peu, et je commence à dénicher d'innombrables bois silicifiés, pas de très grande taille mais ce sont mes premiers en Touraine, ne boudons pas notre plaisir !

Quand on a bien épluché la zone, je me retrouve (tout comme Yves) avec un beau sachet plastique bien rempli de bois, en plus du gros sac d'éponges.

On rentre à la voiture fortement chargés, ce qui ne m'empêche pas de chercher encore dans les sables étalés pour récupérer quelques coquilles supplémentaires...

Pour la suite on tourne dans les environs, ennuyés par des déviations temporaires, ce qui nous permet d'arriver à un château très intéressant. Un peu de tourisme et des photos ne sont pas de refus...

Retour au bercail, se rafraîchir un tantinet, puis on repart pour Saumur chez un marocain où le couscous méchoui est particulièrement succulent et copieux à souhait.


A suivre...


Phil "Fossil"

Publié dans Comptes-rendus

Partager cet article

Comment stocker le résidu de tamisage à la maison ?

Publié le par Phil Fossil

Comment stocker le résidu de tamisage à la maison ?



Votre serviteur passant de nombreuses journées durant les week-ends, jours fériés et autres congés à jouer du tamis dans nos sables néogènes et éocènes, cela oblige à ramener du résidu de tamisage sur petites mailles.

Parfois même, pour terminer en vitesse une couche prometteuse avant son départ, on tamise rapidement le sédiment sans le trier sur place, on enlève uniquement les plus gros graviers et fragments de coquilles, et on vide le refus de tamis dans un ou plusieurs seaux.

Mais, une fois arrivé au domicile, il convient d'étaler le résidu ramené dans une caisse plate en carton, afin de permettre un séchage optimal; lequel est un préalable au tri, si l'on ne désire pas dans un premier temps laver à l'eau l'entièreté du tamisat... Et le laisser sécher beaucoup plus longtemps par la suite.

Un seau en plastique, même sans son couvercle de protection, rend le temps de séchage infiniment plus long !

Dès que les caisses sont remplies, elles peuvent être empilées car il existe toujours un espace entre les côtés de la boite et le bas de celle qui se trouve au dessus.

Une cave bien sèche est impeccable, près de la chaudière c'est encore mieux.


Il est parfois judicieux de placer une caisse vide, ou une boite de même superficie contenant de plus grands fossiles, au dessus des caisses de tamisat, sinon le ou les chats de la famille risquent fort de les confondre avec un bac à litière...

Phil "Fossil"

 

Partager cet article